Comment gérer les coups de blues en voyage :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Quand on lit les blogs de voyage ou qu’on écoute les récits de gens qui sont partis, on a l’impression qu’une fois sur la route, tout est toujours pour le mieux dans le meilleur des mondes.

En réalité, chaque voyageur est à un moment donné sujet au coup de blues. A des moments de déprime.

Et c’est parfaitement normal. Parce que… :

Parce qu’on est loin de notre pays, de notre famille, de nos amis, et qu’ils nous manquent. Parce qu’on finit forcément par rater un événement important, une fête d’anniversaire, un mariage, une naissance, et que ça nous frustre. Ou parce que tout simplement, on aimerait parfois se retrouver dans son bar préféré avec sa bande de copains.

Tout le monde connaît un coup de déprime à un moment ou à un autre lors d’un long voyage

Les coups de blues sont indissociables des voyages au long-cours. Et quand ils se présentent à nous, inutile de se forcer à « aller mieux », à sortir à tout prix pour explorer. C’est le meilleur moyen pour s’enfoncer un peu plus dans un état d’esprit morose.

Au lieu de combattre ces coups de blues, de s’en vouloir de ne pas avoir une patate d’enfer, autant l’accepter. Admettre qu’on n’a pas un moral de feu aujourd’hui, et décider de prendre une journée « off » pour souffler, se reposer, bouquiner ou regarder des séries sous les couvertures. Et demain, quand le coup de blues sera passé, on pourra repartir de plus belle à la découverte du pays où l’on se trouve.

Personne ne peut être heureux tout le temps, à 100% du temps. Le problème avec les réseaux sociaux, les blogs, et tout ça, c’est que les gens ne montrent que ce qu’ils veulent bien montrer. Et forcément, montrer un coup de blues ou un coup de déprime, ça ne fait pas rêver les gens qui nous suivent. Alors on les cache, et on ne montre que la partie « je m’éclate ».

Et du coup quand on se retrouve soit-même sur la route, et qu’on est confronté à un coup de blues alors qu’on est en en voyage en Malaisie ou au Brésil, on culpabilise. On se dit : « merde, ça ne devrait pas m’arriver, je suis en voyage donc je dois être heureux !« .

Bref, tout ça pour vous dire : pas de panique si vous êtes sujet aux coups de blues en voyage.

Le mal du pays, les proches qui nous manquent, ça arrive à tout le monde. Même à ceux qui ne le montrent pas, par pudeur, par fierté ou par honte.

Acceptez vos coups de blues et repartez de plus belle dans vos explorations dès que ça va mieux !

Jérémy.