Visiter Palma de Majorque : 18 choses à faire sur place et aux alentours (guide de voyage complet)

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Dans ce guide complet, vous trouverez tout ce qu’il faut savoir pour visiter Palma de Majorque en quelques jours : les immanquables à voir et à faire sur place, les endroits où loger et où manger, et quelques suggestions de visite dans les alentours immédiats.

Prêt pour le guide de Palma de Majorque ? C’est parti !

Infos pratiques en bref :

> Pour vous loger, je vous conseille cet hébergement qui se situe juste à l’extérieur du centre historique et à une dizaine de minutes de marche de la plage. Excellent compromis à tous les niveaux !

> Pour les billets d’avion, je vous conseille de regarder sur ce site. Il y a souvent des offres vraiment imbattables (j’ai payé 30€ mon aller-retour !).

> Pour se déplacer dans Palma, les pieds et les bus suffisent, mais pour sortir de la ville vous pouvez avoir envie de louer une voiture : regardez ici les offres.

> Enfin, si vous voulez partir avec un guide papier pour Palma de Majorque, je vous conseille celui-là, très complet et bien réalisé.

Au sommaire de cet article

Visiter Palma de Majorque : que faire et que voir dans la ville même

Voici ci-dessous quelques suggestions de choses à faire, à voir et à visiter dans Palma de Majorque. Je vous ai mis pratiquement que les essentiels : si jamais vous avez plus de temps, vous pourrez rajouter les visites de musées, de galeries, etc, qui ne manquent pas à Palma. Autrement, en deux-trois jour sur place vous devrez déjà avoir de quoi vous régaler avec ce que je vous propose dans les lignes qui suivent. Bonne découverte !

> Visiter la cathédrale de Palma de Majorque

Si vous avez peu de temps pour visiter Palma de Majorque et que vous voulez aller à l’essentiel, c’est cette cathédrale que vous devez voir, sans la moindre hésitation. C’est un vrai bijou d’architecture gothique du XIIIe siècle. Elle est aussi particulièrement impressionnante par sa taille (la deuxième plus longue d’Espagne après celle de Séville, que j’avais aussi trouvée magnifique).

L’accès est payant, forcément, et il y a toujours de la foule. Je vous conseille fortement de prendre un billet coupe-file (à partir de 8€ par personne, franchement ça vaut le coup). Ils s’achètent ici à l’avance.

Si vous n’avez pas envie de visiter l’intérieur et que vous préférez rester sous le beau soleil des Baléares, la meilleure vue que vous aurez sur la cathédrale sera depuis le Parc de la Mar, qui se trouve en contrebas des escaliers, entre la cathédrale et la mer (c’est de là qu’a été prise ma première photo ci-dessus d’ailleurs).

On m’a dit aussi que parfois il est possible de grimper sur le toit de la cathédrale, d’où on a une vue époustouflante sur les toits de la ville et sur la mer, mais pour ma part ce n’était pas possible.

> Visiter le Palais de l’Almudaina

Juste à côté de la cathédrale de Palma vous pourrez visiter le Palais de l’Almudaina, une ancienne résidence luxueuse du temps de l’occupation musulmane, et qui est devenue par la suite résidence des rois de Majorque. On peut y visiter bien sûr les appartements royaux, les bains arabes, la salle du trône et d’autres endroits aux noms évocateurs, dont des patios et des jardins ombragés qui seront les bienvenus quand le soleil estival tape fort.

Au niveau pratique, comptez aussi 8€ de ticket d’entrée à plein tarif.

> Flâner dans le Parc de la Mar

Une fois que vous aurez visité ces deux monuments magnifiques, allez vous poser et vous reposer dans le Parc de la Mar, qui se trouve juste entre la cathédrale et la mer, en bas des escaliers. Malgré les voitures qui passent juste à côté sur le boulevard maritime, c’est un vrai havre de paix, où on peut admirer de loin l’architecture unique des bâtiments que je citais plus haut, tout en flânant dans un environnement calme et tranquille. C’est aussi le meilleur spot pour photographier la cathédrale de Palma de Majorque.

Sachez aussi qu’il y a un café ici, pour ceux qui ont envie de se rafraîchir. Les prix sont plus élevés que dans le cœur de la vieille ville : normal, on paie pour la vue.

> Déambuler sur le Paseo Maritimo

Après s’être reposé dans le Parc de la Mar, vous pouvez continuer votre visite de Palma de Majorque en marchant sur le Paseo Maritimo, l’immense promenade qui longe la mer sur des kilomètres. Elle commence au niveau de la plage de l’Arenal, très loin au sud-est du centre de Palma, et se prolonge loin à l’ouest, au-delà du château de Bellver, un des immanquables de Palma de Majorque également.

Sur ce Paseo Maritimo, vous croiserez des joggeurs, des promeneurs, des vélos, et tout ce qui peut permettre à l’humain de se déplacer. Je l’ai fait à pied, mais il faut plusieurs heures pour en parcourir ne serait-ce qu’une partie. Si vous voulez être assez complet et suivre vraiment la promenade d’un bout à l’autre, je vous invite à louer des vélos (à partir d’une douzaine d’euros par jour pour des vélos simples, le double pour des vélos électriques). Vous pouvez vous renseigner auprès de cette boutique (à partir d’une douzaine d’euros par jour pour les vélos basiques). Et si vous voulez faire une visite guidée à vélo de la ville, regardez là.

> Profiter des plages de Palma

Palma de Majorque fait partie de ces villes d’Espagne qui bénéficient d‘une magnifique plage en plein centre de la ville. J’avais déjà adoré ça à Alicante notamment, où en quelques mètres on quitte les ruelles historiques pour se poser sur le sable fin : c’est la même chose à Palma. A quelques centaines de mètres de la cathédrale (en partant sur la gauche quand on regarde la mer, avec la cathédrale derrière vous), vous trouverez une magnifique plage de sable fin, et où la baignade est surveillée : la Platja Can Pere Antoni (“platja” c’est dans le dialecte local, “playa” en castillan).

Pour ma part, j’ai passé une après-midi posé là, tranquillement, au soleil avec un bon bouquin. Mais je n’ai pas osé mettre les pieds dans l’eau : on était fin septembre et il y avait un vent déjà bien frais. Seuls quelques retraités probablement d’Europe du Nord ont osé.

Pour info, il y a là le Anima Beach Palma, un bar très sympa avec une terrasse sous les palmiers et face à la mer. Prix élevés également, bien entendu, mais le cadre est juste magnifique. Je sais qu’il y a un autre bar à l’autre bout de la plage, mais je ne suis pas allé voir ce que ça vaut. J’imagine que c’est sensiblement la même chose.

En dehors du centre ville, il y a d’autres plages et criques, dont la plus connue est celle de S’Arenal, tout près de l’aéroport, et qui est connue pour être un spot particulièrement apprécié des touristes germaniques.

> Explorer les ruelles du Vieux Palma

Les ruelles du centre historique de Palma de Majorque sont à visiter impérativement durant votre séjour sur place : c’est un vrai plaisir de s’y promener, à la recherche d’une place ombragée ou d’une terrasse animée.

Parmi les endroits à voir au détour de ces ruelles, je vous conseille la place de l’Ayutamento (la mairie de Palma) ou bien la très belle église Sainte-Eulalie, sur la place du même nom.

Mais ne cherchez pas à suivre un itinéraire précis : laissez vos pas vous guider, perdez-vous dans les ruelles les plus étroites en cherchant à emprunter celles qui vous paraissent les plus mignonnes, les plus (a)typiques et les moins fréquentées. Vous découvrirez des petites pépites.

> Admirer la Plaza Mayor

Au détour de vos explorations dans la vieille ville, vous finirez par tomber sur la Plaza Mayor, le cœur de Palma de Majorque, avec ses façades d’un jaune étincelant et ses pavés brillants au soleil. A chacun de mes passages, je l’ai trouvé étonnamment endormie, avec seulement quelques touristes dégustant une bière sur ses terrasses. L’endroit est splendide, en tout cas.

> Voir la Lonja (Sa Llotja) et sa petite place charmante

Si vous avez déjà visité Valence, vous avez probablement pu admirer la Lonja, la loge de la soie, où les marchands échangeaient leurs étoffes. Cette loge de Valence a été inspirée par celle de Palma de Majorque, que vous pouvez admirer sur la placette du même nom, aux abords directs de la marina. Construite au 15e siècle, l’endroit est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture gothique de l’île. Passage obligatoire !

Dans la foulée, si vous avez envie de vous poser, il y a un petit café très sympa juste à côté, sobrement appelé Café de la Llotja, avec une ambiance chaleureuse et une serveuse absolument adorable (et qui parle quelques mots de français !).

> Remonter la Rambla et ses nombreuses boutiques

Ce n’est pas un immanquable de Palma de Majorque, contrairement à la Rambla de Barcelone qui est vraiment un des endroits à voir lorsque vous visiterez la capitale de Catalogne, mais c’est tout de même agréable de se balader sur la Rambla de Palma. Là aussi, il s’agit d’une large avenue en partie piétonne, ombragée par des grands arbres centenaires et bordée par de nombreuses boutiques où les serial shoppeurs trouveront leur bonheur. Ça change de la mer et des ruelles du centre historique !

> Admirer la maison “Can Casasayas” et son architecture à la Gaudi

Il y a plusieurs endroits à Palma de Majorque que les férus d’architecture Gaudienne devraient voir, mais celui-là est à mon avis le plus intéressant et le plus représentatif. Il s’agit de la maison Can Casasayas, qui se trouve sur la Plaça del Mercat. A ma connaissance il n’est pas possible de visiter l’intérieur du bâtiment, mais vous pouvez toujours vous poser à la terrasse des cafés qui se trouvent à ses pieds et l’admirer tranquillement.

A côté de la Plaza Mayor, au début de la rue commerçante Carrer de Colom, allez admirer la maison biscornue qui se trouve sur la Plaça del Marques de Palmer. Moins impressionnante que Can Casasavas, elle mérite néanmoins un coup d’œil si vous vous promenez dans les environs.

> Admirer l’immense marina

Un autre endroit que j’ai bien aimé lors de ma visite de Palma de Majorque, c’est son immense marina. J’ai trouvé très agréable de pouvoir se promener sur des kilomètres, au bord de la mer, sous les palmiers, sur une piste aménagée pour les piétons et les vélos (le “Paseo maritimo” dont je parlais plus haut). La marina se trouve plutôt dans la partie est de la ville (dans les quartiers de Son Armadams et de El Terreno), et permet d’admirer les voiliers blancs à perte de vue (et même quelques yachts de luxe dans la partie la plus proche de la vieille ville).

> Faire le tour de la baie de Palma de Majorque

Une des meilleures façons de découvrir la baie de Palma, c’est de s’offrir une croisière en catamaran et admirer Majorque depuis le large. Le catamaran vous emmènera dans les petites criques des environs de Palma, où vous pourrez vous baigner dans les eaux cristallines, et vous proposera ensuite un repas gastronomique dans un cadre idyllique. C’est un peu cher (regardez les prix ici) mais si vous aimez le bateau et que vous pouvez vous le permettre, c’est clairement un truc à faire pendant votre séjour à Palma de Majorque !

> Grimper jusqu’au château de Palma

Autre façon d’avoir une vue extra sur la baie de Palma : grimper jusqu’au château de Bellver (“Castell de Bellver”), qui domine la ville et offre un panorama extraordinaire sur les environs. Je ne vous mets pas la photo car j’ai fait la visite sous une pluie torrentielle, elle ne rend absolument rien, malheureusement. Mais faites-moi confiance : la vue est top !

On accède au château depuis la marina dans le quartier de El Terreno en remontant les ruelles perpendiculaires jusqu’à tomber sur l’entrée du parc Bosc de Bellver. De là il suffit de prendre le sentier principal qui grimpe jusqu’au château.

Si vous ne voulez pas marcher depuis le centre ville jusqu’au château (ça fait bien 5 km quand même), vous pouvez prendre le bus 4 ou 46 et descendre à l’arrêt Plaça Gomila. De là vous êtes au château en moins d’un quart d’heure de marche.

Pour visiter le château, comptez 4€ par personne et environ une heure pour en faire le tour. Mais la visite a peu d’intérêt, je trouve, ce qui vaut le coup c’est la vue (et ça, c’est gratuit !).

> Découvrir les marchés de Palma de Majorque

Un truc que j’adore en Espagne, et où je ne manque jamais de me rendre quelle que soit la destination, ce sont les marchés. Ils sont quotidiens la plupart du temps, et il y en a dans chaque quartier des villes relativement importantes, chose que l’on ne retrouve malheureusement plus chez nous. Bref, du coup j’adore aller y flâner, même si je n’achète rien, afin de profiter de la douce ambiance qui y règne et faire le plein en belles couleurs et en odeurs agréables.

J’ai exploré deux marchés à Palma : le Mercat de L’Olivar et le Mercat de Pere Garau. Le second est vraiment très petit mais il grouille de monde, et il se trouve dans un quartier un peu excentré (probablement assez populaire de ce que j’ai pu constater), ce qui lui donne un caractère très authentique, assez loin de ce que je m’étais imaginé de Palma. Selon le quartier où vous logerez, vous pourrez aussi probablement explorer facilement le Mercat 1930 ou bien le Mercado Gastronomico de San Juan, qui sont surtout des endroits pour manger, plutôt que pour faire les courses (à San Juan il y a d’ailleurs des petits concerts tous les week-ends).

> Voir les Bains Arabes de Palma

Pendant ma visite de Palma de Majorque, j’ai été intrigué de voir un peu partout dans la vieille ville des panneaux fléchés indiquant “bains arabes”. Comme son nom l’indique, il s’agit des vestiges des bains que les arabes avaient construits lors de l’occupation musulmane de l’île. L’endroit se visite littéralement en 5 minutes (il y a un audioguide) et l’entrée coûte 2,50€. De ce que j’ai entendu dire c’était assez décevant, mais je ne m’y suis pas rendu personnellement donc je n’ai pas d’avis plus précis à vous donner.

Que visiter hors de Palma de Majorque, en excursion à la journée

Si après avoir visité Palma, il vous reste du temps pour découvrir ses environs, voici mes suggestions. Notez simplement que pratiquement toute l’île de Majorque est accessible en bus depuis Palma, et que les aller-retours à la journée sont faisables pour toutes les villes et les villages de l’île (assurez-vous simplement des horaires à la gare routière de Palma avant de partir, histoire d’être certain de ne pas rater le dernier bus de retour). Bref, voici quelques idées de choses à faire et à visiter autour de Palma.

> Valldemossa

J’ai eu un vrai petit coup de cœur pour ce village hors du temps, aux façades ocres et aux volets verts. Les ruelles sinueuses du centre sont habillées de plantes vertes qui lui donnent des airs particulièrement romantiques. Un vrai bonheur !

Sur place il y a pas mal de choses à visiter, dont un musée dédié à Georges Sand et à Frédéric Chopin, qui avaient fait de Valldemossa leur lieu de villégiature. On comprend pourquoi l’endroit les a inspiré, c’est magnifique. Comptez une demi-journée pour profiter pleinement de l’endroit. Par contre il y a beaucoup de touristes, c’est certainement le village le plus visité de l’île.

Pour s’y rendre, c’est avec le bus 210 qui part de la gare routière de Palma, sous la plaça d’Espana. L’aller simple coûte 1,90€ et le ticket s’achète au chauffeur. Il y a une dizaine de bus par jour dans chaque sens.

> Deia

Quelques kilomètres après Valldemossa, voici un autre village qui mérite un arrêt. Il est dans le même esprit que le précédent, avec des jolies petites maisons typiquement majorquines, aux ruelles parsemées de plantes et de fleurs. Mon endroit préféré du village, c’est au sommet de la colline où se trouve l’église Saint Jean-Baptiste et son cimetière si coloré, on y a une vue époustouflante sur les environs.

Pour s’y rendre, prenez le bus 210 depuis la gare routière de Palma (sous la plaça d’Espana), le ticket devrait vous coûter entre 2 et 3 euros (pour ma part j’ai pris le bus depuis Valldemossa et ça m’a coûté 1,60€). Au niveau de la fréquence du bus : soyez vigilant, car bien qu’il s’agisse de la même ligne que pour aller à Valldemossa, le village de Deia n’est pas toujours desservi. Regardez bien les horaires de passage lors de votre départ de Palma (environ 5 par jour).

> Soller et Port de Soller

Je n’ai pas été autant emballé lorsque j’ai visité Soller que lors de ma découverte des deux villages que j’ai cités précédemment, mais je vous la recommande quand même pour son église gothique, Sant Bartolomeu, que j’ai trouvé magnifique. D’un blanc étincelant, elle rayonne et donne énormément de cachet à la place sur laquelle elle se trouve. En dehors de ça, à Soller, il y a quelques ruelles sympas, un musée et c’est à peu près tout.

Je vous conseille plutôt de descendre jusqu’au bord de la mer, à Port de Soller : la baie où se trouve une grande plage de sable bordée de palmiers fin devrait ravir la plupart d’entre vous. Lisez mon guide complet sur Port de Soller ici.

Pour s’y rendre, c’est avec le bus 210 toujours, si vous prolongez la visite depuis Valldemossa et Deia comme je l’ai fait, ou bien le 211, plus rapide, plus direct et plus fréquent, depuis Palma. Pour info, j’ai payé 2,95€ le trajet Port de Soller – Palma, 1,60€ pour faire Deia – Soller, et 1,50€ pour faire Soller – Port de Soller.

> Se déplacer jusque dans ces villages :

L’idéal est évidemment d’avoir une voiture, mais il est tout à fait possible de visiter tous ces endroits en une seule journée si on se débrouille bien avec les bus.

Pour ma part, je suis parti le matin de Palma pour Valldemossa avec le bus 210, j’ai attrapé ensuite la même ligne de bus qui continue jusqu’à Deia où je me suis arrêté pour une heure de visite, j’ai ensuite continué toujours avec la même ligne jusqu’à Soller où j’ai fait un tour rapide, mais la ville ne m’ayant pas trop emballé j’ai rapidement repris encore la même ligne jusqu’à Port de Soller. De là, je suis rentré à Palma par le bus n°211, qui est beaucoup plus direct et dont les liaisons sont plus fréquentes que le 210.

Franchement c’est très faisable, je n’ai pas eu l’impression de speeder ni même de passer ma journée dans les bus (les trajets sont courts). Une vraie option si vous n’avez pas de véhicule !

Ces trois villages constituent les immanquables de toute visite de Majorque. Si vous cherchez d’autres suggestions d’excursion sur cette île paradisiaque, je vous renvoie vers mon article à venir prochainement.

Les transports à Palma : s’y rendre et se déplacer

Pour se rendre à Palma depuis la France, c’est évidemment par avion que c’est le plus simple. Il y a un aéroport international à Palma qui est connecté avec plusieurs grandes villes françaises (Paris, Lyon, Nice, Nantes, notamment). Selon la saison et les compagnies, vous pouvez trouver des billets à vraiment pas cher. Pour info, j’ai payé 30€ mon aller-retour à la fin septembre. Si ça vous intéresse, j’ai mes bons plans sur le site Skyscanner.

> Aller de l’aéroport à la ville, et inversement :

Ensuite, pour aller de l’aéroport de Palma au centre ville, vous avez le choix entre le bus et le taxi.

Le taxi se récupère à la sortie du terminal des arrivées et coûte entre 15 et 20€ pour aller jusqu’au centre ville (cela varie légèrement selon l’heure, la circulation, le lieu exact où vous souhaitez vous rendre, …).

Le bus s’attrape lui aussi à la sortie du terminal des arrivées : c’est la ligne A1 qui vous emmènera dans le centre ville. Le ticket a un prix unique : 5 euros, et s’achète directement au conducteur. Si vous achetez l’aller-retour, cela vous reviendra à un poil moins cher (9€ je crois, mais sans certitude). Ensuite, le bus fait plusieurs arrêts dans Palma jusqu’à la station principale de la ville : Plaça de Espana. A vous de repérer quel est le meilleur arrêt pour descendre selon le lieu où vous logez.

Pour le retour vers l’aéroport, la ligne A1 circule dans les mêmes conditions, vous pouvez l’attraper à n’importe quel arrêt de son circuit habituel. Le bus passe toutes les 15-20 minutes environ, et ce tous les jours (un poil moins de fréquence le week-end, mais vous ne verrez pas de différence).

> Comment se déplacer dans Palma

Ensuite, pour circuler dans la ville de Palma même, il y a deux options : soit à pied car le centre est relativement petit, soit en transports publics pour vous rendre dans les parties les plus excentrées de la ville (plage de S’Arenal, château de Bellver, …). Vous trouverez ici la carte interactive des transports en commun de la ville de Palma (“EMT Palma”).

Vous pouvez aussi louer des vélos et utiliser le Paseo Maritimo pour vous déplacer d’un bout à l’autre, mais par contre ça sera peu pratique pour circuler dans les ruelles étroites du centre historique (la foule, les pavés, l’aspect biscornu des rues, …). Pour louer des vélos, vous pouvez le faire dans cette boutique qui se trouve dans le centre historique.

> Se déplacer de Palma vers les villages de Majorque

Enfin, pour vous déplacer sur l’île de Majorque, deux options également : la voiture de location (regardez sur ce site, il y a moyen de faire des affaires en s’y prenant un peu en avance) ou bien le bus.

La voiture permet de la flexibilité et l’accès aux endroits vraiment reculés, mais le réseau de bus de l’île est extrêmement bien fait et permet d’aller pratiquement partout. De plus, les parkings pour les véhicules de location sont vite remplis et peuvent coûter assez cher.

Toutes les infos sur les bus pour aller de Palma vers le reste de l’île sont à retrouver sur le site officiel des transports en commun de Majorque.

Pour ma part, j’ai trouvé que les bus représentaient un excellent compromis entre la possibilité d’aller partout, le tarif, et la tranquillité par rapport à la voiture (pas de galère de parking, pas de stress de l’abimer sur des petites routes de montagne, …). A vous de choisir !

Où loger à Palma de Majorque

Dans cette partie, je vous partage mes conseils pour choisir votre hébergement à Palma de Majorque.

> Loger dans le centre historique

L’avantage majeur de choisir le centre historique pour se loger c’est de se retrouver au cœur de l’action, avec tous les bars et les restaurants à portée de main, ainsi que les principaux points d’intérêt touristique. C’est l’idéal pour ceux d’entre vous qui ont envie de pouvoir flâner tranquillement le soir, à la lumière des réverbères du vieux Palma, sans se préoccuper de la distance et/ou de l’heure. Ou bien sûr pour ceux qui ont envie de faire la fête.

En revanche, les inconvénients pour moi de choisir se quartier pour loger à Palma, c’est d’abord le bruit (car c’est une zone qui brasse continuellement beaucoup de monde, de jour comme de nuit, et les espagnols ne sont pas réputés pour être très silencieux quand ils font la fiesta), et ensuite le fait que certaines ruelles sont assez compliquées d’accès en voiture et/ou transport en commun (donc si on a pas mal de bagages, on ne pourra pas se faire déposer en taxi devant l’hébergement, il faudra marcher un peu). Et le prix peut aussi poser problème pour ceux qui, comme moi, ont un tout petit budget. Des inconvénients qu’il est relativement facile de contourner.

>> Les hébergements que j’ai sélectionnés

Il est tout à fait possible de trouver des hébergements dans les rues calmes du centre historique, et ainsi éviter le bruit des fêtards. Regardez celui-ci ou bien celui-là. En revanche, dans tous les cas il ne faudra pas compter sur moins de 100€ la nuit dans ce quartier, le plus cher de Palma.

> Loger au bord de la mer

L’autre endroit où on est tenté de vouloir dormir à Palma, c’est au bord de la mer. En effet, c’est un sacré plaisir de se réveiller au petit matin, de jeter un coup d’œil par la fenêtre et de pouvoir admirer l’horizon bleu ou les mâts des voiliers de la marina.

L’inconvénient majeur du bord de mer à Palma, c’est qu’on s’éloigne forcément un peu du centre historique : il vous faudra marcher entre 5 et 15 minutes (selon où vous logerez exactement) pour rallier les ruelles piétonnes et les points d’intérêt touristique. Mais marcher au bord de la Méditerranée, y’a pire, avouons-le !

>> Les hébergements que j’ai sélectionnés

Il y a deux options pour loger au bord de la mer : soit côté marina, soit côté plage.

Côté marina je vous ai sélectionné cet hébergement, et côté plage allez voir celui-ci. Les deux appartiennent au même groupe hôtelier donc les prestations sont très similaires (ainsi que les tarifs). A vous de voir ce que vous préférez comme environnement : côté marina si vous êtes fêtard ou côté plage pour buller toute la journée sur le sable fin.

> Le meilleur compromis (mon quartier préféré)

Pour ma part, j’ai beaucoup cherché avant de me décider sur l’endroit où j’allais loger à Palma, et j’ai fini par choisir le quartier qui se trouve juste à l’est du centre historique. Loger dans ce quartier là permet :
d’être à la plage en moins de 10 minutes de marche
d’être dans le centre historique en moins de 5 minutes
d’être à la gare routière pour partir explorer le reste de l’île en une quinzaine de minutes à pied.

Et en plus, les hébergements sont moins chers ici que dans le centre historique ou directement au bord de l’eau. C’est un quartier vivant, avec plein de bars, cafés et restaurants, fréquentés en grande majorité par des locaux. Bref, c’est le super plan.

>> Les hébergements que je vous conseille

J’ai deux recommandations à vous faire dans ce quartier. D’abord celui-là que j’aime beaucoup pour sa déco et sa localisation au calme, tout près du centre historique et de la plage. Autre option, un poil plus éloigné du centre historique mais davantage au cœur du quartier et de sa vie animée, je vous conseille celui-ci avec sa piscine sur le toit.

Bonus : si vous avez un petit budget, regardez cet établissement. Il est à l’extrémité opposé du quartier (donc comptez une dizaine de minutes supplémentaires pour rallier le centre historique, mais la plage est plus proche). C’est pas le grand luxe mais ça le fait largement pour quelques nuits sans se ruiner !

Voilà, maintenant que vous savez où dormir à Palma, on peut passer à la suite : où se remplir l’estomac !

Où manger et boire un verre

Dans cette partie, je vous indique les adresses intéressantes que j’ai dénichées lors de mon séjour à Palma.

D’abord, pour tout vous dire je m’attendais à ce que les restaurants et les cafés de Palma soient très orientés “tourisme de masse”, avec grosso modo de la cuisine bas-de-gamme vendue à prix d’or. Certes, il y a des restos qui font très “piège à touristes”, mais j’ai été surpris de voir qu’il y a aussi énormément d’endroits de qualité, où les touristes sont traités de la même manière que les locaux. Alors c’est sûr, ça exige de s’excentrer un tout petit peu, mais franchement si c’est pour dénicher d’excellentes tables, ça en vaut la peine.

> Quelques adresses de bars à tapas

Comme j’ai passé énormément de temps en Espagne ces derniers mois (j’ai vadrouillé entre Alicante, Valence, Santander et Bilbao, pour ne citer que les plus grandes villes), je vous avoue que j’en ai eu un peu marre des tapas. Pour ce séjour à Palma, je me suis donc un peu calmé sur les patatas bravas et compagnie, j’ai donc moins d’adresses “tapas” à vous recommander que dans mes autres guides sur l’Espagne. Ceci dit, j’ai quand même découvert plusieurs endroits intéressants.

D’abord je vous envoie à Dehesa (adresse : Carrer d’Arago 34), un bar à tapas chaleureux, aux prix raisonnables et toujours remplis d’espagnols venus passer une soirée entre potes. Excellente ambiance !

Ensuite, vous pouvez tester le Café 2 Terres (adresse : Plaça del Cardenal Reig 6) : on me l’avait recommandé pour ses tapas mais j’y ai mangé un burger (oui…). Les quantités sont copieuses, et les tarifs abordables. Ambiance assez quelconque par contre (mais j’y étais un soir de semaine).

Ces deux adresses sont hors du centre ville. Si vous cherchez dans le centre ville, allez tester le Buscando Al Norte (adresse : Carrer de Sant Miquel 77) qui a la réputation d’être l’un des meilleurs bar à tapas de la ville (en tout cas mon hôte me l’a vendu ainsi, mais je ne l’ai pas testé). Moltabarra (adresse : Carrer del Pes de La Farina, 12) et Lizarran (c’est une chaîne plutôt qualitative, j’ai pas testé celui de Palma mais j’imagine qu’ils se valent à peu près tous) sont aussi à découvrir. Enfin le dernier mais pas des moindres : L’Ambigu (adresse : Carrer carnisseria 1), qui se trouve juste derrière l’église Sainte-Eulalie, absolument délicieux et accueil au top.

Enfin, il y a plein d’endroits en retrait de la plaça de la Llotja, autour de Carrer de Sant Joan et de Carrer de Vallseca ou bien encore de l’autre côté de la vieille ville, sur le Passeig de Mallorca, où vous pourrez vous envoyer des tapas jusqu’à tard dans la nuit, entouré de gens venus faire la fête et profiter des douces soirées espagnoles. Vous n’aurez que l’embarras du choix !

> Où bien manger à Palma

Mon restaurant préféré à Palma, c’est un mexicain délicieux : le Chapultepec (adresse : Carrer Faust Morell 11). J’y suis rentré un peu par hasard dès mon arrivée à Palma et je ne l’ai pas regretté une seconde, c’était un vrai régal. Alors juste pour mettre les choses au clair, ce n’est pas un mexicain fast-food avec des tacos et du guacamole, hein, c’est vraiment un endroit où on t’amène une assiette préparée et bien garnie de plats du pays. J’ai pris un truc un peu au pif sur les conseils de la serveuse (le “tinga de guerrero“) et je me suis régalé. Notez qu’il est fortement conseillé de réserver par téléphone car c’est très souvent complet (j’ai eu du bol la première fois, mais quand j’ai voulu y retourner la veille de mon départ la serveuse m’a indiqué qu’ils étaient complets 95% du temps).

En revanche si vous voulez un mexicain à la bonne franquette, très bon mais davantage orienté fast-food (donc avec fajitas et compagnie), allez au Yucateco Pelana (adresse : Carrer Francesc Sancho, 17). Ambiance chaleureuse et festive garantie !

Je vais faire court pour les autres endroits : dans le même quartier j’ai testé un restaurant équatorien (j’ai rarement l’occasion de tester la cuisine sud-américaine, j’ai voulu en profiter là), La Casa del Sabor (adresse : Carrer de Joan Alcover 5). C’était bon, mais je m’attendais à mieux (faut dire que la veille je m’étais vraiment régalé au mexicain). Enfin, il y a le Gaudi Terraza Café (adresse : Plaça de la Quartera, 5) un bar à tapas qui fait entre autres des paëllas extras, si vous vous sentez d’humeur !

> Où faire la fête à Palma de Majorque

Majorque est réputée pour être une île assez fêtarde, comme toutes les Baléares d’ailleurs. Alors pour être clair avec vous, sortir en club jusqu’au bout de la nuit c’est vraiment pas (plus) mon truc, donc j’ai rien testé de ce que je vous cite ci-dessous, je me contente de rapporter les réponses aux questions que j’ai posées aux locaux.

La boîte la plus connue de Palma c’est le Tito’s (le site) sur le Paseo Maritimo (adresse exacte : avenida Gabriel Roca 31), un truc immense avec des ascenseurs extérieurs. Si vous n’arrivez pas à y rentrer ou que le prix des boissons vous rebute, sachez qu’il y a plein d’autres clubs aux alentours immédiats dont les tarifs sont plus abordables (le Boulevard Maritimo Club, le Cleopatra, le Bali, …).

A part le Tito’s, vous allez probablement entendre parler du BCM (le site), qui se trouve assez loin du centre de Palma, dans la banlieue sud-ouest (sur la commune de Magaluf, adresse exacte : Avinguda de l’Olivera). Un endroit où des DJs connus mondialement viennent mettre l’ambiance l’été, et où les touristes venus des 4 coins du monde se retrouvent pour danser jusqu’à l’aube. Préférable d’y aller et de revenir en taxi depuis le centre de Palma.

Enfin un endroit un peu différent, plus orienté musique live, c’est le Maraca Club (adresse : Carrer Poeta Francesc Fiol i Joan 1), qui propose un bar au rez-de-chaussée et un club au sous-sol. On y croise au moins autant de locaux que de touristes, ce qui est à mon sens un gage de qualité.

Voilà pour un petit aperçu des options pour sortir. Globalement pour faire la fête il faut s’éloigner un peu du centre historique qui est plutôt axé “boutiques et restos”, et viser la marina au sud-est de la ville ainsi que les quartiers au nord et à l’est du centre de Palma.

Avec tout ça, j’espère que vous allez trouver votre bonheur pour occuper vos soirées à Palma de Majorque !

Autres infos utiles et pratiques pour se préparer à visiter Palma

S’il vous reste des questions sur votre visite de Palma, j’y réponds probablement ci-dessous.

> Combien de temps pour visiter Palma

La ville de Palma se visite assez rapidement : comptez deux jours entiers pour en faire le tour tranquillement, en prenant le temps de rentrer dans les différents monuments et de flâner au bord de la mer.

Si vous êtes pressé et que vous devez visiter Palma en une journée, ça le fera sans problème à condition de ne pas passer trop de temps dans les monuments (notamment l’immense cathédrale). Il faudra aussi probablement faire l’impasse sur ce qui est en dehors du centre historique, comme le château de Bellver, à moins de s’y rendre en transport en commun ou en taxi (l’idéal pour vraiment ne pas perdre de temps).

Au-delà de deux jours complets sur place, je pense que vous allez tourner en rond car il n’y a pas tant de choses que ça à voir (même si ma liste un peu plus haut peut paraître longue, à quelques exceptions près il ne s’agit que d’endroits qui se découvrent en quelques minutes, et qui se situent très près les uns des autres). Si vous avez un troisième jour à passer à Palma, je vous conseille vraiment de sortir de la ville et d’aller visiter l’un des villages (ou plusieurs) que je vous recommande, notamment celui de Valldemossa qui vaut vraiment le détour, ou bien d’aller vous prendre une journée de farniente dans l’une des criques de l’île de Majorque (ce ne sont pas les options qui manquent).

> Quelle est la meilleure période pour venir

Majorque a la réputation d’être une île où il fait tout le temps beau. L’été sera à éviter pour ceux qui n’aiment pas les fortes chaleurs (on dépasse allègrement les 30 degrés à l’ombre, même si le fait d’être sur une île permet d’avoir toujours une légère brise et donc la sensation de pouvoir respirer), et l’hiver sera à proscrire pour ceux qui veulent profiter des activités touristiques, nautiques en particulier, car c’est là où la plupart des activités ferment, en attendant la réouverture lors de la saison estivale suivante.

Pour ma part, je suis venu au début de l’automne et j’ai eu une météo excellente : autour de 20-25 degrés en journée, et une quinzaine de degrés la nuit, ce qui est parfait pour ne pas suffoquer pendant les balades et pour bien dormir (je déteste avoir trop chaud la nuit). Du soleil et du ciel bleu sur tout mon séjour, à l’exception de la dernière après-midi où le vent s’est levé et une belle averse m’a surpris pendant ma visite du château de Bellver. L’espace d’un instant, je me suis cru dans ma bonne vieille Normandie.

Le printemps est aussi une bonne période pour visiter Palma : il fait déjà beau et doux, et les touristes ne sont pas encore trop nombreux. D’ailleurs si vous voulez éviter l’afflux de touristes, évitez à tout prix les périodes de vacances scolaires, en particulier juillet-août.

> Quel est le coût de la vie sur place

J’ai été réellement surpris du coût de la vie à Palma : je m’attendais à ce que les tarifs soient vraiment élevés, en raison du tourisme de masse qui s’abat continuellement sur l’île de Majorque. En réalité, à Palma le coût de la vie est très raisonnable, et sensiblement similaire aux autres villes d’Espagne de même taille. Si on évite les abords de la cathédrale, où là les prix sont clairement gonflés pour les touristes, le reste de la ville permet de se faire plaisir sans se ruiner, avec des tarifs globalement 10 à 20% inférieur à la France sur des prestations équivalentes.

> A propos de la sécurité à Palma

Je n’ai vraiment pas ressenti d’insécurité à Palma, ni dans le centre historique ni dans la légère périphérie où se trouvait mon hébergement. Ceci dit, ça ne vous dispense pas de faire preuve de la prudence de base quand on voyage : ne pas exhiber de signe extérieur de richesse, regarder autour de soi avant de retirer de l’argent, ne pas laisser ses affaires sans surveillance sur les plages, … Mais globalement, Palma m’a paru assez sûre.

On m’avait recommandé d’être vigilant dans les quartiers de Son Gotleu et de Can Calpes, mais ils sont vraiment excentrés et vous n’aurez probablement aucune raison d’aller par là (je logeais pourtant pas très loin, dans le quartier de Pere Garau et, je le répète, je ne me suis pas senti en insécurité).

> Quelles sont les langues utiles à Palma

Comme dans la plupart des provinces d’Espagne, la langue dominante est la langue régionale, c’est-à-dire non pas le castillan mais le “patois” local, si je puis dire, en l’occurrence le “catalan majorquin”. Autrement dit, une langue proche de ce qu’on appelle l’espagnol, mais qui est pourtant assez différente. A titre d’exemple, “plage” se dit “platja” en catalan majorquin, et “playa” en castillan/espagnol.

Heureusement, dès que les locaux se rendent compte que vous êtes étranger, ils vont se mettre à parler en espagnol “normal”, ce qui rend déjà les choses plus simples pour nous.

J’ai été surpris également de constater que de nombreux locaux parlent l’anglais, ce que je trouvais jusqu’à présent assez rare en Espagne, et ce qui m’a bien dépanné car j’ai eu du mal à dérouiller mes restes d’espagnol, au début de mon séjour. En revanche, à part quelques exceptions, le français n’est pas parlé par les habitants. Donc vous savez ce qu’il vous reste à faire si vous voulez pouvoir communiquer avec les locaux avant de partir : réviser sérieusement votre espagnol !

Bilan et avis sur Palma de Majorque

Si vous voulez mon avis sur Palma de Majorque, le voici. Honnêtement, je ne m’attendais pas à tomber sur une ville aussi sympa, aussi agréable à visiter, même sur plusieurs jours. Je pensais tomber sur une ville très “station balnéaire envahie de touristes”, et j’ai eu le plaisir de découvrir une ville vivante, dynamique, avec des quartiers très authentiques. Alors, certes, ce n’est pas la plus belle ville d’Espagne : c’est vraiment sa cathédrale et quelques endroits autour dont j’ai parlé plus haut qui valent le coup d’œil. Mais avec sa plage, ses petits cafés et restaurants, son atmosphère de bord de mer et son soleil permanent, je dois dire que j’ai vraiment été séduit par Palma.

Si vous aviez envie de faire de Palma votre point de chute pour vos vacances à Majorque, n’hésitez pas : c’est une excellente idée pour pouvoir à la fois profiter de la vie citadine le soir (de nombreux et très bons bars et restaurants) tout en explorant l’île en journée (réseau de bus excellent et distances assez courtes avec des lieux d’intérêt vraiment top). En revanche, ce n’est pas le spot idéal si vous avez envie de passer des vacances purement balnéaire, privilégiez plutôt une autre des petites villes côtière de l’île (allez consulter mes différents guides sur Majorque pour faire votre choix – liste un peu plus bas).

Bref, on arrive à la fin de ce long guide sur Palma de Majorque, j’espère que tous ces conseils vous auront aidé à préparer votre visite. Si c’est le cas, n’hésitez pas à cliquer sur “J’aime” ci-dessous, ça m’encourage et ça me motive à continuer de publier des guides détaillés sur les destinations où je me rends.

Et si vous voulez soutenir concrètement mon travail, vous pouvez faire un truc tout simple : passer par les liens qui se trouvent dans mes articles quand vous réservez vos voyages (billets d’avion, hébergements, activités, …). Certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change quoi que ce soit au montant que vous réglez.

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne visite de Palma de Majorque et un excellent séjour sur cette île paradisiaque ! J’espère qu’elle vous plaira autant qu’à moi !

Jérémy.