Se baigner dans la mer morte : mes 29 conseils et le guide complet de votre séjour

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous voulez vous baigner dans la mer morte lors de votre voyage en Israël ? Vous avez bien raison : je viens de le faire et je vous le confirme, c’est une expérience unique au monde !

Dans cet article, je vous partage tous mes conseils pour réussir votre séjour à la mer morte : vous allez découvrir les meilleurs endroits de baignade, les dangers à éviter (il y en a) ainsi que les précautions à prendre. Je vous partage aussi mes bons plans pour le logement à proximité, les différentes façons de vous rendre sur place, et les meilleures activités à faire aux alentours de la mer morte (car il n’y a pas que la baignade à faire sur place, loin de là).

Prêt pour le guide ? C’est parti !

Infos pratiques en bref :

> Ce site propose souvent des vos vols à destination d’Israël à des prix intéressants. Ouvrez l’oeil !

> Si vous voulez louer une voiture en Israël, réservez ici pour les meilleurs tarifs.

> Concernant l’hébergement à la mer morte, je vous recommande de résider dans cet hôtel pour une localisation au top !

> Enfin ne partez pas en Israël sans ce petit guide pratique : indispensable pour réussir votre séjour !

Au sommaire de cet article

Où se baigner dans la mer morte : explications détaillées

C’est en Israël que je me suis baigné dans la mer morte. Bien qu’il soit possible de le faire également en Jordanie, je vais me concentrer pour le moment sur son côté israélien.

> Où se baigner dans la mer morte en Israël :

En Israël, la mer morte est accessible aussi bien depuis la Cisjordanie (sur la moitié nord de la mer morte) que depuis les territoires israéliens (sur sa moitié sud). Cependant, les endroits où il est possible de se baigner se réduisent de plus en plus chaque année. Des “sinkholes” se forment un peu partout sur les rives de la mer morte, rendant les baignades très dangereuses.

Si vous ne savez pas ce que sont les “sinkholes” (je ne connais pas le nom français, toutes mes excuses), je vous invite à regarder cette vidéo. Le passage où les arbres se font avaler est le plus représentatif de ce qui se passe dans la mer morte. En raison des risques, les autorités locales ont fait interdire l’accès à de nombreuses plages (et la liste des endroits où la baignade est interdite s’allonge régulièrement). Rajoutez à cela le fait que le niveau de la mer morte baisse de 1m20 par an (source), il devient de plus en plus compliqué de trouver des spots de baignade sur la mer morte.

Quoi qu’il en soit, je vous présente ci-dessous les options de baignade restantes à la mer morte en Israël à l’heure actuelle.

>> Ein Bokek : baignade autorisée

Malgré la météo maussade, je suis heureux comme un poisson dans l’eau 🙂

Personnellement, je me suis baigné dans la mer morte sur la plage publique de Ein Bokek, et je ne le regrette pas du tout. Déjà il n’y a pas de frais d’accès, contrairement à la plupart des autres endroits de la mer morte où il est possible de se baigner. La plage est très bien aménagée, avec des douches en accès libre, des cabines pour se changer, des postes de surveillance, des distributeurs d’eau douce (pour se réhydrater après la baignade), etc. L’eau est claire et propre, ainsi que la plage (de sable fin).

Si vous choisissez de vous baigner dans la mer morte à Ein Bokek, sachez que la plage publique se trouve juste en face de l’Oasis Hôtel. Vous ne pourrez pas la manquer. Pour la localiser sur Google Maps, cliquez ici. Pour info, il y a des transats et des serviettes à louer sur la plage publique de Ein Bokek pour 10 shekels de l’heure (il faut s’adresser aux surveillants de plage).

L’une des entrées dans l’eau sur la plage d’Ein Bokek

Autrement, vous pouvez tout à fait résider dans l’un des nombreux hôtels d’Ein Bokek (ici ou notamment, les deux qui proposent les meilleurs services sur la mer morte) et bénéficier de la plage privée de votre hôtel. Sur ces plages surveillées, vous aurez vos propres transats, vos cabines pour vous changer, votre accès privé à la mer (ce qui peut s’avérer utile si vous venez à la haute saison et que la plage publique est prise d’assaut), et pas mal d’autres avantages dans le même genre.

La bourgade d’Ein Bokek consiste en une succession d’hôtels construits le long de la mer, derrière lesquels se trouve la rue principale (où s’arrêtent les bus longue distance – cf plus bas dans la partie dédiée aux transports). Sur cette rue, pas mal de petits commerces (et un ou deux gros centres commerciaux). En retrait de la rue, encore quelques établissements hôteliers puis les montagnes et le désert. Tout est évidemment faisable à pied.

>> Ein Gedi : baignade désormais interdite

Ein Gedi a été pendant longtemps le spot de baignade dans la mer morte où se retrouvaient les routards. Aujourd’hui, même si l’atmosphère est légèrement moins chic qu’à Ein Bokek, c’est tout de même devenu une grosse station balnéaire avec ses hôtels de luxe et ses spas. Je ne vais pas m’étendre d’avantage sur Ein Gedi car sa plage publique a été récemment interdite de baignade en raison de la présence de “sinkholes”, donc je vous déconseille formellement d’aller là-bas si vous voulez mettre les pieds dans l’eau.

Ceci dit, vous pouvez toujours loger sur place et profiter des spas et de la réserve naturelle (cf plus bas dans cet article, dans la rubrique “que faire autour de la mer morte“), mais pour la baignade dans la mer morte vous devrez vous déplacer vers l’une des plages autorisées (et elles ne sont pas toutes proches…).

>> Neve Zohar : baignade autorisée

Neve Zohar est un tout petit hameau au bord de la mer morte, à 7-8 kilomètres au sud de Ein Bokek. La baignade y est autorisée sur sa plage publique, Hamei Zohar (qui se trouve à mi-chemin entre Neve Zohar et Ein Bokek, assez excentrée donc). Elle est d’ailleurs peu fréquentée car elle a longtemps été en travaux de rénovation. Les locaux comme les touristes ont pris l’habitude d’aller sur les autres plages plus au nord.

L’inconvénient de la plage de Neve Zohar, c’est qu’il n’y a rien autour : tout est en chantier de rénovation. Il y a un accès à la mer morte, mais c’est tout : pas de café, pas de supérette, pas d’arrêt de bus à proximité immédiate, … Juste un parking (payant).

Pour localiser la plage de Hamei Zohar sur Google Maps, cliquez ici.

Pour info, il y a une seconde plage à Neve Zohar, que vous ne remarquerez pas au premier regard : la “Segregated beach“. C’est une plage un peu particulière : les hommes et les femmes sont séparés dès leur entrée. Ce sont principalement les religieux qui s’y rendent, mais vous pouvez bien sûr y aller également. Elle présente l’avantage d’être peu fréquentée, surtout hors saison.

>> Kalia Beach, Cisjordanie

Passons à la moitié nord, désormais, de la mer morte Israélienne, c’est-à-dire côté palestinien. Il y a, là aussi, plusieurs accès à la mer morte où les baignades sont possibles.

D’abord, parlons de Kalia Beach. Elle se situe à une petite demi-heure de route de Jérusalem, il est très facile de se lancer pour une excursion à la journée (ou même à la demi-journée) depuis votre hébergement dans la ville sainte, à condition de posséder votre propre véhicule.

La plage elle-même n’est pas très belle et son accès est payant (et cher : 59 shekels, soit environ 15 euros). Si vous demandez pourquoi un tel prix, les autorités locales répondent que c’est justement pour endiguer les “sinkholes” qui se propagent un peu partout sur les rives de la mer morte (en plus de payer pour les services de plage classiques : chaises longues, serviettes, cabines, etc).

Toutes les infos sur la plage de Kalia sont ici (en anglais).

>> Neve Midbar Beach et Biankini Beach, Cisjordanie

Je ne me suis pas rendu sur ces plages (je me suis contenté de passer à proximité sans m’arrêter), donc pour la rédaction de ce paragraphe je me base uniquement sur les conseils qu’on m’a donné une fois sur place et sur le résultat de mes recherches en préparant cet article. De l’avis de nombreuses personnes, ces plages sont déconseillées non pas pour un quelconque danger sur place, mais simplement parce qu’elles sont réputées pour être particulièrement sales, avec un tarif d’accès très élevé, et des infrastructures vétustes au possible (quand elles ne sont pas simplement inexistantes).

Si jamais vous avez testé l’une de ces deux plages, n’hésitez pas à m’écrire ou à m’envoyer vos photos, que je puisse compléter cette partie de l’article avec votre expérience personnelle !

> Où se baigner dans la mer morte en Jordanie

Il est beaucoup plus simple de se baigner côté israëlien en raison des facilités touristiques mises en place (transports publics, hébergements, restauration, …). La mer morte en Jordanie est beaucoup plus sauvage, mais par conséquent beaucoup plus dangereuse (les “sinkholes” se forment là-bas aussi) et bien moins accessible.

Si vous envisagez un séjour en Jordanie et que vous voulez découvrir la mer morte (et surtout vous y baigner), je vous invite très sérieusement à vous rapprocher d’un organisme officiel (une agence touristique) pour s’occuper de vous. Celle-ci par exemple ou celle-là qui vous emmène au passage voir le lieu où Jésus aurait été baptisé par Jean-le-Baptiste.

Je précise encore une fois : je n’ai pas été en Jordanie et je n’ai pas testé ces services, je le mets là à titre purement informatif car je sais à quel point il est difficile de trouver des infos fiables sur des destinations “pointues”.

Du coup, la suite de cet article va principalement tourner autour de ce que je connais : la mer morte côté israélien.

> Mer morte :  la carte pour vous repérer

Voici une petite carte de la mer morte pour vous aider à vous repérer. J’y ai mis les principaux endroits que je mentionne dans cet article. Vous excuserez son aspect artisanal 🙂

Support carte source : Google Maps

Comment se rendre à la mer morte :

Si vous n’avez pas encore votre billet d’avion pour Israël, sachez qu’il y a souvent des prix très intéressants sur ce site.

L’aéroport le plus proche de la mer morte est celui de Tel-Aviv, Ben Gurion International. Il n’y a pas de transport en commun direct entre l’aéroport et la mer morte, il vous faudra prendre un train pour Jérusalem (la gare est juste à la sortie de l’aéroport, en sous-sol, c’est hyper simple à trouver). De Jérusalem, vous aurez plusieurs options pour accéder à la mer morte, je les détaille ci-dessous dans le paragraphe dédié à la ville sainte.

Vous l’avez compris ci-dessus, je vous conseille vivement Ein Bokek comme lieu de baignade dans la mer morte. Les autres stations balnéaires de la mer morte risquent soit d’être décevantes, soit de vous refuser la baignade.

Il n’y a ni train ni aéroport à proximité de la mer morte, donc les trois options pour vous rendre à la mer morte côté israélien sont le bus, la voiture privée, ou bien le tour organisé. Ein Bokek est d’ailleurs la station balnéaire la plus facile d’accès par les transports en commun.

Ci-dessous, voici comment vous rendre à la mer morte depuis les principales villes d’Israël.

> Aller à la mer morte depuis Tel-Aviv

Pour vous rendre à la mer morte depuis Tel Aviv, c’est assez compliqué, en particulier avec les transports en commun. Il faut d’abord prendre le train pour, au choix, Jérusalem ou Beer Sheva, puis prendre le bus pour Ein Bokek.

De Beer Sheva c’est le bus 384 qui vous emmènera à Ein Bokek, pour 27 shekels. Vous pouvez regarder les horaires et faire votre propre itinéraire sur le site de la compagnie Egged.

De Jérusalem, c’est le 444 (direction Eilat) qui vous y emmène pour 37,50 shekels. Mais si vous passez par Jérusalem, consacrez au moins une journée pour visiter cette ville exceptionnelle.

Si vous ne voulez pas vous embarrasser des transports en commun et être 100% indépendant, louez une voiture (sur ce site pour avoir un tarif intéressant). Le trajet de Tel-Aviv à la mer morte est de 2h30 environ, selon le point de chute choisi et les conditions de circulation. Si vous louez votre propre voiture et que vous voulez rallier la mer morte depuis Tel-Aviv en passant par la Cisjordanie, pensez à le préciser à votre loueur pour avoir l’assurance spéciale et qu’il vous donne son autorisation. Ceci dit, il est tout à fait possible de rejoindre la mer morte en contournant la Cisjordanie, c’est juste un peu plus long.

Enfin dernière option, celle de vous faire guider par un tour operator avec une excursion à la journée depuis Tel-Aviv vers la mer morte (souvent avec la visite d’un autre point touristique au passage : Masada, Jérusalem, ou autre, selon l’option choisie). Je vous recommande celle-ci en particulier, vous aurez le temps de tout faire sans vous presser et avec une organisation pro.

> Aller à la mer morte depuis Jérusalem

Il est très simple d’aller à la mer morte depuis Jérusalem : les premières plages (celles de Kalia, Neve Midbar et Biankini – pas les meilleures donc) sont à 25 minutes de route, à peine. Ein Gedi et Ein Bokek sont à 1h30 de voiture (comptez 2H30 en bus). Selon votre moyen de transport, vous pouvez donc y passer une demi-journée ou une journée complète sans la moindre difficulté.

>> En transport en commun :

Si vous n’êtes pas véhiculé, c’est le bus 444 qui vous emmènera sur les plages de la mer morte (en 2h environ, et pour 37,50 shekels – regardez les horaires et les prix sur le site de la compagnie Egged). Je vous recommande, là encore, de choisir Ein Bokek comme point de chute. Descendez à l’arrêt Oasis Hôtel pour être directement au niveau de la plage publique gratuite.

Si vous avez une réservation dans l’un des hôtels d’Ein Bokek, demandez-leur quel est l’arrêt le plus proche car il y a plusieurs arrêts de bus dans Ein Bokek (si l’hôtel ne vous le précise pas, vous pouvez descendre à l’Oasis Hôtel aussi, il est très central par rapport à la petite bourgade, où vous ne serez jamais à plus de 15 minutes de marche de votre point de chute, quoi qu’il arrive).

>> En se laissant guider :

Si vous n’avez pas de voiture et que vous n’avez pas envie de dépendre des bus, vous pouvez tout simplement passer par le tour operator qui part de Jérusalem le matin, vous emmène passer la journée à la mer morte et vous ramène le soir à votre hôtel dans la ville sainte. C’est celui ci.

Si vous voulez passer une journée plus active, choisissez un tour qui vous emmène voir la mer morte et découvrir les immanquables des environs (dont Masada) dans la même journée (cette activité là). Si vous voulez en voir un maximum dans ce coin-là d’Israël, que ne voulez pas vous prendre la tête avec les bus, ni devoir conduire en Cisjordanie, c’est même l’option que je vous recommande.

>> Une simple pause sur la route vers Eilat :

Enfin, si vous faites un tour d’Israël comme je l’ai fait, et que votre itinéraire vous emmène de Jérusalem vers le sud (pour visiter Eilat notamment) ou inversement, sachez que vous pouvez vous contenter de faire une étape à Ein Bokek très facilement : prenez le 444 tôt le matin, descendez à Ein Bokek, baignez-vous, puis reprenez le bus 444 suivant dans la même direction. C’est vraiment facile, c’est largement suffisant au niveau timing (2 heures sur place sont bien assez pour une simple baignade), et vous n’avez pas à vous embêter avec le logement sur place (surtout si vous avez un petit budget).

Pour préparer ça plus précisément, je vous invite encore une fois à consulter les horaires du bus 444 sur le site de la compagnie Egged, qui fait les trajets inter-cités en Israël.

Note importante concernant le bus 444 : il est fortement recommandé de réserver vos places à l’avance car il y a assez peu de bus et ils sont systématiquement plein. Faites-le soit dès votre arrivée à Jérusalem, soit en ligne sur le site de Egged (vous pourrez imprimer votre ticket ensuite à la gare routière, sur les bornes prévues à cet effet).

> Aller à la mer morte depuis Eilat

Il n’y a qu’une seule façon d’aller à la mer morte depuis Eilat avec les transports en commun : avec le bus 444 (qui monte ensuite jusqu’à Jérusalem), qui part de la gare routière d’Eilat. Réservez votre ticket à l’avance car les places sont chères et les bus pas si fréquents. Sachez tout de même que le trajet depuis Eilat est long : minimum 2h30 l’aller-simple. Donc c’est faisable, mais préparez-vous à passer du temps dans le bus…

Autrement, vous pouvez passer par cette agence qui organise des excursions à la journée vers la mer morte depuis Eilat (avec d’autres visites au passage). Ca n’empêche qu’il y aura du temps de perdu dans les transports, mais au moins vous ne dépendrez pas des bus et vous n’aurez pas à vous embêter à conduire.

> A savoir sur les déplacements en Israël

Si vous décidez de venir à la mer morte en voiture, sachez que les parkings sont pratiquement tous payants, et que les places peuvent être rares selon la saison. Un des rares endroits où le parking est gratuit, c’est à Neve Zohar, dans sa toute petite zone résidentielle (que vous n’aurez pas de mal à trouver vue la taille du hameau), mais la plage est à plusieurs kilomètres de là, donc il vous faudra marcher beaucoup.

Concernant les déplacements en bus, sachez qu‘il n’y a absolument aucune ligne qui circule pendant shabbat, c’est-à-dire grosso modo entre le vendredi 16h et le dimanche matin ensuite (même si techniquement le shabbat se termine le samedi soir au coucher du soleil). Je vous encourage donc très fortement à ne pas prévoir de déplacement à ce moment là, vous risqueriez de rester coincé sur place. Anticipez systématiquement vos trajets pour être à proximité immédiate de votre hébergement pour le vendredi en début d’après-midi au maximum, et de rester au même endroit jusqu’au dimanche.

> Se rendre à la mer morte en Jordanie

Bon, j’avais dit quelques lignes plus haut que je ne parlerai pas de la mer morte en Jordanie, mais je vais juste rajouter un mot ici sur les transports pour s’y rendre : il n’y en a pas ! Vous n’avez que la voiture pour vous y rendre : soit en louant la votre (ce qui n’est pas cher en Jordanie, regardez ici pour les tarifs), soit en vous attribuant les services d’un chauffeur privé, d’un taxi, ou d’une agence touristique (celle-ci – l’option qui est préférable à mon sens).

Nager dans la mer morte : 10 précautions à prendre

Je l’évoquais en introduction de cet article : nager dans la mer morte n’est pas anodin pour le corps humain (je vous rappelle que sa teneur en sel est de 25%, contre 4% dans une mer ‘normale‘, et que le sel à haute dose est assimilé à du poison pour l’être humain). Il faut prendre des précautions pour ne pas risquer des enquiquinements de santé par la suite. Voici les conseils que je vous recommande de suivre lors de votre baignade dans la mer morte.

> Ne pas plonger ou sauter dans l’eau

Vous vous rappelez d’Obélix, dans l’album L’Odyssée d’Asterix, qui court sur la plage et plonge de toutes ses forces dans la mer morte ? Hé bien ne faites pas ça : lui, il rebondit sur l’eau, mais dans la réalité, vous allez évidemment rentrer entièrement dans l’eau, envoyer des gerbes autour de vous, vous mettre en danger ainsi que d’autres personnes. Pas par risque de noyade, bien sûr, mais parce que l’eau hyper-salée de la mer morte est dangereuse si elle touche en grande quantité certaines parties du corps (en particulier la tête et les yeux). D’où le second point.

> Ne pas mettre la tête sous l’eau

Lors de la baignade, l’eau salée de la mer morte pénètre lentement dans votre corps via les pores de la peau. Tant que cela reste sur le tronc, les bras, les jambes et le bas du corps, ça va, mais la tête est plus sensible, je ne sais pas exactement pourquoi. Partout sur les plages de la mer morte, des panneaux recommandent, entre autres conseils, de ne pas immerger la tête. N’ayant pas spécialement envie d’en tester les conséquences, je me suis abstenu !

> Ne surtout, surtout pas se mettre de l’eau dans les yeux

Celle-là est assez compréhensible : l’eau de la mer morte est tellement concentrée en sel que si vous vous en mettez dans les yeux, vous allez littéralement vous les faire assécher, avec les risques que cela comporte pour votre vue.

Au cas où ça vous arriverait, ne jouez pas au héros et n’allez pas perdre la vue pour une baignade dans la mer morte : courez vous rincer l’oeil à l’eau claire de la douche ou du robinet le plus proche ! Et ne lésinez pas sur la quantité : les surveillants de plage recommandent 10 minutes de rinçage intensif !

> Rentrer lentement dans l’eau et rester calme

Pour rentrer dans l’eau, il est conseillé d’utiliser les jetées prévues à cet effet, car sur les plages il peut rester des gros cristaux de sel qui vous feraient mal aux pieds. Rentrez lentement et prudemment pour deux raisons : ne pas glisser et tomber (ça pourrait arriver), et surtout parce que si vous avez des plaies ou des micro-coupures sur le corps, l’eau salée va vous piquer sérieusement !

> Ne pas avaler l’eau de la mer morte

Ce conseil là, c’est le plus important ; il est même vital. Si vous buvez la tasse, si vous avalez l’eau de la mer morte lors de votre baignade, foncez au poste de secours le plus proche et faites-vous aider. Le corps humain étant composé à 60% d’eau, je vous laisse imaginer ce qui se passe si vous balancez du sel dedans en grande quantité… C’est un véritable poison.

Bref, là aussi, faites preuve de prudence lors de votre baignade dans la mer morte (d’où le conseil précédent, restez calme lorsque vous vous baignez), car ça ne plaisante pas.

> La technique pour flotter dans la mer morte

Pour se mettre en position de flottaison, il y a une petite technique. D’abord il ne faut pas aller trop loin : l’eau doit se trouver environ à mi-cuisses. Faites comme si vous vouliez vous assoir, en fléchissant les jambes lentement. Quand vos fesses sont entièrement dans l’eau, laissez-vous basculer lentement en arrière sans faire de mouvement brusque ni essayer de vous rattraper. L’eau va supporter votre poids et hop, en moins de deux secondes vous flotterez. Sensation assez incroyable !

> Boire beaucoup, beaucoup d’eau claire

Après quelques minutes de baignade dans la mer morte, vous allez vite vous sentir assoiffé. Le sel assèche votre peau et désseche le gosier. Pensez à emmener avec vous énormément d’eau potable (au minimum deux grandes bouteilles d’eau par personne, c’est vraiment le minimum absolu, surtout s’il fait chaud).

Les locaux recommandent de boire au moins 5 litres d’eau dans les heures qui suivent la baignade dans la mer morte, afin de se réhydrater complètement.

Pour ma part, j’avais fait l’erreur de n’emmener qu’une bouteille d’eau, à partager avec ma copine. Je peux vous dire qu’on l’a regretté : je ne me suis jamais senti aussi à sec et je n’ai jamais eu aussi soif de ma vie. Heureusement que la plage d’Ein Bokek est équipée en robinets d’eau potable un peu partout.

> Ne vous baignez pas plus de 20 minutes

J’imagine qu’au-delà de vingt minutes de baignade, le sel risque de sérieusement attaquer l’épiderme. Il est donc conseillé de ne pas rester trop longtemps dans l’eau, même si on est pas à quelques minutes près. Je vous recommande surtout d’être à l’écoute de votre corps : si vous commencez à avoir vraiment très soif ou à vous sentir à sec, sortez de l’eau même si vous n’y êtes que depuis quelques minutes. Ne prenez pas de risque !

> Prendre une douche à l’eau claire après votre baignade

Le sel de la mer morte va se déposer sur votre corps pendant la baignade et s’incruster sous votre peau ensuite. Dès que vous sortez de l’eau, allez vous rincer le corps à l’eau claire. Il y a des douches gratuites partout sur la plage publique d’Ein Bokek. L’eau n’est pas très chaude, mais tant pis : il est vraiment important de retirer le sel de votre peau.

> Les sensations après une baignade dans la mer morte

Après m’être baigné dans la mer morte, j’ai eu deux sensations désagréables toute la journée. La première, c’est d’avoir la peau collante de sel malgré la douche à l’eau claire. Ce n’était pas très agréable, mais le pire c’était cette sensation de soif constante. J’avais les lèvres ultra-salées et une soif quasiment impossible à assouvir.

Dans le même ordre d’idée, après sa baignade, ma copine ne s’est pas correctement réhydratée. Pendant plusieurs jours, sa peau était toute sèche et toute craquelée, en particulier sur les mains. Je vous conseille vraiment d’emmener beaucoup d’eau et de boire des quantité énormes toute la journée afin de prévenir tout risque de déshydratation.

> N’ayez pas peur pour autant

Ok, je sais que les lignes que je viens d’écrire peuvent faire peur. Ce n’est évidemment pas le but : dans 99,99% des cas, tout se passe bien lors des baignades. Vous n’avez pas à vous inquiéter à l’idée d’aller flotter dans la mer morte.

Je vous ai partagé ces conseils pour deux raisons : d’abord parce qu’ils sont affichés sur les plages publiques de la mer morte (comme ça vous êtes prévenus avant même de vous y rendre), et surtout pour savoir comment réagir en cas de problème. Mais encore une fois, pour tout le monde, ça se passe bien, et ça sera aussi le cas pour vous. Donc pas de panique et profitez à fond de ce séjour hors du commun !

Où loger pour une baignade dans la mer morte ?

Voici ci-dessous mes suggestions de logement à la mer morte selon vos goûts, l’objectif de votre séjour, et bien sûr votre budget.

> Pour vous baigner et profiter du spa :

Un séjour à la mer morte est difficile à envisager sans une baignade dans son eau salée et un bain de boue revigorant. En choisissant cet hôtel, vous êtes situé au coeur d’Ein Bokek, avec une vue incroyable sur la mer morte, des facilités pour les baignades (plage privée, infrastructure réservée, etc), et surtout la possibilité de faire des soins uniques au monde dans son spa.

Petit bonus : la vue depuis la plupart des chambres est franchement inoubliable. De quoi passer un excellent séjour dans un cadre au top !

> Pour rayonner facilement et explorer les environs

Si votre objectif est surtout d’explorer les alentours de la mer morte après vos baignades, alors je vous recommande de résider dans cet hôtel à Ein Bokek. Il est tout près des arrêts de bus (qui vous emmèneront partout pour voir les points intéressants des environs – cf plus bas dans cet article où je développe chacun des points d’intérêt des alentours de la mer morte), le parking est grand (si vous avez une voiture c’est parfait), et le personnel pourra vous arranger des visites des différents lieux si vous en faites la demande.

Evidemment, il est excellemment placé par rapport à la mer morte : la baignade y est facile (accès privé, équipement personnel, etc). Un choix que vous ne regretterez pas !

> Pour respecter un petit budget

Au bord de la mer morte même, il n’y a pratiquement pas d’hébergement bon marché. Même les options les moins chères font, à mon sens, déjà mal au portefeuille. Voici où vous pouvez dormir près de la mer morte si vous avez un petit budget (c’est-à-dire, en Israël, entre 50 et 70€ par nuit…).

>> Le Camp Lodge d’Ein Gedi

L’option 1, c’est le Camp Lodge d’Ein Gedi, qui présente l’avantage d’offrir une vue sympa sur la mer morte (enfin, pour un camping). Mais depuis la fermeture de la plage, l’accès autrefois facile aux spots de baignade n’est plus possible : il vous faudra donc rejoindre la plage publique d’Ein Bokek en bus depuis Ein Gedi.

D’une manière générale, la piètre qualité de l’offre (un malheureux matelas posé par terre, une propreté discutable, et surtout la location de draps et serviettes à un prix ahurissant) font que je ne vous recommande pas cet établissement. Pour à peine plus cher, vous trouverez mieux ailleurs, à une distance équivalente ou moindre des spots de baignade possibles dans la mer morte. Maintenant, ce tarif a le mérite d’exister : à vous de voir si vous tentez la réservation !

>> Le Masada Hostel

Au Masada Hostel vous êtes vraiment en retrait des plages de la mer morte, ce qui vous obligera soit à rouler, soit à marcher, soit à faire du stop pour aller piquer une tête. Mais ça peut être une option intéressante si vous n’avez pas spécialement envie de vous baigner plusieurs jours de suite dans la mer morte. Vous pouvez tout à fait arriver d’une autre ville, vous baigner, puis remonter jusqu’au Masada Hostel (ou un autre endroit plus éloigné encore) afin d’être prêt à explorer autre chose (en l’occurrence, en étant ici, la forteresse de Masada) pour la suite de votre séjour en Israël.

>> Loger à Arad, la grande ville à 25 kilomètres de la mer morte

C’est l’option que j’ai choisie pour respecter mon petit budget tout en étant à proximité immédiate de tous les points d’intérêt touristique autour de la mer morte.

A Arad, il y a plus de choix d’hébergement dans une gamme de prix “low cost” (toujours selon les critères israéliens, hein). Si vous le pouvez, je vous conseille de loger près de la gare routière (par exemple cet hébergement est excellemment situé mais assez cher) afin de pouvoir attraper les bus sans perdre de temps à vous déplacer dans la ville.

Pour un excellent rapport qualité-prix c’est cet appart’ que je vous conseille (un peu éloigné de la gare routière, ce qui explique le prix si avantageux, mais en revanche vous êtes à deux pas du désert de Judée – cf ma photo ci-dessus, bien qu’elle ne rende pas hommage à la majesté des lieux).

Pour ma part, j’ai même carrément opté pour le stop depuis Arad : ça marche vraiment bien, je n’ai jamais attendu plus de 10 minutes et j’ai systématiquement été déposé où j’avais envie d’aller.

> Pour ne vraiment rien dépenser

Si vous voyagez en Israël en backpacker, avec un budget ultra-serré, alors voici le bon plan du jour : vous pouvez dormir gratuitement sur la plage publique d’Ein Gedi, en camping sauvage. Vous ne serez pas seul à le faire, surtout à la haute-saison, ce qui peut avoir autant de conséquences positives que négatives, selon votre façon de voir les choses (davantage de risque de se faire emmerder, mais également plus de sécurité si un problème survient car vous n’êtes pas seul).

Il y a aussi la possibilité de dormir à Ein Bokek, au nord de la station, sur un petit terrain au bord de la mer morte où se trouveront également des camping-cars. J’ai vu une tente Quechua “2 secondes” posée là, juste au pied de je ne sais plus quel hôtel de luxe, c’était vraiment marrant comme contraste (je regrette de ne pas avoir pensé à prendre une photo).

Dans tous les cas, ne vous attendez pas à passer une très bonne nuit, sauf si vous êtes vraiment équipé pour faire du camping. Mais si, comme beaucoup, vous vous contentez de vous allonger sur une serviette et d’attendre le lendemain en fermant l’oeil tant bien que mal, vous allez repartir de votre séjour à la mer morte en étant complètement rincé (ok, jeu de mot vraiment mauvais, j’avoue).

Que faire autour de la mer morte à part se baigner

Tous ces endroits sont accessibles facilement depuis les différentes stations balnéaires de la mer morte, que ce soit en bus, en voiture, ou même à pied pour certaines (selon votre lieu de résidence, évidemment). Sachez aussi que le stop fonctionne très bien en Israël, ce qui peut s’avérer utile en cas de besoin.

Bref, voici les lieux à visiter autour de la mer morte après vos baignades :

> Visiter la forteresse de Masada

Crédit photo : Tripadvisor

La forteresse de Masada est l’immanquable absolu de tout séjour à la mer morte, qu’elle qu’en soit la durée. Il s’agit d’une fortification antique érigée par le roi Hérode pour se protéger des invasions égyptiennes. Plus tard, ce sont les romains qui ont conquis le site et l’ont transformé en véritable petite ville fortifiée.

Les amoureux d’histoire et d’archéologie vont adorer cette visite, mais elle n’est pas sans intérêt pour ceux dont ces thèmes ne sont pas spécialement des passions. Car l’environnement est somptueux : construite à l’extrémité du désert de Judée, à flanc de falaise, la forteresse de Masada offre des vues à couper le souffle sur la mer morte et la Jordanie au loin. Pour en profiter pleinement, la bonne idée, c’est de se réveiller tôt le matin et venir admirer le soleil se lever sur la mer morte depuis les hauteurs de Masada. Coup de cœur assuré !

>> Aller à Masada depuis la mer morte

Le bus 444 qui va de Jérusalem à Eilat en s’arrêtant par la mer morte fait le crochet jusqu’au parking principal de l’entrée ouest de la forteresse de Masada. Vous pouvez donc tout à fait attraper ce bus 444 à Ein Bokek (à l’arrêt au niveau de l’hôtel Herods notamment), et descendre à Masada (descendez quand le bus arrive vraiment au parking, ne descendez pas à l’arrêt “Masada Junction” qui se trouve encore assez loin de la forteresse). Le trajet est très court : à peine vingt minutes de route, et coûte 16 shekels (4 euros environ).

Le bus 486 est plus fréquent et fait le même trajet pour 14 shekels. Enfin, le bus 384 y va également mais il passe moins souvent.

Si vous vous y rendez en voiture, le parking est payant (malheureusement je n’ai pas vu le prix du parking, mais ça doit être assez cher).

>> Visiter Masada : prix et durée

Il y a deux entrées à Masada, est et ouest. En arrivant par la mer morte, vous serez sur l’entrée est, la principale et la plus touristique. Pour accéder à la forteresse, soit vous suivez le sentier qui grimpe pendant 1H30 environ (ce que je vous conseille si vous êtes en forme, ça vous permettra de vraiment apprécier le paysage), soit vous prenez le télécabine. Le ticket pour visiter Masada coûte 29 shekels sans le télécabine (donc grimpette à pied), et 58 shekels avec télécabine en aller-simple (ou 76 shekels si vous faites le retour en télécabine également). Comptez au minimum deux heures sur place pour faire le tour.

> Visiter la réserve naturelle d’Ein Gedi

Crédit photo : Tripadvisor

Si vous logez à proximité d’Ein Gedi ou que vous avez un peu de temps devant vous pour faire le détour, ne manquez pas de vous rendre à sa réserve naturelle. Plusieurs sentiers de randonnée (pour tous niveaux) vous attendent sur place, avec sur le chemin la possibilité de rencontrer de nombreux animaux du désert (bouquetins entre autres). Vous trouverez également des cascades et une oasis où la baignade est possible (mais là ce n’est pas la mer morte : vous ne flotterez pas !). L’ensemble est très beau et parfaitement aménagé.

Au niveau pratique : pour vous y rendre depuis Ein Bokek, prenez exactement l’un des mêmes bus que pour Masada, sauf que vous descendrez un peu plus loin. Les lignes 384 (peu fréquente), 444 (moyennement fréquente) et 486 (très fréquente) vous emmèneront de la mer morte jusqu’à la réserve d’Ein Gedi. Il faut descendre à Ein Gedi Field School pour être au plus près de l’entrée du parc. Le ticket d’entrée de la réserve coûte 27 shekels (7-8€).

> Marcher dans le Wadi Bokek

Cette chouette randonnée est accessible directement depuis la bourgade d’Ein Bokek. Elle vous emmène dans une sorte de canyon où s’écoule une petite rivière (parfois à sec, parfois il faudra mettre les pieds dans l’eau). L’accès se fait par un tunnel réservé aux piétons qui passe sous la route 90, que vous trouverez entre le David Dead Sea Resort et le Leonardo Inn Hotels.

L’endroit est très peu connu des touristes : c’est mon hôte à la mer morte qui m’a conseillé de m’y rendre (je lui demandais des conseils pour des randos faciles et à proximité immédiate). Vous ne croiserez donc pas grand monde : la plupart des gens restent sur les plages, vont à Masada ou à la réserve d’Ein Gedi, mais oublient complètement ce coin là.

Bref, si vous n’avez pas envie de vous éloigner de votre hébergement à Ein Bokek et que vous cherchez une activité à faire à proximité de la mer morte sans devoir lâcher une fortune (l’accès est libre), n’hésitez pas : la randonnée du Wadi Bokek est facile, accessible à tous (y compris les enfants si vous venez en famille), et vous fera voir des endroits vraiment jolis, notamment de chouettes cascades et des petites oasis.

D’ailleurs, pensez à emmener un maillot de bain, il y a plein de petites “piscines” naturelles, mon petit doigt me dit que vous allez adorer y piquer une tête !

Enfin, sachez que le Wadi Bokek est parfois en proie à des coulées de boue quand la météo est capricieuse dans les montagnes, soyez prudent.

> Randonner à la forteresse de Zohar

Sur la route 31 qui va de Arad à la mer morte, il y a un sentier de randonnée qui se détache sur la gauche (dans le sens de la descente, donc). Ce sentier passe par la Forteresse de Zohar, traverse un canyon et descend jusqu’à la mer morte, au niveau de la station service de Neve Zohar. La randonnée est également faisable dans le sens de la montée, mais vous n’avez pas la même vue sous les yeux (dans le sens de la descente vous aurez régulièrement une vue imprenable sur la mer morte et la Jordanie au loin), et le point de départ dans Neve Zohar est beaucoup plus difficile à trouver.

Pour accéder à cette rando, je vous conseille donc de faire du stop direction Arad et de vous faire déposer sur la route 31, soit au niveau du “lookout” sur la mer morte (il y a un large parking, donc c’est facile de vous faire déposer en voiture), soit un peu plus haut directement au point où le sentier de randonnée coupe la route principale (cette fois le sentier partira donc sur la droite). Suivez ensuite le balisage pour revenir à pied jusqu’à Neve Zohar.

> Randonner au Mont Sodome

Pour effectuer cette randonnée (assez difficile), il faut trouver le panneau marron “Ladder’s Ascent” au bord de la route 90, sur la droite. C’est un vrai jeu de piste car le panneau n’est indiqué qu’en dernière minute. Il n’y a aucun parking, rien. Juste un panneau marron (les panneaux routiers touristiques habituels) qui n’indique même pas “Mount Sodom” : il est juste écrit “Ladder’s Ascent”. Si vous n’y prenez pas garde, vous ne verrez même pas qu’au milieu de la falaise court un petit escalier. Quand je l’ai vu, je me suis cru dans le Seigneur des Anneaux, quand Frodon et Sam essaient de rentrer dans le Mordor par la porte noire et qu’ils grimpent l’escalier hyper raide.

Bref, je m’éloigne du sujet. Vous aurez donc là le point de départ de la randonnée qui vous emmène au Mont Sodome, l’un des endroits emblématiques de la Bible.

Sous le Mont Sodome se trouve tout un réseau de grottes souterraines, les Lot’s Wife Caves, qui se visitent (là aussi, en voiture depuis la route 90, un panneau marron touristique vous les indique sur votre droite en venant d’Ein Bokek, mais ce coup-là il y a un vrai parking !).

Pour vous rendre au point de départ de la rando du Mont Sodome, c’est avec votre propre véhicule (et vous vous garez tant bien que mal sur le bas-côté de la route 90 quand vous verrez le panneau Ladders Ascent). Il n’y a pas de transport en commun qui passe par ici. Autre option si vous l’osez : le stop, qui marche vraiment bien en Israël (j’ai fait une bonne partie de mon séjour dans le désert israélien en ne me déplaçant qu’en stop, alors que je ne le fais jamais ailleurs).

> Voir Jéricho et le lieu du baptême de Jésus

On commence à vraiment s’éloigner de la mer morte, là, donc ça sera la dernière suggestion de cette liste : visiter la ville de Jéricho et le lieu où aurait eu lieu le baptême de Jésus, sur le fleuve jourdain, qui fait comme son nom l’indique la frontière avec la Jordanie. L’endroit se trouve à peu près au niveau de Jericho, donc côté Cisjordanie. Les transports en commun ne relient pas la mer morte à Jéricho donc le plus simple sera de vous y rendre en voiture personnelle. Sinon, si vous en avez l’occasion, il existe ce tour depuis Jérusalem. Une belle occasion de découvrir la Cisjordanie !

Mon avis sur la mer morte et ses environs

Mon avis sur la mer morte est mitigé. Voici mon petit bilan avec le positif et le négatif.

D’abord le positif : l’endroit est unique au monde. Une baignade dans la mer morte est une sensation incroyable. Les paysages autour sont de toute beauté : la vue sur la Jordanie au loin, les montagnes désertiques jaune-ocre, l’ambiance générale de bout du monde (et même l’atmosphère qui se dégage de la mer morte elle-même) en font un lieu réellement unique, à voir au moins une fois dans sa vie. Il y a aussi de nombreux sites d’intérêt notables à proximité immédiate (Masada, Ein Gedi, le désert de Judée, …).

Mais j’ai quand même été déçu : je ne m’attendais pas à ce que les rives “promenables” de la mer morte soient envahies par autant d’hôtels de luxe. Je n’imaginais pas non plus que les alentours des stations balnéaires seraient des chantiers permanents (je n’ose pas imaginer à quoi ressemblera la mer morte dans 10 ou 15 ans…). Les bourgades sont laides au possible et n’ont pas le moindre intérêt touristique en tant que telles. Et enfin, dernier point négatif et pas des moindres : tout est hyper cher ! La moindre chambre d’hôtel sur la mer morte coûte 120/130€, les supérettes pratiquent des prix 20% plus chers que dans le reste du pays, … Bref, c’est une zone ultra-touristique et on sent bien que les locaux veulent en tirer parti autant que possible. Dommage !

Pour résumer, j’ai adoré ma baignade dans la mer morte (alors qu’il pleuvait des cordes, rendant l’expérience encore plus unique !). Mais je ne me suis pas du tout senti à ma place au milieu des resorts luxueux et des centres commerciaux bling-bling. Et, finalement, je suis bien content d’avoir résidé à Arad, à l’entrée du désert de Judée, où j’ai pu réellement profiter de la nature.

Voilà, ça reste mon avis personnel, vous vous ferez le vôtre une fois sur place 🙂 !

Bonne baignade dans la mer morte et bon séjour en Israël !

On arrive à la fin de ce guide consacré à la baignade dans la mer morte et à la visite des environs. J’espère que ces quelques lignes vous auront aidé à préparer votre séjour dans ce coin du monde ô combien atypique et passionnant. Si c’est le cas, n’hésitez pas à cliquer sur J’aime en bas de cet article : c’est la meilleure façon de m’encourager à continuer la publication régulière d’articles détaillés sur vos destinations préférées !

Enfin, si vous voulez me soutenir, vous pouvez passer par les liens présents dans cet article pour réserver vos hébergements / vols / activités à la mer morte et ailleurs : certains organismes me reversent une petite commission, évidemment sans que cela ne change rien pour vous. C’est pas grand chose mais ça me permet de m’aider concrètement à continuer ce blog.

J’espère que vous apprécierez votre séjour à la mer morte et en Israël !

Bon voyage à tous !

Jérémy.