Attentats, terrorisme, enlèvements… Peut-on encore voyager partout dans le monde, en 2015 ?

Jeremy

Terroristes-islamistes-300x207Dans les lignes qui suivent, je vais tenter de répondre à la délicate question qu’un lecteur m’a posé via la page Facebook du blog : peut-on encore voyager partout dans le monde aujourd’hui en 2015 ?

Dans un ancien article, j’expliquais que la plupart des dangers pour un voyageur ne sont pas les attentats terroristes, les kidnappings ou les révolutionnaires sanguinaires, mais les petites arnaques du quotidien, et tout bêtement les accidents de la route (ceux qui ont mis les pieds en Asie, en Afrique ou ailleurs, comprendront de quoi je parle).

Je répète également à volonté que parmi les pays que j’ai visités, celui où je me sens le plus en insécurité, c’est en France. Et pour avoir souvent débattu de la question avec d’autres voyageurs, on est pratiquement toujours tombé d’accord : le RER parisien est plus angoissant que le métro de Bangkok ou les ruelles de Riga. Même à la nuit tombée.

En fait, c’est exact à la condition, justement, de ne pas se rendre dans les pays vraiment dangereux. La question qui se pose alors est logique : c’est quoi le danger ? Où se situe t-il ? J’y réponds dans une seconde, juste après ceci : Read More →

Réussir vos photos de voyage même avec un appareil de merde : le tuto en 5 étapes

Jeremy

autoportrait-a-veloVoici un tutoriel en 5 étapes pour réussir vos photos de voyages même si vous utilisez un appareil tout moisi, comme le mien.

Car oui, j’ai un appareil photo numérique tout pourri. Vraiment. C’est le Nikon Coolpix des années 2000. Je l’ai acheté pour une centaine d’euros avant de faire mon tout premier voyage, en Norvège, en 2010 (j’en ai refait un en 2014 pour m’installer à Oslo).

Depuis, je n’ai rien acheté d’autre, et l’immense majorité des photos que je publie sur le blog sont prises avec.

Et faut bien que je vous l’avoue, cet appareil photo me sort par les yeux. Parce qu’une fois sur deux, l’image est floue. Ou mal exposée. Ou il y a du grain si l’environnement est trop sombre.

Pourtant, je suis exigeant en terme de qualité d’image. Et pour cause : j’ai bossé quelques années en télévision en tant que journaliste reporter d’images. Autrement dit, avec une caméra sur l’épaule, avec pour mission de ramener des images diffusables à la télévision. D’ailleurs si vous êtes du grand ouest ou passionné de foot, vous avez probablement déjà vu mes reportages ou entendu ma voix sur vos écrans de télé, entre 2008 et 2011.

Sans compter qu’avec un père photographe primé dans plusieurs salons internationaux (tiens j’en profite pour vous glisser un lien vers sa galerie photo d’Ecosse ici !), j’ai plutôt intérêt de ne pas publier d’images trop loupées si je ne veux pas me faire disputer lors des retrouvailles familiales ;)

Bref, voici ma problématique, et j’imagine que vous êtes probablement dans la même que moi : réussir à faire des belles photos de vos voyages avec un appareil photo très basique (voire carrément avec votre téléphone).

Voici donc ma méthode pour réussir vos images de voyages :

Read More →

Quoi voir et quoi faire à Séville : mes conseils pour réussir votre séjour !

Jeremy

place-d-espagne-seville

Fin 2014, j’ai passé une semaine à Séville, en Andalousie. C’est ma tradition depuis 2012 : je vais terminer l’année sous le soleil espagnol, à déguster des tapas et me boire des grands jus d’orange frais sous le ciel bleu.

Je dois dire que j’ai mis du temps à apprécier l’Espagne, car mon premier contact avec Barcelone fût pour le moins décevant (cf cet article). Et mes deux mois à Grenade dans la foulée se sont révélés assez ternes (temps pourri et difficulté d’intégration avec les locaux).

Mais j’ai persévéré : l’Andalousie est vraiment belle, il y fait beau et doux, le coût de la vie est dérisoire, et il y a ce sentiment de vie facile propre aux pays chauds qui me plait bien, après plusieurs mois à vagabonder en Scandinavie et ailleurs dans le nord.

Séville, donc. J’avais hâte de découvrir cette ville après un premier aperçu fin 2013, où j’avais dû écourter mon séjour et revenir en France en urgence pour des raisons personnelles. Déjà, à l’époque, j’avais été séduit par les ruelles tortueuses, les orangers, et cette cathédrale sublime qui sert de point de repère quand on visite la ville.

J’étais passé voir rapidement la Plaza de Espana, qu’on m’avait vendu comme l’une des plus belles places du monde. Et je dois dire que, bien que je ne l’avais vu que de nuit, j’avais été impressionné par son élégance, sa grandeur.

C’est donc plein d’espoir que j’ai posé à nouveau mes valises dans la capitale andalouse. Avec, cette fois, la ferme intention de la découvrir réellement.

Et je n’ai pas été déçu : Read More →

Pourquoi j’ai quitté la Norvège au bout de 5 jours (alors que je devais y rester des mois) :

Jeremy

Norvege 336Il y a cinq ans, je mettais pour la première fois de ma vie le pied sur le sol scandinave. C’était pour un week-end prolongé. Je partais avec des amis à la découverte d’Oslo. Je suis revenu de ce voyage enchanté, avec une obsession en tête : continuer de découvrir le monde (j’en parle ici).

5 ans et 25 frontières plus tard, j’ai à nouveau atterri à Oslo. Avec cette fois l’intention d’y rester un peu plus qu’un weed-end prolongé. L’objectif était même de m’y trouver une chambre en coloc et de rester quelques mois. Histoire de découvrir à quoi ressemble la vie dans le pays qui truste la première place de tous les classements de richesse, bien-être, santé et croissance économique depuis des décennies.

Finalement, j’ai déchanté. Et j’ai pris mon billet retour plus vite que prévu. Voici les explications.

Read More →

Message à destination de ceux qui ne voyagent pas autant qu’ils le voudraient :

Jeremy

couple-carte-mondeCe n’est pas grave si vous ne pouvez pas voyager maintenant.

Le voyage, c’est un bonus. Un bon gros bonus, avec du soleil, des paysages de ouf, une culture nouvelle et des gens hallucinants.

Mais c’est un bonus.

Et je vais vous dire pourquoi.

Je reçois régulièrement des emails de lecteurs qui me disent, en substance, ceci : « pour le moment, je me fais chier dans mon boulot, dans une ville où je tourne en rond, j’ai hâte de pouvoir tout plaquer pour pouvoir voyager et faire ce que tu fais« .

Ce genre de message devrait me faire plaisir : sincèrement, quand on te prend pour modèle, ça te fait chaud au cœur (et un peu flipper aussi mais bon).

Mais en réalité, je pense que ceux qui sont dans cet état d’esprit aujourd’hui sont dans le faux. Ils se trompent. Et voici pourquoi : Read More →