11 choses qui m’ont choquées en arrivant à Bangkok :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

bangkok-quartiers-chauds

J’écris cet article au bord de la piscine de la petite guesthouse que j’occupe à Ayutthaya, en Thaïlande.

Après une visite éclaire d’Istanbul, je me suis envolé pour la Thaïlande. Besoin de soleil, de bonne bouffe et de changer d’environnement. Il faut dire que je passe 95% de mon temps dans le monde occidental (Europe et Amérique du Nord), et l’Asie me faisait de l’oeil depuis un moment. Me voila donc en Thaïlande, considéré par beaucoup de voyageurs comme une sorte de paradis sur Terre. Fallait bien que j’aille voir ça de mes propres yeux ! Dans cet article, voici les 11 choses qui m’ont sauté aux yeux en sortant de l’avion et en posant les pieds à Bangkok :

1 : Il fait vraiment chaud

Super Jérémy, on avait vachement besoin de toi pour nous dire qu’il fait CHAUD en THAÏLANDE ! Grande nouvelle !

Hé ouai mais attendez, quand je dis chaud, c’est genre tu sors de l’avion et t’as l’impression de rentrer dans un sauna géant. Sauf qu’au bout de 2 minutes tu réalises que c’est ni un sauna ni les réacteurs de l’avion qui produisent une telle chaleur, mais que c’est la vraie température extérieure, et que tu vas sûrement mourir de déshydratation dans les heures à venir. Heureusement qu’un grand nombre de bâtiments sont climatisés, sinon je serais vite reparti en Finlande ou dans n’importe quel pays où la température est adaptée à mon petit corps fragile.

 grand-palace-bangkok

Port du chapeau obligatoire pour Jérémy !

2 : Le métro est propre :

24 heures auparavant, je me promenais sur la ligne 14 et dans le RER E à Paris. En arrivant à Bangkok, je n’imaginais pas une seule seconde qu’il existait quelque part sur terre un métro propre, silencieux, sans tags, détritus, ni apprentis-DJ fans de 50 cents. Pourtant, c’est le cas à Bangkok. Que ce soit dans les wagons, sur les quais, dans les couloirs ou au coeur des stations, tout est propre, clean, organisé, et climatisé ! Si ça ne tenait qu’à moi, je passerai ma vie dans ce métro !

[Malheureusement je n’ai pas pensé à prendre de photos du métro, partie remise !]

3 : Les gens sont respectueux et polis :

Dans la continuité du point précédent, les gens à Bangkok sont globalement très polis et respectueux des autres. Par exemple, quand tu veux descendre du métro, tu n’es pas bloqué par une horde de furieux te bloquant le passage pour monter le premier dans la rame. Ils attendent sagement derrière une ligne jaune, placée de chaque côté des portes, que les passagers soient descendus. Ça change !

4 : L’occidentalisation hallucinante de la population :

kao-san-road-dangereuse

Je m’attendais à ce que les jeunes de Bangkok soient influencés par la culture occidentale, mais sincèrement je ne pensais pas que cela serait à ce point là !

Ici tout le monde à un iPhone. Les vendeuses de street-food jouent à Candy Crush Saga entre deux services, et j’ai même vu une jeune femme utiliser sa tablette numérique alors qu’elle était à califourchon sur un taxi-scooteur sur l’un des grands boulevards de Bangkok.

De même, la façon de s’habiller est strictement identique à l’Europe (à part les tongs, pour cause de climat). La ville grouille de centres commerciaux à l’occidental, etc. Le choc culturel est faible, ici, pour être honnête.

5 : Les nuages de scooters dans les rues

jeunesse-bangkok

Pour moi c’est ça l’Asie : des dizaines de scooters qui attendent de s’élancer dans un nuage de fumée dès que le feu passe au vert. Certains portent des casques, d’autres juste un masque pour se protéger de la pollution. Certains ont 1, 2 ou même 3 passagers, d’autres vont en solitaire. Tous se faufilent au milieu du trafic intense de Bangkok (d’ailleurs j’ai traversé la ville à dos d’un de ces machins là, je peux vous dire que j’en menais pas large quand il faisait ses zig-zags entre les bus, les tuk-tuks et les 4×4 lancés à pleine vitesse !).

6 : Les grosses bagnoles

louer-voiture-thailande

C’est peut-être ce qui m’a le plus surpris. Le salaire moyen en Thaïlande étant de 400€ par mois, je ne pensais vraiment pas qu’autant de gens auraient les moyens de se payer une voiture. Et surtout pas un 4×4 flambant neuf ou les énormes pick-up qu’on trouve dans les grandes plaines américaines.

Pourtant, il suffit d’ouvrir les yeux pour voir que les rues de Bangkok sont littéralement prises d’assauts par ces énormes chars à boeufs. Probablement pour frimer, parce que vu le trafic il est bien plus rentable à mon avis de rouler avec une mini-smart ou un truc qui peut se garer sans trop d’efforts, et se faufiler partout.

Mais bon, c’est le propre des pays émergent : le besoin de montrer leurs réussites. C’est la même dans le monde entier, la Thaïlande ne fait pas exception.

Note : la photo ci-dessus n’a pas été prise à Valenciennes, mais bien dans un petit village près de Bangkok ! Et oui, le tuning est arrivé jusqu’ici !

7 : On risque sa vie à chaque croisement

traffic-bangkok

Quand j’ai dit que je partais en Thaïlande, j’ai entendu pas mal de trucs, du genre « tu vas te faire tuer par un gang de rues« , « tu vas finir découpé en morceau et tes organes seront revendus au marché noir« , etc. En fait, le seul vrai danger pour votre vie à Bangkok, ce sont les accidents de la circulation.

Les gens conduisent comme des dingues ici. Personne ne respecte le moindre code de la route : priorité au plus gros. Alors quand t’es piéton, t’as intérêt de regarder tes arrières régulièrement pour ne pas te faire arracher une jambe. Et prier quand il s’agit de traverser un grand boulevard.

8 : Les grattes-ciel côtoient les bidonvilles

 bangkok-quartiers-chauds

A Bangkok, les contrastes sont saisissants. Si vous levez la tête, vos yeux se posent sur la skyline de grattes-ciels imposants et massifs. Et l’espace d’un instant, vous vous croyez au coeur d’une mégalopole immensément riche. Mais si vous baissez la tête, vous voyez une famille entière vivre dans une cabane de bois et de tôles. Le boom économique du pays n’a pas encore profité à tout le monde.

9 : Les câbles électriques accrochés n’importe comment

scoot-bangkok

C’est déjà l’un des premiers trucs à m’avoir frappé en arrivant au Népal, quelques années plus tôt. Ici, comme partout en Asie, rebelote : les fils électriques sont accrochés n’importe comment aux poteaux sensés les soutenir. Ils pendent parfois dangereusement à peine quelques centimètres au-dessus de ma tête. Pas rassurant DU TOUT !

10 : Les rues sont goudronnées :

J’avais en tête les rues dégueulasses de Katmandou, mélange de terre battue, de sable et de poussière flottante. A Bangkok et même en dehors, toutes les rues sont goudronnées.

11 : Les odeurs de bouffe et de crasse omniprésentes :

streetfood-bangkok

En sortant du métro venant de l’aéroport, les odeurs sont saisissantes : nourriture, crasse, pollution, … Votre nez est pris d’assaut par toute sorte de parfums, des plus agréables aux plus détestables. Moi qui croyait que des 5 sens, l’odorat était le plus inutile, je pense qu’il me fallait ce retour en Asie pour me rappeler de l’importance de SENTIR une ville.

Et vous, qu’est ce qui vous a le plus marqué en arrivant à Bangkok ?