Les 19 immanquables de votre première visite de New York :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

brooklyn-new-yorkVous êtes nombreux à me demander ce que j’ai vu de New York lors de ma semaine là-bas. Alors plutôt que répondre le même message à tout le monde, j’ai décidé d’écrire un article sur le sujet. Ce que j’ai vu, ce que je recommande, ce que j’ai aimé, ce que je n’ai pas aimé et même mes coups de coeur pour des lieux méconnus : tout est dans les lignes qui suivent.

Les 19 immanquables – complètement subjectifs – de votre première visite dans la Grosse Pomme, c’est ici :

> Jeter un oeil au MoMa (Museum Of Modern Art) :

Vous le savez si vous avez lu l’un des tous premiers articles de ce blog : je déteste les musées. Cependant, le MOMA – Museum Of Modern Art – ce n’est quand même pas la même dimension que le Musée de la Poste de Charleville-Mézière (mes excuses s’il n’existe pas de Musée de la poste à Charleville-Mézière). C’est donc plein d’espoir que je rentre dans The Moma, en me disant que je pourrais à mon tour frimer dans les diners mondains.

Résultat, rien à faire : à chaque étage ou presque, je trouve ça moche, inutile et stupide. Même si je ne vous cache pas mon émotion en découvrant les agrandissements géants du vieux jeu vidéo Sim City (oui, sur Atari ST, remember ?) ou la possibilité de faire une partie du légendaire PacMan. Mais y’a t-il vraiment besoin d’aller visiter le Moma de New York pour ça ? C’est discutable.

moma-nul-a-chier

Bref, c’est peut-être ‘in‘ d’aimer le Moma pour briller en société, et vous allez probablement me traiter de vieux con qui ne comprend rien à l’art moderne, mais tant pis : j’ai trouvé ça nul.

> New York vu du ciel : le Top of the Rock et l’Empire State Building

Je les mets dans le même paragraphe parce que, pour être honnête, la différence entre les deux est minime.

Je me rappelle juste avoir préféré la vue du Top of the Rock car il donne directement sur Central Park d’un côté, et qu’il permet de voir très bien l’Empire State Building de l’autre, justement. Tandis que l’Empire State est un peu plus au sud de Manhattan, et donc que sa vue sur Central Park est moins saisissante. Cependant, on peut deviner la statue de la liberté depuis l’Empire, tandis que depuis le Rock, nada. Mais bon hein, je chipote : la vue depuis le haut de ces bâtisses est juste ÉPOUSTOUFLANTE.

Le top bon plan c’est de monter en toute fin de journée pour voir successivement New York de jour, sous le soleil couchant, et de nuit. C’est ce que j’ai fait, c’était WAOUH. Mes photos sont assez pourries en raison d’un appareil photo assez pourri, mais la vue était dingue.

vue-du-top-of-the-rock

Une fois là-haut, faites juste gaffe aux hordes de chinois malpolis qui n’ont pas peur de vous pousser dans le vide pour prendre une photo.

> Bryant Park : sentir vibrer Manhattan

Aux pieds du Rockefeller, en sortant de la vue de maboule, et en redescendant vers le sud de Manhattan, vous allez croiser un petit parc qui s’appelle Bryant Park.

De nuit, l’ambiance est magique, aux pieds des bâtiments new-yorkais immenses et illuminés. J’ai pris un jus de fruit sur un bar avec des balançoires, à observer les new-yorkais s’activer et les touristes déambuler le nez en l’air. c’est l’endroit PARFAIT pour sentir Manhattan vibrer. Mon gros coup de coeur !

voir-bryant-park-new-york

> Central Park, si t’y vas pas, t’as pas été à New York :

Au cas où vous ne le sauriez pas, Central Park c’est un parc.

Ses particularités : il est vachement grand, il est entouré de gratte-ciels, y’a des dingues qui s’y promènent et des new-yorkais qui y font leur jogging. Y’a un grand étang d’où vous allez prendre de jolies photos si le coeur vous en dit, et la possibilité de s’y promener en barque pour faire comme les amoureux dans les comédies romantiques de Hugh Grant.

central-park-louer-une-barque

Voila, allez-y parce que c’est chouette de couper de l’agitation Manhattanienne par moment. Et parce que merde, aller à New-York sans voir Central Park, c’est comme visiter Pise sans voir sa tour penchée, Paris sans déambuler sur les Champs Elysées, ou Charleville-Mézière sans son musée de la Poste (sans déconner, faut que j’arrête avec Charleville-Mézière).

> Le Musée d’histoire naturelle, où on trouve des tas d’os :

Après un pic-nique à Central Park, je me suis dirigé vers ce qui me restait de valable sur mon New York City Pass, histoire de le rentabiliser à bloc : le musée d’histoire naturelle.

Mauvais timing, je suis rentré 45 minutes avant sa fermeture. J’ai dû visiter tout ça en quatrième vitesse. J’ai malgré tout eu le temps de participer à une espèce de simulation de nuit des étoiles, un grand documentaire diffusé sur un écran en ‘dôme’. Impressionnant visuellement parlant, et assez intéressant probablement, bien que je n’ai pas tout compris (anglais technique sur l’origine de l’univers, sans sous-titres, bon courage les gars !).

Bref, pour le reste je me suis promené au milieu d’ossements en tous genres : certains étaient derrière des vitres, d’autres avaient un appareil photo autour du cou.

> La croisière en bateau autour de Manhattan :

Encore un truc que j’ai découvert grâce au New York City Pass, et je serais vraiment passé à côté d’une merveille si je l’avais zappé.

croisiere-autour-de-manhattan

 

En gros, vous allez à un débarcadère, vous montez dans un petit bateau et le commandant vous fait voir les plus beaux atours de Manhattan : statue de la liberté (en s’approchant tout près), Brooklyn Bridge, World Trade Center, etc.

Astuce du chef : prenez la croisière qui démarre une demi-heure avant que le soleil ne se couche. Vous aurez des couleurs magiques lors du coucher de soleil, et les buildings illuminés de Manhattan la nuit sont fabuleux.

Attention cependant : si vous voulez restez sur la partie ouverte du bateau, sachez qu’il y fait froid, même l’été. Sortez couvert, comme disait ce type intelligent qu’était Dechavanne (on me dit dans l’oreillette qu’il est toujours en vie).

> La statue de la liberté :

Sur Liberty Island, vous allez rencontrer une dame bleue qui porte une couronne en levant le bras droit. C’est la statue de la liberté.

Deux options pour la voir de près : la première c’est de prendre ce que vous propose le New York City Pass, qui vous amène directement SUR l’île où elle se trouve. Pas forcément une bonne idée : le problème c’est que vous êtes juste en dessous, et qu’à moins de vous faire un méga-torticoli, vous n’allez pas forcément voir grand chose (c’est au pied du mur qu’on voit mieux le mur).

Ze bon plan c’est de prendre le ferry depuis Battery Park qui va à Staten Island. C’est gratos, et il passe gentiment juste devant la statue de la liberté. En jouant des coudes, vous pourrez alors faire de superbes selfies avec l’égérie New Yorkaise. Classe, isn’t it ?

> Staten Island, où je ne me suis pas senti rassuré :

Une fois dans le ferry qui passe sous la statue de la liberté et qui accoste à Staten Island, autant en descendre et aller voir à quoi ressemble l’île.

Pour ma part, je ne me suis pas attardé : 1 heure chrono, le temps de faire une petite ballade au hasard dans les rues autour du débarcadère, me sentir en insécurité, et remonter illico dans le bateau. A vous de voir si ça vous tente !

Et sinon, le reste en vrac :

> Prendre une bière au Mc Gee’s, le bar d’How I Met Your Mother :

mc-gees-how-i-met-bar-new-york

A moins que vous n’ayez vécu dans une grotte en Afghanistan durant ces 10 dernières années, vous avez très probablement entendu parler de la série How I Met Your Mother.

Non ? Allons, Barney Stinson et ses bimbos, ça ne rappelle rien ? Bon, bah dans ce cas là le Mc Gee’s n’a aucun intérêt pour vous. C’est juste l’endroit où les créateurs de la série ont eu l’idée de lancer Ted Mosby dans sa quête de la ‘Mother’.

Le décor du bar n’est pas tout à fait fidèle au ‘Mc Larens’ des héros du show, mais avec un effort d’imagination on peut en saisir vaguement l’ambiance (ouai bon en fait pas du tout, c’est juste pour le fun d’y aller quoi).

> Déambuler sur Broadway :

… Et voir une comédie musicale, pour faire plaisir à votre copine.

voir-comedie-musicale-broadway

> Se rendre à Jersey City et observer Manhattan depuis un autre état :

Pas indispensable, mais comme je logeais sur Jersey City, j’en ai profité pour explorer !

> Participer à une messe en gospel dans Harlem

… (et ne pas mourir dans une fusillade en sortant) :

Complètement hallucinant, c’est juste un putain de MUST-DO à New-York. Je vous en dis pas plus, allez-y ! Même si vous n’êtes pas religieux. Ca vaut le coup (et c’est gratuit).

> Déguster un carrot-cake dans une boutique hipster de Brooklyn…

… et se croire dans Two Broke Girls, l’espace d’un instant.

> Voir un match des Met’s :

Là aussi je me suis loupé : pas de match quand j’y étais, ils jouaient à San Francisco. Pas la porte à côté, quoi.

> Prendre le taxi, sympathiser avec le chauffeur et l’embaucher pour les prochaines ballades :

Hassan, si tu lis ces lignes, je te passe le bonjour !

engager-taxi-new-york

> Déguster les pizzas à 2$ des Two Bros :

Parce qu’elles sont délicieusement dégoulinantes de graisse et de fromage.

> Flâner dans le quartier du World Trade Center :

Et croiser les mecs qui font et défont la bonne fortune de notre planète.

> Accrocher un cadenas avec sa copine sur le Brooklyn Bridge :

C’est tellement plus romantique que le pont des Arts…

accrocher-cadenas-pont-brooklyn

> Il me reste tant à voir :

En une semaine, je n’ai pas eu le temps de tout voir, loin de là. Prochain coup, je me ballade dans l’Upper East Side, je découvre le Queens, j’approfondis le coeur de Manhattan, bref, je me dissous littéralement dans la ville la plus bouillonnante que j’ai eu l’occasion de visiter.

Alors que j’y venais en étant bourré de préjugés, j’ai adoré cette ville. Je dois bien vous l’avouer : New York est magique.