J’ai eu peur mais c’est bon : Roadcalls sort ENFIN d’arrêt maladie :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

blogpasmortRoacalls sort ENFIN d’arrêt maladie ! Après 5 jours de sueurs froides, de nuits blanches et d’appels catastrophés au service technique de mon hébergeur, j’ai enfin réussi à remettre Roadcalls sur pieds.

Note : ceci n’est pas un article de voyage. Je ne parle pas de bouffe traditionnelle québécoise, d’expo africaine bizarre ou de plage thaïlandaise. C’est un article où je me plains, où j’évacue le stress, et où je vous raconte comment 2 ans de travail ont failli partir en fumée en quelques heures. Cette semaine m’a fait vieillir de 10 ans.

Récapitulatif des événements :

Dans la nuit de mercredi à jeudi, 04h43 : Jérémy dort à poings fermés en rêvant à la coupe du monde qui vient de débuter. A l’autre bout du monde, un gros américain aux cheveux gras s’apprête à envoyer des milliers de robots pirates à la recherche de failles de sécurité dans des sites internet où il n’aurait plus qu’à s’introduire ensuite, pour spammer le reste de la planète.

C’est ainsi qu’un fichier malveillant s’introduit sur Roadcalls, créant au passage des dizaines de pages de type ‘acheter du viagra pas cher’ sur le blog (en théorie je les ai supprimées, mais si vous en voyez encore, soyez gentils, faites moi signe).

Pour stopper la propagation du virus, mon hébergeur 1and1 a bloqué automatiquement Roadcalls, empêchant ainsi au pirate de contaminer davantage de pages web… et vous empêchant, par la même occasion, d’aller lire vos articles sur votre blog de voyage préféré (comment ça Roadcalls n’est pas votre blog préféré ? SCANDALE !).

Jeudi, 12h04 :

Au réveil, jeudi midi (oui je suis un gros dormeur), Jérémy panique : WHAT ZE FUCK IS ZAT !?! Page blanche partout. ‘Access denied’ partout. Impossible d’accéder à l’espace administrateur. BORDEL !

En plus, j’ai la bonne idée d’être particulièrement nul en informatique (et de détester ça).

Bref, ni une ni deux, je me jette sur le support technique de 1and1 qui me fait gentiment changer les mots de passe de mon serveur FTP. D’après le gars au téléphone, ça devrait suffire à stopper le pirate. Et en théorie, tout devrait rentrer dans l’ordre au cours de l’après-midi.

14h11 : toujours rien.

15h29 : toujours rien.

16h08 : Je décroche à nouveau mon téléphone et rappelle le service technique. Cette fois, on me recommande de télécharger l’intégralité de la structure du blog sur mon ordinateur, de passer un coup d’antivirus dessus, et de tout remettre sur le serveur. Comme je ne suis pas un gars contrariant, je m’exécute. L’opération est terminée autour de 18h… à un détail près : les fichiers infectés n’ont pas été nettoyés. Fail.

18h43 : Je suis désespéré. Je ne vois pas d’autre solution que de tout supprimer et de recommencer le blog à 0. Peut-être même de tout arrêter, d’appeler le 3949 et d’ouvrir un dossier chez Pôle Emploi. Heureusement, j’ai des gens vraiment cools autour de moi et je me retrouve au téléphone avec Florent, un webmaster freelance qui, par miracle, est dispo pour me rencontrer vendredi matin et voir ce qu’il peut faire.

Vendredi, centre ville de Cherbourg, 10h00 :

Florent est au rendez-vous. C’est un neuro-chirurgien de l’ordinateur : il ouvre des dossiers dont je ne soupçonnais même pas l’existence, sectionne les documents infectés, greffe une peau neuve au bébé, referme le tout sans une cicatrice. En quelques heures l’opération est terminée. Sur le papier, Roadcalls est tout beau tout propre. J’envoie un mail au service technique de 1and1 pour leur demander de lever la quarantaine et débloquer l’accès administrateur : mes lecteurs m’attendent, et j’ai hâte de pouvoir reconfigurer le blog correctement.

15h, rien. 16h, nada. Je trépigne d’impatience.

17h, toujours rien. Je me sers un jus d’orange et vais me caler dans le jardin de chez ma mère avec la ferme intention d’attraper un coup de soleil pour me rafraîchir les idées.

18h, ma messagerie mail reste muette. J’en déduis que le type chargé de mon dossier a pris son RTT pour mater Cameroun-Mexique. Je n’ai rien contre le foot, mais quand la survie de mon entreprise en dépend, j’ai envie de massacrer un poster de Samuel Eto’o.

Samedi matin, j’ouvre ma messagerie avec l’espoir infime qu’un mec d’astreinte se soit bougé les fesses pour mon petit business. Je prends un nouveau coup au moral : 0 message non lu.

Je comprends que je ne dois pas me faire d’illusion : Roadcalls restera inaccessible au moins jusqu’à lundi.

J’essaie de me changer les idées. J’ouvre Google Maps et je rêvasse devant ma prochaine destination. Mais je ne peux m’en empêcher : j’actualise Hotmail toutes les dix minutes. En vain.

Tu vois ce que ça fait quand t’envoies un SMS à la fille qui te plait et que tu regardes constamment ton téléphone en espérant le voir s’illuminer de son prénom ? Bah c’est pareil. Sauf que je n’attends pas la réponse d’une jolie fille mais probablement celle d’un geek à lunettes. Et que, chaque minute qui passe un visiteur se prend une page blanche dans la figure. Que les robots de Google commencent à râler de voir mon site indisponible, et que les premiers annonceurs me menacent de rompre nos contrats.

Dimanche, je fais la gueule toute la journée. Même la victoire de l’équipe de France n’arrive pas à me remonter le moral.

Inutile de vous dire qu’en me réveillant lundi matin, j’ai la boule au ventre. Si 1and1 n’a toujours pas répondu, je fonds en larme.

Heureusement, j’ai une réponse. Malheureusement, elle est mauvaise.

En substance : « vos fichiers sont toujours corrompus, veuillez faire le nécessaire pour les rendre clean. Une fois que vous avez nettoyé les fichiers infectés, vous devez changer les mots de passe de l’administrateur« . Bah oui les loulous, mais en attendant c’est VOUS qui me bloquez l’accès à l’admin. Et si vous n’aviez pas mis 3 jours pour réagir, les fichiers anciennement propres n’auraient pas été contaminé DE NOUVEAU.

Je perds patience. Je recommence toutes les manœuvres enseignées par Florent.

3 heures plus tard, le site est à nouveau clean. Je renvoie un mail au support en me disant que je fais un sacré métier de merde, que je serais bien mieux si j’étais resté journaliste dans ma petite chaîne de télé locale, et si je n’avais jamais eu l’idée saugrenue d’enfiler un sac à dos pour monter dans un avion.

Lundi s’écoule lentement. Je m’anesthésie le cerveau devant BeIn Sports. Toujours rien sur ma messagerie.

Je pourrais faire facteur. C’est bien ça, facteur. Ou moniteur d’auto-école.

Et puis, en fin d’aprèm, par acquis de conscience, je lance Roadcalls. Et là, MIRACLE : page blanche. TOUTE blanche. Sans le putain de ‘access denied‘ qui va me hanter pendant des années. CA REMARCHE ! Je suis joie.

Je me connecte sur l’interface administrateur. Y’a des bugs de partout. Roadcalls est un gruyère. Un champs de ruines. Mais je m’en fou, ça fonctionne. Les articles sont disponibles, les lecteurs sont heureux et les annonceurs arrêtent de me casser les noix.

Le reste de la journée est long, chiant, et sans intérêt : je réactive des plugins, corrige des lignes de code, fais des tests à la con.

On notera au passage que les techniciens de 1and1 n’ont pas daigné répondre à mes emails, ni m’en envoyer un pour me prévenir de la levée de la quarantaine. Service client zéro, les mecs.

Il est possible que pendant les jours / semaines qui viennent, certaines fonctionnalités soit limitées sur le blog. Tout va revenir à la normale petit à petit, pas de panique. Pour m’aider, si vous tombez sur des trucs bizarres, des pages qui ne se chargent pas ou des liens morts, faites moi signe !

Une évolution importante à noter cependant, les commentaires ont disparu

J’ai dû supprimer le module de commentaires pour le moment. Depuis quelques temps, je me faisais spammer de manière complètement hallucinante. Rien qu’en juin, plus de 31 000 spams sont tombés sur le blog, ralentissant inutilement la navigation et faisant de Roadcalls une cible privilégiée des pirates. J’aimerais beaucoup pouvoir remettre cette fonctionnalité rapidement, mais pas si c’est au détriment de la sécurité du blog. Affaire à suivre.

Par ailleurs, je vais probablement devoir changer le design du blog très bientôt. J’aimais bien celui ci, mais j’ai un problème assez gênant dans le côté administrateur : je ne peux pas accéder au module d’écriture des articles. Avouez que c’est con pour un blog dont le but est justement de publier des articles.

Pour publier et/ou modifier des textes existants, je dois repasser par le design basique de WordPress (le logiciel qui sert de structure au blog), puis rebasculer ensuite sur celui que vous connaissez. C’est hyper laborieux, et franchement ce n’est pratique pour personne. Ni vous qui devez subir des changements de navigation en permanence, ni moi qui doit marcher sur des oeufs au niveau technique. Bref, soit quelqu’un sait pourquoi le thème wordpress Patus n’est pas compatible avec la version 3.9.1 de WordPress, soit je vais devoir faire du changement tout bientôt à ce niveau là.

Voila pour cet article qui sort de ce que j’ai l’habitude d’écrire. Mais ces 5 jours de black-out méritaient bien quelques explications.

Merci à tous ceux qui m’ont apporté leur soutien pendant cette période de doute et de stress intense, ça fait chaud au coeur !

De mon côté, je m’accorde des vacances. Une fois cet article en ligne (si les dieux de l’informatique le veulent bien), je coupe l’ordinateur, j’éteins le portable et je file m’éclater les oreilles à Clisson pour le HELLFEST ! En espérant retrouver Roadcalls vivant à mon retour… 

A bientôt les amis !