Visiter Bilbao : 19 choses à faire pendant votre séjour (guide de voyage complet)

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous envisagez de visiter Bilbao prochainement et vous vous demandez que faire sur place ? Vous êtes au bon endroit ! Je rentre tout juste d’un week-end bien rempli dans la capitale du pays basque espagnol, et j’ai pris plein de notes pour vous aider à organiser votre séjour.

Dans cet article, je vous détaille les 19 choses à faire à Bilbao, et je vous partage mes conseils pour le choix de votre logement (les coins à éviter du centre ville, et ceux à privilégier), et je vous dévoile mes meilleures adresses pour bien manger pendant votre séjour.

Prêt pour le guide de Bilbao ? Alors c’est parti !

A savoir en bref :

> J’ai payé mon aller-retour 30€ pour Bilbao (non, je n’oublie pas un 0) depuis Nantes en passant par ce site. Y’a pas mal de villes françaises qui ont des liaisons ultra low-costs avec Bilbao, ça vaut le coup de regarder !

> Pour loger à Bilbao, je vous recommande de sortir un peu du vieux centre car c’est vraiment bruyant la nuit. Logez plutôt par ici pour être au calme et proche de tout !

> Si vous souhaitez partir avec un guide de voyage dans la poche, regardez celui-là, par le Petit Futé (il traite aussi de San Sebastian et de Santander, deux villes assez proches de Bilbao).

Au sommaire de cet article

Que visiter à Bilbao dans le vieux centre

Le premier endroit que je vous conseille de visiter à Bilbao, c’est son centre historique. Le quartier s’appelle Casco Viejo, mais vous entendrez parfois parler des Siete Calles, “les sept rues”, en raison tout simplement du nombre de rues piétonnes qui s’y trouvent.

Ce quartier s’étend sur la rive est du fleuve. En journée, il est vraiment agréable d’y flâner : vous y trouverez plein de boutiques agréables et une ambiance douce et paisible malgré l’animation. En soirée, en revanche, l’atmosphère change radicalement : ça devient vite très fêtard et très alcoolisé ; on aime ou on n’aime pas.

Quoi qu’il en soit, si vous visitez Bilbao, voici ci-dessous ce que vous pourrez faire dans le quartier de Casco Viejo.

Vous souhaitez être guidé par un francophone dans Bilbao ? Réservez votre visite de Bilbao avec Amaya sur cette page ! Elle connaît la ville comme sa poche et parle très bien français ! C’est l’idéal si vous avez peu de temps sur place (2 jours ou moins) car vous irez à l’essentiel !

> Admirer la place Arriaga et son théâtre

Le théâtre Arriaga, construit à la fin du 19e siècle, est l’un des bâtiments les plus élégants de Bilbao. Il se situe sur la place du même nom, juste à côté de la rivière. C’est l’Opéra de Paris qui a été la source d’inspiration principale de l’architecture de ce monument, et ça se ressent dans le style général et dans certains détails, même si je serais bien incapable de vous réexpliquer tout ça correctement. En tout cas il mérite vraiment une visite (ça peut se faire en réservant ici), ou bien encore mieux en assistant à une représentation pendant votre séjour (programmation là).

De l’autre côté de la place Arriaga, jetez un coup d’œil à la jolie église baroque San Nicola, qui marque l’entrée dans la vieille ville de Bilbao, puis engouffrez-vous dans les ruelles du Casco Viejo à la découverte du centre historique !

> Voir la cathédrale Santiago de Bilbao

Au cœur du Casco Viejo, il y a un édifice majeur qu’il est pourtant très simple de rater complètement : la cathédrale Santiago de Bilbao. On peut en admirer la façade quand on se trouve sur la petite place Done Jakue Plazatxoa, car c’est le seul endroit où on a un peu de recul. Le reste du temps, les pans extérieurs de la cathédrale se confondent avec des murs “normaux” dans les ruelles étroites qui l’entourent (surtout qu’il y a des boutiques qui se sont installées contre ce mur). Pas forcément facile à repérer, donc.

La visite de la cathédrale est malheureusement payante : elle coûte 5€. A ce prix, on vous fournit un audioguide (heureusement, car je trouve ça cher, quand même).

> Faire le tour de la Plaza Nueva

Une place que j’ai adoré à Bilbao, c’est la Plaza Nueva. Elle me fait penser à certaines places que l’on trouve en Italie, avec ses grandes arches, sa forme rectangulaire très formalisée, et ses palmiers disséminés ça et là.

Elle est quasiment entièrement fermé au reste de la ville, ce n’est pas hyper simple de trouver son entrée (en tout cas j’ai galéré, mais je ne suis peut-être juste pas très doué), mais du coup, il y a peu de monde. Ce n’est pas un endroit de passage, les gens viennent pour se poser sur un banc au soleil, ou pour s’assoir à la terrasse d’un café ou manger un morceau (y’a quelques bars à tapas très sympa par là, je vous en reparle plus bas dans la partie dédiée).

> Voir le Mercado de la Ribera

En Espagne, mon petit plaisir personnel c’est d’aller faire un tour sur les grands marchés couverts pour acheter mes fruits et légumes, ou bien juste pour flâner et sentir l’ambiance des lieux.

Le marché de Bilbao est quotidien, comme souvent dans le pays. Le bâtiment dans lequel il a lieu n’est malheureusement pas très joli (en tout cas rien à voir avec le marché magnifique de Valence, par exemple), mais l’intérieur est coloré, parfumé, animé. Vous y passerez probablement en longeant la rivière à l’entrée des ruelles du Casco Viejo, alors allez-y, même si c’est juste pour cinq minutes : perso je suis conquis à chaque fois !

Adresse : Erribera Kalea.

> Prendre son temps sur la plaza Miguel Unamuno

Un autre petite place que j’ai trouvé très charmante, c’est la plaza Miguel Unamuno, où vous trouverez entre autre le musée de l’archéologie de Bilbao. Si le cœur vous en dit, ou si la météo n’est pas très clémente, vous pouvez bien sûr aller le visiter. Autrement, contentez-vous de passer par cette place et d’en apprécier l’atmosphère et l’architecture.

C’est un point de rendez-vous de beaucoup de Bilbainos : dès que le soleil pointe le bout de son nez, vous les verrez s’installer sur les marches de l’escalier ou bien sur les terrasses qui se trouvent dans l’angle. D’ailleurs si vous montez les escaliers jusqu’en haut, vous tomberez sur un petit arc de triomphe (pas aussi imposant que le nôtre hein) et vous aurez aussi une jolie vue sur la ville.

Bref, la plaza Unamuna une très jolie petite place, point de passage quasi obligé du centre historique de Bilbao !

Que visiter à Bilbao dans la ville nouvelle

Une fois que vous aurez fait le tour du Casco Viejo (c’est vite fait, comptez deux heures environ), traversez la rivière et prenez la direction de la ville nouvelle (le quartier d’Abando, pour être précis) en longeant les quais. Vous allez vite arriver aux points d’intérêt majeurs de ce côté-ci de la ville. Je vous les détaille ci-dessous.

> Visiter le musée Guggenheim

Le musée Guggenheim, c’est l’emblème absolue de Bilbao. Vous le trouverez sur toutes les cartes postales et tous les produits dérivés de toutes les boutiques de souvenirs du pays basque espagnol. Si vous aimez l’art contemporain, ou même si vous vous y intéressé seulement vaguement, c’est un immanquable, à visiter absolument lors de votre séjour sur place.

A l’intérieur, vous découvrirez les étranges sculptures de Richard Serra et des installations étonnantes de Jenny Holzer, parmi les expositions permanentes. Le reste se renouvelle très souvent, donc ça sera la surprise pour quand vous y serez !

Pour visiter ce musée correctement, je vous conseille de prendre un guide francophone pour vous accompagner (celui-là). C’est clairement pas donné, mais ça vaut le coup afin d’appréhender et apprécier les œuvres pleinement. De plus, un guide vous permet aussi de couper la file d’attente, et ainsi éviter la queue à l’entrée (surtout que l’été elle peut être longue !).

Je précise aussi que le musée lui-même vaut un coup d’oeil tellement son architecture est biscornue et originale. Même si vous ne rentrez pas à l’intérieur pour voir les expositions, faites en sorte de passer devant lorsque vous allez visiter Bilbao, c’est vraiment à voir !

A savoir si vous venez visiter Bilbao hors saison : le musée Guggenheim est fermé le lundi ! Au niveau des tarifs, ça commence à 10€ par adulte pour un billet acheté à l’avance sur internet, et ça monte éventuellement ensuite selon le tarif que demande votre guide (en français, il demande 62,50€ par personne pour une visite de deux heures).

Adresse : Abandoibarra Etorb., 2.

> Voir l’Araignée de Louise Bourgeois

Que vous décidiez ou non de faire la visite complète du musée Guggenheim, prenez vraiment le temps de faire le tour du bâtiment par l’extérieur.

Au bord du fleuve, de l’autre côté du musée, vous découvrirez une étrange araignée géante de la plasticienne française Louise Bourgeois. Une immense sculpture métallique qui pourrait presque faire peur !

> Voir le chiot en fleurs

Juste à l’entrée du musée Guggenheim, vous verrez une immense sculpture florale représentant un chiot assis. Il serait le gardien spirituel du musée, d’après les locaux. Mais à la base, c’est une oeuvre de l’artiste Jeff Koons, qui mesure tout de même 13 mètres de haut. Étonnant !

> Visiter le musée des beaux arts

Si après avoir découvert Guggenheim dans ses moindres recoins il vous reste de la place pour un autre musée, vous pouvez vous diriger vers le musée des beaux arts, qui est le second plus visité de Bilbao (je vous laisse deviner lequel est le premier).

L’exposition permanente fait la part belle, forcément, aux artistes basques et espagnols. Vous y trouverez des oeuvres de Goya, de Zurbaran ou encore de El Greco, mais aussi Cézanne ou Gauguin.

Bon plan : l’expo permanente est gratuite après 18 heures, si jamais vous voulez simplement jeter un oeil par curiosité ! Sinon c’est 9€ par adulte.

Adresse : Museo Plaza 2.

> Flâner dans le parc Dona Casilda Iturrizar

Si vous voulez vous détendre dans un espace vert agréable et bien entretenu, allez au parc Casilda Iturrizar. Il se trouve au plein centre de la ville neuve, et ses fontaines ainsi que ses espaces ombragés seront les bienvenus si vous visitez Bilbao aux beaux jours.

Pour ma part, je suis venu en plein mois de janvier. L’ambiance hivernal, les arbres sans feuilles, les fontaines éteintes et le peu de personne s’y promenant, ne m’en ont pas laissé un souvenir impérissable. Mais je pense vraiment que c’est un endroit chouette dès qu’il fait beau (et une température douce).

> Déambuler sur Gran Via, l’avenue principale de Bilbao

En revenant du parc Casilda Iturrizar vers le centre de Bilbao, je vous conseille d’emprunter l’avenue Gran Via de Don Diego Lopez de Haro, que les locaux raccourcissent systématiquement en Gran Via. C’est l’avenue principale de la ville : on y trouve tous les magasins possibles et imaginables (principalement des chaînes, car les boutiques indépendantes sont plutôt dans le Casco Viejo). Et les façades de certains bâtiments sont vraiment chouettes. Elle est immense : elle s’étend pratiquement du stade San Mames et s’arrête juste avant la place Arriaga, à l’entrée du Casco Viejo.

> Voir la Place Moyua

Lorsque vous déambulerez sur Gran Via, vous allez probablement passer par la place Moyua, l’une des plus belles du Bilbao nouveau. Hôtels de luxe, fontaines élégantes, et bâtiments officiels sont disposés tout autour de cette place très fleurie aux beaux jours.

Si jamais vous n’avez pas envie de faire le détour depuis le Casco Viejo juste pour la voir, vous pouvez tout simplement y prendre la navette pour vous rendre à l’aéroport, à la fin de votre séjour (je reparle de ce trajet plus bas, dans la partie consacrée aux transports), et profiter de ce moment là pour y jeter un coup d’oeil rapide (pas besoin d’y passer des heures non plus, hein, quelques minutes suffisent).

> Visiter le centre Azkuna Zentroa Alhondiga

Si vous avez encore de la place pour un musée (et un grand, celui-là), je vous invite à aller faire un tour au centre culturel Alhondiga : c’est gratuit et il est ouvert jusqu’à 23 heures. D’après la dame de l’office de tourisme, c’est un truc très sympa à faire, mais je vous avoue que les musées c’est pas forcément mon truc, et dans ma liste des priorités à Bilbao ce n’était pas lui qui venait en premier.

J’ai tout de même pris le temps de m’en approcher pour en admirer l’architecture : c’est un ancien entrepôt à vin qui a été transformé en immense centre consacré à l’art (15 000 mètres carrés tout de même !). La pièce où on est accueilli est une grande salle remplie de colonnes aux styles variés. Ça vaut bien un coup d’œil ! Pour le reste, je n’ai pas d’avis !

Adresse : Plaza Arriquibar, 4.

Que faire à Bilbao si vous avez encore du temps

S’il vous reste un peu de temps avant de partir, voici quelques suggestions supplémentaires de choses à faire à Bilbao.

> Marcher le long des quais

Une immense promenade a été aménagée le long des quais de Bilbao, et c’est un vrai régal d’y flâner. Les locaux y font leur jogging, leur pause-déj au bord de l’eau, ou simplement s’y promènent en famille ou entre amis le week-end.

La partie la plus intéressante si vous n’avez pas envie de traverser toute la ville d’une extrémité à l’autre, c’est entre le pont Euskalduna et le pont Zubizuri. Là, vous serez au coeur de la zone la plus moderne de Bilbao, et où vous pourrez apprécier aussi bien l’architecture urbaine que l’ambiance générale des lieux. Comptez 25 minutes de marche entre les deux ponts, mais vous pourrez bien sûr continuer votre marche jusqu’au pont Arenal afin de rejoindre ensuite le Casco Viejo, le centre historique de Bilbao. Très sympa, surtout aux beaux jours !

> Voir les différents ponts de Bilbao

Bilbao est traversée par un fleuve, et forcément, pour aider les habitants à passer d’une rive à l’autre, on y a construit un bon paquet de ponts. La plupart n’ont pas d’intérêt autre que faire la jonction entre l’est et l’ouest de la ville, mais il y en a deux qui valent un petit coup d’oeil si vous passez dans les parages.

Le premier c’est le Zubizuri, un pont piéton à l’architecture moderne (en photo ci-dessous – perso je n’aime pas), et le second c’est la passerelle Pedro Arrupe qui offre un point de vue très sympa sur le musée Guggenheim, en contrebas. Rien d’immanquable dans les deux cas, cependant.

> Voir les Isozaki Towers, les tours jumelles de Bilbao

Plusieurs personnes m’ont incité à lever le nez en l’air lorsque je serai sur les quais de Bilbao, sur le chemin vers le pont Arenal, comme je l’expliquais ci-dessus. La raison est simple : il y a les Isozaki Towers, les tours jumelles de Bilbao, juste là.

Honnêtement, elles n’ont rien de particulier : ce sont deux énormes blocs rectangulaires, tout en vitres bleutées comme les bâtiments modernes que l’on trouve désormais partout. Mais j’ai l’impression qu’elles font la fierté des habitants. On en trouve même des produits dérivés dans certaines boutiques de souvenirs, des magnets à coller sur le frigo. Bref, si vous passez par le pont Zubizuri, levez le nez : les tours seront là !

> Admirer Bilbao depuis le point de vue du Mirador de Artxanda

Si vous aimez les points de vue, celui du Mirador de Artxanda vous permettra d‘admirer toute la ville de Bilbao s’étendre à vos pieds. La montée à pied n’est pas simple car le trajet n’est pas direct, il faut serpenter dans des rues sans intérêt. Je vous conseille plutôt de prendre le funiculaire, au prix de 3,60€ l’aller-retour. Notez qu’il fonctionne jusqu’à 22h, si jamais vous aviez envie de vous faire un coucher de soleil ou même une vue nocturne de Bilbao !

> Admirer la mairie de Bilbao

Près du pont “Udaletxeko zubia” (le premier qu’on croise quand on redescend de Zubizuri vers le Casco Viejo), ne manquez pas d’admirer le bâtiment de la mairie de Bilbao, il vaut vraiment le coup d’oeil. Son architecture est magnifique, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur. Il est conseillé de faire la visite guidée (gratuite) qui est réservable ici (vous pouvez changer la langue pour passer en espagnol, si vous êtes plus à l’aise, par défaut je vous ai mis le lien en anglais).

Adresse : Ernesto Erkoreka Plaza, 12.

> Visiter le stade de San Mames

Si vous aimez un minimum le foot, vous connaissez forcément le club de l’Athletic Bilbao, entraîné à une époque par notre Luis Fernandez national. Dans ce cas, je vous envoie sans hésiter faire cette visite du stade mythique de San Mames, l’antre des rouge et blanc.

Vous découvrirez les coulisses du stade, dont les vestiaires et la salle de presse. Vous passerez dans le tunnel que prennent les joueurs à chaque match, et vous découvrirez le musée du club, avec les différents trophés exposés et des objets emblématiques du foot espagnol. A faire si on aime le foot !

Où dormir à Bilbao : conseils et suggestions

Dans cette partie, je vous partage mes conseils et mes suggestions pour vous loger à Bilbao pendant votre séjour.

J’ai récemment publié un guide complet sur le logement à Bilbao. Vous pouvez le lire ici si ça vous dit. Ci-dessous, c’est sensiblement la même chose, mais en moins détaillé (cet article est déjà long…).

> Les quartiers à éviter pour dormir à Bilbao

Je vais d’abord commencer par vous présenter les quartiers que vous pourriez vouloir éviter lors de votre séjour à Bilbao.

Le premier qui me vient en tête, c’est celui de San Frantzisko. Ça pourrait être tentant d’y loger car il se trouve juste de l’autre côté de la vieille ville, il suffit de traverser un pont et hop, on est au cœur du vieux Bilbao. Mais je l’ai trouvé franchement mal famé, surtout à la nuit tombée, et je ne le recommande clairement pas. Même réflexion pour le quartier qui se trouve juste à côté, le quartier “Bilbao La Vieja” (à ne pas confondre, donc, avec Casco Viejo).

Le second quartier à éviter, selon moi, c’est le quartier de Casco Viejo, qui correspond donc au centre historique de Bilbao. C’est vraiment très bruyant la nuit, en particulier du jeudi au samedi soir. Beaucoup de fêtards, beaucoup d’alcool, et donc de fortes probabilités de passer une nuit désagréable.

Pour vous aider à visualiser ces quartiers (et les autres), voici une petite carte faite maison :

Crédit support de carte : Google Maps.

Légende :
– j’ai entouré en rouge les deux quartiers à éviter.
En orange c’est le Casco Viejo, à vous de voir si vous voulez faire la fête ou non.
En violet c’est Abando, le centre de la ville neuve.
En marron c’est Castanos.
– Et en vert c’est toute la zone idéale pour dormir, à mon goût (proche des points d’intérêt, safe, calme).

Evidemment, vous pouvez loger ailleurs, mais je vous conseille de ne pas trop vous éloigner trop du centre ville car sinon vous allez perdre un temps fou dans les transports.

> La localisation idéale pour avoir le meilleur compromis

Selon moi, le meilleur compromis pour loger à Bilbao, c’est dans le centre de la ville neuve, plus précisément dans le quartier d’Abando, qui longe la rivière et englobe la majorité des points d’intérêt touristiques hors vieille ville.

Dans ce quartier, je vous recommande cet hôtel, qui est idéalement placé à mi-chemin entre le musée Guggenheim (donc la zone du Bilbao ultra-moderne) et le Casco Viejo, le plus charmant quartier de la ville en journée (qui se trouve à 7-8 minutes de marche de là).

Autrement, une alternative vraiment intéressante, c’est cet hôtel qui se trouve juste de l’autre côté de la rivière, dans le quartier de Castanos. Vous êtes à Guggenheim en 5 minutes de marche et dans le Casco Viejo en 12-15 minutes maxi, sans avoir à retraverser la rivière. Un excellent compromis !

Pour les tarifs, dans les deux cas vous êtes dans la moyenne de ce qui est proposé à Bilbao, autour de 70-80€ la nuit pour le premier, autour des 100€ pour le second.

> Où dormir à Bilbao si on a un petit budget

Il n’est pas très facile de trouver des hébergements intéressants à Bilbao à moins de 60€ par nuit, tout en restant dans le coin sympa de la ville neuve, à proximité immédiate de tous les points d’intérêt touristiques.

Ceci dit, vous pourrez dormir ici pour 40€ la nuit en moyenne, avec une prestation de très bonne qualité malgré tout. Ne tardez pas à réserver s’il y a des chambres de libres car cette gamme de prix là part très vite à Bilbao. Autrement, éloignez-vous du centre, par exemple avec le Ibis Budget, qui commence à 45€ la nuit et qui se trouve à proximité d’une bouche de métro, afin de pouvoir être vite dans le cœur de Bilbao.

Si vous êtes en mode backpackeur et que vous n’avez pas peur de dormir en auberge de jeunesse, vous trouverez les tarifs les moins chers de la ville ici (à partir de 16€ par nuit et par personne en dortoir). Localisation idéale, en plus, pour profiter de la vie nocturne du Casco Viejo !

Les transports à Bilbao

Dans cette partie, je vous explique le fonctionnement des transports en commun à Bilbao, au cas où vous en auriez besoin, et je vous détaille comment venir en ville depuis l’aéroport (et inversement).

> Comment venir depuis l’aéroport :

Pou aller de la ville à l’aéroport, le plus simple c’est de prendre le bus. Quand vous êtes au hall des arrivées, à l’étage 1, il y a un guichet complètement à droite du hall qui vend les billets de bus (avec une enseigne “Bus Bilbao” clignotant en noir sur fond blanc). C’est le bus A2347 (on dirait un nom d’avion, mais c’est bien une ligne de bus… ils ont décidé de faire les choses simples, on dirait, à Bilbao 😉 ). Le prix est de 3€ par ticket, et le trajet dure 15-20 minutes. L’arrêt est juste à l’extérieur. Notez qu’il y a un petit office de tourisme dans le hall des arrivées, à l’étage 1 de l’aéroport. Vous pouvez leur demander à quelle arrêt descendre dans Bilbao, afin d’être le plus proche possible de votre hébergement.

Si vous êtes chargé et/ou que vous êtes plusieurs, je vous invite à regarder ce service de transfert privé pour être directement déposé à votre hôtel. Ca sera plus pratique que la navette !

Pour retourner à l’aéroport depuis Bilbao, c’est le même chemin. Prenez le bus A2347 à l’un de ses arrêts dans le centre, dont un sur la place Moyua près de l’hôtel Carlton, juste devant un bâtiment officiel (Ministerio de Hacienda y Administraciones Publicas, avec son drapeau espagnol). Ce sont les bus verts de la compagnie Bizkaibus. Il y en a toutes les 15 minutes entre 5h15 et 22h. Ils arrivent à chaque 00, 15, 30 et 45, de chaque heure. Le billet coûte 3€ l’aller simple et est à acheter au chauffeur directement. Comptez maximum 20 minutes de trajet.

> Comment circuler dans Bilbao

Bilbao est une grande ville, et selon où vous logez et selon l’itinéraire que vous souhaiterez suivre, il pourra être judicieux de vous déplacer en transport en commun.

Quoi qu’il en soit, la zone du Casco Viejo se visite à pied et c’est un vrai régal de s’y promener (de toute façon la zone est assez peu étendue). De là, si vous aimez marcher vous pourrez rejoindre la zone moderne de Bilbao autour du musée Guggenheim à pied également, en longeant la rivière (comptez une bonne demi-heure quand même). Enfin pour le retour, vous pouvez revenir à nouveau à pied via Gran Via, mais là ça va faire vraiment beaucoup de marche dans la journée. Ma suggestion sera d’utiliser les transports en commun pour le retour (le réseau est très bien foutu).

>> Utiliser le métro de Bilbao

Au niveau des options pour vous déplacer dans Bilbao, il y a notamment 3 lignes de métro (et les 3 passent au Casco Viejo, à l’arrêt Zazpikaleak – Casco Viejo, difficile de se rater). Un ticket simple dans la zone 1 coûte 1,65€ (la zone 1 correspond au centre ville, vous n’aurez probablement pas besoin d’aller dans les zones 2 et 3). Cependant, le bus ou le tram seront certainement plus indiqués pour circuler dans Bilbao car il n’y a pas de station de métro à proximité du musée Guggenheim, par exemple.

Plus d’info sur le métro de Bilbao sur ce site.

>> Circuler en bus dans Bilbao

Il y a deux compagnies de bus à Bilbao : Bilbobus (sans le A, allez savoir où il est passé…) et Bizkaibus. Cette seconde compagnie s’occupe surtout des trajets de Bilbao vers les villes voisines (c’est notamment un bus de chez Bizkaibus qu’il vous faut prendre pour aller à l’aéroport – cf quelques paragraphes plus haut). La compagnie Bilbobus, elle, s’occupe des transports intramuros.

La carte des lignes est sur cette page.

Pour y voir plus clair, je vous conseille de cliquer sur “Descargar” (“télécharger”) au niveau de la ligne “Plano General de Lineas”. Vous allez récupérer le PDF en haute définition qui vous permettra de zoomer correctement là-dedans. A ma connaissance, ils n’ont pas créé de carte interactive pour se repérer facilement, dommage.

>> Circuler en tram dans Bilbao

La ville de Bilbao a récemment installé une ligne de tram dans la ville. Elle va de Atxuri, quartier au sud-est du Casco Viejo, jusqu’à La Casilla, au sud-ouest de la ville, en longeant grosso modo la rivière. Pour vous, la plupart du temps il s’agira de faire le trajet entre le musée Guggenheim et la vieille ville, donc entre l’arrêt Arriaga et l’arrêt Guggenheim (il y a 4 stations et environ 6 minutes de transport pour rejoindre l’une depuis l’autre). Le tarif du tram est de 1,50€ et le billet s’achète aux directement aux machines, aux arrêts.

Si vous avez besoin de plus d’infos, le site internet Euskotren est ici (et il est traduit en français, super).

Autres infos utiles pour visiter Bilbao

Vous vous posez d’autres questions sur votre visite de Bilbao ? J’y réponds probablement ci-dessous.

> Où manger à Bilbao

Si vous cherchez des bonnes adresses pour déguster les délicieuses pintxos, sorte de tapas typiques du pays basque, ou simplement pour boire une bonne bière fraîche après une journée à explorer la ville, vous tombez bien : je me suis régalé à Bilbao. Ci-dessous, je vous partage mes endroits préférés de la ville (et j’en ai testé un paquet !).

– Peso Neto (adresse : San Frantzisko Kalea, 1) légèrement a l’extérieur du Casco Viejo dans les ruelles juste de l’autre côté de la rivière. Cadre, déco et ambiance très sympa. On y déguste des spécialités locales aussi bien que des plats plus exotiques, comme des falafels, du houmous ou du taboulé de boulgour. Plusieurs options pour les vegans et végétariens. Une bonne adresse, un peu chère mais délicieuse. A privilégier pour le dîner.

– Zugaun peu caché sur la plaza Nueva, on y trouve plein de pintxos délicieux ! C’est blindé de locaux, donc c’est forcément une bonne adresse !

– Irrintzi (adresse : Calle Santa Maria 8). Par rapport à d’autres endroits, il y a clairement beaucoup moins de choix dans les pintxos. Mais ce sont probablement les meilleurs que j’ai goûté à Bilbao, et surtout ils sont souvent originaux (en tout cas c’était le cas quand j’y étais), avec des mélanges de saveurs parfois assez improbables mais qui font systématiquement mouches. L’endroit est rempli de basques le midi. 2€ le pintxo.

– Argia Pintxo Leku (adresse : Barrenkale Barrena 7) : encore un endroit où je suis rentré car j’ai vu un groupe d’ouvriers s’y installer. Je me dis qu’ils connaissent probablement mieux que moi les coins sympas, donc j’ai décidé de leur faire confiance. Plein de choix, mais pas les meilleurs de Bilbao (je pense qu’ils sont fait avec des produits surgelés). Très peu cher (6,60€ pour 6 pintxos). C’est là où j’ai pris la photo qui illustre cette partie.

> A propos de la sécurité à Bilbao

De jour, dans le centre ville, il n’y a pas de problème majeur d’insécurité à Bilbao : on est, grosso modo, sur l’équivalent d’une ville comme Nantes, pour ce que j’ai pu en voir et ce que j’en connais. Je ne dirais donc pas que c’est une ville où on peut se promener sans crainte, mais ça va encore.

En revanche, le soir, j’ai trouvé Bilbao assez mal fâmée, en particulier dans le Casco Viejo et dans son quartier limitrophe de San Frantzisko, que j’ai dû traverser à la nuit tombée et où je n’étais vraiment pas à l’aise. Ca traîne beaucoup, ça boit beaucoup, et ça s’embrouille beaucoup aussi. Dommage car toutes les ruelles de ces quartiers ont du charme à la nuit tombée, mais difficile d’en profiter pleinement à mon sens.

Perso, pendant tout mon séjour j’ai eu le sentiment d’être sur mes gardes, comme s’il y avait une tension latente dans la ville. Et ce n’est vraiment pas un ressenti que j’ai souvent en voyage (et encore moins en Espagne, qui est globalement un pays sûr).

Bref, soyez vigilant à Bilbao, en particulier le soir dans les quartiers que j’ai cités.

> A propos du coût de la vie

J’ai trouvé le coût de la vie à Bilbao plus élevé que ce que j’imaginais. J’ai plutôt l’habitude de voyager dans la moitié sud de l’Espagne (j’ai passé beaucoup de temps à visiter l’Andalousie à une époque), où la vie est vraiment bon marché. Là, à Bilbao, j’avais presque l’impression de retrouver des prix français, en tout cas dans le centre de la ville. Bon, je chipote un peu : pour être honnête, on est encore bien sur des tarifs entre 10 et 15% moins élevés que chez nous, à prestation équivalente. Et il y a moyen de dénicher des endroits où manger pour vraiment pas grand chose (à condition d’éviter les spots à touristes). Mais si vous avez un petit budget, Bilbao mérite que l’on fasse un minimum attention aux dépenses.

> A propos des langues parlées

Il ne vous aura pas échappé qu’à Bilbao, on est en plein pays basque. Forcément, ça implique quelques difficultés linguistiques supplémentaires. Ceci dit, pour se repérer ce n’est pas beaucoup plus compliqué puisque tous les panneaux de signalisation dans la ville sont dans les deux langues : espagnol ET basque.

Dans les boutiques du quartier de Casco Viejo, on vous parlera souvent en espagnol d’abord puis en anglais ensuite. Mais ailleurs, c’est souvent le basque qui viendra en premier. Si vous ne parlez pas cette langue régionale, n’hésitez pas demander à ce qu’on vous parle en espagnol : tout le monde la parle, même si certains seront plus réticents que d’autres.

> Où trouver une carte de Bilbao

Pour trouver une carte de Bilbao, c’est simple : direction l’office de tourisme ! Il y en a un dès l’aéroport si jamais vous arrivez par avion.

Sinon, en ville, il y en a un qui se trouve juste à côté du musée Guggenheim, sur la droite quand vous avez le musée dans votre dos. J’ai trouvé le personnel vraiment adorable, qui prend le temps de bien tout expliquer (et je vous assure que j’ai posé un sacré paquet de questions pointilleuses, comme à chaque fois que je vais glâner les informations pour mes articles). Ils ont pas mal de documentation en français, d’ailleurs. Et enfin, le troisième (et plus grand) office de tourisme de Bilbao se trouve sur la

> Combien de temps pour visiter Bilbao

Bilbao est une assez grande ville, mais ses points d’intérêt sont concentrés en deux endroits : le Casco Viejo et autour du musée Guggenheim. Concrètement, même si vous prenez vraiment votre temps, vous en aurez fait le tour en deux jours sans aucun problème. Si vous ne faites pas les musées, que vous vous contentez de flâner dans les rues du vieux centre et sur les grands boulevards de la ville nouvelle, vous pourriez même visiter Bilbao en une journée (mais vous avalerez du kilomètre, par contre).

Bref, à mon sens, 2 jours complet sur place c’est l’idéal pour prendre son temps et visiter la ville tranquillement. Un troisième jour peut se justifier à condition de sortir de la ville (par exemple pour aller visiter Santander ou San Sebastian qui se trouvent à proximité), autrement vous risquez de tourner en rond.

Visiter Bilbao : mon avis et le bilan

En ce qui concerne le bilan de ma visite de Bilbao, c’est une ville que j’ai trouvé très vivante et dont le centre historique (le Casco Viejo) m’a beaucoup plu. J’ai vraiment bien aimé ses rues pavées et ses jolies façades rouges et vertes, aux nombreux balcons en fer forgé et aux petites vérandas. J’ai aussi particulièrement bien mangé dans ce quartier, les bars à pintxos sont nombreux, c’est pas très cher et c’est délicieux. Enfin, ceux qui aiment les arts auront de quoi en prendre plein les yeux, vu le nombre de musées passionnants à visiter à Bilbao.

Voilà, on arrive à la fin de ce guide des choses à visiter et à faire à Bilbao. J’espère que ça vous aura aidé à préparer votre séjour sur place. N’hésitez pas à cliquer sur “J’aime” ci-dessous, ça fait toujours plaisir !

Enfin, si vous souhaitez soutenir mon travail, vous pouvez faire un truc tout simple : passer par les liens présents dans mes articles quand vous réservez un hébergement, un vol ou une activité. Certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change quoi que ce soit à ce que vous réglez, et ça me permet de continuer de publier régulièrement des guides complets sur les endroits où je me rends.

Il ne me reste qu’à vous souhaiter une excellente visite de Bilbao et du pays basque espagnol !

Jérémy.