Burlington, Vermont : 11 conseils pratiques pour réussir votre séjour (inclus : mon récit de voyage)

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Après une semaine intensive à New York, j’ai pris la route du Vermont. Direction sa capitale : Burlington. Une petite ville minuscule, d’à peine 30 000 habitants. Vous imaginez un état grand comme la France dont la capitale est de la taille de Périgueux ? Je peux vous dire que ça fait bizarre.

Voici donc le récit de mon voyage à Burlington, Vermont, ainsi que mes 11 conseils pour réussir votre séjour sur place.

Mon arrivée à Burlington, Vermont : des gens adorables et un gros coup de chance

Le Lac Champlain, à Burlington, dans l’état du Vermont… Magique !

Je suis arrivé à Burlington après un long trajet en bus depuis New York, avec la compagnie Greyhound (pour un prix franchement raisonnable, en plus). Parti à 14h de New York, c’est autour de 1h du matin que le bus me dépose à Burlington. Enfin, pas tout à fait Burlington : je suis déposé sur l’un des campus universitaires, au sud de la ville.

Je demande mon chemin à des étudiants pour savoir comment me rendre dans le centre. Ils m’indiquent un arrêt de bus un peu plus loin. J’ai de la chance : à peine arrivé au point qu’ils me désignaient, le bus est là. Par contre, c’est un bus-navette réservé aux étudiants du campus. Pas grave : le chauffeur avenant me fait signe de monter : « tu vas où ?« . Je lui donne le nom de la rue où j’ai réservé mon Airbnb. « Ok, pas de problème, je te fais signe quand tu dois descendre !« . Je sors mon porte-monnaie pour payer le prix du ticket : « Non, non, range ça, c’est ton cadeau de bienvenue à Burlington ! » Wow, généralement les cadeaux de bienvenue aux touristes sont des beaux attrapes-couillons, pas un trajet gratuit vers l’autre bout de la ville.

En tout cas, mon séjour à Burlington commence bien : j’ai rarement vu un chauffeur de bus aussi sympa et agréable.

Je monte dans le bus et me retrouve au milieu d’un film américain, entouré de nanas habillées en « cheerleaders », qui me dévisagent de la tête aux pieds. Faut dire que je dénote, avec mon look de backpacker. Burlington n’est déjà pas la ville la plus touristique des Etats-Unis, mais en plus en pleine nuit, en pleine semaine, sur le campus étudiant, avec un sac à dos de voyage, c’est clair que j’attire les regards.

Arrivé devant ma rue, le chauffeur et deux étudiantes m’indiquent la sortie. Je remercie tout le monde et sors dans la nuit fraîche, suivi par une cohorte de cheerleaders qui vont sûrement faire la fête dans un des bars de la ville. Je leur aurais bien emboité le pas, mais je suis fatigué et n’ai envie que d’une chose : me débarrasser de mon sac et passer une bonne nuit de sommeil pour attaquer ma découverte de la ville, le lendemain.

Premier contact avec le centre ville de Burlington

Quand je suis arrivé, il faisait nuit, j’étais fatigué de mon long trajet en bus, et la seule chose que je cherchais était le numéro de la maison où j’allais poser mes bagages pour 4 nuits. Je n’ai donc pas vu grand chose de la ville jusqu’à présent.

C’est seulement le lendemain matin que j’ai découvert Burlington. Une ville qui ressemble exactement à ce que j’imagine des Etats-Unis ‘profonds’. Des maisons individuelles, en bois ou simili, avec des grands porches où les habitants lisent le journal dans un fauteuil à bascule. Des gens qui se connaissent tous, d’ailleurs, façon Wisteria Lane : tout le monde semble se salue à Burlington. J’ai vite eu l’impression de débarquer au milieu d’une grande famille, c’en était presque troublant.

Les voisins me disent bonjour quand je sors de la maison, me saluent également dans la rue. Ce n’est qu’une fois sur ‘Main street‘, le boulevard qui mène au quartier piéton de la ville que l’on reprend des manières civilisées : pas un regard, pas un mot pour l’autre. La vie anonyme de nos villes occidentales.

Que faire à Burlington, Vermont :

Premier truc que je vais faire à Burlington : me racheter des chaussures. J’ai flingué les miennes sur les pavés de Broadway. Moi qui cherchait des idées sur quoi acheter aux USA, voilà ma réponse : une paire de Converse ! C’est original, et surtout c’est utile, car ma paire actuelle, achetée lors de mon road trip en Italie, prend l’eau de toute part (et le début de mon séjour à Burlington est humide : c’est l’automne). Direction le Mall (« Let’s go to the mall« , dirait Robin Sparkles), et hop, me voilà avec mes nouvelles chaussures, prêt à découvrir la ville et ses alentours.

> Voir Church Street et le centre ville

Je me rends vite compte que Burlington est une ville très, très petite. Je veux dire, je le savais déjà car j’ai lu deux-trois trucs sur elle avant de me décider à venir, mais une fois sur place, je prends conscience de ce que ça veut dire ‘petite capitale de 30 000 habitants’.

En moins d’une heure, j’ai déjà traversé deux fois le centre dans son intégralité (il s’agit en réalité d’une seule et unique rue piétonne de 200 mètres de long, coupée à la perpendiculaire par quelques ruelles sans grand intérêt…). Heureusement, je suis venu à Burlington pour la nature, pas pour la vie citadine (ça, j’ai donné avec New York). Je prends donc la direction du Lac Champlain pour un grand bol d’air frais.

> Voir le Lac Champlain

A deux pas du centre ville, au bout de Church Street, se trouve le front de mer (enfin, le front de lac, pour être précis). Le Lac Champlain est là, majestueux. Je le découvre en pleine grisaille, sous un ciel chargé de gros nuages. Un vent froid me gifle le visage. Ca n’empêche : je tombe vite sous le charme de l’endroit, déserté par les touristes en ce matin de fin septembre.

Bien couvert, la promenade est agréable. Je distingue au loin la rive opposée, sur l’état de New York (je n’arriverai donc jamais à m’en débarrasser !). Je marche à en perdre la notion du temps, puis quand la nuit tombe je reviens sur mes pas à la recherche, à nouveau, du centre de Burlington et d’un restaurant sympa où fêter mes 26 ans (c’est la première fois que je fête mon anniversaire à l’étranger, et je me sens d’humeur mélancolique).

> Louer un vélo et suivre le sentier de randonnée qui longe le lac

Je suis venu dans le Vermont pour profiter de la nature, du lac, et des couleurs de l’automne. Et la meilleure façon d’avoir tout ça, à Burlington, c’est de louer un vélo et parcourir le sentier de randonnée qui longe le lac Champlain.

La balade est magnifique : elle passe dans des sous-bois colorés, longe le lac si près qu’on pourrait toucher l’eau du bout des orteils lors d’un mauvais coup de pédale, débouche sur des criques de sable fin aux allures de bout du monde. J’y passe la journée, et je me régale. Les couleurs qui défilent sur le lac me rappellent les ambiances de l’Ecosse ou de l’Irlande. Les 20 kilomètres de piste cyclable défilent sous mes roues. Je rentre fatigué mais heureux : de la bonne dépense physique dans un cadre de rêve, que demander de plus ?

Je sais que vous allez vous poser la question donc j’anticipe : je ne me souviens plus précisément du montant réglé pour la location de mon vélo, mais pour la journée je crois que ça n’a pas dépassé les 15 dollars, ce qui est très correct je trouve (même si on est loin des 1 dollar par jour que j’avais quelques mois avant au Cambodge).

J’ai pas choisi le meilleur cadre pour faire mon selfie 🙂

> Sortir de Burlington et aller voir la nature de plus près

Le Lac Champlain est l’attraction majeure de Burlington. Mais si vous êtes véhiculé, tous les environs sont magnifiques. J’ai pu le constater lors de mon trajet en train entre Montréal et New York, qui longeait longtemps le lac Champlain et d’autres endroits magnifiques.

Parmi les spots à voir dans les alentours, ne manquez pas le Camel’s Hump (deuxième sommet le plus haut du Vermont) et le Mont Mansfield (le plus haut, à 1300 mètres d’altitude), deux endroits à une petite demi-heure de route de Burlington qui raviront les amoureux de nature, de grands espaces et de randonnées. A l’automne en particulier, les couleurs y sont absolument magnifiques : vous allez en prendre plein les yeux !

Le Camel’s Hump, à 20 minutes de Burlington / Crédit photo : Alltrails.com

> Faire une croisière sur le Lac Champlain

Lors de mes balades sur le front de mer (j’arrive pas à écrire ‘front de lac’, et encore moins ‘waterfront’ comme ils disent en anglais, ça m’arrache les yeux), j’ai vu plusieurs panneaux proposant des sorties en bateau autour du lac. Certaines ‘croisières’ se font dans des petits bateaux à moteur, d’autres sur des voiliers.

J’ai pensé un moment me faire ce petit plaisir, mais j’ai vite été découragé en voyant les prix (vraiment excessifs : pour une heure de balade, de l’ordre de la trentaine de dollars). Bref, c’est l’attrape-touriste classique. A vous de voir si vous vous laissez prendre volontairement : après tout, le lac est superbe et admirer le coucher de soleil depuis un voilier est quand même terriblement romantique.

Conseils pratiques pour visiter Burlington, Vermont :

Je vous ai donné quelques idées d’activités à faire à Burlington.Je pense que vous l’avez compris : si vous n’aimez pas la nature, vous allez vous ennuyer. Mais si les randonnées ne vous effraient pas, Burlington (et le Vermont en général) vont vous plaire !

Voici maintenant six conseils pratiques pour vous aider à préparer votre visite si vous décidez de venir découvrir Burlington prochainement.

> Où loger à Burlington

Burlington est une petite ville, il n’y a donc pas énormément de choix en terme de quartiers où loger. La seule obligation : rester à moins de 15 minutes à pied du centre ville (ou du lac, selon ce que vous préférez). De toute façon, rassurez-vous : à part si vous réservez un hôtel en banlieue, vous serez toujours dans un rayon de 10/15 minutes de marche de l’un ou de l’autre.

La ville est calme, pas de bruit la nuit hors du centre piéton où se concentrent les quelques bars et restaurants. En revanche, le prix des locations est assez élevé globalement : j’ai payé 40€ pour dormir sur un canapé bancal dans le salon d’une hôte désagréable au possible, à croire que ça la faisait chier d’avoir du monde chez elle (je peux le comprendre, mais dans ce cas là tu mets pas ton canap’ à louer sur Airbnb, bref…).

Voici une liste d’endroits où bien dormir à Burlington (ne faites pas comme moi : mettez un peu plus cher et assurez-vous d’un lieu de qualité !).

Bon plan : voici un coupon de réduction sur votre prochaine réservation Airbnb ! Enjoy 🙂

> Où manger et où boire un verre à Burlington

Si votre objectif en venant à Burlington est de profiter de la vie nocturne, des bars et des restaurants, vous allez être déçu : la ville est très calme à ce niveau là. Je n’ai pas testé grand chose en dehors de ceux qui se trouvent sur la rue piétonne principale, Church Street : une boutique qui vend des bagels délicieux, une ou deux pizzerias très correctes, un resto à burgers massifs, et un peu de bouffe asiatique. Malheureusement, à l’époque je ne notais pas tout ça avec autant d’assiduité qu’aujourd’hui, et le temps est passé si vite que je n’ai plus les noms en mémoire. Dans tous les cas, allez dans le centre piéton, vous trouverez de quoi bien manger ! Et pour boire un verre, c’est dans le même coin !

> Comment se rendre à Burlington (ou dans le Vermont)

Depuis New York, les bus de la compagnie Greyhound s’y rendent sans problème pour un prix encore abordable (de mémoire une trentaine de dollars). Pour s’y rendre en avion depuis la France, il n’y a pas de vols directs : il faudra faire escale à Philadelphie, Detroit, New York ou encore Washington. Je vous recommande donc plutôt de faire le trajet en deux étapes : choisissez une de ces villes, passez-y quelques jours, puis ensuite prenez un avion (ou un bus, ou un train) pour rallier Burlington et le Vermont.

Pour trouver des vols pas chers à direction des Etats-Unis, le bon plan c’est de regarder sur Skyscanner. Il y a souvent des aller-retours à moins de 250€ !

Depuis le Québec (et Montréal en particulier), il y a aussi des liaisons en bus avec Burlington. En théorie, le trajet est assez court (environ 4 heures – oui c’est court sur ce continent 🙂 ), mais le passage à la frontière peut durer assez longtemps, surtout si votre bus est plein et/ou que les douaniers américains décident de le fouiller de fond en comble. Je crois me rappeler que le prix de ce bus tourne autour des 20 USD.

N’oubliez pas, aussi, que pour vous rendre aux Etats-Unis il faut faire une demande d’ESTA, et qu’elle doit être approuvée par les autorités (généralement ça se fait sous 48/72 heures). Vous devez ensuite la remettre aux douaniers lors de votre arrivée sur le territoire. Ne plaisantez pas avec ces gars là, ils sont très sérieux.

> La sécurité à Burlington

Burlington est une toute petite ville (c’est la 10e fois que je le répète dans cet article, on commence à le savoir !) et je ne me suis jamais senti en insécurité ici, malgré des appréhensions depuis que je suis rentré sur le territoire américain (savoir que les gens sont armés, ça ne me rassure guère).

Je suis toujours resté soit dans le centre, soit sur le front de lac (et une fois, de nuit, sur le campus), et je n’y ai jamais croisé d’individus louches. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun problème, mais de toute façon vue la taille de la ville, cela ne sera en rien comparable avec l’insécurité galopante de nos villes françaises. Voilà, pas besoin d’être plus prudent que nécessaire : suivez juste les conseils de base pour voyager en sécurité et tout ira bien.

> Quel est le climat à Burlington ?

Les saisons à Burlington sont très marquées : on est au coeur des Etats-Unis, plutôt dans le nord du pays. Donc les hivers sont froids et rudes, les étés sont chauds, les automnes pluvieux et doux, et les printemps colorés et agréables.

Chaque saison réserve donc son lot de bons et de mauvais côtés, à vous de voir ce que vous préférez en fonction du but de votre voyage. Mais si vous venez pour la nature, faire de la rando, découvrir les alentours, alors franchement, venez au printemps ou à l’automne : c’est là que les couleurs sont les plus belles !

> Le coût de la vie est-il élevé à Burlington ?

J’ai assez peu de points de comparaison avec le reste des états ‘campagnards’ des Etats-Unis, mais je pensais quand même que les dépenses de la vie courante seraient bon marché dans le Vermont. Or, la plupart de mes dépenses étaient tout de même assez élevées (moins qu’à New York, mais comparable aux grandes villes françaises quand même). Est-ce parce que j’ai fait toutes mes emplettes dans le centre ville, dont les tarifs sont sûrement plus hauts qu’en périphérie ? Peut-être, en tout cas prévoyez quand même un bon budget pour profiter correctement de votre séjour, ça serait dommage de venir jusqu’ici et de ne rien pouvoir faire faute de porte-monnaie vide.

A la louche, comptez au minimum 50€ par nuit d’hôtel (assez basique), et 20€ par personne au restaurant (genre pour une pizza et une bière). Vous n’allez pas vous ruiner, mais c’est pas l’Asie, quoi.

D’autres questions sur Burlington et le Vermont ?

Mon séjour dans le Vermont commence à dater au moment où j’écris ces lignes (cela fait 4 ans déjà, pfiou). J’ai oublié des détails, notamment les noms des restaurants, le prix de certaines activités, ce genre de petits trucs (de toute façon, honnêtement, en 4 ans les choses ont dû changer). Mais si vous avez des questions ou des compléments d’informations, n’hésitez pas à m’écrire : je ferai mon possible pour vous renseigner !

Ne partez pas sans lire cet article : comment j’ai tout quitté pour m’offrir une vie de voyages, qui se trouve ici. Vous allez adorer !

Bonne découverte du Vermont !

Jérémy.