Faut-il prendre une assurance tour du monde ? Ces 3 anecdotes vont vous aider à trancher

Nouveau : mon livre "Changer de vie : comment j'ai décidé de tout plaquer pour découvrir le monde" vient de sortir aux Editions Larousse. Découvrez-le ici.

Le week-end dernier, j’étais chez ma belle-famille. Ils s’apprêtent à partir pour un voyage de huit mois autour du monde, lui, elle, et leur petit bonhomme qui aura trois ans au moment du départ. On a pas mal discuté de leur itinéraire, je leur ai donné des conseils notamment sur l’Asie du sud-est, et puis on a dévié sur les préparatifs et en particulier sur la question des assurances. A un moment, mon beau-frère a posé la question de manière très directe : « mais toi, Jérémy, tu prendrais une assurance pour ce tour du monde ? ». Dans cet article, je vous explique ce que je lui ai répondu.

Ça c’est moi en Thaïlande, sur l’île de Koh Phi Phi.

Il y a une dizaine d’années, lorsque j’ai commencé à voyager, j’étais plein d’insouciance. S’il avait posé la question au Jérémy que j’étais à cette époque là, j’aurais probablement balayé son interrogation d’un revers de la main et répondu un truc du genre « ne te prends pas la tête avec une assurance, il ne vous arrivera rien, gardez vos sous pour profiter un max de votre voyage« . Mais ça, c’était avant que je ne rencontre des voyageurs au long cours à qui il est arrivé des problèmes suffisamment graves pour que je reconsidère ma position. Voici leurs histoires.

1. Elle se casse une jambe en descendant de l’avion

Lors de mon voyage au Népal, dans la petite ville de Pokhara située au pied des Annapurna, je fais la connaissance d’une jeune française prénommée Fanny. Elle a commencé son tour du monde il y a quelques mois, et elle me parle avec passion des pays qu’elle a traversé avant d’arriver ici.

De fil en aiguille, elle m’explique en rigolant que c’est en réalité son deuxième de tour du monde, mais que le premier n’a duré qu’une minute. Elle devait commencer son périple à Moscou, au début du mois de janvier, mais en descendant de l’avion, il faisait tellement glacial qu’elle a glissé sur une plaque de givre dans l’escalier menant au tarmac et elle s’est cassée une jambe avant même d’avoir mis le pied sur le sol russe. Retour express en France pour se faire soigner avant de pouvoir repartir quelques mois plus tard. Après qu’elle m’ait raconté son histoire, je me suis promis que je ferai au moins l’effort de regarder ce qui existe comme offre d’assurance santé pour un tour du monde avant de me lancer également.

2. Il se fait agresser en sortant de l’aéroport

La deuxième personne qui m’a fait reconsidérer ma position sur le fait de prendre une assurance pour un voyage autour du monde, c’est un ancien confrère journaliste sportif, du temps où j’arpentais les pelouses de Ligue 1. C’était la mi-temps d’un match entre Lorient et Le Mans, je ne sais toujours pas comment on a réussi à dévier à ce point là de notre sujet initial, mais à un moment il me raconte son périple en Amérique du Sud, et en particulier son arrivée à l’aéroport de Quito, en Équateur. A peine sorti de l’aéroport, il se fait agresser par deux bonhommes, tabasser, piquer l’intégralité de ses affaires (argent, passeport, téléphone, etc), et laisser là, à agoniser à même le sol. Sur le moment, comme je n’avais encore jamais voyagé, je n’avais pas réalisé exactement ce qu’impliquait ce qui venait de lui arriver. C’est seulement quelques années plus tard que j’ai compris réellement la galère (pour ne pas dire pire) dans laquelle il s’est retrouvé.

3. Il frôle la mort en attrapant la malaria en Afrique

La dernière anecdote que je voulais vous partager, et que j’ai raconté à ma belle-famille pour les convaincre de prendre une assurance pour leur voyage, c’est celle de mon ami Manu, un québecois qui voyage non-stop depuis 20 ans maintenant. Il s’est rendu dans pratiquement tous les pays du monde, y compris des destinations où peu de touristes osent aller, comme l’Irak ou la Somalie. Autant vous dire que le bonhomme est expérimenté.

Lui, il a toujours voyagé sans assurance et plein d’insouciance. Jusqu’au jour où il a commencé à avoir de la fièvre au fin fond de la Tanzanie. Un jour, il perd connaissance et se réveille dans un lit d’hôpital. Diagnostic : malaria. Face à la dégradation rapide de sa santé et aux faibles infrastructures médicales sur place, il est transféré à l’hôpital de Nairobi, au Kenya, pour être suivi plus sérieusement. Malheureusement son état continue de s’aggraver, et sa famille doit le faire rapatrier d’urgence au Canada par avion médicalisé. Problème : comme il n’a pas d’assurance, ça va coûter une véritable fortune. Ses proches lancent une cagnotte en ligne, alertent les médias québecois et, dieu merci, finissent par réunir la somme nécessaire à son rapatriement. Aujourd’hui il va bien, mais je vous assure que j’ai vraiment flippé pour lui pendant toute cette période. Plus jamais il n’est reparti dans un voyage au long cours sans assurance, et personnellement je me suis promis ce jour là que je ne ferai jamais vivre de frayeur de ce genre à mon entourage.

Ce que je réponds aujourd’hui quand on me demande l’intérêt d’une assurance tour du monde

Clairement, il y a une dizaine d’années j’étais réticent au fait de prendre une assurance pour un tour du monde, une expatriation ou un long voyage. Aujourd’hui, j’ai totalement changé mon fusil d’épaule : il me paraît indispensable de partir en étant couvert. Alors certes ça ne vous empêchera jamais de tomber malade ou de faire une mauvaise rencontre, mais au moins vous serez accompagné dans vos démarches et surtout pris en charge financièrement en cas de gros coup dur.

En ce qui concerne l’assureur à choisir, je n’ai pas de recommandation particulière à vous faire, je sais qu’il existe une jeune compagnie, NILS Expat, basée à Lyon, qui propose des services adaptés aux voyageurs et aux expatriés, mais chaque projet de voyage étant unique, je vous encourage surtout à faire votre choix en comparant précisément les services et les besoins des différentes sociétés d’assurance. Par exemple, ma belle famille qui va voyager avec un enfant en bas-âge n’aura pas les mêmes critères et les mêmes besoins qu’un jeune de 20 ans qui part à l’aventure en solo, ou qu’un quinquagénaire qui va s’expatrier aux USA pour son boulot.

Voilà, j’espère que cet article aura permis de vous aiguiller sur ce que je pense des assurances pour un long voyage. Si vous épluchez les vieux articles de mon blog, vous allez probablement constater à quel point mon opinion a évolué avec le temps (on s’assagit avec l’âge). D’ailleurs peut-être que mon avis évoluera encore dans plusieurs années, c’est même probable. Quoi qu’il en soit, je vous souhaite un très beau voyage autour du monde si c’est votre projet !

A bientôt sur mon blog,

Jérémy