Visiter Trogir, Croatie : 20 immanquables à faire sur place et aux alentours (guide complet)

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous envisagez de visiter Trogir au cours de votre séjour en Croatie ? Bonne idée : le centre ville entièrement médiéval est un vrai régal à parcourir, vous allez adorer.

Dans ce guide, je vous présente ce qu’il y a à voir et à faire à Trogir, Croatie, lors de votre visite. Je vous partage également tous mes bons plans pour le logement sur place, les meilleurs restaurants/cafés, et les choses à savoir pour préparer au mieux votre séjour.

Prêt pour le guide ? Go !

A savoir en bref :

> Vous pouvez vous rendre facilement à Trogir depuis l’aéroport de Split, régulièrement accessible depuis plusieurs grandes villes de France pour moins de 60€ aller-retour. Regardez ici les possibilités et les tarifs.

> Pour l’hébergement à Trogir, mon coup de coeur va pour cet établissement et sa superbe décoration. Situé en plein coeur de la ville médiévale, c’est un excellent rapport qualité-prix.

> Si vous envisagez de visiter d’autres villes que Trogir lors de votre voyage en Croatie, alors je vous conseille d’emmener ce petit guide avec vous : il vous sera utile.

Au sommaire de cet article

Visiter Trogir, Croatie : les 12 choses à faire et à voir sur place

Trogir est une jolie petite ville, nichée entre Split et Šibenik, sur la côte dalmate. Elle est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997. Son intérêt, comme souvent en Croatie, réside dans les ruelles de son centre historique et dans son front de mer. La particularité de Trogir, c’est que son centre historique, justement, est “coupé” du reste de la ville par deux bras de mer, qui l’entourent et lui donnent la forme d’une petite île d’où on n’accède que par l’un de ses ponts.

Voici donc ce qu’il y a à voir, à faire et à visiter à Trogir.

> Visiter la cathédrale Sv. Lovre de Trogir

La cathédrale Sv. Lovre (Saint-Laurent) est considérée comme l’une des plus belles de Croatie. Construite au 13e siècle, c’est clairement l’édifice à ne pas manquer lors de votre visite de Trogir : elle est admirable autant de l’extérieur (son portail art roman) que de l’intérieur (la chapelle et ses voûtes gravées de visages).

Contrairement à beaucoup d’édifice religieux en Croatie, l’entrée est payante. Le tarif est de 25 kunas (un peu moins de 4€), ce que je trouvais plutôt cher jusqu’à ce que je découvre que le billet inclut la grimpette dans la tour principale de la cathédrale, d’où on a une vue imprenable sur Trogir et ses environs. Bref, une visite à faire absolument à Trogir.

> Sentir battre le cœur de Trogir sur la place Ivana Pavla II

Ivana Pavla II, c’est la place principale de la ville : vous ne pourrez pas manquer d’y passer pour admirer aussi bien la cathédrale Sv. Lovro que, juste en face, le palais Cipiko, superbe édifice de l’époque vénitienne (Cipiko était une riche famille de Trogir qui a fait construire sur la place deux palais “renaissance”, aux détails admirables).

D’une manière plus générale, et même sans porter une attention particulière aux bâtiments qui s’y trouvent, je vous conseille vraiment de flâner sur cette place, où vous sentirez réellement le cœur vivant de Trogir.

Alors certes, il y a du monde et il vous faudra jouer des coudes pour vous frayer un passage au milieu des touristes, mais avec ses nombreuses terrasses et son air vénitien, l’endroit a un charme qui opère immédiatement. Si vous êtes féru d’architecture, repérez les gravures dans les façades, les lions devant la cathédrale, la loggia qui servait de lieu de rassemblement populaire, ou encore la Tour de l’Horloge devant l’église Saint-Sébastien (15e siècle). Une place à ne pas rater !

> Déambuler sur la rue Augustina Kazotica et aux alentours

L’une des rues les plus agréables du vieux Trogir, à mon sens, c’est la rue Augustina Kazotica, où vous trouverez de nombreux cafés, restaurants et boutiques d’artisanat local (ou de souvenirs importés de Chine…). C’est l’une des rues de Trogir qui a le mieux traversé le temps, je trouve : elle est encore entièrement pavée, les façades des bâtiments qui la bordent sont tous en pierre, les fenêtres vertes ou marrons sont dans la plus pure tradition dalmate, … Un vrai plaisir d’y déambuler.

En remontant cette rue du sud au nord, depuis la Riva, et que vous décidez de tourner à gauche dans l’une des ruelles qui se présentent, vous allez tomber dans le quartier “ouest” du Trogir médiéval, dont je vous reparle ci-dessous.

> Se perdre dans le quartier ouest du Trogir médiéval

Mon coin préféré à Trogir et que je vous conseille de visiter lors de votre séjour sur place, c’est la partie ouest de la vieille ville, autour des rues Vukovarska et Matice Hrvtaske.

C’est un quartier aux façades élimées, aux petites ruelles abimées que les croates n’ont pas encore pris le temps de paver, où on trouve des plantes vertes devant chaque porte, où les odeurs des cuisines viennent nous titiller les narines de bons plats mijotés par des mamies croates, et où l’on croise encore des habitants paisibles et souriants, dont la vie n’est pas encore rythmée par le tourisme.

Clairement, ce n’est pas le plus beau coin de Trogir au sens purement visuel, mais c’est un quartier suspendu dans une autre époque, celle où la Croatie n’était pas encore une destination ultra-touristique. Je ne devrais pas recommander ce coin là pour éviter d’y envoyer trop de monde, mais je l’ai tellement apprécié que je ne peux pas vous priver d’en saisir un morceau au passage.

A mon goût, c’est un vrai bol d’air frais, très agréable dans une ville pourtant engorgée de touristes à ras-bord.

> Faire le tour de Trogir en marchant au bord de l’eau

La ville médiévale de Trogir est une petite presqu’île, cernée d’un côté par la mer et de l’autre par un canal. Cela en fait une véritable place forte médiévale, incroyablement bien préservée. Forcément, sa situation géographique fait de l’eau l’un de ses points d’intérêt touristique majeurs.

Pour flâner au bord de l’eau lors de votre visite de Trogir, je vous conseille plusieurs endroits. Vous pouvez marcher sur la promenade Obana Bala Berislavica, une large avenue qui n’est pas sans rappeler la Riva de Split, avec ses grandes façades blanches, ses hauts palmiers élégants et ses nombreuses terrasses ensoleillée. D’ailleurs les locaux ne s’y trompent pas : ils ont surnommé cette promenade “Riva”, du même nom que celle de Split, donc.

Ceci dit, c’est le lieu le plus populaire de Trogir pour les flâneurs, mais ce n’est pas le seul qui a de l’intérêt. Si vous voulez être plus tranquille, vous pouvez aller jusqu’à l’extrêmité ouest de la ville, derrière la forteresse Kamerlengo. Il y a des espaces verts, des bancs, et des endroits très sympas pour se poser face à la mer, dans un cadre paradisiaque et plus calme que sur la promenade Berislavica. Enfin, vous avez une autre promenade agréable au nord de la ville médiévale, le long du canal, bordée entre la Tour Saint-Marc et le pont Trogirski Most.

Mon conseil pour profiter de la mer à Trogir : faire le tour complet à pied des “contours” de la ville médiévale par les canaux. C’est très simple, ça ne vous prendra pas plus d’une heure pour en faire la boucle complète, et vous verrez vraiment des choses chouettes en chemin.

Enfin, sachez que si vous voulez des plages à Trogir, je vous en reparle un peu plus bas.

> Visiter le marché de Trogir

Sur la partie continentale de Trogir, hors de la vieille ville, juste en face de la gare routière, vous trouverez le marché. Les marchés sont une véritable institution en Croatie : ils ont lieu tous les jours (à quelques rares exceptions près) et sont chargés en couleurs, en odeurs, et en saveurs. J’adore y passer, même si je n’achète rien, juste pour regarder les locaux faire leurs emplettes. Bref, si vous avez le temps, je vous conseille vraiment d’aller y faire un tour (c’est le matin uniquement par contre). C’est toujours une expérience très sympa.

> Visiter la forteresse Kamerlengo de Trogir

L’un des bâtiments les plus remarquables de Trogir, c’est la forteresse Kamerlengo, construite au 15e siècle quand la ville était sous la domination de Venise. Vous ne pourrez pas manquer cette forteresse : elle trône fièrement à l’extrêmité sud-ouest de la ville, avec ses pierres blanches, ses meurtrières et son drapeau croate qui domine la ville.

Si vous décidez de la visiter (prix : 25 kunas par adulte, 20 kunas par enfant), ne vous attendez pas à découvrir une forteresse médiévale entretenue, où à apprendre quoi que ce soit sur la vie des gens qui y habitaient à l’époque. Le seul intérêt de faire la visite et de grimper sur les murailles (une escalade franchement dangereuse par moment, d’ailleurs), c’est la vue splendide sur Trogir, la Riva, et les habitations de l’autre côté du bras de mer.

> Voir les portes médiévales de la ville

Le centre de Trogir a conservé son caractère médiévale, et à ce titre je vous invite à admirer les différentes portes de la ville (vous les trouverez facilement en faisant le tour au bord de l’eau que j’indiquais quelques lignes plus haut).

On y découvre de magnifiques gravures, reliefs, statues et colonnes. Je n’y connais pas grand chose en architecture donc je vais m’abstenir de vous dire des bêtises, mais ça vaut le coup d’oeil. Ma porte préférée, c’est celle sur la façade sud, la Gradska Vrata (littéralement “Porte de la ville”), où vous découvrirez également une loggia où les visiteurs attendaient l’autorisation des autorités pour pénétrer à l’intérieur des murs.

> Voir les remparts et la Tour Saint Marc

Les remparts de la ville de Trogir ne se visitent pas, mais vous pouvez les admirer lors de votre promenade par l’extérieur, le long de l’eau. Une bonne part d’entre eux sont visibles, notamment, sur la Riva (la promenade Berislavica, de son vrai nom).

Je vous conseille aussi de jeter un oeil à la Tour Saint Marc (Kula Sv. Marka), qui se trouve à l’angle nord-ouest du petit îlot du vieux Trogir, et servait de point de ralliement des murailles nord et ouest de la ville. Il en reste une tour d’observation et de défense étonnamment bien conservée, sur laquelle on peut grimper pour s’offrir un petit point de vue sympa (rien de folichon cependant) sur une partie de Trogir et un bout de mer.

> Admirer les édifices religieux de Trogir

Lorsque j’ai visité Trogir, j’ai été étonné de découvrir autant d’édifices religieux sur une si petite surface. Leur beauté et leur élégance est inégale, mais comme vous allez passer devant, n’hésitez pas à jeter un oeil au monastère dominicain (13e siècle), au monastère bénédictin de Saint-Nicolas (11e mais reconstruit au 18e), ou bien encore à l’église Saint-Pierre (peu évidente à trouver dans les ruelles, mais on se repère au buste de Saint-Pierre qui dépasse – d’ailleurs les ruelles des environs sont parmi les plus belles de Trogir). Voilà, il y en a d’autres, je vous laisse les découvrir au fur et à mesure de votre exploration.

> Faire du kayak de mer pour visiter Trogir autrement

Une façon très sympa de découvrir Trogir et la côte croate environnante, c’est par la mer. Vous pouvez par exemple réserver une sortie en kayak de mer et longer le rivage en admirant la vieille ville en toute quiétude. Pour le prix et les réservations, je vous invite à regarder ici.

> Visiter la presqu’île de Čiovo

Quand on se promène sur la Riva de Trogir, sur la côte sud de la ville médiévale, on peut voir clairement la presqu’île de Čiovo de l’autre côté du bras de mer.

Au moyen-âge, c’était là qu’étaient envoyés mourir les lépreux, malades et autres indésirables dans la ville. Aujourd’hui, c’est un coin plutôt classe moyenne supérieure, avec des jolies maisons individuelles. La visite est clairement superflue si vous n’avez qu’une journée à passer à Trogir, mais si vous avez du temps, allez y faire un tour : il y a des bars sympas autour de la marina et on a une très chouette vue sur le Trogir médiéval et la forteresse Kamerlengo. Et si vous voulez piquer une tête, vous trouverez sur cette presqu’île plusieurs plages intéressantes (cf ci-dessous).

Les plages de Trogir et des alentours : mes suggestions

La Croatie est une destination de rêve pour ceux d’entre vous qui aiment les plages paradisiaques.

Si vous cherchez une destination pour passer un séjour à la plage, je vous déconseille Trogir pour deux raisons.

La première, c’est qu’il n’y a pas de plage sur la localité même de Trogir, il faut techniquement sortir de la ville pour tomber sur la première plage. Et puis surtout car, à mon sens, vous trouverez les plus belles plages de Croatie ailleurs : rien qu’à proximité relative de Trogir, vous avez la plage de Kašjuni à Split par exemple, ou bien un peu plus loin encore vous avez celle de Zlatni Rat sur l’île de Brač.

> Les 3 plages les plus proches du centre historique de Trogir

La plage la plus proche du coeur historique de Trogir se trouve sur la presqu’île de Čiovo, juste après le pont sur la gauche, à 500 mètres. Mais elle est nulle : au bord d’une route, assez sale, pas très entretenue, … A part la proximité avec le centre de Trogir qui fait qu’on peut s’y rendre à pied, il n’y a aucun intérêt à venir là.

Autrement, parmi les plages sympas dans un rayon de quelques kilomètres autour de Trogir, je vous conseille celle de Medena, à 5 km à l’ouest, et qui elle est franchement sympa. Pour y aller, ça sera en voiture, avec un parking payant à 20 kunas la journée en semaine (30 kunas le week-end).

Autrement, à environ la même distance mais plein sud, sur la presqu’île de Čiovo, vous avez la jolie plage du village d’Okrug Gornji, plus grande que la précédente mais aussi souvent plus peuplée. Venez tôt ou hors saison si vous voulez un peu de tranquillité. Dans les deux cas, vous n’aurez pas de mal à trouver des commerces, bars et restaurants aux alentours.

> Les 4 meilleures plages à proximité de Trogir

Pour plus de calme, je vous conseille d’aller sur la côte est de la presqu’île de Čiovo : les plages de Slatine ou Martinka sont très sympas aussi et attirent un peu moins de monde (sûrement l’exposition plein est : on n’a clairement pas les mêmes couchers de soleil qu’à Okrug Gornji…). Mais les meilleures plages par ici sont celles de Glorija et de Kava, très populaire elle aussi mais où on trouve toujours de la place. Et le décor est paradisiaque. Top.

Notez que toutes ces plages sont faites de petits graviers, pas de sable fin. Si vous comptez vous baigner en Croatie, emmenez des espèces de chaussons de plage, comme ça : c’est ce que portent les locaux pour éviter de s’écorcher les pieds. Pas très élégant certes, mais franchement pratique !

Visiter Trogir, Croatie : les infos pratiques pour préparer votre séjour

Si vous vous cherche des infos pratiques pour organiser votre visite de Trogir lors de votre séjour en Croatie, je vous donne tous les détails ci-dessous.

> Combien de temps pour visiter Trogir, en Croatie

Je vous ai parlé un peu plus haut d’un certain nombres de choses à faire et à voir sur place, mais si vous avez envie de visiter Trogir simplement en flânant dans ses ruelles et au bord de la mer, alors vous en ferez le tour très vite.

Personnellement, en moins de deux heures j’avais déjà sillonné toute la vieille ville médiévale de Trogir et emprunté chacune de ses ruelles.

Si vous êtes comme moi, que vous êtes du genre rapide et que vous n’avez pas spécialement envie de visiter des musées ou de faire des activités payantes, je vous déconseille de dormir à Trogir. Faites-en plutôt une halte entre deux séjours à Split et Šibenik ou Zadar, par exemple, car Trogir est assez proche de ces villes, et les liaisons en bus sont très fréquentes. Vous pouvez aussi, tout simplement, vous contenter d’une excursion à la journée depuis l’une ou l’autre de ces jolies villes croates.

Après, si vous avez envie d’une petite ville très charmante, avec de bons restaurants pour bien manger, de jolis coins pour prendre le soleil et d’un cadre reposant et apaisant, vous pouvez bien sûr envisager de rester quelques jours à Trogi. Mais je pense sincèrement qu’au-delà de 3 nuits sur place vous allez vraiment tourner en rond (ou alors prévoyez des activités ou des excursions chaque jour).

Bref, pour résumer, je pense que la durée idéale d’une visite de Trogir c’est quelques heures maximum : c’est vraiment tout petit ! Si vous voulez absolument passer quelques jours sur place, ça peut le faire à condition de prévoir des activités et des excursions hors la ville (je vous fais une liste de suggestions plus bas dans cet article).

> Où loger pour visiter Trogir, Croatie

Je le disais plus haut, je pense qu’il n’est pas nécessaire de loger à Trogir. A mon sens, c’est une ville à visiter sur une excursion à la journée (ou même à la demi-journée si vous êtes très rapide et/ou que vous disposez d’une voiture de location) depuis Split, Šibenik ou Zadar. Ceci dit, si vous cherchez des infos sur le logement à Trogir, voici ce que vous devez savoir.

>> Le meilleur endroit où dormir à Trogir

Si vous cherchez un hébergement de qualité dans le coeur de la ville médiévale de Trogir, je vous invite à consulter le descriptif de celui ci. Ils ont réussi à mélanger le rustique et le moderne, ce qui donne une décoration chaleureuse et pleine de charme, idéale à mon sens pour un séjour en couple à Trogir.

Au niveau du budget, c’est tout à fait abordable par rapport à la gamme de l’hôtel (à partir de 65€ la nuit selon le type de chambre choisie). Et, je le redis, la localisation est excellente (certaines chambres ont même une vue mer).

>> Si vous voulez vous faire plaisir

Si vous cherchez un hôtel lumineux et élégant pour votre séjour à Trogir, je vous invite à regarder celui-là. La prestation est impeccable, les commentaires sont élogieux (j’ai rarement vu une note moyenne aussi élevée sur Booking avec autant de clients ayant laissé leur avis). Il est situé à 150 mètres de la porte d’accès nord de la vieille ville, dans un quartier très vivant et animé principalement par les locaux. Regardez les photos, ça donne envie !

>> Si vous avez un petit budget

Si vous avez un petit budget, je vous recommande cet hébergement en plein coeur de la vieille ville de Trogir, sur la rue Gradska. Ils proposent des chambres simples, doubles ou triples très correctes pour une trentaine d’euros par nuit. Ils offrent aussi la possibilité d’utiliser la cuisine, ce qui peut s’avérer franchement économique (pas besoin d’aller lâcher un gros billet au restaurant pour chaque repas). C’est pas le grand luxe, mais ça permet de passer un séjour au coeur de la ville médiévale sans se ruiner.

> Où manger et boire un verre à Trogir

Dans les lignes qui suivent, je vous partage mes bons plans et mes conseils sur les restaurants, cafés, bars et sorties.

>> Quelques suggestions pour se restaurer

Trogir étant une ville particulièrement touristique, et une étape quasi-obligatoire lors d’une visite de la Dalmatie, vous y trouverez tout un tas de restaurants taillés sur-mesure pour les touristes, chacun se vantant de vous faire découvrir la gastronomie croate. Dans ce contexte, difficile de savoir où on mangera réellement bien et où on tombera sur un attrape-touriste de plus.

Pour ma part, j’ai bien aimé le Babulus Burger Bar (adresse : Ribarska ulica 12), qui propose, comme son nom l’indique, d’excellentes tartiflettes (je plaisante !). Les burgers y sont massifs et goûteux, et le choix en bière pour l’accompagner est très large. Une excellente adresse pour manger sur le pouce, même si ce n’est pas là que vous découvrirez la cuisine croate.

Autre restaurant qui a retenu mon attention, le Calebotta (adresse : Gradska ulica 23). Outre sa superbe terrasse verdoyante au calme (notez qu’il y a deux terrasses : une à l’arrière et une autre sur la place, donc plus bruyante), on y mange de la cuisine assez raffinée pour la Croatie. Goûtez les plats dalmates car ils sont souvent particulièrement réussis. L’addition est assez élevée, en revanche : c’est le seul inconvénient notable.

Enfin, dernière suggestion : la Konoba Idro (adresse : Matije Gupca 2). C’est surtout le cadre que j’ai trouvé chouette, avec ses murs en pierre qui lui donnent un air chaleureux, presque romantique. C’est plutôt bon, les prix sont corrects, et le service est souriant. Ca fait l’affaire !

>> Pour boire un verre

Ce ne sont pas les endroits qui manquent pour boire un verre à Trogir : les établissements de la Riva proposent de nombreuses terrasses, ensoleillées ou ombragées selon vos préférences, où vous pourrez siroter un cocktail ou descendre une pinte en regardant passer les gens, le tout face à la mer. Il faudrait donc être difficile pour ne pas trouver son bonheur quelque part dans ce coin là.

Petite mise en garde tout de même : on m’a rapporté que plusieurs établissements de ce coin de Trogir surfacturent les consommations des touristes et “oublient” de donner la note. Soyez vigilant.

Autre adresse sympa, le Corte Bar, sur la place principale, qui propose de très bonnes bières (locales ou non). Son amplitude horaire et sa localisation en font un endroit à privilégier aussi bien pour boire un café en journée que pour profiter de la vie nocturne si vous décidez de séjourner à Trogir.

Enfin, si vous êtes noctambule, de l’autre côté du pont, sur la presqu’île de Čiovo, se trouve la discothèque Monaco, lieu de rassemblement nocturne de la jeunesse locale (et des touristes venus par ici pour faire la fête).

>> Pour une pause sucrée

Pour ceux qui ont envie d’une petite pause sucrée au cours de la visite de Trogir, vous pouvez aller à 7 Palmi, sur la rue Gradska, et manger une part de gâteau ou une boule de glace délicieuse (et surtout énorme). La petite place sur laquelle se trouve la terrasse est très agréable et ombragée (ça aura son importance si vous venez en plein été). Autrement, sur la Riva, allez chez Jadran : la vue est chouette et les glaces très bonnes également.

> Comment se rendre à Trogir : les explications

Voici les différentes façons de vous rendre à Trogir, depuis les villes croates des alentours.

Si vous allez à Trogir en bus, vous arriverez à la gare routière de la ville qui se trouve dans la partie nouvelle, juste au bord de l’eau, à 50 mètres de l’entrée de la ville médiévale (il vous suffit de traverser le pont pour arriver à l’une des portes médiévales du vieux Trogir).

>> Aller de Split à Trogir

La façon la plus simple de faire le trajet de Split à Trogir, c’est en bus. Au départ de Split, il y a des départs toutes les heures depuis la gare routière qui se trouve juste à cinq minutes de marche de la vieille ville, face aux quais (cliquez ici pour voir la localisation exacte).

Selon la circulation et le nombre d’arrêts que fera le bus, le trajet Split-Trogir dure 40 minutes environ. Le tarif est de 24 kunas par personne au moment où j’ai effectué le trajet, soit un peu moins de 4 euros.

Le ticket s’achète soit sur internet à l’avance (sur Buscroatia.com – vous pourrez aussi voir les horaires précis en sélectionnant la date où vous voulez faire le trajet), ou bien tout simplement au guichet de la gare routière, jusqu’à quelques minutes avant le départ du bus (sous réserve qu’il reste de la place, mais les bus Split-Trogir sont si fréquents qu’il y a toujours de la place).

Vous pouvez aussi prendre le bus local numéro 37 qui fait le trajet Split-Trogir via l’aéroport de Split, mais au départ du terminal de Sukoisan, qui se trouve assez loin du centre de Split (voir les horaires ici). Le temps de trajet et le prix sont sensiblement les mêmes, donc privilégiez plutôt les départs de la gare routière de la vieille ville.

Autrement, vous pouvez aller de Split à Trogir en bateau, via la compagnie Bura Line. Il y a 4 à 6 trajets par jour à la haute saison, pour environ 1 heure de traversée, et un coût de 35 kunas. Le gros avantage, c’est qu’on évite les embouteillages dans lesquels les bus peuvent rester coincer. Le départ du ferry à Split se fait au début de la Riva, pas très loin de l’endroit où vous verrez le panneau “Split” écrit en rouge, où tout le monde se prend en photo.

Enfin, si vous ne voulez pas vous prendre la tête, il y a une troisième façon d’aller de Split à Trogir : par une excursion organisée, avec un aller-retour à la journée. Là, vous aurez l’embarras du choix mais je vous recommande celle-ci pour son sérieux et la compétence du personnel. Au cours de votre sortie, vous verrez aussi le blue lagoon, l’une des perles de l’Adriatique croate. Top !

>> Aller de Šibenik à Trogir

Le trajet en bus de Šibenik à Trogir se fait en une heure pour environ 40 kunas (parfois un tout petit peu moins selon les horaires). Le départ à Šibenik est à la gare routière qui se trouve à cinq minutes de marche du coeur piéton de la ville. Il y a un bus toutes les deux heures en moyenne.

>> Aller de Zadar à Trogir

Le trajet de Zadar à Trogir est assez long par le bus (entre 2 et 3 heures selon les horaires et les routes empruntées – tous les bus n’ont pas le même itinéraire). Le prix tourne autour des 80 kunas. Si vous voulez visiter Trogir sur une journée depuis Zadar, je vous déconseille de faire le trajet en bus : privilégiez la voiture, vous serez plus vite sur place.

>> Aller de l’aéroport de Split à Trogir

Je l’ai rapidement évoqué plus haut : il est possible d’aller de l’aéroport de Split à Trogir sans devoir passer par la ville de Split. En effet, l’aéroport se trouve beaucoup plus près de Trogir que de Split (6 km contre 20), mais dans la direction opposée.

La ligne de bus locale numéro 37 fait le trajet entre Split et Trogir via l’aéroport. Il vous suffit, à l’aéroport de Split, de la prendre dans la direction de Trogir et vous serez sur place en une dizaine de minutes max. Le ticket s’achètera directement au chauffeur lorsque vous monterez dans le bus. Le prix de la portion “Aéroport > Trogir” est de 13 kunas au momnet où j’écris ces lignes (voir ici les tarifs et horaires au cas où ça changerait).

>> Aller d’ailleurs en Croatie à Trogir

Si vous venez d’ailleurs en Croatie pour visiter Trogir, il vous faudra probablement une voiture, car les ville que je viens d’évoquer sont pratiquement les seules à être reliées à Trogir sans devoir faire de changement et/ou sans que ce ne soit des trajets interminables.

Par exemple, Zagreb a une ligne directe mais il faut compter 7h30 de trajet et autour de 150 kunas le billet. De même pour Rijeka. Enfin, depuis Pula, le trajet direct se fait en 9h30 et coûte autour de 300 kunas. Depuis toutes ces villes, vous irez clairement plus vite en voiture, et ça vous coûtera aussi moins cher à partir du moment où vous serez au moins deux à voyager (le coût de l’essence est divisé, tandis que le coût du ticket de bus se multiplie par le nombre de voyageur).

Dans tous les cas, si vous devez circuler en bus en Croatie, je vous conseille de regarder les prix et les horaires sur le site Buscroatia.

> Autres infos pratiques pour visiter Trogir sereinement

Si vous cherchez d’autres infos pour préparer votre visite de Trogir, cela sera sûrement ci-dessous.

>> Où trouver l’office de Tourisme de Trogir

L’office de tourisme de Trogir se trouve sur la place principale de la ville, au coeur de l’îlot médiéval. Son adresse exact c’est : Trg Ivana Pavla II, 1. Si vous avez besoin d’un repère Google Maps, c’est ici.

Vous y trouverez notamment un plan de Trogir et toutes les infos dont vous avez besoin pour visiter la ville.

>> Faut-il emmener le Routard pour Trogir ?

Si vous venez en Croatie simplement pour visiter Trogir, ce n’est pas nécessaire d’emmener le Routard avec vous pour vos vacances.

En revanche, si vous comptez visiter d’autres villes en Croatie, alors vous pouvez tout à fait partir avec cette édition du Routard : vous aurez toutes les infos pour organiser votre voyage, circuler d’un endroit à l’autre, des conseils sur les lieux à voir, les choses à faire, etc.

Je ne suis pas très friand de partir avec un guide dans la poche (j’aime bien partir à l’aventure et découvrir par moi-même les choses à faire une fois sur place), mais quand j’en emmène un, c’est toujours le Routard.

>> Où faire ses courses à Trogir

Je vous ai déjà parlé du marché de Trogir, qui se trouve juste à côté de la gare routière. Il est ouvert tous les matins, et c’est l’endroit idéal pour faire des courses en fruits et en légumes de saison.

Si vous avez besoin de faire plus de courses (et donc d’un vrai supermarché), allez à Konzum qui se trouve juste à côté, vous le repérerez à sa grande enseigne rouge.

>> Argent et change

Si vous avez besoin de changer des euros en kunas lors de votre visite de Trogir, sachez que vous trouverez un bureau de change juste derrière le marché aux légumes. D’ailleurs, “bureau de change” se dit “mjenjačnica” en croate (c’est imprononçable, on est d’accord, mais ça vous sera utile pour repérer les enseignes). Dans tous les cas, sachez que vous trouverez des distributeurs un peu partout dans Trogir (ça se dit “bankomat” en croate, là c’est plus facile 🙂 ). Prévoyez d’avoir du liquide sur vous car les restaurants n’acceptent que rarement la carte bleue en Croatie.

Pour le taux de change, sachez que 1 euro équivaut environ à 7,50 kunas au moment où j’écris ces lignes. Je vous invite à regarder sur cette page l’évolution du taux de change au moment de votre séjour, afin d’éviter les surprises.

>> La sécurité à Trogir

Je le dis dans chacun de mes articles sur la Croatie : ce pays est très sûr. J’ai habité pendant un an et demi à Zagreb et je peux vous dire qu’en matière de sécurité, la Croatie est un vrai paradis.

Trogir ne déroge pas à la règle : vous ne devriez pas avoir de soucis lors de votre séjour sur place. Je mets un conditionnel car il est conseillé de rester vigilant sur le prix des consommations dans certains établissements. Veillez toujours à voir le menu avec les prix indiqués clairement, pour éviter les surprises. Et au moment du paiement, demandez une facture. On m’a rapporté que certains établissements gonflent les tarifs des consommations destinées aux touristes et “oublient” de leur fournir un ticket après le paiement.

Voilà, à part ça, pas de paranoïa : faites preuve de la même vigilance qu’en France et tout ira bien.

Que visiter en Croatie autour de Trogir

Tant que vous serez en vacances à Trogir, je vous conseille d’en profiter pour explorer les environs. Certains coins valent vraiment le détour. Voici mes suggestions pour en prendre plein les yeux pendant vos vacances en Croatie.

> Visiter Split depuis Trogir

La plupart des gens feront l’inverse : visiter Trogir depuis Split, ce qui est le plus logique, puisque Trogir peut se visiter en quelques heures, alors qu’il faut consacrer au moins deux jours complets pour visiter Split.

Ceci dit, si vous avez décidé de vous baser à Trogir pour votre séjour, vous pouvez tout à fait faire une excursion à la journée pour voir Split rapidement. La vieille ville de Split, le palais Dioclétien et la Riva sont visibles en une seule journée sans problème, et vous allez en prendre plein les yeux.

>> Pour s’y rendre

Deux options : le bus (jusqu’à plusieurs par heure) ou le bateau (entre 4 et 6 par jour en été). Reportez-vous à quelques paragraphes plus haut où j’explique comment faire le trajet entre Split et Trogir en détails.

>> Où loger à Split

Si vous deviez passer une ou plusieurs nuits à Split, je vous recommande cet hébergement idéalement situé pour visiter la ville à pied.

> Faire l’excursion aux Blue Caves

Les Blue Caves sont l’une des attractions les plus visitées de la mer Adriatique, et c’est un immanquable de tout séjour en Dalmatie, en tout cas si on aime la mer. Il s’agit d’une grotte nichée au pied d’une petite falaise, où on accède via un petit bateau. A l’intérieur, la lumière du jour se reflète dans la mer d’une façon qui donne une tonalité bleutée à l’ensemble : c’est magique.

>> Pour s’y rendre

Le lieu étant particulièrement difficile d’accès, vous ne pourrez vous y rendre qu’avec un tour organisé. La plupart des excursions partent de Split, mais certaines sont au départ de Trogir (celle-là notamment).

Notez que la plupart du temps, les excursions prévoient de vous montrer d’autres lieux superbes, cachés sur les petites îles croates (le Blue Lagoon notamment, pour ne citer que lui).

> Visiter Šibenik

Šibenik est une assez grande ville, mais elle est étonnemment reléguée au second plan quand il s’agit du tourisme en Croatie. Pourtant, je lui trouve énormément de charme, avec son labyrinthe d’escaliers, ses grandes maisons face à la mer, ses ruelles escarpées. Si vous avez l’occasion d’y passer une journée pour la visiter au départ de Trogir, ne vous privez pas : c’est un très bon choix !

>> Pour s’y rendre

Si vous comptez visiter Šibenik ET le superbe parc de Krka dans la même journée, je vous conseille de regarder cette excursion au départ de Trogir. Vous ferez d’une pierre deux coups et vous verrez des endroits magnifiques toute la journée.

Autrement, vous pouvez tout simplement faire le trajet en bus entre les deux villes : une heure de route pour 40 kunas le trajet, et une fréquence d’un bus toutes les deux heures en moyenne.

>> Où loger à Šibenik

Si vous décidez de passer la nuit sur place, je vous conseille de loger ici LIEN BOOKING. Un très bel appartement, idéalement situé dans la vieille ville de Šibenik, à proximité de la mer et des principaux points d’intérêt de la ville.

> Visiter le parc national de Krka

Dans les environs immédiats de Šibenik, vous ne pourrez pas manquer le parc national de Krka, qui abrite notamment l’une des plus célèbres cascades de Croatie (en concurrence avec celles des lacs de Plitvice).

Le parc de Krka se visite en une demi-journée, tranquillement, et permet de voir des belles cascades, une eau translucide et une végétation verdoyante. A la haute saison, la baignade est autorisée au pied de la cascade principale (mais l’eau est froide).

>> Pour s’y rendre depuis Trogir

Il est compliqué de se rendre au parc national de Krka depuis Trogir par ses propres moyens (autre que la voiture, je veux dire). Si vous voulez y aller par vous-même, il vous faudra attraper un bus pour Šibenik puis de là un autre bus pour Krka (direction Skradin), et l’inverse pour le retour. Le tout devrait vous coûter entre 20 et 30€, sans compter le prix d’entrée du parc.

Ce que je vous conseille pour faire simple, c’est de passer par cet organisme qui se chargera de vous prendre en charge à Trogir, de vous déposer à l’entrée du parc de Krka, et de vous en faire faire le tour avec un guide francophone. Tout est inclus dans le prix indiqué, y compris le billet d’entrée du parc de Krka. C’est de très loin l’option la plus simple !

Autrement, vous pouvez aussi louer une voiture au départ de Trogir (regardez ici), ce qui vous permettra de pouvoir gérer votre temps sur place sans se mettre la pression de devoir attraper le bus de retour, de ne pas manquer la correspondance à Šibenik, etc.

> Voir les lacs de Plitvice

Les lacs de Plitvice, c’est la merveille absolue de la Croatie. J’ai eu un véritable coup de coeur quand je m’y suis rendu (et pourtant, j’y allais avec des a-priori énormes tellement on m’avait “vendu” cette visite comme étant magique).

Je ne peux donc que vous encourager à vous y rendre pendant votre séjour en Croatie : c’est le paradis sur terre, avec des lacs translucides, des cascades interminables, et une ambiance unique au monde (si toutefois on arrive à esquiver la foule).

>> Pour s’y rendre

Les lacs de Plitvice sont assez loin de Trogir. Pour s’y rendre, c’est soit en voiture si vous voulez faire l’excursion par vos propres moyens (c’est impossible en bus depuis Trogir), ou bien par un organisme qui vous prend en charge dès Trogir, vous emmène là-bas et vous ramène à votre hébergement à Trogir le soir. C’est cette agence qui s’en occupe.

> Visiter Primosten

Alors, je dois vous dire : je n’ai pas encore visité Primosten. Je l’ai découvert lors de mon trajet en bus entre Trogir et Šibenik et j’ai été scotché par cette espèce de petite péninsule, sorte de mini Mont-Saint-Michel croate, qui se détachait clairement du reste de la côte.

Après coup, j’en ai parlé à mes amis croates et aux autres expatriés français en Croatie, et tout le monde m’a dit beaucoup de bien de Primosten. Du coup, je me suis rajouté cette petite ville sur ma liste des prochaines destinations où je me rendrai lors de mon prochain passage en Croatie.

>> Pour s’y rendre :

Il y a généralement un bus par heure entre les deux villes. Le trajet dure 30 minutes et coûte autour de 26 kunas. Regardez sur Buscroatia les horaires précis et les tarifs pour y aller depuis Trogir.

>> Où loger sur place

Je vous rapporte les conseils de mes amis qui connaissent la ville : Primosten est toute petite, ne cherchez pas à loger sur place, ce n’est pas nécessaire : vous aurez fait le tour de la ville en deux-trois heures maximum. Soit vous revenez le soir à Trogir pour prolonger votre séjour, soit vous faites de Primosten une étape rapide sur le chemin d’une plus grande ville des environs (Šibenik par exemple), où là vous dormirez sur place.

> Visiter Mostar et les chutes de Kravica

Enfin, je termine par une suggestion un peu plus exotique : la visite de Mostar et la découverte des chutes de Kravica, qui se trouvent en Bosnie.

Mostar est une jolie petite ville célèbre pour son superbe pont et son cadre majestueux. J’ai eu l’occasion de la visiter il y a quelques années, et c’est vraiment un endroit à part, aussi bien pour ce qu’on y voit que pour l’ambiance générale, encore très marquée par le conflit qui a déchiré les Balkans à la fin du siècle dernier. Et Kravica a des airs de paradis, un peu dans l’esprit de ce qu’on retrouve à Krka ou Plitvice (ne faites pas tous ces parcs, d’ailleurs, choisissez-en un ou deux maximum, sinon vous allez avoir l’impression de voir tout le temps la même chose)

>> Pour s’y rendre

Il faudra passer par un tour organisé (celui-là). Ca vous fera une grosse journée, mais vous en prendrez plein les yeux et aurez un excellent aperçu de la Bosnie actuelle.

D’ailleurs pensez à emmener votre passeport car la Bosnie n’est pas dans l’espace Schengen et vous aurez besoin d’un coup de tampon pour pouvoir rentrer sur leur territoire.

Bonne visite de Trogir et de la Croatie

On arrive à la fin de ce guide. J’espère vous avoir partagé tout ce dont vous avez besoin pour organiser votre visite de Trogir sereinement.

Si cet article vous a aidé, pensez à cliquer sur “J’aime” ci-dessous : ça m’encourage à continuer d’écrire des guides détaillés sur les destinations où je me rends (ça me prend du temps, mine de rien, et ces “J’aime” sont comme une récompense pour moi).

Enfin, si vous voulez soutenir concrètement mon travail, vous pouvez faire un truc tout simple : passer par les liens présents dans mes articles quand vous réservez une activité, un hébergement ou un vol. Certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change quoi que ce soit à ce que vous réglez (ça fait un peu moins dans la poche d’une multinationale et ça m’aide à tenir ce blog à jour).

Voilà ! Je vous souhaite une excellente visite de Trogir et de la Croatie, j’espère que ça vous plaira autant qu’à moi !

A bientôt sur le blog !

Jérémy.