Pourquoi voyager ? Ma réponse en 20 bonnes raisons :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Cela fait 5 ans que je vous raconte mes voyages sur ce blog. Que je vous donne des conseils pour voyager pas cher, pour réussir votre tour du monde, pour concilier travail et voyage, etc. Et depuis tout ce temps, je n’ai jamais répondu à une question que l’on me pose pourtant souvent : pourquoi voyager autant.

Alors, ce n’est pas sur le blog que l’on me pose le plus souvent cette question. Ici, je pense que vous êtes tous convaincus des bienfaits du voyage. C’est plutôt quand je rencontre des gens pour la première fois, dans un contexte social, et que j’explique ce que je fais dans la vie, que l’on me demande : « mais pourquoi tu voyages autant ?! Qu’est ce que tu en retires ? Qu’est ce que ça t’apporte ?« .

A force de me faire poser la question, j’ai développé tout un tas de réponses différentes, en fonction du contexte, en fonction de ce que m’a apporté mon dernier voyage, en fonction de mes envies du moment. J’ai décidé de tout concilier dans un seul et même article (celui-ci, donc), que je pourrais leur faire lire. Peut-être que j’arriverai à les convaincre (j’espère) que voyager apporte énormément de choses positives à différents niveaux. Et pourquoi pas, aussi, leur donner envie de prendre la route à leur tour.

Alors pourquoi voyager ? Trêve de parlotte, voici ci-dessous toutes les raisons qui m’ont décidé à prendre la route, un jour ou l’autre.

Voici toutes les raisons qui m’ont poussé à partir en voyage :

pourquoi-voyager

Voilà comment j’en suis arrivé à prendre les décisions de réaliser un voyage (chaque voyage a eu une motivation différente). Je vous explique le pourquoi je suis parti. Dans la deuxième partie de l’article, je vous montrerai les bienfaits, les conséquences positives et souvent inattendues de tous mes voyages.

Pourquoi j’ai décidé de voyager ?

Parce qu’une opportunité s’est présentée

Vous savez comment je me suis lancé dans mon tout premier voyage ? C’est un pote qui m’a appelé en me disant : « Hé, Jeremy, ça te dit de partir visiter Oslo le mois prochain ? ». Étant fasciné par ce pays depuis mon adolescence, j’ai répondu oui sans trop savoir dans quoi je m’engageais.

J’étais bien loin d’imaginer que quelques années plus tard, j’aurais fait des voyages un mode de vie à part entière, moi le petit normand qui ne mettait jamais mis les pieds hors de ma région natale plus d’une fois par an (et encore, jamais pour aller bien loin).

Bref, une opportunité s’est présentée, je l’ai saisie, et voilà comment j’ai découvert Oslo et la Norvège pour la première fois de ma vie, au printemps 2010.

Pour accomplir un rêve d’enfant

Depuis mon adolescence, je suis passionné par la Scandinavie. La raison va peut-être vous surprendre : à la base, cela n’a rien à voir avec les voyages. C’est la musique qui m’a fait m’intéresser à cette région du monde (le metal, en particulier). Est venue ensuite l’intérêt pour la mythologie nordique. A 24 ans, j’ai décidé de partir m’installer en Suède, dans ma chère ville de Göteborg, afin de combler le désir de vivre dans le pays du metal (et d’accomplir le rêve de l’enfant que j’étais (et que je suis toujours un peu 🙂 )).

Pour apprendre des nouvelles langues

Avec la passion pour les voyages, est venue la passion des langues. Ça va vous paraître idiot, mais je trouvais ça fantastique de pouvoir communiquer en utilisant d’autres mots que ceux qui sont les miens depuis mon plus jeune âge.

Je me suis mis à apprendre plein de langues, sans en maîtriser pleinement aucune. L’italien et le suédois sont des langues que je baragouine vaguement suite à des séjours longs et répétés dans ces deux pays. Je me débrouille en espagnol (pour avoir habité en Andalousie à un moment), et depuis que je vis à Zagreb je suis en train d’apprendre le croate (au moins les bases car c’est une langue vraiment compliquée).

L’anglais ne me pose désormais plus le moindre soucis : c’est la langue officielle des voyageurs, celle que je parle la majorité du temps depuis que je suis parti sur les routes.

Pour briser mes idées reçues sur certains peuples

Il y a deux voyages que j’ai fait non pas pour assouvir l’envie de découvrir un pays, mais parce que j’avais en tête une image terriblement mauvaise d’un peuple. Et je voulais confronter mes préjugés à la réalité du terrain.

C’est l’Espagne et l’Italie que j’avais dans le pif, sans trop savoir pourquoi (enfin, si, les italiens c’est à cause du foot). C’est pour cette raison que j’ai été découvrir l’Andalousie à plusieurs reprises (il me reste encore plein d’endroits à explorer en Espagne, notamment la Galice qui m’attire de plus en plus), et que je passe au moins une fois par an en Italie, pays que j’aime énormément (alors que je m’y rendais avec des a-priori long comme le bras).

Bref, si vous vous demandez pourquoi voyager, voilà une bonne raison : briser ses idées reçues, ses préjugés, en les confrontant au monde réel. Parfois, ces préjugés seront confirmés, parfois (souvent) ils s’effaceront.

Par pure curiosité

Des fois, j’entends parler d’un pays ou d’un lieu. A la télé, dans un article, au détour d’une conversation. Ou je rencontre un type qui vient d’un endroit un peu exotique, sur lequel je n’ai justement pas le moindre a-priori. C’est le genre de trucs qui va titiller ma curiosité, et qui va me donner envie de m’y rendre aussitôt.

C’est comme ça, par exemple, que je me suis rendu en Malaisie, lors de mon voyage en Asie du sud-est. Je n’avais pas la moindre idée de ce qui pouvait bien se cacher derrière ce drôle de nom, alors comme j’étais pas loin, j’y suis allé.

Parce que les billets d’avion n’étaient pas chers

Vous allez me dire, s’il y a bien une raison idiote de voyager, c’est celle-là. Mais après tout, pourquoi pas ! En fait, c’est comme ça que je me suis rendu dans plein de destinations européennes. Des endroits où je serai certainement allé plus tard, mais pour lesquels je me suis fait forcer la main parce qu’à un moment précis, il y avait un billet d’avion à un prix absolument irrésistible.

En plus, comme je suis malin et que je sais comment trouver des billets d’avion pas cher, c’est le genre de truc qui m’arrive très souvent. Je ne pourrais même pas vous dire dans quel endroit je suis allé pour cause de vol pas cher, il y en a plein !

Pour me changer les idées et faire la diète médiatique

Quand j’habitais en France, que j’y vivais toute l’année, il m’était très difficile de prendre du recul et réussir à ne pas subir la morosité ambiante propagée à longueur de journée par les médias et leurs mauvaises nouvelles.

Or, une fois que j’ai mis le pied dehors et que j’ai coupé instantanément toutes les sources d’information actives et passives, j’ai pris conscience que cette ambiance pesante était tout sauf une fatalité.

J’ai réalisé qu’il existe plein d’endroits sur terre où les gens sont de bonne humeur, avenant, ouvert, et surtout moins stressés que dans nos grandes villes françaises. En Europe de l’est, où je me trouve actuellement, le climat général dans les grandes villes est bien plus agréable que chez nous, plus détendu.

En allant dans un autre pays, tant qu’à faire un où on ne comprend rien à la langue, on esquive aussitôt la contamination de la morosité d’esprit. Perso, cette diète me fait un bien fou : je me sens régénérer.

Alors, ce n’est pas la meilleure raison de voyager, on est d’accord (disons qu’il y a moyen de faire plus positif comme démarche), mais c’est peut-être quelque chose auquel vous serez confronté. Ou en tout cas, une fois en voyage, vous verrez de quoi je veux parler.

Pour trouver le soleil et un climat agréable

Voilà quelque chose de plus positif : quand on est originaire de Normandie (comme moi) et qu’il fait gris les trois-quarts de l’année, à un moment si on a envie de soleil il va falloir bouger. Vers le sud. C’est comme ça que j’ai atterri en Asie, ou, plus régulièrement et moins loin, c’est pour ça que je vais souvent en Andalousie l’hiver, avant les fêtes de Noël, quand le temps gris et pluvieux me pèse trop dans la partie nord de l’Europe.

Pour rencontrer des nouvelles personnes

J’adore les rencontres que l’on fait en voyage. Parce qu’on n’a pas le temps de se mentir, de porter un masque. On sait qu’on ne fait que se croiser. On partage un bout de vie et on s’en va ailleurs. Il y a un côté magique dans l’éphémère de ces rencontres. Une sorte de solidarité immédiate se met en place. L’un et l’autre savent ce que chacun est en train de vivre, ses galères, ses joies, ses difficultés.

On s’entraide, on se refile des bons plans, on se raconte nos anecdotes autour d’un bon repas ou d’une bonne bière. Et on se remet en route, chacun de son côté, en se promettant qu’on se recroisera ailleurs, plus tard.

La plupart du temps, ces rencontres deviennent des bons souvenirs, mais parfois, elles se transforment en amitié qui durent des années.

Contrairement à ce que l’on pense avant le départ, faire des rencontres en voyage est plutôt chose aisée, surtout dans les pays où les backpackers sont facilement identifiables physiquement. Et surtout si l’on voyage seul, comme cela fût mon cas pendant des années.

Pour améliorer mon pouvoir d’achat et mieux profiter de la vie quotidienne

Qu’est-ce que tu peux faire avec 500€ par mois ? En France, pas grand chose. Voir rien du tout, à peine de quoi survivre. Mais dans d’autres coins du monde, 500€ c’est une très belle somme.

Tiens, là où je suis, en Croatie (qui n’est pourtant pas le tiers monde, hein), 500€ c’est plus que le salaire minimum local. C’est à peu près ce que je dépense en un mois ici, et en ayant la sensation de me faire plaisir. En France, pour le même train de vie, je dépenserai facilement 1200-1500€. Pour exactement la même chose, hein.

Dernier exemple en date, pas plus tard que ce midi : une barquette de 500 grammes de fraise sur le marché, que j’ai payé… 1€ ! Je n’ai pas le prix français exact en tête, mais à vue de nez je dirais que 500 grammes de fraise, surtout en début de saison, c’est au moins 3€.

Pour prendre une donnée plus parlante, une pinte de bière, en terrasse dans le centre ville de la capitale, coûte ici 2€. Combien à Paris, dans un quartier central ? Voilà.

Voyager, quand on gagne modestement sa vie en France, permet l’espace de quelques jours ou semaines, de pouvoir se faire vraiment plaisir, d’avoir la sensation de profiter de la vie, quand on va dans des pays pas chers. Rajoutez à cela le dépaysement et tous les bienfaits du voyage que je suis en train d’énoncer ici, et vous avez déjà une réponse idéale à votre question « pourquoi voyager ».

Par besoin d’être en mouvement, d’avoir de la nouveauté dans ma vie

J’ai besoin de nouveauté dans ma vie. Constamment. Quand les choses sont trop routinières, je m’ennuie et je finis par déprimer. J’ai besoin de changer d’air fréquemment, d’avoir l’esprit sollicité par des nouvelles choses autour de moi. J’ai besoin de me challenger de temps en temps, en me confrontant à l’inconnu. Et le voyage est ce qui comble le mieux ce besoin, en ce qui me concerne.

Voilà, on a fait le tour des ‘causes‘, si je puis dire, de mes voyages. En gros, ce qui a déclenché, à un moment où à un autre, l’envie de voyager, d’aller voir ailleurs. Au-delà de ces raisons rationnelles, voici maintenant ce que j’ai gagné à voyager autant.

Pourquoi voyager ? Voici les bienfaits du voyage :

… Ou comment ma personnalité a évolué au fil de la route…

ohrid-macedoine-2

Je ne pouvais pas finir cet article sans vous parler des bienfaits du voyage à un niveau personnel. Voici ce que j’ai gagné à voyager, même si ce n’était pas le but du voyage au départ.

Voyager va transformer la personne que vous êtes, à tous les niveaux :

J’ai appris à me connaître et à m’écouter

En voyage, on est seul avec soi-même (enfin, quand on voyage seul, comme c’est mon cas). On passe donc énormément de temps dans notre tête, et on finit par se connaître par coeur, pour peu que l’on soit un minimum à l’écoute de nos besoins intérieurs.

C’est d’ailleurs une capacité que j’ai appris à développer sur la route : être à l’affût de ma petite voix intérieure, et réussir à faire les bons choix pour moi. Ce que je n’étais pas forcément capable avant, où j’étais très dans l’attente du regard des autres et dans la validation par autrui de mes actes et pensées.

J’ai pris confiance en moi

Quand on se retrouve à l’autre bout du monde, sans parler la langue, sans savoir où on va dormir ni comment payer le prochain repas… et qu’on s’en sort vivant, ça donne un sacrée boost à l’égo !

Il y a des situations où, si on m’avait dit quelques mois plus tôt que je m’y retrouverais confronté, je ne m’en serais jamais cru capable de m’en sortir. Et pourtant, je suis encore là à écrire ces lignes ! Voyager m’a permis de reprendre confiance en moi et me redonner de l’estime. Je vous le garantie, voyager est une excellente thérapie !

J’ai changé mon type d’alimentation

Le Jérémy d’avant pouvait finir un pot de crème fraiche de 50cl en deux repas. Depuis mon second (et long) voyage en Asie, j’ai radicalement changé ma façon de m’alimenter. Des prémices avaient commencé à pointer suite à plusieurs rencontres, mais l’Asie, en étant privé de camembert pendant des semaines, m’a contraint à changer de régime alimentaire. Désormais je mange sain et je consomme aussi local que possible, autant pour ma santé que pour des raisons éthiques.

Ma façon de voir le monde a évolué

Les voyages m’ont fait réaliser à quel point notre monde est riche de ses différences (voici la phrase la plus clichée jamais écrite sur ce blog), et à quel point il est primordial que chaque peuple cherche à les cultiver plutôt qu’à les amoindrir.

Je ne supporte plus cette idée de village-monde où tout le monde doit vivre, penser et agir de la même manière. Pour moi, c’est un bonheur de changer radicalement d’univers à l’instant où je traverse une frontière entre deux pays, de me confronter à une nouvelle langue, de nouvelles coutumes, un nouvel héritage culturel.

Avant de voyager, je savais que les gens vivaient différemment ailleurs, mais concrètement je ne savais pas ce que cela signifiait et impliquait. Aujourd’hui, j’ai compris, et je prie pour que chaque peuple conserve ce qui fait de lui un peuple.

Ma sensibilité écologique s’est développée :

J’ai toujours aimé la nature. J’ai grandi au bord de la mer, mes parents sont deux amoureux de la nature et des grands espaces. Je pense que j’avais ça dans le sang. Mais je l’ai renforcé à force de voyager et de découvrir les beautés de notre planète.

Pour tout vous dire, j’en suis arrivé à un point où je ne supporte plus de voir des bâtiments en construction. Pour moi, ça veut dire qu’on grignote de l’espace vital (= la nature) pour de l’espace aseptisé et inutile. C’est comme vouloir tuer l’humanité à petit feu.

Si j’étais élu président de la république (c’est d’actualité au moment où j’écris ces lignes), j’interdirais purement et simplement le droit de construire quoi que ce soit de neuf. Je suis extrême ? Peut-être. Mais quand je vois certains pays qui ravagent leur littoral pour construire des hôtels 4 étoiles blindés de touristes, ça me met en rage.

Ma relation aux autres s’est transformée :

J’étais quelqu’un de timide avant de partir sur la route. Les voyages ont fait exploser mes barrières et je suis désormais hyper sociable, à l’aise en -quasiment- toutes circonstances.

Sur la route, il est impossible de rester timide très longtemps. Au début, il me fallait me faire violence pour sortir de ma coquille et oser demander mon chemin à des inconnus, qui plus est dans une langue qui n’est pas la mienne. Mais au bout d’un moment, j’ai élargi ma zone de confort et c’est devenu quelque chose de familier.

J’ai appris à prendre des initiatives

Une fois parti pour un voyage au long cours, si vous voulez qu’il se passe des choses, il vous faudra prendre des initiatives. Être capable de décider ce qui est bon pour vous, et de le mettre en place concrètement dans votre vie, au quotidien.

Une jeune londonienne m’a fait un jour un compliment qui m’a beaucoup touché. Elle m’a dit « Jérémy, toi tu fais en sorte que les choses se concrétisent » (bon, ça sonnait mieux en anglais : ‘you make things happen’). Elle ne se doutait pas que c’était loin d’être mon cas avant de partir. Je l’ai déjà dit, j’étais plutôt introverti et je laissais facilement les autres décider pour moi. Ce n’est plus le cas désormais.

Mon rapport à l’argent s’est transformé :

Forcément, quand on traverse des pays où les gens vivent avec quelques euros par jour, cela fait relativiser les choses. On se rend compte qu’on n’a pas forcément besoin de beaucoup pour vivre bien et être heureux.

Alors, je ne suis pas de ceux qui disent « regardez, ils n’ont rien et ils sont heureux« , c’est complètement idiot comme raisonnement puisqu’on reste dans le même paradigme : lier l’argent au bonheur (soit lier ‘en avoir‘ avec ‘être malheureux‘, quand certains parlent de ‘chez nous‘, soit ‘ne pas en avoir‘ avec ‘être heureux‘ pour parler des pays pauvres qu’ils visitent). A mon niveau, cela m’a surtout permis de décorréler l’un et l’autre. On peut être heureux sans argent (mais on peut aussi être heureux AVEC, hein). C’est une question de philosophie de vie davantage que de pauvreté ou de richesse.

Ce rapport a l’argent a déteint sur une autre évolution de ma mentalité :

Je ne m’encombre plus de biens matériels :

Depuis 2011, je vis avec mon sac à dos de voyage comme unique compagnon. Mes biens matériels d’avant ma vie de voyages (CD et livres) sont dans des cartons chez mes parents.

Voyager avec quasi-rien m’a permis de me recentrer sur l’essentiel. Je n’ai pas besoin d’un téléphone dernier cri ou d’un écran plat 120cm pour être heureux. Je m’en fous. Mes possessions matérielles ne me définissent plus. Je suis dans l’être, et non pas dans l’avoir. Je préfère mille fois mettre 100€ dans une expérience qui va me faire des souvenirs de dingue, plutôt que dans un objet quelconque.

Pour résumer, pourquoi je voyage en deux mots :

Alors, pourquoi voyager, si vous vous posez encore la question à la lecture de cet article ? Tout simplement pour se remettre les idées en place, pour changer sa façon de voir la vie. Pour évoluer personnellement, guérir certaines blessures. Fuir certains problèmes (en moi ou extérieur), aussi, bien sûr, je ne vais pas le cacher. Et puis, aussi, pour découvrir le monde, avec toutes les conséquences positives que cela peut avoir à différents niveaux.