Voici ce que vous gagnez à négocier vos achats en voyage :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Négocier. Quel gros mot ! Négocier, ça fait rapiat, radin, grippe-sous. Quand on entend ce mot, on a l’impression d’être un requin de la finance ou un magnat de l’immobilier. La négociation.

Pourtant, en voyage, négocier fait partie du quotidien. C’est un passage obligé pour tout backpacker qui sort du monde occidental. Même si au début, vous n’oserez pas, vous verrez très vite qu’il y a énormément de bienfaits à négocier vos achats (et tout le reste) en voyage.

La première fois que j’ai été confronté à la négociation, c’était alors de mon voyage au Népal. Ca m’a fait super bizarre au début, je me sentais mal à l’aise de vouloir grappiller quelques poignées de centimes aux marchands de babioles de Katmandou.

negocier-voyage

Puis j’ai compris qu’au-delà de l’aspect financier, il fallait y voir un jeu. Un jeu où on se met au même niveau que son « partenaire », où on bluffe, on s’amuse, on rit, on se moque gentiment. Jusqu’à ce que les deux partenaires sortent vainqueurs : en ayant gagné mutuellement le respect de l’autre et en ayant passé un bon moment. Et aussi, quand même, en ayant trouvé un prix qui nous permette l’un et l’autre d’en être heureux.

A chaque fois, quand je suis rentré d’un pays où les gens marchandent tout, j’ai eu envie ensuite de négocier le prix de ma baguette avec la boulangère ou le kilo de jambon avec mon boucher.

D’ailleurs la négociation crée quelque chose qui manque cruellement en Occident : le lien social entre le commerçant et son client. Chez nous, on arrive, on choisit, on paie et on se casse. Parfois en glissant un « bonjour merci » quand on est de bonne humeur.

A part entre les petits vieux ou dans les villages, je ne vois que trop rarement d’échanges vivants et réels entre les gens. Nous sommes devenus des consommateurs, des clients. Et le commerçant n’est plus un être humain mais un fournisseur, un distributeur.

Ce qui est marrant, c’est que les voyages dans les pays d’Asie m’ont sacrément entraîné à la négociation. Quand j’ai acheté mon appartement (car oui, après 4 ans sur la route, je ne suis officiellement plus nomade depuis décembre 2015), je n’ai pas eu peur de proposer bien moins que le prix annoncé par le vendeur. De même, désormais quand je fais un achat important (récemment mon appareil photo par exemple), j’ai le réflexe de demander une remise ou un avantage en nature. On ne me l’accorde pratiquement jamais, mais quand ça passe, je ne peux pas m’empêcher de me rappeler le jour où j’ai bataillé 20 minutes pour gagner 100 roupies dans cette boutique de souvenirs de Katmandou.

Amusez vous à négocier en voyages, vous allez vite y prendre goût !

Et en plus, ça vous permettra d’économiser pas mal de sous sur le long terme. Car 1€ par ici puis 1€ par là, si vous voyagez plusieurs mois ou années ça peut vite monter : si vous économisez 1€ par jour en négociant vos achats, vous gagnez 365€ sur l’année ! Soit le prix d’un alle-retour Paris-New York par exemple !

D’ailleurs lisez mon article où j’explique comment voyager avec 1€ par jour ! Ça va vous plaire !

Jérémy.