Couchsurfing ou auberge de jeunesse : le duel ultime !

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

couchsurfing-auberge-duel

En voyage, on se pose souvent deux questions. Où manger, et où dormir. Si la question de la bouffe se résout assez rapidement, en général, celle de dormir peut être plus délicate à régler.

De mon côté, vous le savez sûrement, je voyage majoritairement en Couchsurfing (tu savais pas toi ? mince, j’en parle suffisamment souvent pourtant, nan ?!). Notamment parce que ce que je kiffe en voyage, c’est comprendre le mode de vie des habitants et découvrir leurs histoires (avec un petit H, qui est souvent relié avec la grande Histoire d’ailleurs).

Bref, pour voyager à petit budget, vous avez le choix entre les auberges et le couchsurfing. Les deux présentent des avantages et des inconvénients, et chacun possède ses fervents défenseurs. Prêt pour le duel ? C’est parti !

Round 1 : Le coût de la nuit :

– Auberge de jeunesse : la première chose qui vient à l’esprit quand on parle de logement, c’est le coût. L’auberge de jeunesse a ceci de positif, généralement elles sont relativement abordables (les moins chères en Europe doivent être autour de 8/9€ la nuit dans les pays de l’est, et les plus chères autour de 25/30€ en Scandinavie). Ceci dit, le budget logement d’un voyage de 2 semaines uniquement en auberges peut vite devenir important, et flirter avec les tarifs d’un loyer classique.

– Couchsurfing : les médias ont pris la mauvaise habitude de présenter le Couchsurfing comme une façon de voyager sans dépenser un centime en logement. C’est vrai et faux : techniquement parlant, vous ne réglez pas de note d’hôtel. Mais en réalité, vous dépensez à peu près autant qu’en allant en auberge. Parce que vous allez offrir un petit cadeau à vos hôtes en arrivant (j’offre souvent une bouteille de vin, ou si j’arrive à l’heure du repas, un dessert). Ensuite vous payerez votre tournée au bar, ou carrément les inviterez au restaurant. Au final, la somme va vite devenir équivalente ou supérieure à l’auberge de jeunesse.

Bon, ça reste relatif et vous pouvez évidemment ne pas le faire, mais quand j’héberge quelqu’un qui ne propose même pas de me payer un verre le soir, j’ai vraiment l’impression d’être pris pour le pigeon qui offre un logement gratos, et c’est assez désagréable comme sensation.

Vainqueur : dans les 2 cas vous dépenserez généralement à peu près la même somme, alors pas de vainqueur pour le round 1 : je donne un point chacun !

Round 2 : Les possibilités de socialiser :

– Auberge de jeunesse : elles sont franchement limitées. Tout le monde a le nez dans son iphone ou sur son ordi portable. Il est loin le temps où tout le monde se rassemblait dans la pièce principale de l’auberge autour du joueur de guitare ! Du coup si vous êtes d’humeur solitaire (ça arrive dans un voyage, surtout si vous passez beaucoup de temps en Couchsurfing comme c’est mon cas actuellement), l’auberge de jeunesse est toute indiquée ! A part quelques politesses avec les autres occupants, vous n’aurez pas à ouvrir beaucoup la bouche.

– Couchsurfing : là, pas le droit d’être silencieux ! Le couchsurfing est basé sur l’échange, le dialogue, les rencontres. Si vous n’aimez pas parler de vous, ou si vous n’êtes pas curieux de connaître la vie de votre hôte, mieux vaut éviter le Couchsurfing. En revanche, si vous êtes d’humeur sociale, c’est parfait ! Bon, l’inconvénient c’est que vous pouvez tomber sur quelqu’un avec qui ça ne ‘click’ pas, et du coup être obligé de bavarder par politesse. Ça m’est arrivé quelques fois malgré une sélection attentive des profils, et c’est assez chiant et gênant. A l’inverse, parfois vous vous ferez d’excellents amis (ça m’est arrivé aussi !).

Vainqueur : le couchsurfing évidemment ! Les auberges sont remplies d’autistes, et Couchsurfing est rempli de gens passionnants, à quelques exceptions près !

Round 3 : La localisation géographique :

Auberge de jeunesse : A de très rares exceptions près, les auberges sont généralement situées dans les centres villes, les quartiers historiques, ou dans le pire des cas à distance convenable des coins touristiques. Pas de temps de perdu entre les visites et l’endroit où vous passerez la nuit, donc !

Couchsurfing : Le couchsurfing en revanche, c’est très aléatoire à ce niveau là. Vous pouvez tomber sur des hôtes qui habitent en plein coeur de la ville (c’était mon cas récemment à Riga par exemple, le couple qui me logeait habitait à deux pas de la vieille ville, dans un appart’ somptueux), mais vous pouvez aussi vous retrouver à 2 heures du centre, à galérer dans les transports en commun pour rejoindre quelqu’un qui vit dans un pavillon hors de la ville. Ca m’est arrivé à Londres, par exemple.

Vainqueur : l’auberge de jeunesse, sans contestation possible !

Round 4 : L’indépendance et la liberté de mouvement :

Auberge de jeunesse : un des avantages indéniables de l’auberge, c’est la liberté totale de mouvement. Sortez, rentrez, repartez, revenez autant que ça vous chante ! Vous avez les clés de votre chambre/dortoir, et vous êtes libre à 100% de faire ce que bon vous semble.

Couchsurfing : A ce petit jeu, le Couchsurfing est loin derrière. Vous devrez respecter le rythme de vie de vos hôtes, vous adapter à leurs habitudes. Si vous vouliez passer la nuit dehors alors que lui est fatigué et souhaite se coucher tôt, vous n’aurez guère d’autre choix que de suivre ce qu’il fait. Certains hôtes vous donneront les clés de leur appart’ et vous laisseront aller et venir à votre guise, mais c’est pas très fréquent.

Vainqueur : l’auberge, par KO !

Round 5 : La qualité du sommeil :

Auberge de jeunesse : j’en parlais dans cet article sur les pires expériences en auberge de jeunesse, la qualité du sommeil y est souvent exécrable. Entre les mecs qui rentrent bourrés à n’importe quelle heure (conséquence logique du point 4), ceux qui ronflent, ceux qui ne connaissent pas les bases de l’hygiène, n’espérez pas avoir une vraie bonne nuit de sommeil en restant en auberge.

Couchsurfing : là, c’est déjà mieux. Même si littéralement le Couchsurfing, c’est sur un canapé, les hôtes que j’ai rencontré m’ont très souvent offert un lit de camp, un clic-clac, ou un matelas à poser à même le sol (perso je préfère quand la surface sur laquelle je dors est relativement rigide). Bref, dans l’immense majorité des cas, le sommeil en Couchsurfing est de bonne qualité. Seul problème, et c’est encore une fois la conséquence du point 4, vous devrez souvent suivre le rythme de votre hôte. Ce qui veut dire se lever en même temps que lui s’il doit partir au travail le matin, par exemple.

Vainqueur : le couchsurfing, d’un bon crochet du droit !

Round 6 : La propreté et l’hygiène :

Auberge de jeunesse : à une époque, les auberges étaient réputées pour être relativement crade. Aujourd’hui, ça s’est considérablement amélioré, et je n’ai pas souvent eu de mauvaises expériences en auberge de jeunesse. La plus mauvaise en terme d’hygiène était probablement à Florence, lors de mon roadtrip en Italie, où je me suis retrouvé dans un dortoir enfumé et dont l’un des lits était occupé à temps plein par un SDF qui sentait très fort (l’alcool, la crasse et la clope combinés, c’est pas glam). J’y ai passé qu’une nuit et je suis parti. A part ça, les auberges ne sont pas forcément hyper clean, mais ça reste franchement acceptable l’immense majorité du temps (literie propre et salles d’eau correctes, c’est tout ce que je demande).

Couchsurfing : généralement, comme il s’agit du logement de quelqu’un habitué à recevoir, c’est propre. Mais parfois on peut avoir de drôles de surprises. Au Portugal par exemple, mon hôte à Coimbra hébergeait une colonie de fourmis dans son évier. Je peux vous dire que j’ai pas avalé grand chose pendant mon séjour chez lui.

Vainqueur : le Couchsurfing, qui remporte le dernier round !

And the winner is…

Bref, avant de déclarer le vainqueur, récapitulons pour ceux qui auraient eu la flemme de tout lire :

Auberge de jeunesse :
– payant
– pas besoin de discuter
– bonne localisation
– liberté de mouvement
– souvent très mauvaises nuits de sommeil
– hygiène correcte.

Couchsurfing :
– gratuit (mais dépenses connexes)
– obligé de socialiser
– localisation aléatoire
– obligé d’adapter son rythme à celui de son hôte
– en général des nuits plutôt bonnes
– hygiène relativement bonne.

Conclusion : 4 points à 3 en faveur du Couchsurfing, qui l’emporte d’un petit point seulement. En fait, les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients bien spécifiques, et ça va dépendre surtout de votre humeur et de votre personnalité. Si vous avez envie de socialiser et de papoter, privilégiez le Couchsurfing. Si vous voulez rester dans votre coin et ne pas ouvrir la bouche, l’auberge.

Alors, d’accord ou pas d’accord avec le résultat de ce duel ? J’attends vos avis en bas dans les commentaires !