Eilat, Israël : mes 21 conseils pratiques pour réussir votre visite

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous envisagez de visiter Eilat lors de votre séjour en Israël, et vous vous demandez que faire dans cette ville ? Vous êtes au bon endroit : je rentre tout juste d’un long voyage en Israël et j’ai passé 3 jours à Eilat, à explorer la ville. Avec ce guide de voyage détaillé, vous saurez que faire à Eilat et dans les environs, où loger, où manger, et je vous partage tous mes bons plans ! Prêt ? Go !

Infos pratiques en bref :

> Il y a des vols directs pour Eilat (aéroport d’Ovda), à prix hallucinants sur ce site ! Jetez-y un œil !

> Si vous envisagez de louer une voiture en Israël, réservez ici pour les meilleurs tarifs.

> Concernant l’hébergement à Eilat, faites votre choix dans la sélection qui se trouve ici.

> Ne partez pas en Israël sans ce petit guide pratique : indispensable pour réussir votre séjour !

Que faire à Eilat, Israël, et dans ses environs :

Eilat est une petite ville d’Israël nichée sur la mer rouge. A quelques kilomètres de là se trouvent la frontière jordanienne (3 kilomètres à l’est) et la frontière égyptienne (8 kilomètres à l’ouest). C’est une station balnéaire tout ce qu’il y a de plus classique, à ceci près qu’il y fait un temps superbe toute l’année (donc qu’il est possible de s’y baigner toute l’année également), et qu’à peine sorti de la ville vous vous trouverez au milieu du superbe désert de Néguev (dont je reparlerai en détails plus bas ainsi que dans un article complet).

Bref, si vous vous demandez que faire à Eilat et dans ses environs lors de votre séjour en Israël, je vous rassure tout de suite : il y en a pour tous les goûts ! Ceux qui cherchent à passer des journées bronzette-baignade sur la plage pourront le faire sans problème. Ceux d’entre vous qui aiment la nature et la randonnée trouveront de quoi s’occuper : les montagne et le désert sont juste à côté.

Je détaille tout ça ci-dessous, mais voici d’abord une carte d’Eilat (artisanale, j’avoue) où je vous ai mis les principaux points d’intérêt de la ville et des environs, pour vous aider à vous y retrouver.

> Profiter de la mer Rouge à Eilat :

La mer rouge est évidemment l’attraction numéro 1 du tourisme à Eilat. Voici toutes les options qu’elle offre.

>> Se baigner sur l’une des plages d’Eilat

Eilat s’est développé tout le long de la côte israélienne sur la mer rouge. La ville balnéaire a donc de nombreuses plages à proposer aux touristes. La plupart sont bien aménagées, avec des transats et des accès à la mer pour ne pas s’abimer les pieds (car les plages sont souvent de galets / cailloux…). Il y a aussi de nombreux bars juste à côté, qui ont placé plein de “salons de plage” (je ne sais pas comment appeler ça autrement) pour “chiller” tranquillement.

En gros, à Eilat vous pouvez passer une journée complète à siroter des cocktails, faire bronzette et piquer une tête dans la mer Rouge, dans une eau calme et chaude (enfin, chaude pour le normand que je suis, mais certains la trouveront relativement fraîche : elle excède rarement les 22/23 degrés). Le tout sans devoir marcher plus de 10 mètres : plutôt cool si on vient à Eilat pour se reposer et se détendre.

Petite précaution quand même : emmenez de la crème solaire (indice maximum), et évitez de vous exposer aux heures les plus chaudes de la journée. On est au bord de l’eau et il y a souvent de l’air frais qui circule, certes, mais partout autour d’Eilat, c’est le désert. Hydratez-vous, couvrez-vous la tête et protégez-vous du soleil. Je suis sérieux !

>> Faire du snorkelling dans les environs d’Eilat

Il suffit d’emmener un masque et un tuba et de mettre les pieds dans l’eau sur l’une des plages un peu à l’ouest d’Eilat (donc vers la frontière égyptienne) pour avoir un monde aquatique merveilleux sous les yeux ! Des poissons multicolores qui vous passent entre les jambes, vous admirerez des coraux de toute beauté dans une eau translucide, … Le spectacle est incroyable, on ne s’en lasse pas !

La mer rouge est l’un des plus bel endroit au monde pour profiter des couleurs et de la vie sous-marine, et Eilat est un spot de choix ! Même si vous n’êtes pas particulièrement attiré par ce genre d’activité, je vous encourage vraiment à essayer au moins le temps d’une heure ou deux : ce que vous aurez sous les yeux va vous enchanter et vous ne regretterez pas de vous être laissé tenter !

Le meilleur spot pour faire du snorkelling à Eilat c’est à la Coral Beach Nature Reserve, donc au sud-ouest du centre d’Eilat, près de la frontière égyptienne. C’est un parc naturel “protégé”, donc l’entrée est payante (26 shekels – 7€). Si vous ne voulez pas payer, un tout petit peu avant la Réserve vous avez la plage d’Almog Beach qui permet de voir pratiquement la même chose sans débourser quoi que ce soit, mais y’a plus de monde.

Pour se rendre à la Coral Beach Nature Reserve, prenez le bus 15 qui va vers l’Egypte (si vous êtes dans le centre, montez à l’arrêt derrière le centre commercial, il s’appelle “Ha’arava Road/Yotam Road”) et descendez à l’arrêt “Mitsrayim Road / Field School”. Le ticket coûte 4 schekels (environ un euro – à acheter au conducteur) et le trajet dure 15 minutes environ, parfois un peu plus selon la circulation. Pour la plage d’Almog Beach, c’est la même ligne de bus, et descendez à l’arrêt précédent : “Mitsrayim Road / Almog Beach”. Pour le retour, c’est le 16 qui vous ramènera en ville.

Vous pouvez louer le matériel de snorkelling dans l’un des nombreux clubs de plongée entre Almog Beach et la Coral Beach Nature Reserve. Vous n’aurez que l’embarras du choix (les prix et les prestations sont sensiblement les mêmes partout).

>> Faire de la plongée sous-marine à Eilat

Crédit photo : Elche74 / Tripadvisor

Si le snorkelling vous plait et que vous avez envie d’en voir plus, alors tentez l’expérience de plonger dans la mer rouge à Eilat : les fonds marins sont riches et variés.

Vous pourrez par exemple explorer l’épave d’un navire militaire français coulé en 1994, les restes d’un restaurant sous-marin colonisé par les coraux, ou bien encore une pyramide artificielle où des poissons multicolores ont élu domicile. Partout, vous pourrez croiser des raies, des tortues et bien sûr des poissons de toutes les tailles et de toutes les couleurs. Un vrai paradis !

La plupart des spots de plongée d’Eilat sont accessibles directement depuis le rivage : pas besoin de prendre un bateau avant de plonger, ce qui facilite les choses si vous avez déjà de l’expérience dans le domaine.

Il y a des clubs de plongée partout sur le rivage autour d’Eilat. Les meilleurs spots sont quand même concentrés autour de Coral Beach, donc c’est par là que je vous conseille de vous rendre. N’étant pas plongeur moi-même, je n’ai pas beaucoup de référence, mais le club Marina Divers semble faire l’unanimité à Eilat concernant le professionnalisme du personnel. Pour vous y rendre en transport en commun, prenez le bus 15 (qui va vers l’Egypte) et descendez à l’arrêt Almog Beach.

Notez juste que la Coral Beach Nature Reserve est soumis à un droit d’entrée de 26 shekels (environ 7€), si jamais vous décidez d’aller plonger par là (en revanche c’est gratuit plus au nord, à Almog Beach).

>> Observer la faune sous-marine depuis l’Observatoire

Crédit photo : CoralWorld.co.il

Si vous n’avez pas spécialement envie de mettre les pieds dans l’eau pendant votre séjour à Eilat, mais que vous voulez quand même voir des animaux marins, vous pouvez vous rendre à l’observatoire sous-marin (“Underwater Observatory Marine Park”). C’est un aquarium un peu vieillot dans les installations, mais la faune est impressionnante : tortues marines, requins, raies, poissons et coraux multicolores, … Vous en prenez plein les yeux !

Pour info, il y a des moments plus intéressants que d’autres pour venir visiter l’Observatoire. Par exemple, si vous voulez voir le moment où les requins sont nourris, il y a deux créneaux : 11h30 et 15h00. Évidemment, il y a de la foule, donc je vous conseille d’arriver un peu avant pour trouver une position qui vous permette de profiter à fond du spectacle. Les tortues marines sont nourries à 12H30, et les poissons “classiques” à 11h, chacun dans leurs aquariums respectifs.

Au niveau pratique, vous pouvez acheter vos billets à l’avance sur le site officiel (c’est en anglais par contre). Le prix d’un billet adulte classique coûte 99 shekels, soit environ 25€. Il y a une petite réduction (environ 1€) à réserver sur le site, et les enfants paient un peu moins cher (79 shekels – 20€). L'”Océanarium” n’est pas forcément nécessaire à la visite, sauf si vraiment vous êtes passionné par le sujet. Mais si vous voulez juste voir les animaux dans l’eau, le ticket “simple” suffit.

Enfin, pour vous rendre sur place depuis le centre d’Eilat, sachez que ça fait un peu loin à pied (surtout avec des enfants). Prenez le bus 15 qui va vers l’Egypte et descendez à l’arrêt Mitsrayim Road/Underwater Observatory. Le ticket coûte 4 shekels et s’achète au chauffeur. Il y a des bus toutes les 20 minutes environ. Pour le retour, c’est le 16 qui vous ramènera en ville sur le même trajet. Bref, le même itinéraire que pour les points précédents et la plupart des points suivants 🙂

>> Nager avec les dauphins à Eilat

Crédit photo : Dolphinreef.co.il

Vous rêvez de nager avec des dauphins au moins une fois dans votre vie ? Bonne nouvelle : vous pouvez le faire lors de votre visite d’Eilat ! Bon, il faut lâcher un gros billet (290 shekels, soit environ 70€ par personne), mais c’est unique et exceptionnel : ça serait dommage de se priver d’une occasion pareille. Ce qui m’agace un peu, c’est que l’endroit est vraiment une machine à fric : ils interdisent même de prendre vos propres photos afin de pouvoir vous vendre les leurs…

Sachez que l’endroit propose aussi une chouette plage privée, plus calme que celles du centre d’Eilat. Il y a aussi de quoi se restaurer sur place.

Pour vous y rendre, c’est avec le même bus 15 que pour l’Observatoire et les plages, mais vous descendrez à l’arrêt Dolfin Reef. L’entrée de la zone des dauphins est juste de l’autre côté de la route.

Toutes les infos pour l’achat des tickets et les horaires d’ouverture sont sur leur site (langue française disponible, mais ça a visiblement été traduit n’importe comment).

> Que faire autour d’Eilat si vous aimez la nature

La ville d’Eilat est la plus grosse station balnéaire d’Israël, et à première vue on pourrait croire que c’est un endroit fait uniquement pour ceux qui aiment se prélasser sur la plage en enchaînant les mojitos en écoutant des sons à la mode. Mais Eilat a bien plus à offrir que ça : la nature exceptionnelle qui entoure la ville israélienne offre de nombreuses possibilités à ceux d’entre vous qui préfèrent passer des vacances actives. Voici quelques suggestions pour remplir votre séjour sur place si vous aimez la nature.

>> Explorer le Red Canyon

Si vous aimez la nature, le Red Canyon c’est LE truc à voir absolument à côté d’Eilat (et d’une manière générale lors de votre voyage dans le sud d’Israël). L’endroit est assez touristique, mais il vaut vraiment le coup d’oeil. Il s’agit d’une formation géologique unique, qui permet une petite rando au coeur d’un canyon dont les couleurs rappellent l’Arizona ou le Colorado.

Tout le monde à Eilat vous dira que c’est une rando facile, mais je ne suis pas d’accord : il y a des passages où il faut escalader la paroi (en montée ou en descente, selon le sens de votre visite). Ce n’est pas très compliqué si vous êtes jeune et en bonne santé, mais pour les gens d’un certain âge ou dont la motricité n’est pas à 100%, ce n’est pas possible de faire le parcours en entier. J’ai vu plusieurs dames d’une soixantaine d’années faire demi-tour au bout de la moitié de la promenade car c’était trop difficile pour elles. (Bon, j’ai aussi vu un groupe de polonaises vêtues de petites robes et de sandalettes faire demi-tour dès le premier obstacle, mais c’est de leur faute : c’est évident qu’on ne fait pas une rando pareille sans, au minimum, des vraies chaussures…).

Au niveau pratique, sachez que le bus 392 vous emmène de la station centrale d’Eilat à l’entrée du Red Canyon. Le trajet coûte 21,50 shekels (à payer au chauffeur) et dure une demi-heure environ. Pour la descente, ne vous inquiétez pas : 90% du bus descendra avec vous. De toute façon, le chauffeur fera une annonce en anglais pour prévenir qu’il s’agit de l’arrêt du Red Canyon (la plupart des autres arrêts perdus dans le désert ne concernent que les militaires). Par contre attention, c’est un bus “grande-ligne” qui va jusqu’à Beer Sheva : il y en a maximum 5-6 dans la journée, donc prévoyez votre coup à l’avance.

Pour le retour, il vous suffit de prendre le même bus, 392, de l’autre côté de la route. Par contre les horaires de passage ne sont pas indiqués sur l’arrêt de bus. Ils sont simplement disponibles à la gare routière d’Eilat. Je vous conseille donc de les noter le matin, avant de partir, pour être sûr de ne pas vous rater sur le retour. Sachez qu’au pire le stop fonctionne très bien (je l’ai fait moi-même plusieurs fois en Israël), mais les voitures peuvent être rares à partir de la fin de journée (ou durant shabbat).

A lire : j’ai écrit un article ultra-détaillé sur le Red Canyon. Je vous donne plein de conseils supplémentaires (dont un vraiment très important si vous voulez être sûr de pouvoir vous y rendre) et je vous partage mes plus belles photos des lieux. C’est à lire ici ! LIEN VERS RED CANYON ARTICLE.

>> Grimper le Mont Tzfachot et admirer la vue

Crédit photo : SummitPost.org

C’est une rando assez populaire et pas très difficile (comptez 1H30 / 2H de marche en prenant votre temps et en admirant la vue régulièrement). Arrivé en haut du Mont Tzfachot (qui culmine à 272 mètres d’altitude, certainement pas le plus gros sommet de votre vie mais suffisamment haut pour avoir un panorama), vous aurez une vue dégagée sur 4 pays : la Jordanie, l’Egypte, l’Arabie Saoudite, et bien sûr Israël. On m’a conseillé de rester sur place jusqu’au coucher de soleil mais je vous conseille plutôt de faire la descente tant qu’il fait jour afin d’éviter les gamelles dans le noir (ou alors équipez-vous d’une lampe torche).

Au niveau pratique, sachez que le départ se fait au niveau de l’Eilat Field School. Vous la trouverez sur la route 90, qui mène à l’Égypte, juste avant d’arriver à l’Observatoire sous-marin. Pour vous y rendre, si vous n’êtes pas véhiculé, le plus simple c’est de prendre le bus numéro 15 et de descendre à l’arrêt Mitsrayim Road/Field School. Le fléchage n’est pas très bien foutu au départ (il y a juste un petit panneau écrit en hébreu sur le bord de la route, avec une flèche bleue et un dromadaire). Si vous ne trouvez pas, le plus simple c’est de demander en arrivant sur place le trail qui mène au Mont Tzfachot. Ensuite il faut suivre le balisage vert jusqu’au moment où vous arrivez au point de vue.

J’ai essayé de vous flécher au mieux la rando sur cette carte :

Une boucle complète est même possible pour revenir ensuite via le Camel Ranch (puis redescendre jusqu’à la route 90 et reprendre le bus vers la ville).

Ceux d’entre vous qui cherchent à randonner trouveront d’ailleurs leur bonheur dans ce coin-là car il n’y a évidemment pas que le Mont Tzfachot à explorer dans les montagnes d’Eilat.

Vous trouverez ici de nombreuses possibilités de randos, dont le début (ou la fin, selon le sens) du Israël National Trail, le sentier de randonnée qui traverse tout le pays du nord au sud (vous croiserez sûrement des gens qui font ce périple lors de vos expéditions dans les montagnes).

Renseignez-vous au bureau de la Field School pour vous faire préciser les possibilités de randonnée au moment où vous êtes là (car selon la météo certains circuits peuvent être dangereux/interdits), et choisir celles que vous souhaitez faire en fonction de votre niveau, de la difficulté/longueur souhaitée, etc. Ils vendent des cartes détaillées de la région sur place, mais si vous faites les petites boucles vous n’en aurez pas besoin. Vous pouvez aussi utiliser ce site (en hébreu par contre) pour préparer vos itinéraires.

J’en profite pour vous signaler un bon plan : il y a des randos guidées gratuites dans la montagne tous les mardis à 9h15, qui se terminent par le prêt d’équipement de snorkelling (vous n’êtes évidemment pas obligé d’en faire) pour observer les poissons dans la réserve naturelle de Coral Beach (dont l’entrée est payante, en revanche : 26 shekels). Prenez rendez-vous la veille en vous rendant à l’office de tourisme, pour pouvoir participer.

>> Randonner autour d’Eilat sur le Israël National Trail (et les autres chemins)

Je viens de le mentionner : Eilat est la ville où se termine (ou où commence, selon le sens) le Israël National Trail. Il s’agit d’un sentier de grande randonnée qui relie Kibbutz Dan (quasiment au niveau de la frontière libanaise) à la mer rouge (donc au niveau d’Eilat) sur un peu plus de 1100 kilomètres, à travers des paysages hors du commun.

Évidemment, vous n’allez pas faire tout le trajet lors de votre séjour en Israël, mais si vous aimez la rando ne vous privez pas d’en parcourir une partie : les portions accessibles depuis Eilat sont magnifiques. Elles offrent des points de vue sur la mer rouge, le désert, et les montagnes ainsi que sur la Jordanie, l’Egypte et l’Arabie Saoudite (au loin et par beau temps).

Pour ma part, je l’ai suivi au niveau où le trail coupe la Road 12 (près de la frontière égyptienne), en direction du nord. Il faut choper le rond-point des dauphins (qui marque le début de la Road 12, à la sortie nord d’Eilat), remonter la route 12 sur quelques centaines de mètres, puis tourner à droite quand on voit les panneaux marrons indiquant “Wadi Roded” et “Wadi Netafim”. Marchez sur cette petite route sur 200 mètres, et le sentier de randonnée commencera sur la droite (suivre le balisage blanc-noir-blanc discrètement posé sur un lampadaire).

Ensuite il faut marcher sur un chemin qui descend jusqu’à un croisement ou quatre larges sentiers se croisent. Là il faut continuer de suivre le marquage blanc-noir-blanc (le sentier qui part plutôt sur la gauche). À 20 mètres de là vous verrez un panneau abîmé indiquant que vous rentrez dans la Eilat Nature Reserve.

À partir de là, vous êtes sur le Israël National Trails, au coeur de la réserve d’Eilat. Vous pouvez marcher tout droit aussi longtemps que vous le souhaitez. Ou bien, ce que j’ai fait, jusqu’à croiser un marquage bleu indiquant un sentier sur la gauche (il y a un petit arbre tout seul sur la gauche du chemin). C’est par ici que je vous conseille d’aller pour avoir vraiment un magnifique point de vue sur le désert, les montagnes, Eilat, et la Jordanie au loin.

En tournant donc à gauche, le sentier se fait plus étroit, prenant presque les allures d’un petit canyon. Ça monte un peu dans la caillasse au départ, puis ça devient franchement raide sur la fin de la montée. Mais les efforts sont rapidement récompensés car on arrive sur une plate-forme avec un pylône électrique d’où la vue est déjà saisissante. Le sentier bleu continue (le marquage est sur le pylône lui-même). Il faut monter encore un petit peu jusqu’à arriver sur l’arête de la montagne que l’on voyait tout en bas au départ. Moi je me suis arrêté ici pour admirer la vue exceptionnelle, mais si vous n’avez pas le vertige vous pouvez continuer sur la crête pendant assez longtemps avant de redescendre et de suivre la boucle. Sinon faites demi-tour.

Une fois redescendu via le demi-tour, quand vous êtes à nouveau au croisement entre le sentier bleu et le sentier principal, vous pouvez tourner à gauche sur le sentier principal et marcher quelques minutes jusqu’à voir 4 panneaux indicatifs et un sentier qui part sur la droite en diagonale. C’est une zone très sympa, assez vallonnée, où vous croiserez certainement des vététistes (cf points suivant). À l’extrémité droite de ce chemin il y a une table de pique-nique avec un drapeau israelien que vous repèrerez de loin. La vue y est superbe également.

Ensuite vous pouvez revenir par le chemin par lequel vous êtes arrivés. En prenant son temps, l’ensemble de cette promenade dure environ 4h, mais ça dépend bien sûr du temps que vous passerez au point de vue et de votre niveau de randonneur (je me considère davantage comme promeneur que comme randonneur, d’ailleurs).

A connaitre : vous trouverez sur ce site une cartographie qui regroupe tous les sentiers de randonnée d’Israël. Un vrai petit bijou pour les amoureux de grands espaces et de nature, à un détail près : tout est en hébreu ! Aidez-vous de Google Maps et de Translate pour vous y retrouver 🙂

>> Faire du VTT dans les montagnes

Il n’y a pas que de la rando à pied à faire dans les montagnes d’Eilat : des circuits dédiés aux VTT ont également été tracés, avec le fléchage qui va avec. Pour vous rendre à l’un des endroits les plus populaires du coin, suivez pratiquement le même itinéraire que le mien dans le point précédent, mais au lieu de tourner à gauche sur le sentier bleu comme je l’ai fait, continuez un peu plus loin et tournez à droite quand vous verrez les balisages pour le VTT. J’ai déjà décrit ce coin-là dans la partie précédente, donc je ne vais pas recommencer ici.

Sachez que vous pouvez louer des vélos à Eilat sur le site de la boutique Bicycle Eilat, ou bien en vous rendant directement sur place : leur boutique est au 8 de la rue Hairus, sur les hauteurs. Vous pouvez aussi les contacter par WhatsApp à ce numéro : +972529066880 et leur demander de vous apporter directement les vélos à votre hébergement (hyper pratique, et c’est pas plus cher !). D’ailleurs, le prix au moment où j’écris ces lignes est de 99 shekels pour 24 heures de location (soit environ 25€).

Vraiment une belle façon de découvrir Eilat et ses environs !

>> Explorer le désert à dos de dromadaire

Crédit photo : Camel Ranch Eilat

Si la randonnée à pied n’est pas spécialement votre truc, ou que vous cherchez une façon plus originale d’explorer le désert, alors rendez-vous au Camel Ranch pour une sortie à dos de dromadaire !

Plusieurs types de sorties sont proposées sur place : les sorties les plus courtes durent 10 minutes, c’est vraiment une initiation et elle est principalement faite pour les enfants. Là vous resterez dans les environs immédiats du ranch, donc vous n’explorerez pas grand chose du désert (et je trouve que c’est vraiment cher : 40 shekels soit 10€ pour 10 minutes de dromadaire !). Il y a la durée intermédiaire qui est pas mal : 1h30 de rando à dos de dromadaire dans le désert d’Eilat pour 160 shekels par adulte. Enfin, il y a la possibilité de faire une vraie sortie de 4 heures (pour 260 shekels – 70€) : là vous aurez vraiment le temps d’apprécier et savourer une promenade qui vous emmène dans des coins plus reculés, avec des points de vue exceptionnels sur les environs.

Au niveau pratique, il est recommandé d’acheter vos tickets un jour ou deux avant de venir sur place, car le planning des sorties varie notamment selon la météo et les places se vendent très vite. Par contre, il n’est pas possible d’acheter vos tickets plus d’une semaine à l’avance.

Pour vous rendre sur place, sachez qu‘un service de navette gratuite est disponible depuis le centre d’Eilat pour les clients. Sinon prenez le bus 15 et descendez à l’arrêt “Camel Ranch”. Ensuite il faut marcher environ 1 kilomètre sur la route qui part à droite, vers les montagnes (tout est fléché, vous ne vous perdrez pas).

Pour plus d’infos et pour réserver vos tickets, c’est par ici (seulement dispo en anglais, en hébreu ou en russe).

>> Explorer le désert en jeep

Une façon moins écologique que le dromadaire pour explorer le désert, c’est la jeep ! Par contre, ça permet d’aller plus loin, et donc de s’enfoncer dans des coins vraiment reculés : plutôt chouette, et une expérience unique à vivre. Parmi les tours proposés, il y a la possibilité, entre autres, d’explorer le désert de nuit afin d’observer les animaux nocturnes (chacals, hyènes, etc).

C’est la boîte Desert Eco Tours qui propose ces sorties. Vous pouvez trouver sur cette page en français le détail de chaque option, avec le prix et les itinéraires proposés. Si jamais le lien que je vous ai mis ne fonctionne plus, vous pouvez passer par la version anglaise du site, ici (mais n’hésitez pas à me prévenir, que je puisse modifier mon article avec le bon lien 🙂 ).

> Autres choses à faire dans le sud d’Israël à partir d’Eilat

Si avec tout ça vous avez encore du temps et de l’énergie, voici quelques suggestions de choses à faire facilement à partir d’Eilat et dans le sud d’Israël, lors de votre séjour sur place.

>> Voir le Timna Park et ses curiosités géologiques

Crédit photo : parktimna.co.il

Le Timna Park est une réserve naturelle à 25 km au nord d’Eilat, ce qui en fait une sortie facile à faire sur la journée (ou même la demi-journée), à condition d’être véhiculé (les bus déposent à plusieurs kilomètres de l’entrée de la réserve, sur la route 90… Ce n’est pas impossible de s’y rendre en transport en commun, mais il faut marcher pas mal, ou tenter le stop).

A l’intérieur du Timna Park, vous trouverez 25 sentiers de randonnée et de promenade, qui passent chacun aux abords de curiosités géologiques : le “Champignon”, les “Arches” ou encore les “Pilliers de Salomon”, pour n’en citer que trois, sont à admirer (tous ces noms étranges sont données à des pythons rocheux aux formes excentriques).

Bref, vous êtes au coeur du désert, dans un cadre exceptionnel, avec énormément de possibilité de randonnées pour tous les niveaux. Une très chouette sortie pour découvrir le désert et ses paysages variés et originaux.

Pratique : le site officiel du Timna Park est dispo en français ici. Vous pouvez y acheter votre ticket d’entrée en ligne à l’avance pour 45 shekkels (11€ environ). Vous y trouverez aussi la possibilité de vous faire emmener en navette depuis Eilat pour 88 shekkels supplémentaires par personne (soit 22 euros, à ce prix là, louez une voiture !).

>> Visiter la réserve de Hai-Bar Yatvata

A deux kilomètres au nord du Timna Park, vous trouverez la réserve naturelle de Hai-Bar Yatvata. Un endroit qui se targue d’avoir réuni tous les animaux mentionnés dans la Bible. C’est un peu cher (28 shekels – 7€) pour ce qu’il y a à voir et à faire (safari tout petit, peu d’animaux visibles, paysages moins impressionnants qu’ailleurs dans le désert, …).

Je ne conseille pas forcément de vous y rendre, sauf si vous voulez voir des autruches ! Le site officiel pour les horaires et les détails des visites se trouve ici.

>> Vous baigner dans la mer morte

Se baigner dans la mer morte est l’un des immanquables d’un voyage en Israël. Je l’ai fait à la toute fin de mon séjour, sous une pluie diluvienne (extrêmement rare dans ce coin du pays), mais je ne pouvais pas rater l’occasion de tester cette sensation unique au monde. Je vous recommande chaudement de faire un arrêt au bord de la mer morte et d’aller piquer une tête (enfin, façon de parler puisqu’on y flotte sans difficulté 🙂 ).

Pour vous y rendre :

Vous avez plusieurs options que voici.

Vous pouvez faire un arrêt sur votre trajet depuis Jérusalem (de préférence à Ein Gedi ou Ein Bokek), vous baigner, puis repartir direction Eilat dans la foulée. C’est très simple si vous êtes en voiture, mais ça l’est aussi si vous faites la route en bus, avec la ligne 444. Descendez à l’arrêt Oasis Hôtel à Ein Bokek, juste en face de la plage publique (car pratiquement toutes les plages de la mer morte sont privées et appartiennent à des hôtels de luxe…), et reprenez ensuite le bus où vous vous êtes arrêtés. Vérifiez juste les horaires afin d’être sûr de ne pas rester coincé si vous aviez pris le dernier bus.

Sinon, depuis Eilat, vous pouvez faire l’aller retour également avec le bus 444 depuis la gare routière (donc direction Jérusalem à l’aller, direction Eilat au retour). Pour l’aller simple, comptez environ 45 shekels (11€) pour 2h45 de trajet (donc pratiquement six heures aller-retour… Oui, c’est long !).

Si vous avez plus de budget et que vous n’avez pas envie de perdre votre temps dans les transports en commun, passez par un organisme qui vous y emmène en voiture (regardez ici par exemple). Sinon, évidemment, louez une voiture sur place (avec ce site pour les meilleurs tarifs en Israël), et faites le trajet par vous-même sans dépendre de personne, ni des horaires de bus ni d’un guide ou de quoi que ce soit 🙂

Important : que vous fassiez le trajet à la mer morte en bus ou avec un organisme qui vous y emmène, il est impératif de réserver à l’avance car ce trajet est constamment surchargé. Il n’est pas possible d’improviser cette virée le jour même. Planifiez-la avec quelques jours d’avance !

Il y a beaucoup d’autres choses à savoir sur la baignade dans la mer morte, je vous prépare ça dans un article détaillé à venir bientôt !

> Visiter Petra depuis Eilat :

Crédit photo : Azurfrog / Wikimedia Commons

Visiter Petra depuis Eilat, ça vous tente ? Bonne nouvelle : il est tout à fait possible de partir en excursion à la découverte de la merveille antique depuis la station balnéaire israëlienne ! C’est même assez simple, à condition d’avoir du temps devant soi.

L’option la plus simple, la plus pratique et la plus rapide, c’est de partir avec un groupe organisé, qui a l’habitude du franchissement de la frontière israëlo-jordanienne. Y aller seul, par vous-même, est extrêmement compliqué pour différentes raisons. La principale étant qu’il n’est pas possible d’aller en Jordanie avec une voiture louée en Israël et qu’il n’y a pas de transport en commun qui vont d’Aqaba, la ville jordanienne, jusqu’à Petra.

Pour aller visiter Petra depuis Eilat, je vous conseille donc de partir tôt le matin avec un groupe qui vous emmène directement sur place. Regardez ici ce qui est proposé : on vient vous chercher à votre hébergement, on vous fait passer la frontière et on vous emmène à Petra où vous avez quartier libre (visite guidée possible), puis retour le soir par le même chemin. Un super programme, mais attendez-vous à passer du temps sur la route quand même, Petra est à 150 km d’Eilat et la frontière peut parfois être longue à franchir. Au total, trajet aller-retour + passage de la frontière, comptez au moins 4h30 dans le véhicule… d’où ma suggestion dans le paragraphe qui suit.

Si vous voulez profiter à fond des merveilles de Petra, une seule journée est un peu court : il serait préférable de dormir sur place (donc de choisir une excursion avec un retour le lendemain, comme celle-ci). Si vous en avez le temps (et le budget car ça coûte forcément un peu plus cher), c’est vraiment l’option que je vous recommande, car, si vous faites l’effort de vous lever tôt le lendemain matin, dès les premiers rayons du soleil, vous aurez toute la cité antique de Petra rien que pour vous : c’est une atmosphère unique et incroyable, qui vaut largement la nuit supplémentaire à passer sur place. Et vous n’aurez pas la sensation de “bâcler” votre visite (honnêtement, vu l’endroit ça serait dommage de faire la visite au pas de course et de ne pas en profiter pleinement).

Récapitulons :

Pour une excursion à la journée vers Petra depuis Eilat, regardez ici (mais gardez en tête que c’est peut-être un peu court). Pour une excursion sur deux jours (ce que je vous conseille si vous en avez la possibilité), avec transport et hôtel inclus sur place, regardez là. Il est recommandé de réserver à l’avance car les places partent vite, et ça serait dommage de manquer Petra faute d’avoir anticipé…

Où loger à Eilat

Le choix de votre hébergement à Eilat est déterminant pour la réussite de votre séjour sur place. Voici les endroits où je vous recommande de loger en fonction du type de voyage que vous souhaitez effectuer :

> Si vous voulez profiter de la mer rouge

Si votre visite d’Eilat est avant tout pour profiter de la mer Rouge, alors je vous recommande de loger à proximité des plages sur la partie ouest de la ville (donc en direction de l’Egypte). Vous y serez plus au calme que dans le centre ville, vous aurez les meilleures plages (et les moins bondées) et surtout vous aurez accès directement à toutes les activités que la mer Rouge offre à ses visiteurs à Eilat en plus des baignades classiques : l’observatoire sous-marin, les dauphins, le snorkelling et la plongée. Alors que si vous résidez dans le centre, vous devrez prendre le bus ou la voiture à chaque fois pour venir dans ce coin-là.

Je vous recommande de dormir ici pour une localisation parfaite au bord de la mer Rouge (regardez cette vue !). Si vous avez un plus petit budget, celui-ci fera également très bien l’affaire.

Si vous préférez résider dans le centre d’Eilat, alors choisissez cet établissement, un peu à l’écart de l’animation et qui offre un accès direct aux plages !

> Si vous voulez profiter des montagnes

Pour ma part, pour mon séjour à Eilat je voulais profiter des montagnes tout en étant assez proche de la mer (l’idée que j’avais en tête c’était de randonner la journée puis piquer une tête dans la mer rouge en fin d’après-midi 🙂 ). J’ai donc choisi un hébergement à mi-chemin entre les deux, dans un quartier résidentiel, calme et à l’écart du bruit et de l’agitation du coeur de ville. Mais j’ai mal évalué les distances : j’avais quand même 20 minutes de marche pour arriver sur les plages, et autant de temps pour atteindre le début des montagnes. Bref, pas la localisation optimale, finalement. Heureusement, ça a été compensé par des tarifs plus abordables que dans le reste de la ville. Je ne vous recommande pas forcément le coin où j’étais sauf si vous avez un petit budget et si vous êtes prêt à marcher beaucoup (ou à louer des vélos). Dans ce cas, choisissez le quartier où j’étais et résidez ici pour moins de 80 euros la nuit (rare dans ce coin d’Israël !).

Autrement, seconde option (certainement celle que je choisirai si je revenais à Eilat), c’est de loger plus près de l’Egypte, juste à l’entrée des sentiers de randonnée du Eilat Field School et de la réserve de Coral Beach afin d’avoir à portée de mains le meilleur de la montagne et le meilleur de la mer Rouge. Par contre le budget requis est un sensiblement supérieur : regardez ici par exemple, c’est certainement là que je logerai si je revenais à Eilat avec une enveloppe “hébergement” plus élevée.

> Si vous voulez profiter de l’animation de la ville

La ville d’Eilat est, avec Tel-Aviv, l’une des plus fêtarde du pays. Si vous aimez sortir jusqu’au bout de la nuit, vous ne devriez pas être déçu (je dis “devriez” car n’étant plus vraiment un adepte des virées nocturnes de folie, je n’ai pas testé quoi que ce soit à Eilat passé 22 heures 🙂 ).

Tout se passe sur le front de mer, dans les différents bars de plage où les DJs affluent. Si vous avez envie d’être près des lieux où faire la fête, alors regardez cet hébergement pour vous faire plaisir ou celui-ci pour les petits budgets .

> Si vous voulez être au calme mais dans la ville

Alors le quartier où j’étais (cf un peu plus haut) va vous plaire : à 15-20 minutes maxi de marche de la plage, au calme, … Tout ce qu’il faut pour profiter tranquillement d’Eilat ! Pour un très bon rapport qualité prix, je vous conseille cette maison d’hôte et sa piscine extra pour se rafraîchir quand le soleil tape un peu trop fort 🙂

> Si vous avez un petit budget à respecter

Le vrai challenge, à Eilat et en Israël, c’est de réussir à trouver des bons plans pour se loger sans se ruiner. Car tout est hyper cher, partout, dans ce pays. A Eilat, je vous ai déniché cette auberge de jeunesse à proximité des animations du centre (mais dans un coin assez calme quand même), pour un prix très raisonnable (entre 25 et 50€ la nuit selon la saison). C’est pas le grand luxe, mais l’ambiance est chouette, les rencontres faciles, et ça fait le job : un lit sans se ruiner ! Et si c’est complet, regardez celle-ci.

Sortir à Eilat : manger et boire un verre

Voici ci-dessous mes suggestions de restaurants et de bars à Eilat.

> Où manger à Eilat

C’est l’un des gros défauts d’Eilat, je trouve : il y a peu d’endroits où bien manger. Alors, ne vous inquiétez pas, hein : il y a des bouis-bouis partout, vous n’aurez aucun mal à vous mettre des falafels et du hummus dans le bide.

Pour ceux qui préfèrent les burgers et les pizzas, idem, vous n’aurez que l’embarras du choix tout le long de la promenade qui longe la mer, au coeur d’Eilat.

Mais si vous cherchez des endroits où vous poser pour manger tranquillement (et pas juste sur le pouce), ça devient plus compliqué. Essayez le restaurant Les Sardines à HaMayim 3, qui propose pas mal de produits venant de la mer et qui bénéficie d’une bonne réputation à Eilat (je n’ai pas testé, par contre, donc pas d’avis personnel).

Pour ma part, à Eilat j’avais loué un appartement avec ma propre cuisine, et j’ai préféré me cuisiner mes propres petits plats plutôt que de m’enfiler mon 150ème bol de hummus de mon séjour en Israël 🙂

> Où boire un verre à Eilat

En journée, vous pouvez aller au Avenue Beach Club pour vous poser et vous prélasser sur la plage en sirotant des cocktails et en écoutant de la musique ambiancée. Il est aussi possible de manger sur place. Personnel sympa et efficace !

A la nuit tombée, allez au Three Monkeys, sur la promenade, pour boire des bières dans une ambiance pub chaleureuse. Il y a des écrans géants pour regarder le sport, si jamais votre équipe préférée jouait pendant votre visite d’Eilat ! Si l’endroit vous plait, sachez qu’il y a régulièrement de la musique live, et même une piste de danse.

Enfin, pour ceux d’entre vous qui ont envie de danser jusqu’à pas d’heure, deux adresses que l’on m’a conseillé à Eilat : le Crazy Elephant (adresse HaMasger 5) et le club Selena (adresse Carmel 8) pour faire la fête au son des DJs et avec toute la jeunesse israëlienne des environs (et les touristes, bien sûr).

Comment aller à Eilat

Eilat est la ville la plus au sud d’Israël. Voici comment vous y rendre.

> Depuis Tel-Aviv

Il n’y a pas de connexion ferroviaire avec Eilat (le train israëlien ne descend pas plus au sud que Beer Sheva), mais vous pouvez vous rendre facilement à Eilat depuis Tel Aviv en bus, ou avec un vol interne.

En bus, prenez le 390 ou le 394 à la gare routière de Tel Aviv (juste à côté de la gare de train Ha’Hagana, au 108 bd Levinsky). Le trajet coûte 70 shekkels (17€) et dure entre 5 et 6 heures. Je vous invite à regarder sur le site de la compagnie Egged (qui gèrent 99% des transports israëliens).

Il y a aussi la possibilité de prendre d’autres lignes et de faire un changement à Beer Sheva (la grande ville qui sert de porte d’entrée nord au désert de Néguev), mais ne vous prenez pas la tête : c’est plus simple avec les lignes directes (et ça ne change rien au prix).

En avion, il faut aller jusqu’à l’aéroport Ben Gourion et voler ensuite jusqu’à l’aéroport d’Eilat (actuellement appelé “Ramon International”, à 10-15 kilomètres au nord de la ville, mais un plus proche est en construction – il sera peut-être même fonctionnel au moment où vous lirez ces lignes, et si c’est le cas, n’hésitez pas à me faire signe pour que je mette ces infos à jour !). Honnêtement, même si le vol est court, vous allez perdre du temps dans les navettes, les contrôles, etc, vous n’allez pas y gagner grand chose. Bref, prenez le bus !

> Depuis Jérusalem

C’est le bus 444 (en photo ci-dessus) qui vous emmène de la gare routière de Jérusalem à la gare routière d’Eilat. Comptez entre 5 et 6 heures de trajet, selon la facilité à sortir de Jérusalem (qui est une grande métropole, contrairement à ce que je croyais avant d’arriver). Le prix est de 70 shekkels. Il est indispensable d’acheter votre billet en avance car le bus est systématiquement plein à craquer.

Vous pouvez le réserver en ligne sur le site de Egged et le faire imprimer ensuite à la gare routière en arrivant (il y a des bornes prévues à cet effet). Sinon achetez vos billets au guichet de la gare routière de Jérusalem le plus tôt possible.

> Comment aller à Eilat depuis l’aéroport d’Ovda

Enfin, depuis peu il existe des vols low-costs qui partent de Beauvais et qui atterrissent à Ovda, au beau milieu du désert du Néguev (à des prix vraiment intéressants, regardez ici).

Là, c’est le bus 282 qui vous amènera à Eilat. Il se prend devant le terminal, vous n’avez qu’à suivre les panneaux indicateurs. Généralement, la compagnie Egged affrète un ou deux bus par avion, donc vous n’aurez même pas à vous préoccuper des horaires : sortez de l’aéroport, suivez les gens et grimpez dans le bus. Achetez votre ticket au chauffeur (21,50 shekkels, soit environ 5€), ou bien à l’avance sur le site de Egged (en anglais ou en hébreu).

Si par hasard vous manquiez votre navette, ou pour toute autre raison, sachez qu’il est aussi possible de rallier l’aéroport d’Ovda à Eilat via le bus 392. Là, par contre, il faut le prendre sur la route 12 (donc marcher environ 200 mètres sur la route qui sort de l’aéroport avant de croiser cette route principale). Il s’agit de la route principale qui longe la frontière égyptienne, par où passent tous les véhicules qui remontent à destination de Mitzpe Ramon, Beer Sheva et Tel Aviv. Il faut attendre de l’autre côté de la route par rapport à l’aéroport pour aller direction Eilat. Là aussi vous pouvez acheter directement votre ticket au chauffeur, mais je ne connais pas le prix (ça devrait être entre l’équivalent de 5 et 8 euros, j’imagine).

Enfin, sachez que le stop fonctionne très bien en Israël, en particulier dans le désert autour d’Eilat, donc vous pouvez aussi tout à fait lever le pouce et attendre qu’on vous prenne !

> Comment se déplacer une fois dans Eilat

La gare routière d’Eilat est à dix minutes de marche des plages et de la promenade qui longe la mer rouge. Donc si vous logez par là, vous pouvez vous y rendre à pied sans aucun problème, même avec un peu de valise. Sinon, des taxis vous attendent à la sortie de la gare routière (utiles si vous logez près de Coral Beach et que vous n’avez pas envie de reprendre un bus aussitôt, cf la partie de ce guide consacrée au logement à Eilat).

Sachez qu’Eilat est une ville assez étendue. Elle s’est développée le long de la mer rouge, sur plusieurs kilomètres. Et dans les terres elle s’étend jusqu’aux montagnes. Pour une ville de 25 000 habitants, j’ai trouvé qu’il n’était pas simple d’y circuler à pied (les distances sont grandes, c’est constamment en train de monter/descendre, …).

Le bus est donc la meilleure façon de bouger dans Eilat et ses environs immédiats (notamment pour aller vers les plages permettant l’observation de la faune marine, vers Coral Beach, sur la côte qui mène vers l’Egypte). Ceci dit, il n’y a pas de système de bus locaux à Eilat, il faut prendre les bus de la compagnie Egged, qui relient habituellement les grandes villes du pays.

La plupart du temps, vous n’aurez besoin de que deux lignes pour circuler dans et autour d’Eilat :
la ligne 15/16 (15 sur le trajet aller, 16 sur le trajet retour, aucune idée de pourquoi ils n’ont pas mis le même numéro de ligne…) qui permet d’aller du centre d’Eilat jusqu’aux plages de l’ouest (pour l’observatoire sous-marin, bassins aux dauphins, camel ranch, départs des randos, …) et revenir en ville ensuite.
la ligne 392 : c’est celle qui vous emmène au Red Canyon et dans les montagnes au nord d’Eilat. Elle poursuit sa route jusqu’à proximité de l’aéroport d’Ovda, puis Beer Sheva ensuite.

Si vous envisagez de prendre souvent le bus, à Eilat ou ailleurs en Israël, je vous conseille l’appli Moovit pour faciliter vos déplacements et trouver vos itinéraires.

A savoir avant de visiter Eilat et Israël :

S’il vous reste des questions pour préparer votre visite d’Eilat (ou plus largement votre séjour en Israël), j’y réponds ci-dessous.

> La sécurité en Israël et à Eilat en particulier

Je ne vous apprends rien : la situation diplomatique en Israël est tendue. Ceci dit, une fois que vous êtes dans le pays, on ne ressent rien de particulier : les gens vivent leur vie parfaitement normalement. Eilat étant une destination de villégiature, l’ambiance est encore plus détendue et tranquille qu’ailleurs dans le pays. Je m’y suis senti totalement en sécurité (j’ai d’ailleurs trouvé qu’il y a moins de militaires visibles à Eilat que dans la plupart des autres villes du pays).

Au niveau de la délinquance, il n’y a pas grand chose à craindre en Israël, et encore moins à Eilat. Faites preuve de la même vigilance qu’en France, en particulier si vous deviez laisser des affaires sur la plage lors de vos baignades, et tout ira bien pour vous.

Seul petit conseil que je vous donnerais : évitez d’aborder les sujets sensibles avec les gens que vous rencontrerez. Et si vous le faites (ou si quelqu’un le fait pour vous…), privilégiez une posture d’écoute et abstenez-vous de donner votre avis, quel qu’il soit. Le conflit est réel et vous ne savez jamais comment peuvent réagir certaines personnes à une prise de position (même si celle-ci pourrait vous paraître anodine).

Il est vraiment important de regarder l’évolution de la situation avant votre départ, car les choses peuvent changer très vite entre le moment où j’écris ces lignes et le jour où vous les lirez. Regardez sur cette page gouvernemental les dernières infos et les conseils aux voyageurs en Israël.

> Faut-il un visa pour Israël

Pour les français, non, pas besoin de visa pour Israël. Un passeport valide encore 6 mois après la date de retour prévue suffit pour rentrer sur le territoire israëlien pour un séjour touristique durant moins de 90 jours (ce qui sera le cas de l’immense majorité d’entre vous, a priori).

En revanche, attendez-vous à un interrogatoire poussé et destabilisant de la part de la police aux frontières !

> Où faire vos courses à Eilat

Il y a plein de supérettes un peu partout dans la ville, même dans les quartiers résidentiels. Vous n’aurez pas de problème pour faire vos courses.

En revanche, pendant shabbat (donc du vendredi 16h jusqu’au samedi 18h, grosso modo), la plupart des supérettes sont fermées. Certaines restent ouvertes (à proximité du centre commercial ou près de l’office de tourisme), mais je vous conseille d’anticiper et faire toutes vos courses le vendredi midi au plus tard, sinon il vous faudra attendre le dimanche matin.

> Le coût de la vie à Eilat et en Israël

J’ai été surpris de voir à quel point le coût de la vie était élevé en Israël. Je m’attendais à ce que les prix soient sensiblement les mêmes qu’en France, en réalité on est plus proche des tarifs norvégiens.

Il est assez difficile de respecter un petit budget lors d’un voyage en Israël. A Eilat, station balnéaire typique, on ne déroge pas à la règle : un jus d’orange coûte 5€, une bière (demi) 8€, un plat simple dans resto c’est 15-18€ minimum par personne, etc…

Si vous avez vraiment un tout petit budget, ce qui est mon cas, je vous conseille de loger en chambre chez l’habitant et de vous nourrir en faisant vos courses au supermarché et en cuisinant vous-même vos repas.

D’une manière générale, comptez un budget supérieur de 30 à 50% par rapport à la France, sur des prestations équivalentes.

> Où trouver l’office de tourisme d’Eilat

Il se trouve dans un renfoncement près de la marina, juste après le “bazaar” d’Eilat, quand on marche sur la promenade vers la Jordanie, avec la mer sur la droite. A peu près au niveau de ce manège à sensation.

Pas forcément hyper simple à trouver, heureusement qu’il est fléché.

J’ai trouvé le personnel très gentil et très aimable : le monsieur d’un certain âge qui m’a reçu parlait même correctement le français (ce qui est, somme toute, assez fréquent en Israël). Vous pouvez réserver une bonne partie des attractions que je recommande dans cet article directement depuis l’office de tourisme d’Eilat.

> Le climat à Eilat : quand venir

La météo à Eilat est, théoriquement, excellente toute l’année. Vous pouvez venir pratiquement n’importe quand, vous aurez du beau temps et la possibilité de vous baigner, même en plein mois de janvier. En revanche, l’été il fait extrêmement chaud (parfois plus de 40) et il est déconseillé de rester au soleil aux heures où ça tape le plus fort (donc en gros 11h-16h).

D’un autre côté, il pleut un peu plus souvent l’hiver que le reste de l’année, ce qui peut provoquer des inondations et des coulées de boue dans le désert, et ainsi faire fermer des sentiers de randonnées.

Donc en gros, si vous venez pour vous reposer sur les plages : venez quand vous voulez. Si vous venez pour faire des activités (principalement liées au désert ou à la montagne), privilégiez les demi-saisons (printemps ou automne) afin d’éviter les chaleurs de l’été et les risques de randos annulées à cause de la pluie.

Pour ma part, j’y étais à la fin mars et la température était parfaite : autour de 27-28 degrès en journée et 22-23 le soir, idéal. Au niveau de la mer, c’est largement baignable pour les français de métropole (si vous venez des îles, vous la trouverez peut-être un peu fraîche). En revanche j’ai eu quelques gouttes de pluie sur une journée, mais rien qui ne m’empêche de profiter ni de la mer ni de la montagne.

Bref, la meilleure période à mon sens c’est de mars à juin, et la “pire” période : juillet-août (à cause des très fortes chaleurs).

Mon avis sur Eilat et le sud d’Israël :

On arrive à la fin de ce guide de voyage sur Eilat et le sud d’Israël. Voici le moment du bilan.

D’abord le négatif :

– La ville d’Eilat n’a aucun intérêt en tant que tel : c’est une ville neuve sans aucun charme, n’y allez pas en espérant trouver un centre historique mignon ou quoi que ce soit. Nada !

– Le centre d’Eilat, autour des plages principales et de la promenade, est un parc d’attraction à ciel ouvert, avec tout un tas de manèges à sensation implantés directement sur la plage… Préparez-vous à la musique à fond et l’ambiance “foire du trône”… Pour ma part, j’ai détesté !

– Tout est payant ! Parcs nationaux, réserves, plages, … il faut lâcher un billet pour tout et n’importe quoi en Israël, et ça m’agace, surtout quand il s’agit d’aller simplement dans la nature.

Et maintenant le positif :

Le cadre est incroyable, avec la mer Rouge, la Jordanie, l’Egypte et l’Arabie Saoudite sous les yeux, et ces montagnes désertiques tout autour… Un spectacle dont il est impossible de se lasser !

– Les nombreuses options pour profiter de la nature (mer, désert, montagne).

La tranquillité dès qu’on met les pieds dans le désert/la montagne (la plupart des gens s’agglutinent sur les plages et ne s’en éloignent pas).

– Les environs : le Red Canyon, le Timna Park, la Mer Morte, … des lieux inoubliables !

Voilà, j’espère qu’avec cet article, vous saurez à quoi vous attendre en venant à Eilat et en Israël, et que ces quelques lignes vous permettront d’organiser au mieux votre séjour sur place.

Si cet article vous a aidé à préparer votre visite d’Eilat, n’hésitez pas à cliquer sur J’aime ci-dessous, c’est la meilleure façon de m’encourager à continuer de publier des guides complets et gratuits comme celui-ci !

Et pour me donner un coup de pouce, vous pouvez aussi réserver vos activités/logements en Israël via les liens présents sur ce blog. Ca ne change rien à la somme que vous payez, mais l’organisme par lequel vous passez me reverse une petite commission, ce qui n’est pas négligeable pour moi !

Bon séjour à Eilat et en Israël !

Jérémy.