Se ressourcer en Sardaigne : ma semaine de rêve à Santa Maria Navarrese :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

randonnée-sardaigneAprès mon roadtrip en Roumanie sous la neige, j’en ai eu marre de porter mes 3 paires de chaussettes et mes 2 bonnets (oui oui, deux bonnets l’un sur l’autre, pour protéger mon crâne chauve des intempéries roumaines). Alors j’ai troqué mon écharpe contre un short de bain et je suis parti… Direction : la Sardaigne ! Objectif : me ressourcer pendant une semaine dans un cadre paradisiaque.

Mon truc à moi, vous le savez : c’est plutôt les pays nordiques. Les pays froids où l’on se retrouve le soir dans des pubs à descendre des pintes de bière. Pas le sud et son soleil arrogant à longueur d’années. Pourtant, je me suis régalé à Santa Maria Navarrese. Voici pourquoi…

Un accueil au top dans une famille sarde à l’ancienne

En arrivant le premier soir, j’ai été accueilli comme un prince par la petite famille sarde où j’avais élu domicile le temps de mon séjour. Café latte au doux goût de l’Italie, avec des pâtisseries faites maison par ma bienfaitrice de ce séjour : une mamie sarde toute ridée et souriante, absolument adorable. Il ne se passait pas une journée sans qu’Ana ne vienne m’apporter des oranges fraîches, ses légumes du jardin ou carrément un plat de ‘pasta pomodori‘ cuisiné à sa façon.

Et je ne vous parle même pas du nombre d’apéros que j’ai descendu avec elle et les siens. Entre la crème de limoncello maison et une liqueur de ‘mirto’ à base d’eau de vie à 90 degrès, je m’en suis mis plein la panse. Quel accueil, mes amis !

Santa Maria Navarrese : un village hors du temps

Entre deux festins, j’ai pu profiter de la douceur de vivre à l’italienne. Ce petit village a quelque chose de poétique, hors du temps, et de tout ce qui rappelle le monde moderne.

Les papis assis sur leur banc regardent la vie s’écouler à l’ombre d’un olivier. Les grands-mères vêtues de noir vont chercher leurs oranges chez le marchand. Le soleil, du matin au soir, fait sécher le linge étendu sur les balcons. Les chats paressent au soleil et les lézards se réchauffent sur les murs des vieilles maisons fissurées.

logement-santa-maria-navarreseVue depuis mon balcon, au coeur du village…

Je me suis immergé là-dedans. Je me suis laissé happé par la douceur de vivre et la lenteur de ce petit village afin de me ressourcer, de me recentrer sur moi-même et sur le plaisir d’être dans l’instant présent, loin de l’agitation des grandes villes et de ses sollicitations incessantes.

Je me suis engouffré avec délice dans les sentiers de randonnée, délaissés par les locaux et boudés par les touristes. Entre terre et ciel, entre mer et montagne, j’ai découvert la Sardaigne comme j’imaginais être la Corse : belle, douce, traditionnelle, respectueuse de la nature, et chaleureuse tant que tu respectes l’île et ses occupants, humains comme animaux.

Une semaine de pur bonheur, je reviendrai ! Désormais, passons à l’aspect pratique du voyage !

faire-randonnée-en-sardaigneLe village de Santa Maria Navarrese, juste en bas… La vue depuis la montagne qui le surplombe !

Comment se rendre à Santa Maria Navarrese

Vous avez deux options. La première, c’est de prendre un vol low-cost pour Cagliari (vous en trouverez à moins de 50€ aller-retour en passant par Skyscanner, ici). De là, un bus vous emmène à Tortoli puis à Santa Maria Navarrese, pour 10€ seulement (par contre comptez 3 bonnes heures de transport, hors correspondance à Tortoli). C’est pratique et économique.

Pour ceux parmi vous qui n’aiment pas l’avion ou qui veulent arriver directement dans la région d’Ogliastra, vous pouvez descendre en voiture (ou autrement) jusqu’à Gênes, près de la frontière française (idéal si vous êtes dans le sud-est). De là, prenez un ferry jusqu’à Arbatax puis un bus local jusqu’à Santa Maria Navarrese (les deux villes sont distantes de seulement quelques kilomètres, ça se fait très bien et relativement vite). Pour les tarifs et les horaires des ferrys, je vous invite à regarder sur le site de OK Ferry qui s’occupe des traversées depuis et vers la Sardaigne, car perso j’avais opté pour l’option aérienne (je ne suis pas très branché bâteau, ça bouge vachement ces machins là !).

A quelle période de l’année se rendre en Sardaigne ?

visiter-la-sardaigneVoilà le temps que vous aurez, même au coeur de l’hiver !

Si vous êtes comme moi, que vous cherchez en permanence à fuir les hordes de touristes venues consommer du soleil, alors je n’ai qu’un seul conseil à vous donner : venez hors saison ! J’ai découvert la Sardaigne la première semaine de février, et je n’ai croisé absolument personne. Les locaux ont dû me prendre pour un extraterrestre à venir pendant la période ‘froide’ (enfin hein, on se comprend), mais quel bonheur de ne pas voir âme qui vive ni sur la plage pendant les séances de bronzette, ni dans les sentiers de randonnées pendant les immersions dans la nature.

Le seul réel inconvénient de venir hors saison concerne les infrastructures. Peu de restaurants sont ouverts, et quand ils le sont, ils sont vides. L’avantage, c’est que ça force à se rendre dans les lieux où les locaux vont (que ce soit pour faire les courses ou pour boire un verre).

Aussi, j’ai trouvé les gens hyper accueillant et chaleureux, en Sardaigne. Je sais pas si c’est justement parce que j’étais l’unique touriste du moment et qu’ils m’ont bichonné, mais c’était vraiment agréable !

randonnee-montagne-sardaigne

Où loger à Santa Maria Navarrese

Bon plan : voici un coupon de réduction à utiliser pour votre première réservation Airbnb. Merci qui ? 🙂

Vous trouverez ici le logement de la petite famille adorable qui m’a hébergé. J’ai tellement été bien reçu par Ana, la petite mamie ridée aux grands yeux clairs et malicieux qui m’apportait fruits et légumes frais tous les jours, que je ne peux pas m’empêcher de vous la recommander ! Vous allez adorer !

Dans tous les cas, où que vous soyez à Santa Maria, vous ne serez jamais loin ni de la mer ni de la montagne.

logement-pas-cher-sardaigneLa vue depuis l’autre côté du balcon 🙂 La mer n’est jamais bien loin !

Une semaine à Santa Maria Navarrese : le programme de mon séjour

Jour 1 : il s’agit du vrai premier jour 1, car le jour 0 c’était mon arrivée, et je n’ai rien vu du tout. Juste un long trajet dans un bus chaotique avec des gamins qui hurlaient des conneries : un cauchemar. Donc le jour 1, c’était séance bronzette sur la plage du village, à 50 mètres de mon logement. En mode repos et détente complet, histoire de régénérer mon organisme, mis à rude épreuve par le roadtrip glaciale à travers la Roumanie enneigée.

Jour 2 : première randonnée, vers la Pedra Longa. Un sentier escarpé, entre mer et montagne, absolument magnifique. Pas très difficile même sans être équipé, par contre ça monte bien par endroit, et certains passages sont mal indiqués, soyez vigilant pour ne pas vous perdre.

randonnée-sardaigne

Jour 3 : balade le long de la mer, jusqu’au coucher du soleil. J’ai escaladé les rochers qui bordaient la plage de Santa Maria à l’ouest et j’ai continué le long de la mer en direction d’Arbatax. Je n’ai pas pu aller jusqu’au bout car je suis parti trop tard et la nuit tombe tôt l’hiver (vers 17h). Le retour aurait été trop difficile, à escalader les rochers dans le noir complet.

Jour 4 : randonnée dans la montagne. Je suis grimpé (presque) tout en haut de la montagne qui surplombe le village de Santa Maria Navarrese. De là haut, une vue imprenable et une séance de méditation qui fait du bien !

randonnée-santa-maria-navarrese

Jour 5 : nouvelle randonnée dans les montagnes, toujours avec une vue magique sur la mer et les environs. Cette fois, j’ai fait la rencontre d’animaux sauvages : cochons et biquettes sur le chemin !

animaux-sauvages-sardaigne

Jour 6 : retour à Cagliari après avoir pris un bon café (avec une goutte d’aquavit maison dedans, mais chut) préparé par la petite mamie, pour les au-revoirs. En ce qui concerne Cagliari, j’en parlerai plus en détails dans un article dédié. Sachez juste que ce n’est pas une destination très intéressante : beaucoup de villes en Italie sont plus agréables. Je l’ai trouvé assez mal fâmée et plutôt craignos. Je serais volontiers resté une nuit supplémentaire à Santa Maria, mais mon avion tôt le lendemain matin me forçait à dormir à proximité de l’aéroport.

Jour 7 : retour en France et choc thermique au programme !

Les vidéos de mon séjour en Sardaigne :

Je vous les partage tout bientôt, le temps de faire le montage !

En attendant, ne partez pas sans découvrir comment faire le tour du monde avec 1€ par jour : l’article complet est à lire ici.

A bientôt !

Jérémy.