Visiter Jérusalem : le guide complet pour réussir votre séjour (inclus : 28 choses à faire)

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous allez visiter Jérusalem prochainement et vous vous demandez comment organiser votre séjour sur place ? Vous voulez savoir ce qu’il y a à faire dans la vieille ville de Jérusalem et dans ses alentours ? Vous tombez bien : je rentre tout juste d’Israël, et Jérusalem a été le gros coup de cœur de ce voyage.

Dans cet article, vous trouverez toutes les infos nécessaires pour réussir votre visite de Jérusalem : que faire sur place, où manger, où dormir, que voir dans les environs, … Je vous partage également tous mes bons plans. Vous n’avez qu’à suivre ce (gros) guide !

Prêt ? C’est parti !

Infos pratiques en bref :

> Il y a régulièrement des vols à des prix intéressants pour Israël sur ce site. Jetez-y un œil si vous n’avez pas déjà réservé vos billets d’avion !

> Concernant le logement, je vous conseille de loger hors de la vieille ville de Jérusalem : cet hébergement en particulier a ma préférence (super localisation et prix abordable).

> Ne partez pas en voyage en Israël sans ce guide de voyage complet, il vous sera utile, surtout si vous faites plusieurs villes !

Visiter Jérusalem : ce qu’il faut faire absolument

Cela faisait longtemps que je ne m’étais pas rendu dans une ville aussi riche de choses à faire et à voir que Jérusalem. J’ai passé 2 jours sur place à la visiter dans les moindres recoins, et je vous avoue que je l’ai quittée à regret tant sa visite m’a charmé. Dans les lignes qui suivent, vous trouverez tout ce qu’il y a à faire et à voir lors de votre visite de Jérusalem.

>> Envie de faire une visite guidée en français de Jérusalem ? Regardez ici !

> A visiter dans la vieille ville de Jérusalem

La vieille ville de Jérusalem est découpée en 4 quartiers : chrétien, juif, musulman et arménien. Chacun possède son identité propre et son ambiance spécifique. On peut circuler dans ces 4 quartiers sans difficulté, mais gardez en tête que les habitants de ces quartiers sont très pieux, très religieux, et qu’il existe des réels tensions entre certaines communautés (j’ai pu le constater de mes propres yeux). Essayez d’être le plus neutre possible dans vos habits et de ne pas vous habiller trop court pour ne pas choquer qui que ce soit sur place, surtout si vous sortez des sentiers battus pour explorer les petites ruelles où les locaux voient peu de touristes.

Voici d’abord un plan de la vieille ville de Jérusalem avec ses 4 quartiers et ses 7 portes, afin que vous puissiez situer plus facilement les lieux à visiter que je vais mentionner dans la suite de ce guide.

Passons maintenant aux différents points d’intérêt touristiques à visiter dans la vieille ville de Jérusalem.

>> Voir les portes de la vieille ville de Jérusalem

Il y a 7 portes à Jérusalem, dont 2 qui ont un réel intérêt touristique selon moi. Tout d’abord la porte de Jaffa, la principale porte de la ville côté ouest, et celle par laquelle arrivent l’immense majorité des touristes. C’est l’entrée principale du quartier chrétien. On y trouve notamment l’office de tourisme, quelques cafés et restaurants, et plusieurs agences de voyage. En s’engouffrant depuis la porte de Jaffa dans la vieille ville, on tombe dans le dédale des ruelles du quartier chrétien et ses innombrables boutiques de souvenirs et de babioles. On peut vite s’y sentir à l’étroit car la foule est compacte.

Seconde porte qui a un intérêt touristique, la porte de Damas, qui comme son nom l’indique était le point de départ de la route menant à Damas, en Syrie. C’est à mon sens la plus belle des portes de Jérusalem. Elle mène au cœur du quartier musulman et ses étales de fruits et légumes. Je me suis posé tranquillement sur les marches en forme d’amphithéâtre à l’extérieur pour en admirer l’architecture ciselée et voir aller et venir la population locale. Agréable !

Les autres portes ont peu d’intérêt au sens touristique du terme, ce sont simplement des ouvertures dans la muraille pour accéder à différents quartiers de la vieille ville. Celle que vous pourriez être amené à utiliser régulièrement, à part la porte de Jaffa, c’est la Nouvelle Porte (“New Gate”), qui donne sur les arrières du quartier chrétien, dans un coin un peu plus résidentiel, où l’on trouve seulement quelques petits cafés et une ou deux boutiques de souvenirs, et où il y a finalement très peu de monde.

A part ça, la Porte de Zion, d’Hérode, ou de Dung ont très peu d’intérêt. La Porte du Lion (“Lion’s Gate”) se révèle la plus intéressante d’entre elles par sa position géographique, qui mène aux différents points d’intérêts de Jérusalem-Est (Mont des Oliviers, jardins de Gethsémani, et quelques autres dont je parlerai plus bas). Mais visuellement parlant, elle n’a rien de spécial. Voilà pour les portes de la vieille ville de Jérusalem.

>> Voir le Mur des lamentations

Pour ma part, c’était le lieu que je ne voulais absolument pas manquer lors de ma visite de Jérusalem : l’emblème de la ville, au même titre que le Dôme du Rocher dont je parlerai ci-dessous. Le Mur des Lamentations est l’endroit le plus sacré pour les juifs, et les voir prier avec tant d’intensité contre le Mur est quelque chose d’unique au monde.

Au niveau pratique, l’accès est libre mais hyper-contrôlé. On passe dans des portiques de sécurité et on subit des fouilles digne d’un aéroport. La queue peut d’ailleurs être particulièrement longue…

Une fois sur l’esplanade qui fait face au Mur, on est libre de circuler où on le souhaite. Il y a des barrières qui délimitent la zone pour les touristes de la zone pour de prière, mais rien ne vous empêche de vous rapprocher et aller toucher le Mur ou vous y recueillir si vous le souhaitez.

Hommes et femmes prient dans deux endroits distincts, les hommes ayant la plus grande partie du Mur. La densité est donc plus importante chez les femmes et il peut être plus difficile de s’approcher du Mur de ce côté là. Pour les hommes, le port de la kippa est obligatoire si vous dépassez les barrières de la ‘zone à touristes’. Vous pouvez en emprunter une sur place (mais elle aura déjà pris place sur la tête de milliers d’autres personnes), ou bien tout simplement acheter la vôtre dans la vieille ville de Jérusalem pour quelques shekels et la ramener à la maison comme souvenir (c’est ce que j’ai fait).

Pour vous y retrouver et y accéder depuis la vieille ville, il faut suivre les panneaux “Western Wall” pour les piétons, que vous trouverez à pratiquement tous les croisements.

Bon plan : pour avoir une vue plongeante sur le Mur des Lamentations et le Dôme du Rocher (cf plus bas), il faut repartir de la ‘zone à touristes’ en grimpant les escaliers en retrait du Mur. Suivez les panneaux Jewish Quarter sur la rue Ma’alot Rabbi Yehuda HaLevi, puis en haut des escaliers tournez à droite vers la rue Ha-Kotel. Un peu plus loin tournez encore à droite dans un étroit passage qui mène à un point de vue superbe et où, bonus, il y a rarement grand monde. Pas forcément très facile à trouver, mais ça vaut le coup de chercher un peu. Pour situer sur Google Maps, c’est ici.

>> Voir l’esplanade des mosquées et le Dôme du Rocher

Second endroit immanquable lors de votre visite de Jérusalem : l’esplanade des mosquées, où se trouve notamment le Dôme du Rocher. C’est le troisième lieu sacré de l’islam après la Mecque et Médine. Il est difficile d’y accéder quand on n’est pas musulman car les horaires d’ouverture de l’esplanade sont particulièrement restreints (7h30 – 10h30 et 13h30-14h30 seulement du dimanche au jeudi, inaccessible les vendredis et les samedis).

L’endroit est calme, apaisant, et dégage une véritable sérénité. Contrairement à ailleurs dans la ville où tout est étroit, là il y a de l’espace, on respire, et on admire la beauté des lieux. Superbe !

Les non-musulmans n’ont pas le droit de rentrer dans les mosquées, et ne peuvent utiliser que l’entrée prévue pour les touristes : le pont couvert qui part depuis le Mur des Lamentations. Là aussi il y a des contrôles de sécurité et une file d’attente particulièrement longue. Les jours de pointe, à la haute-saison, tout le monde n’a pas le temps de rentrer sur l’esplanade, il est donc conseillé d’arriver particulièrement tôt. De même, pensez à couvrir vos genoux et vos épaules lorsque vous vous y rendrez. Si vous êtes habillé trop court, on peut soit vous refuser l’entrée, soit vous refiler un espèce de châle pour vous couvrir (mais si vous n’avez pas envie de devoir mettre sur vous un bout de tissu porté par des milliers de personnes auparavant, je vous conseille quand même de revêtir les fringues appropriées le jour de votre visite).

Notez que l’accès est gratuit, également. Et dans la vieille ville de Jérusalem, il faut suivre les panneaux “Temple Mount” (mont du Temple) pour trouver l’entrée officielle.

>> Visiter l’église du Saint-Sépulcre

Après avoir visité les lieux sacrés du judaïsme et de l’islam, voici maintenant celui des chrétiens. L’église du Saint-Sépulcre, où se trouve théoriquement le tombeau du Christ. L’endroit est saisissant d’intensité également : dès l’entrée, on trouve une dalle qui se trouve être le lieu de la Déposition, adorée par les orthodoxes (je suis arrivé, des gens pleuraient et s’allongeaient en priant et en touchant la pierre… intense !). Sur la gauche, plus loin, se trouve le tombeau du Christ. On peut faire la queue pour y pénétrer, mais il faut faire preuve de patience car il y a beaucoup, beaucoup de monde.

L’église est très belle, fastueuse presque. Ce qui m’a étonné, c’est son côté quasi labyrinthique : c’est la première fois que je suis près de me perdre dans une église ! Explorez-en les cryptes, les recoins, admirez les dorures, les croix omniprésentes, et laissez-vous pénétrer par l’ambiance unique des lieux. C’est à vivre !

Au niveau pratique, l’accès est gratuit également. Elle est ouverte tous les jours de 4h à 19h l’hiver, et de 5h à 21h l’été.

>> Suivre la Via Dolorosa, dans les traces du Christ

C’est une des rues principales de la vieille ville de Jérusalem. Elle est à voir car c’est le chemin que Jésus aurait suivi, portant sa croix jusqu’au lieu de la crucifixion. Tout au long de la Via Dolorosa on retrouve des stations, des lieux qui ont marqué son cheminement, comme une empreinte de sa main dans le mur, au niveau de la station 5, au croisement avec la rue Al-Wad.

Au-delà du côté religieux, suivre la Via Dolorosa dans son ensemble fait traverser une bonne partie des quartiers chrétiens et musulmans, ce qui donne un aperçu intéressant de la vieille ville. Elle passe devant plusieurs églises et couvents à l’intérêt touristique variable. Mais le plus étonnant, lorsque vous suivrez la Via Dolorosa, c’est d’y croiser des pèlerins qui refont le trajet de Jésus en portant une immense croix sur leur dos.

Bref, ne manquez pas la Via Dolorosa lorsque vous visiterez Jérusalem !

>> Flâner dans le quartier musulman

Le quartier musulman est le plus grand quartier de la vieille ville de Jérusalem, et c’est aussi, à mon sens, le plus intéressant à visiter pour ceux qui aiment l’authenticité. Se perdre dans ses ruelles tortueuses et pavées, loin de la foule, est un vrai plaisir.

On s’immerge vraiment en Orient quand on déambule dans ce coin de la vieille ville de Jérusalem, passant là devant l’échoppe d’un barbier, ici les arrières-cuisines d’un restaurant aux odeurs épicées. Peu de touristes s’aventurent par ici, ce qui est à la fois génial et regrettable : génial car si vous vous y rendez, vous êtes seul, avec personne pour vous gâcher le plaisir ; et regrettable car c’est dommage, à mon avis, de rater l’occasion de découvrir cette atmosphère si différente du Jérusalem touristique.

Bref, à mon sens, c’est un véritable immanquable de toute visite de Jérusalem !

>> Descendre dans les carrières de Salomon

Sous le quartier musulman de Jérusalem se trouvent les carrières de Salomon. Un endroit étrange, sombre, où il est préférable de ne pas s’aventurer si on est claustrophobe, car les parois sont étroites, le plafond assez bas, et où il fait particulièrement sombre. Une fois dans les salles, tout en bas, vous découvrirez les carrières de Salomon, où l’on extrayait les pierres qui ont servi à construire le Temple (dont il ne reste que le mur occidental, que l’on appelle aujourd’hui Mur des Lamentations).

L’accès se fait le long des remparts entre la porte de Damas et la porte d’Hérode, à l’extérieur de la vieille ville, moyennant 18 shekels.

>> Faire le tour des remparts de la vieille ville

Une façon très sympa de découvrir Jérusalem, aussi bien la vieille ville que la ville neuve, c’est de grimper sur ses remparts et d’en faire le tour (ou presque). De là, on a une très chouette vue sur les toits de la ville, en particulier le quartier musulman, au niveau de la porte de Damas. On peut aussi, de là, observer la vie côté cisjordanien : tout y est vraiment très différent que ce que l’on trouve côté israélien.

Il n’est pas possible de faire le tour complet des remparts : on fait seulement la partie ouest, en gros, de la porte de Damas à la porte de Dung (où on se retrouve pratiquement sur le mur des Lamentations). Et la visite se fait en deux temps : la partie nord-ouest des remparts commence porte de Jaffa, au niveau de l’office de tourisme (dans le renfoncement), et se termine à la porte de Damas. La partie sud-ouest des remparts commence à l’extérieur de la porte de Jaffa (tournez à gauche aussitôt en sortant et longez le mur sur 50 mètres, l’entrée est par là) et se termine porte de Dung.

Le prix est de 18 shekels, le ticket s’achète à la boutique de l’office de tourisme : cherchez le signe “Rempart Walk Tickets” sur l’une des toutes premières boutiques, au plus près de la porte de Jaffa.

>> Grimper la Tour et la Citadelle de David

A ne pas confondre avec la Cité de David, qui se trouve en dehors de la vieille ville, côté cisjordanien. Il s’agit d’une tour construite au 12e siècle, sur des restes de construction datant du roi Hérode. Les vestiges sont intéressants, mais la visite vaut surtout pour la vue panoramique sur la ville de Jérusalem, avec d’un côté la ville neuve et de l’autre la vieille ville. Il y a régulièrement des spectacles de son et lumière, je vous conseille de vous adresser à l’office de tourisme (qui se trouve tout près, à l’entrée de la porte de Jaffa) pour avoir le programme et les détails lors de votre visite.

Pour tout ce qui est pratique, je vous invite à visiter leur site internet ici (en français). Vous pourrez notamment acheter votre ticket en ligne (40 shekels -10€- par adulte).

>> D’autres suggestions de visite dans la vieille ville de Jérusalem

Vous pouvez par exemple explorer le Cardo : une ancienne voie romaine et byzantine construite au 1er siècle, dont les larges colonnes et les dalles sont encore en très bon état. Il y a aussi, bien sûr, de nombreux établissements religieux que je n’ai pas mentionné jusqu’à présent, comme la basilique Sainte-Anne, datée du 12e siècle, l’une des mieux conservées de la ville, et où serait née la Vierge.  Et si vous aimez les musées, allez voir le Old Yishuv Court, un musée consacré au judaïsme où a été reconstruit une maison juive traditionnelle, afin de montrer les différences de style entre les courants Séfarade et Ashkénaze. Enfin, ne manquez pas l’inratable souk de la vieille ville (et si vous décidez d’acheter, négociez !).

> A visiter dans la ville neuve de Jérusalem côté Cisjordanie

Une fois que vous aurez fini de visiter Jérusalem côté vieille ville, vous pourrez sortir des murailles et aller explorer la ville neuve côté Cisjordanie, où se trouvent de nombreux immanquables d’un séjour dans la ville sainte. Pour accéder à la plupart de ces lieux, je vous conseille de sortir par la Porte de Lion (Lion’s Gate) et de poursuivre à pied (ou en taxi si vous souhaitez monter au sommet du Mont des Oliviers sans vous fatiguer). Voici quelques uns des lieux à visiter dans cette partie de Jérusalem.

>> Voir le Sépulcre de Marie

C’est le premier lieu d’intérêt que vous rencontrerez une fois sorti de Jérusalem par la porte du Lion. Pour y accéder, il faut tourner à droite au bout de la rue du Lion, puis à gauche au croisement. Le Sépulcre se trouve à 30 mètres de là, sur votre gauche, en contrebas. Les escaliers pour descendre sont assez raides, et il fait très sombre là-dedans, attention à ne pas tomber. C’est un lieu de culte pour les orthodoxes. Une étape pas obligatoire mais intéressante sur le chemin menant au Mont des Oliviers.

>> Grimper le Mont des Oliviers

Le Mont des Oliviers est l’un des lieux à ne pas rater lorsque vous allez visiter Jérusalem, de part sa symbolique, bien sûr, mais aussi parce qu’il offre l’une des plus belles vue sur la vieille ville, ainsi qu’une jolie promenade dans un cadre agréable (si vous aimez marcher et que vous n’avez pas peur d’un bon dénivelé, faites la grimpette à pied, sinon prenez un bus/taxi et faites plutôt la descente à pied). Tout au long de l’ascension du Mont des Oliviers, vous trouverez des points d’intérêt : églises, couvents, jardins, … Je les détaille un peu plus bas cet article.

Trois options pour grimper le Mont des Oliviers : soit à pied, soit en bus (les lignes 275 et 255 en partant de l’arrêt de bus juste en face de la porte d’Hérode – descendre à l’arrêt Chapel of the Ascension), soit en taxi.

Le point de vue est au niveau de l’hôtel Seven Arches. C’est vraiment impressionnant : au premier plan vous avez un immense cimetière juif et ses tombes blanches à perte de vue, puis au second plan vous avez la vieille ville de Jérusalem avec ses toits colorés et ses édifices religieux (dont le Dôme du Rocher qui brille de milles feux sous la lumière du soleil), et tout autour vous avez la ville nouvelle. Rien que pour cette vue, ça vaut le coup de grimper. Si vous le pouvez/voulez, restez jusqu’au coucher du soleil, c’est magique !

Une fois que vous aurez fini d’admirer la vue, redescendez par la petite route goudronnée qui serpente sous vos pieds. Vous allez passer devant plusieurs églises/couvents que voici.

>> Voir les églises du Mont des Oliviers

La première église que vous croiserez en redescendant le Mont des Oliviers, c’est celle de Dominus Flevit : c’est surtout un jardin très agréable où flâner et se reposer au calme avant de retourner vers la ville. Un peu plus bas, l’église Marie-Madeleine aux superbes coupoles dorées, dans un style très orthodoxe, qu’on imaginerait davantage à Moscou qu’à Jérusalem. Elle est pratiquement tout le temps fermée, malheureusement, car j’aurais beaucoup aimé la visiter (c’est possible seulement les mardis et les jeudis matin). Enfin, tout en bas du Mont des Oliviers, juste à côté des jardins de Gethsémani, se trouve l’église de Toutes-les-Nations (dont le nom étrange vient du fait que sa construction a été financée par une grande partie des nations catholiques du monde).

>> Déambuler dans les jardins de Gethsémani

Juste à côté de l’église de Toutes-les-Nations se trouvent les jardins de Gethsémani. C’est sous les oliviers millénaires de ce petit jardin charmant que Jésus aurait été trahi par Judas, et là où il aurait été arrêté. Aujourd’hui, c’est un lieu agréable où on admire ces larges oliviers avant de poursuivre la découverte du Mont des Oliviers.

>> Suivre la promenade de la Vallée des Rois

Entre le Mont des Oliviers et les murs de la vieille ville (et les routes), se trouve la vallée de Cédron où ont été érigés les tombeaux des rois, notamment ceux d’Absalom et de Zacharie. Le chemin commence au niveau de l’office de tourisme, sur la rue Derekh Yerikho. C’est une promenade très sympa qui nous emmène devant des étranges colonnes, qui m’ont fait penser à des miniatures de celles de Petra, en Jordanie. Il y a aussi, au milieu de cette promenade, une sorte de tente bédouine où se rafraîchir. Étonnant !

>> Explorer l’ancienne Cité de David

Après s’être promené dans la Vallée des Rois, on ressort au niveau du site archéologique de l’ancienne cité de David, du temps du premier Temple de Jérusalem. Je vous conseille de faire également la visite du Tunnel d’Ezekiah qui servait à approvisionner Jérusalem en eau en cas de siège (ce qui est arrivé un paquet de fois dans l’histoire de la ville). Il est encore bien inondé par endroit, alors venez en short et en chaussures qui ne craignent pas l’eau (par exemple des tongs, ou bien achetez les chaussures en plastique vendues sur place).

Pratique : les horaires et les tarifs sont sur leur site officiel, ici.

>> Voir le tombeau du Christ dans le jardin Garden Tomb

Si vous avez encore envie de voir des jardins et des tombes, vous pouvez aller voir le tombeau du Christ (enfin, un autre endroit où il serait possible qu’il soit enterré), dans les jardins de “Garden Tomb”. L’endroit est fleuri, apaisant. Il se trouve assez près de la porte de Damas, à l’extérieur de la vieille ville (suivez les flèches pour les piétons). Accès gratuit.

> A visiter dans la ville neuve de Jérusalem côté israélien

Revenons maintenant côté israélien. Il y a moins de choses à visiter dans cette partie de Jérusalem, mais comme c’est probablement par là que vous logerez, je voulais tout de même vous indiquer les principales choses à faire et à voir, en particulier plusieurs quartiers intéressants à visiter. Les voici.

>> Visiter l’abbaye de la Dormition

Elle se trouve au sommet du Mont Zion, juste à l’extérieur des murs de la vieille ville de Jérusalem (tout près de la porte de Zion, donc). C’est ici que Marie se serait endormie de son sommeil éternel. D’où le terme employé de “Dormition” qui sous-entend qu’elle se réveillera. Il y a un article très complet sur ce site si vous voulez en savoir plus sur cette abbaye. Si vous voulez simplement l’admirer de l’extérieur, le meilleur point de vue c’est depuis les remparts sud de la vieille ville de Jérusalem (cf quelques paragraphes plus haut, j’en parle en détails).

>> Visiter le quartier Mishkenot Sha’ananim

Mishkenot Sha’ananim est le premier quartier juif a avoir été construit en dehors de la vieille ville de Jérusalem. C’est un petit coin résidentiel pratiquement collé aux remparts, en contrefort du Mont Zion. Plein de petites ruelles étroites et mignonnes comme tout, entourées de parcs et de jardins fleuris et délicatement entretenus. Une ballade très agréable, moins agitée et animée que la vieille ville. L’histoire de ce quartier est originale, regardez ici si ça vous intéresse.

>> Visiter Mea She’arim, le quartier juif ultra-orthodoxe

C’est un quartier étonnant, à deux pas de la vieille ville. C’est là où vit une communauté juive ultra-orthodoxe. Tout le monde y porte les habits traditionnels, noirs, longs, avec les papillotes et les chapeaux qui vont avec. Je ne me suis pas promené personnellement dans le quartier, je l’ai juste traversé en bus lorsque je suis parti de Jérusalem pour visiter Eilat, la station balnéaire au sud d’Israël, sur la mer Rouge, mais ça m’a déjà donné un aperçu de l’ambiance qui y règne. J’avais l’impression d’être dans un autre monde, ça avait un côté fascinant.

Si vous décidez d’aller y flâner, habillez-vous le plus sobrement possible, et soyez attentifs aux regards que l’on vous porte. Si vous ne vous sentez pas les bienvenus, n’insistez pas et rebroussez chemin.

>> Flâner sur Ben Yehuda, la rue commerçante principale

La rue principale du centre-ville de Jérusalem, c’est Ben Yehuda : vous y trouverez de nombreux commerces, des cafés, restaurants, épiceries, boutiques de souvenirs, … Je ne l’ai pas trouvé particulièrement jolie, en tout cas pas comparée aux endroits intéressants de Jérusalem, mais il est assez agréable d’y flâner en fin de journée. Les gens y prennent leur temps, s’arrêtent, s’interpellent, dégustent un café, … Sympa ! Les rues autours sont dans le même genre, mais moins fréquentées.

>> Déambuler dans le marché Yehuda Mahane

Changeons vraiment de décor et d’ambiance cette fois, en s’éloignant franchement de la vieille ville. Je vous recommande le marché Yehuda Mahane, plein de couleurs et de vie. J’ai adoré déambuler là-dedans, m’arrêter grignotter des fraises et des falafels au milieu des locaux (il y a quelques touristes quand même, ceci dit). Le soir, c’est un coin qui bouge bien également, mais ça j’en reparlerai dans les suggestions de sortie, plus bas dans ce guide. En tout cas, sur le chemin entre la gare et la vieille ville, c’est une halte facile et agréable !

>> Se poser dans Sacher Park

On s’éloigne franchement du centre de Jérusalem, là (même de la ville neuve). C’est le plus grand parc de la ville, où se retrouvent les habitants pour se poser dans l’herbe entre amis ou en famille. Il n’est pas rare d’y voir des gens préparer un barbecue, donc si l’envie vous prend… ! En tout cas l’endroit est agréable, ombragé, … On respire ! Ceci dit, ce n’est pas un immanquable de la ville, jetez un œil ou allez-vous y promener simplement si vous êtes à proximité immédiate, ou si vous restez vraiment longtemps à Jérusalem.

Que visiter autour de Jérusalem

Dans cette partie, je vous suggère quelques excursions à la journée possibles au départ de Jérusalem.

> Dans les environs immédiats

Tout d’abord, si vous ne voulez pas vous éloigner de la ville, voici quelques idées de lieux à visiter dans les environs immédiats de Jérusalem.

>> Voir le village d’Ein Kerem

C’est un site bien connu des pèlerins qui se rendent à Jérusalem : c’est là que serait né Saint-Jean-le-Baptiste. Au-delà de l’aspect religieux, Ein Kerem est un joli petit village entouré de collines où les sentiers de promenade sont nombreux. Il y a plusieurs églises, un monastère russe orthodoxe et plusieurs couvents. Trois millions de visiteurs se rendent dans ses ruelles chaque année. Ca commence à faire du monde ! Ce n’est pas un immanquable sauf si vous venez en pèlerinage.

Pour vous y rendre, il faut prendre le tram jusqu’au terminus (Mont Herzl), puis de là le bus 28 jusqu’au village de Ein Kerem. Facile à faire sur une journée ou une demi-journée.

>> Explorer Lifta, le village fantôme

Un endroit unique : c’est un ancien village palestinien, qui se trouve au nord-ouest de Jérusalem (donc côté israélien désormais), entièrement vidé de ses habitants, mais dont les habitations vides sont restées intactes ou presque. Vous pouvez remonter toute la vallée et déambuler entre les 75 maisons en pierre de l’ancien village de Lifta. Pour vous y rendre, c’est assez compliqué, suivez les instructions de cet article (en anglais, mais les photos devraient suffire).

> Un peu plus loin :

Si vous êtes prêt à faire un peu plus de route, voici les choses immanquables à faire et à visiter autour de Jérusalem.

>> Se baigner dans la mer morte

Et si vous alliez piquer une tête dans la mer morte lors de votre séjour à Jérusalem ? Elle n’est vraiment pas loin (les premières plages sont à moins d’une demi-heure de route si vous avez votre propre voiture), et c’est une expérience véritablement unique qui s’offre à vous. Pour ma part, j’ai été me baigner à Ein Bokek et je ne le regrette pas une seconde : les sensations sont incroyables et le cadre, avec le désert et la Jordanie sous les yeux, vaut amplement le détour. Je donne tous les détails pour aller vous baigner dans la mer morte dans cet article complet.

Pour aller de Jérusalem à la mer morte, soit vous prenez le bus depuis la gare centrale (le 444 vous y mène), soit vous passez par un tour organisé pour vous faire emmener et ramener. Je vous conseille celui-ci. Au passage, il est possible d’aller voir la superbe forteresse de Masada, qui se trouve juste à côté de là, et qui offre un point de vue extraordinaire sur la région.

Un vrai immanquable de tout séjour à Jérusalem !

>> Visiter Bethléem

Autre immanquable lorsque vous serez à Jérusalem : un détour par la ville de Bethléem, aujourd’hui en Cisjordanie. Son centre ville est fait de ruelles blanches, étroites et pavées. L’ambiance y est calme et relativement apaisante. On y visite bien sûr la basilique de la Nativité, où les chrétiens du monde entier viennent se recueillir : c’est le lieu où Marie a donné naissance à Jésus.

Pour se rendre à Bethléem depuis Jérusalem, c’est très compliqué par les transports en commun (pas de trajet direct, des checkpoints à franchir, …). Le plus simple, c’est vraiment de passer par un organisme qui a l’habitude de le faire. Je vous conseille celui-ci.

>> Visiter Tel-Aviv

Bien que je vous conseiller de passer plusieurs jours sur place, vous pouvez tout à fait visiter Tel-Aviv sur une journée depuis Jérusalem. Les deux villes sont proches l’une de l’autre (environ une heure de trajet), et en allant à l’essentiel vous pouvez tout à fait voir l’essentiel de Tel-Aviv en quelques heures (la vieille ville de Jaffa, suivi d’un passage rapide sur le front de mer, puis une incursion dans le centre voir le marché HaCarmel, le quartier yéménite et le coin de Neve Tzedek). J’ai écrit un guide complet sur Tel-Aviv que je vous invite à consulter, il se trouve ici.

Pour vous y rendre, faites le trajet par vous-même (cf la partie “se rendre à Jérusalem depuis Tel-Aviv“, plus bas dans ce guide : ce qui est valable dans un sens l’est dans l’autre), c’est vraiment simple et ça ne prend pas beaucoup de temps. En tout cas, Tel-Aviv est vraiment à voir lors d’un voyage en Israël, sans aucun doute !

Combien de jours pour visiter Jérusalem correctement :

Difficile de répondre à la question du nombre de jours idéal pour visiter Jérusalem. D’abord, ça dépend du temps que dure votre voyage en Israël : cela serait dommage de donner trop d’importance à Jérusalem alors que le reste du pays mérite que l’on s’y attarde également (le désert de Néguev, par exemple, pour ne citer qu’un seul endroit). Et surtout, cela dépend aussi de votre attrait pour le religieux, car on ne visite clairement pas Jérusalem de la même façon selon si on y effectue un pèlerinage ou si on vient en simple touriste (je fais partie de cette seconde catégorie). Quoi qu’il en soit, je vais essayer de vous conseiller sur le nombre de jours à consacrer à Jérusalem dans cette partie.

> Visiter Jérusalem en 1 jour

Il est tout à fait possible de voir l’essentiel de Jérusalem en une seule journée : vous pouvez très bien faire un tour rapide dans chaque quartier de la vieille ville, aller admirer le Mur des Lamentations, passer sur l’Esplanade des Mosquées pour voir le Dôme du Rocher, puis attraper un taxi en direction du Mont des Oliviers où vous admirerez la vieille ville en contrebas. En deux heures maxi, tout ça peut être bouclé et réglé. Mais, sincèrement, visiter Jérusalem au pas de course, ça serait vraiment rater l’occasion de saisir l’atmosphère de cette ville unique au monde.

Bref, un jour sur place c’est jouable évidemment, surtout si vous prenez ce guide francophone. Mais je vous conseille sincèrement de prendre 2 jours entiers sur place pour avoir le temps de réellement profiter de la ville et de vous laisser imprégner par l’ambiance unique des lieux.

Ne passez qu’une seule journée à Jérusalem si l’objectif de votre voyage en Israël est d’aller profiter du désert ou de la mer rouge, sinon 2 jours pour visiter Jérusalem me paraît être le minimum.

> Visiter Jérusalem en 2 jours

J’ai passé 2 jours entiers à Jérusalem, plus une après-midi juste après mon arrivée depuis Tel-Aviv. J’ai trouvé cette durée idéale pour visiter Jérusalem sans se presser, mais sans non plus avoir des temps morts où risquer de s’ennuyer.

Lors de ma première après-midi, j’ai flâné dans le quartier Yehuda Mahané, visité son marché, mangé des falafels. J’ai ensuite descendu la rue Jaffa (principale rue piétonne de la ville neuve côté israélien) jusqu’à la porte de Jaffa, l’entrée de la vieille ville, où je suis arrivé à la nuit tombée et j’ai fait un tour dans le quartier chrétien. Bref, je n’ai pas fait grand chose, mais ça m’a permis d’avoir un premier contact avec Jérusalem, et de commencer à m’habituer à son atmosphère si particulière.

Pour vous résumer un peu tout ça, le premier vrai jour complet sur place, j’ai commencé par explorer la vieille ville : j’ai passé le quartier chrétien au crible, puis le quartier musulman, avant de me diriger vers la porte du Lion et d’entreprendre l’ascension du Mont des Oliviers. Je suis redescendu en passant devant différents lieux du parcours du Christ (jardins de Gethsémani, églises, etc), puis j’ai suivi le chemin de la Vallée des Rois avant de rentrer à nouveau dans la vieille ville via la porte de Dung, où j’ai fini par voir le Mur des Lamentations. J’ai terminé ma visite en passant par le quartier arménien puis en flânant au milieu des marchands de souvenirs du quartier chrétien.

Le deuxième jour, j’ai passé le début de la matinée sur l’Esplanade des Mosquées avant d’aller faire le tour des remparts. Ensuite je suis sorti de la vieille ville au niveau de la superbe porte de Damas pour aller dans les jardins où se trouve selon certaines sources le tombeau du Christ. J’ai fini la journée tranquillement en retournant voir le mur des lamentations et en faisant un dernier tour complet de la vieille ville, qui m’a vraiment charmé.

> Visiter Jérusalem en 3 jours

Si vous avez 3 jours pour visiter Jérusalem, vous pouvez rajouter une journée pour explorer certains quartiers hors du centre historique, côté israélien. Le quartier Mea She’arim où se trouve une communauté juive orthodoxe est intéressant à voir, de même que Mishkenot Sha’ananim pour son ambiance calme et résidentielle, à deux pas de l’agitation de la ville. Sinon, profitez de cette troisième journée pour faire une excursion (Bethléem, mer morte, …).

Trois jours pour faire le tour de Jérusalem, c’est la limite haute : au-delà de ça, vous risqueriez, à mon sens, de vous ennuyer. A moins de vouloir passer du temps à l’intérieur de chaque monument. Mais si vous voyagez un peu comme moi, que vous n’êtes pas spécialement religieux (mais que vous êtes intrigué et curieux de l’histoire de ces mêmes religions) ni branché par les musées, alors entre 2 et 3 jours sur place est vraiment l’idéal à mon avis.

> 4 jours à Jérusalem et au-delà :

A partir de 4 jours sur place, je vous conseille franchement de sortir de la ville pour aller visiter les environs. Sinon, là c’est certain, vous allez tourner en rond et vous commencerez à vous ennuyer sévère. Il y a beaucoup de lieux intéressants touristiquement parlant autour de Jérusalem, je vous renvoie à la liste détaillée qui se trouve un peu plus haut dans ce guide.

Où dormir à Jérusalem

Voici le mini-guide des endroits où dormir à Jérusalem. J’espère que ça vous aidera pour choisir votre logement dans la ville sainte !

> Où dormir dans la vieille ville

Si vous voulez vivre une expérience 100% immersive, c’est dans la vieille ville de Jérusalem qu’il vous faudra loger lors de votre séjour sur place. Certains coins peuvent être animés et/ou bruyant, mais il est tout à fait possible de trouver des hébergements à l’écart de l’animation afin de passer des bonnes nuits de sommeil, comme celui-ci.

En revanche, les logements dans la vieille ville sont assez chers (ce qui est, finalement, assez logique). Si vous avez un petit budget, tournez vous vers cet établissement (en photo ci-dessus), idéalement situé juste à l’entrée de la porte de Jaffa !

> Où dormir dans la ville neuve

Pour être un peu plus au calme lors de votre séjour à Jérusalem, c’est là que je vous recommande de loger. Alors, certes, le sentiment d’immersion sera moins fort que si vous faisiez l’intégralité de votre séjour dans la vieille ville, mais vous dormirez probablement beaucoup mieux.

De plus, contrairement à ce que l’on pourrait croire de prime abord, il y a de nombreux points d’intérêt touristiques dans la ville neuve (j’en ai déjà parlé plus haut). En choisissant bien votre logement, vous pouvez être parfaitement central entre les différentes zones à visiter à Jérusalem. Et cerise sur le gâteau, si vous aimez sortir, profiter des restaurants ou des bars, c’est dans la ville neuve que vous serez le mieux situé.

Je vous suggère de résider à deux pas des portes de la vieille ville, sur la fameuse Jaffa Street (piétonne – seul le tram passe là), dans cet établissement qui présente un excellent rapport qualité-prix-localisation. Si vous avez un plus petit budget, tournez-vous vers cette auberge de jeunesse à l’ambiance chaleureuse.

> Où loger côté Cisjordanie

Il y a beaucoup moins d’options pour le logement à Jérusalem-Est, en Cisjordanie. Cependant, les tarifs y sont généralement plus abordables que dans la vieille ville ou que dans la ville neuve côté ouest. Parmi mes préférés, cet hôtel, proche de la porte de Damas, propose l’un des meilleurs tarifs de Jérusalem (en tout cas dans un périmètre permettant de visiter la ville à pied).

Si vous voulez vous faire plaisir, dormez sur le Mont des Oliviers, au Seven Arches Hotel, et profitez du coucher de soleil sur la vieille ville : la vue est vraiment exceptionnelle.

Où sortir à Jérusalem : mes bonnes adresses

Voici ci-dessous mes suggestions pour sortir, manger et boire un verre à Jérusalem. Toutes ces adresses m’ont été confiées par mon hôte à Jérusalem, qui connait la ville comme sa poche. C’est donc à lui qu’il faut dire merci 🙂

> Où manger à Jérusalem

Si vous voulez manger à la bonne franquette dans la vieille ville de Jérusalem, dans une ambiance sympa et sans vous ruiner, allez chez Tala (adresse : Patriarchate Latin 39). J’y ai gouté un shakshuka traditionnel très réussi, accompagné d’une citronnade-menthe délicieuse. Pour info, il y a plusieurs autres restaurants sympas dans cette rue : un italien notamment qui a l’air très bon.

Pour manger sur le pouce, sachez qu’il y a des stands de hummus et falafels partout dans la vieille ville, ce ne sont pas les occasions de se laisser tenter qui manqueront. Un en particulier que j’ai beaucoup aimé se trouve dans le Cotton Market, il est tenu par un petit monsieur muet qui prépare des falafels délicieux.

Hors de la vieille ville, pour un dîner un peu plus formel, allez chez Primitivo (adresse : King George 35). Il fait l’unanimité auprès des locaux comme des touristes. Une cuisine à la fois simple et raffinée, dans un cadre agréable. Les prix sont un peu plus élevés, mais ça reste dans la moyenne pour Jérusalem. Bonne adresse !

Pour les végétariens et les végans, allez au Café Bastet (adresse : Heleni Hamalka 5), très légèrement en retrait de la populaire rue de Jaffa (où passe le tram). Ce café-resto a, en plus, la bonne idée d’être ouvert pendant shabbat. Bon accueil, cuisine simple et sans prétention, petite terrasse au calme, … Parfait pour déjeuner !

Enfin, il y a beaucoup de petits restaurants très sympas sur le marché Yehuda Mahane, j’en reparle ci-dessous dans la partie “où boire un verre”.

> Où boire un verre

Dans la vieille ville, en particulier dans le souk côté chrétien, vous trouverez régulièrement des petits bars à jus de fruits délicieux. J’aurais bien du mal à vous en recommander un tant c’est un labyrinthe là-dedans, ce que je peux vous dire c’est que je me suis arrêté pour prendre un shake à la fraise, c’était une tuerie. A part ça, il n’y a pas beaucoup d’endroits pour boire un verre dans la vieille ville, qui est intégralement désertée une fois la nuit tombée. Je vous conseille de sortir des murailles et aller dans la ville neuve côté ouest.

Par exemple, un café très sympa à 200 mètres de la vieille ville, dans une rue en retrait de Jaffa Street, c’est Tmol Shilshom (adresse : Salomon 5). On peut boire un verre (ou même y manger quelques plats simples) dans un cadre agréable, rempli de livres, pour un prix encore assez modeste.

Le soir, je vous conseille le quartier de Yehuda Mahane où la jeunesse de Jérusalem se retrouve pour boire un coup dans un de ses nombreux bars branchés. Essayez par exemple Beer Bazaar (adresse : Ets Khayim 3), où vous pourrez découvrir une énorme quantité de bières locales et nationales (pas toutes le même soir, hein, vous finiriez mal !). Dans la même rue, un tout petit peu plus loin, allez chez Freddy Lemmom pour écouter de la musique live.

Moins loin de la vieille ville, vous trouverez énormément de bars sur les rues Jaffa et Ben Yehuda.

> Où faire la fête

Jérusalem est une ville religieuse, certes, mais il est tout à fait possible de sortir s’amuser et même d’y faire la fête. Parmi les endroits populaires à Jérusalem, il y a le Sira (adresse 4 rue Ben Sira) ou le Toy Bar (Dhu Nuvas 6), deux endroits où vous n’allez pas vous ennuyer. Les touristes comme les locaux s’y retrouvent pour danser au son des DJs du moment. Bonne ambiance !

Comment venir à Jérusalem et se déplacer une fois sur place

Jérusalem est parfaitement desservie depuis toutes les grandes villes israéliennes, ainsi que depuis l’aéroport international de Ben Gourion. Je vous explique tout ça ci-dessous.

> Aller à Jérusalem depuis Tel-Aviv

Il est très facile de rejoindre Jérusalem depuis Tel-Aviv. Vous avez deux options : le bus et le train. J’ai détaillé ces deux options dans un article complet qui se trouve ici : comment aller de Tel-Aviv à Jérusalem. Ci-dessous, je vous mets juste l’essentiel.

>> Faire Tel-Aviv – Jérusalem en bus

Le bus est direct, le trajet dure environ une heure, et l’aller-simple coûte 16 shekels (environ 4€). Le départ se fait depuis l’une des deux gares routières de Tel-Aviv : Arlozorov (plutôt dans la partie centre-nord de la ville), ou HaHagana (plutôt au sud, qui est aujourd’hui la gare principale, que les locaux appellent aussi fréquemment “Central Station”). Les liaisons sont effectuées par la compagnie Egged, qui s’occupe des trajets intervilles en Israël.

>> Faire Tel-Aviv – Jérusalem en train

Le train en Israël est plus confortable que le bus, et est très simple d’utilisation également. En revanche, l’inconvénient c’est que le trajet n’est pas direct : il y a un changement à effectuer, à la gare de l’aéroport Ben Gourion.

Le trajet est très court, ceci dit : l’ensemble prend environ 50 minutes, changement inclus. Il faut partir de l’une des gares de Tel-Aviv (il y en a 4 : University, Savidor Center, HaShalom et HaHagana, ces deux dernières étant les plus importantes et les mieux situées par rapport aux points d’intérêt touristiques de Tel-Aviv, c’est probablement de l’une d’elles que vous partirez). Il n’y a ensuite qu’une station depui HaHagana pour aller à l’aéroport Ben Gourion, puis à nouveau une seule station pour aller de Ben Gourion à Jérusalem – Yitzhak Navon (la gare centrale). Le prix du trajet est d’environ 30 shekels (8€ à peu de chose près), selon la gare de départ à Tel-Aviv.

> Aller à Jérusalem depuis l’aéroport Ben Gourion

Jérusalem est hyper facile d’accès depuis l’aéroport Ben Gourion. En fait, c’est l’aéroport officiel de la ville de Tel-Aviv, mais il est situé à égale distance entre les deux villes, et les liaisons sont extrêmement bonnes aussi bien pour l’une que pour l’autre. Pour aller à Jérusalem depuis l’aéroport, c’est simple : dans le hall des arrivées, suivez les flèches indiquant les trains. Cela vous mènera à l’extérieur de l’aéroport, à l’entrée de la gare.

Juste là, à l’entrée de la petite gare ferroviaire, il y a des machines automatiques où vous pourrez acheter votre ticket de train. Choisissez la gare de destination Jérusalem – Yitzhak Navon (il y a plusieurs gares à Jérusalem, et celle-ci est la gare centrale). Le tarif ne devrait pas excéder les 18 shekels (je n’ai pas fait que cette portion du trajet, j’ai fait l’intégrale depuis Tel-Aviv et ça m’avait coûté 30 shekels, donc pour la moitié du trajet j’imagine que ça doit être la moitié du prix). Ensuite, passez les contrôles de sécurité et descendez en sous-sol, où se trouvent les quais de la gare ferroviaire de l’aéroport. Le trajet pour Jérusalem dure environ 15 minutes, et les trains sont extrêmement fréquents (vous attendrez 20 minutes maxi).

Attention : vous aurez besoin de votre ticket de train pour ressortir de la gare à Jérusalem (et partout en Israël dès que vous prendrez le train, d’une manière générale). Un peu comme le ticket de métro parisien qui sert aussi bien pour rentrer que ressortir.

>> Conseil si vous arrivez pendant shabbat

Les trains ne fonctionnent pas pendant shabbat (ni les bus, d’ailleurs). Si votre vol vous amène à l’aéroport pendant shabbat, vous devrez alors prendre un sherut (sorte de taxi collectif sous forme de mini-bus). Ils se trouvent à l’extérieur du hall des arrivées. Les départs se font à l’arrache : dès qu’un sherut est rempli, il part, et ainsi de suite. Le prix est de 60 shekels par personne.

> Aller de la gare de Jérusalem à la vieille ville

La gare Yitzhak Navon de Jérusalem est la plus centrale, mais elle n’est pas pour autant hyper-proche de la vieille ville. A pied, comptez une demi-heure de marche. C’est faisable sans difficulté si vous n’êtes pas trop chargé (surtout que ça descend). Généralement, vous logerez entre la gare et la vieille ville, donc la durée du trajet n’en sera que plus courte. En revanche, si vous êtes chargé ou que vous logez plus loin, je vous conseille de prendre le tram qui passe juste devant la gare de Jérusalem et qui vous emmènera à bon port en moins de 10 minutes.

Les tickets s’achètent aux arrêts de tram sur les automates. Vous pouvez payer par carte ou en cash, peu importe. Le prix est de 10 shekels (2,50€). Pour aller de la gare à la vieille ville, prenez le tram direction Heil Ha-Avir et descendez à l’arrêt City Hall. Une fois hors du tram, marchez encore sur une centaine de mètres et vous verrez les remparts de la vieille ville. Les portes les plus proches sont celles de Jaffa (200 mètres sur votre droite) ou à la New Gate (100 mètres sur votre gauche). Toutes les infos sur le tram de Jérusalem sont sur ce site . Notez qu’il n’y a qu’une seule ligne de tram pour le moment, donc pas beaucoup de risque de se tromper.

> Comment se déplacer dans Jérusalem

A part pour aller à la gare centrale, vous n’aurez pas besoin de vous déplacer autrement qu’à pied dans Jérusalem.

D’abord, la vieille ville ne permet pas de moyen de transport autre que les jambes, et ensuite car de toute façon l’immense majorité des lieux d’intérêt touristique de Jérusalem sont soit dans la vieille ville, soit dans les alentours immédiats. Le seul moment où vous pourriez avoir besoin de prendre le bus, c’est pour aller au sommet du Mont des Oliviers, mais honnêtement ça peut se faire à pied sans problème (je l’ai fait). Aidez-vous de l’appli Moovit pour trouver vos itinéraires (ceux de Google Maps fonctionne très bien également).

>> Comment prendre le bus à Jérusalem

Pour prendre le bus à Jérusalem, vous aurez besoin de la RavKav Card : on ne peut pas acheter de ticket directement au chauffeur. La RavKav Card fonctionne comme l’Oyster Card de Londres : il faut l’acheter dans un kiosque (ou dans une gare), et la charger avec du crédit. Quand vous montez dans le bus, vous “bipez” la carte pour déchargez le montant du trajet. Vu le peu de fois où le bus est nécessaire lorsque l’on visite Jérusalem de façon classique, franchement ça ne vaut pas le coup de s’embêter.

Infos pratiques pour votre visite de Jérusalem

Si vous avez besoin de quelques conseils supplémentaires pour visiter Jérusalem sereinement, ils se trouvent certainement dans les lignes qui suivent.

> La sécurité à Jérusalem

La première question qui vient en tête quand on prépare un voyage en Israël, c’est la sécurité. Jérusalem, en particulier, est au cœur des préoccupations en raison de sa localisation et de son découpage, à cheval entre les zones israéliennes et cisjordaniennes.

En tant que touriste, la prudence est évidemment de mise afin de ne heurter aucune sensibilité ni politique ni religieuse. Abstenez-vous de faire des commentaires, quels qu’ils soient, et habillez-vous de la façon la plus neutre possible afin de faciliter vos déplacements dans tous les quartiers et dans les lieux religieux. A part ça, tout ira bien : il y a très peu de délinquance en Israël. Jérusalem est, de toute façon, particulièrement surveillée par les militaires en faction un peu partout (dans la vieille ville comme en dehors). Personnellement, je me suis senti plus en sécurité à Jérusalem qu’à Paris. Le risque zéro n’existe pas, évidemment, mais les chances d’avoir des problèmes ne sont pas plus élevées à Jérusalem qu’ailleurs.

Au moment où je visitais Jérusalem, le site du gouvernement français recommandait la plus grande prudence autour de la Porte du Lion. Pourtant, sur place, il n’y avait strictement rien : pas de manif, pas de présence militaire particulière, rien. J’ai demandé à mon hôte sur place si c’était safe d’aller par-là et il a été étonné : “oui, tu peux aller partout sans problème“. Je ne dis pas qu’il faut faire abstraction des conseils du gouvernement (au contraire : regardez sur cette page les dernières actualités et recommandations concernant votre voyage en Israël), je pense juste qu’il faut faire attention à ne pas tomber dans la psychose généralisée dès qu’on lit trois lignes concernant des précautions à prendre. La meilleure façon d’éviter les problèmes, à mon avis, c’est de poser des questions aux locaux et de suivre leurs recommandations.

Bref, quoi qu’il en soit, à l’heure où j’écris ces lignes, Jérusalem est une destination sûre, où vous pouvez vous rendre sans davantage de crainte que si vous alliez passer un week-end à Londres ou à Barcelone. De la prudence oui, mais rien d’excessif non plus.

> Les langues parlées à Jérusalem

J’ai été surpris d’entendre parler français à tous les coins de rue, lors de ma visite de Jérusalem. C’est impressionnant ! J’imagine qu’il y a énormément de juifs français qui sont retournés vivre en Israël depuis quelques années. Ça donne une sensation étrange, presque familière, lorsque l’on se promène dans Jérusalem : être si loin de chez nous, et pourtant si proche via le français parlé par les locaux, c’est vraiment étonnant.

Du coup, ça facilite les choses en tant que touriste : si vous ne parlez ni anglais, ni hébreu, ni arabe, vous pourrez vous débrouiller pour avoir des infos en français sans difficulté. En revanche, dans les cafés, restaurants, hôtels et offices de tourisme, le français est assez rarement parlé (quelques mots tout au plus). Là il vous faudra utiliser vos compétences en anglais 🙂

> Le coût de la vie à Jérusalem

Le coût de la vie en Israël est extrêmement élevé. Tel-Aviv par exemple fait désormais parti du top 10 des villes les plus chères au monde. Le coût de la vie à Jérusalem est légèrement en-deça de celui de Tel-Aviv, mais ça reste très élevé. Prévoyez donc un bon gros budget bien solide pour pouvoir encaisser un séjour à Jérusalem si vous souhaitez vous faire un minimum plaisir sur place.

Les tarifs sont, globalement, 20 à 30% plus élevés que chez nous. Ceci dit, il est possible de bien manger sans dépenser beaucoup pour autant, par exemple en prenant des falafels et du hummus à emporter sur les nombreux stands de street-food (soit dans la vieille ville vers le Cotton Market, soit dans la ville neuve vers le Yehuda Mahane market). Pour le logement, il est difficile de trouver quoi que ce soit à moins de 50-60€ par nuit. Le prix moyen tourne autour des 100€ par nuit (je vous renvoie à la partie consacrée au logement de cet article).

> Le fonctionnement du Shabbat

Shabbat est une fête religieuse juive. Elle est suivie assidument à travers tout le pays, et Jérusalem, en tant que berceau des religions, ne fait pas exception. Elle commence le vendredi soir vers 16h et se termine le samedi soir à la tombée de la nuit.

Pendant shabbat, les transports en commun ne fonctionnent pas (ni bus ni train), et de nombreuses boutiques et attractions touristiques sont fermées. En revanche les sheruts (sorte de taxi collectif) et les taxis fonctionnent normalement, mais pratiquent des prix supérieurs à d’habitude (logique…). Dans les quartiers musulmans de Jérusalem, shabbat n’a aucun impact : vous trouverez donc des endroits où manger, où faire vos courses, etc, sans difficulté.

Les transports étant particulièrement compliqués pendant shabbat, je vous conseille fortement d’éviter les déplacements à cette période là. Si vous le pouvez, faites en sorte de rester à Jérusalem le vendredi et le samedi, et de n’en repartir que le dimanche, quand la ville reprendra son rythme habituel.

> Où trouver l’office de tourisme de Jérusalem

Il y a plusieurs offices de tourisme à Jérusalem. Le premier que vous croiserez se trouve juste à l’entrée de la porte de Jaffa, vous ne pourrez pas le rater. Il y a là toutes les infos dont vous pourriez avoir besoin pour réussir votre séjour. Sinon, côté Cisjordanie, juste à l’entrée de la promenade des tombeaux des rois, vous trouverez une officine de tourisme (adresse : Derekh Yerikho 52), où là aussi vous obtiendrez les infos désirées. On y parle anglais, hébreu et arabe, mais pas français.

Bonne visite de Jérusalem et des environs !

Voilà, j’espère qu’avec toutes ces informations vous aurez tout ce qu’il vous faut pour visiter Jérusalem de fond en comble et rentrer avec des souvenirs plein la tête. J’ai vraiment beaucoup aimé cette ville et son atmosphère absolument unique au monde. Certains quartiers sont hors du temps, d’autres sont tellement ancrés dans notre imaginaire qu’on ne peut qu’être ému en les découvrant, tous ont un charme et une identité incontestable. Une visite de Jérusalem ne laisse pas insensible, ce n’est pas possible : soit on adore, soit on déteste.

Si cet article vous a aidé, pensez à cliquer sur J’aime ci-dessous, ça m’encourage à continuer !

Et si vous voulez soutenir mon travail, vous pouvez tout simplement passer par les différents liens présents dans mes articles lorsque vous réservez vos billets/hébergements/activités : certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change quoi que ce soit à ce que vous réglez.

Bonne visite de Jérusalem à tous !

Jérémy.