Visiter Trévise : les 14 indispensables + guide touristique complet

Nouveau : mon livre "Changer de vie : comment j'ai décidé de tout plaquer pour découvrir le monde" vient de sortir aux Editions Larousse. Découvrez-le ici.

Vous envisagez de visiter Trévise en Italie bientôt ? Peut-être lors d’un séjour à Venise, qui se trouve juste à côté ? Vous réfléchissez même peut-être à vous loger à Trévise pour visiter Venise ? C’est une excellente idée et un vrai bon plan ! La petite ville de Trévise est très jolie, moins étincelante que sa prestigieuse voisine certes, mais il y a de quoi s’occuper en toute tranquillité, loin des touristes et des prix prohibitifs de Venise.

Bref, dans cet article, je vous propose un guide complet pour visiter Trévise le temps d’un week-end tranquille, apaisant, à deux pas de l’une des plus belles villes du monde. Je vous partage les immanquables de la ville, mais aussi mes bons plans pour vous loger sur place, vous restaurer (on trouve d’excellents restos à Trévise), et vous déplacer (notamment comment aller de Trévise à Venise).

Prêt pour le guide de Trévise ? Alors c’est parti !

Au sommaire de cet article

Visiter Trévise : les 14 choses à faire sur place

Commençons par les choses à faire et à voir lors d’une visite de Trévise.

> Déambuler le long des canaux de Trévise

Comme sa prestigieuse voisine, Trévise est célèbre pour ses canaux. Vous ne pourrez pas les manquer, ils représentent même l’attraction touristique numéro 1 de Trévise. Le canal principal qui traverse la ville de part en part s’appelle Canale Buranelli, du nom d’une grande famille commerçante locale. Je vous recommande de suivre son tracé dans la ville : vous marcherez dans des endroits vraiment sympas, piétons la plupart du temps, et vous découvrirez de jolis édifices, des passages dérobés, des ponts charmants, et une végétation étonnante (beaucoup de saules pleureurs, ces arbres si élégants, bordent le canal).

J’ai adoré visiter Trévise via ses canaux, c’est vraiment apaisant et reposant, surtout qu’il n’y a pas grand monde car Trévise est assez peu touristique (la plupart des gens vont visiter Venise, et zappent cette petite ville pourtant charmante). Alors c’est sûr qu’il n’y a pas autant de canaux qu’à Venise et que vous aurez vite fait le tour de ceux de Trévise, mais quand même, prenez le temps de les parcourir, vous allez probablement être surpris !

> Voir les ponts de Trévise

Au cours de votre visite de Trévise, vous allez passer par un grand nombre de ponts. Certains sont vraiment mignons, en bois, en pierre, ou en acier, et méritent un coup d’œil (et une jolie photo). La plupart d’entre eux se trouvent sur le Canale Buranelli, par exemple le Ponte della Malvasia qui offre l’une des plus belles vues de la ville traversée par les eaux (on peut même se poser aux tables d’un café qui a la bonne idée de se trouver juste là).

J’ai aussi bien aimé le pont de l’Université qui enjambe le fleuve Sile. Celui de San Francesco aux allures romaines, où passe le canal Cagnan sur la Via Campana, mérite aussi d’être admiré depuis l’espace vert juste à côté (il y a des bancs). Alors, certes, aucun de ces ponts n’atteint la grandeur et la beauté de ceux de Venise (notamment le Rialto), ni même du Ponte Vecchio que l’on peut voir à Florence, mais je leur trouve un certain charme, et ils font clairement partie de l’identité de Trévise.

> Voir les moulins à eau

Autre curiosité que vous allez découvrir en flânant le long des canaux : les moulins à eau. Il y en a plusieurs en parfait état le long du canal Cagnan, que je mentionnais plus haut, notamment de part et d’autre de « l’île aux poissons », dont je vais vous parler plus bas. Ces moulins sont en excellent état et semblaient même fonctionner à mon passage (si j’ai bien compris ils fournissent l’électricité de l’île aux poissons, justement).

> Faire un tour sur l’île aux poissons

L’île aux poissons (de son nom italien « isola della pescheria ») est l’un des endroits à ne pas manquer lors d’une visite de Trévise. Il s’agit d’une petite île formée par la séparation en deux cours d’eau du canal Cagnan sur laquelle a été installé un marché au poisson et aux fruits de mer. Perso je ne mange ni l’un ni l’autre, et les odeurs de ce genre d’endroit ont vite tendance à m’écœurer, donc j’ai fait juste un passage rapide pour voir à quoi ça ressemble et vous prendre quelques photos. Privilégiez le matin pour vous y rendre, car l’après-midi ils ont tout remballé.

Si vous avez envie de profiter de l’ambiance des lieux, sachez qu’il y a plusieurs cafés juste avant le pont principal qui mène à l’île, avec une terrasse sympa et la vue sur les deux bras du canal. Et si vous êtes attentif, vous verrez dans l’un des deux cours d’eau, la statue d’une petite sirène.

> Voir la Piazza dei Signori

La Piazza dei Signori (place des Seigneurs) est la plus grande et la plus belle place de la ville. Vous ne pourrez pas manquer de tomber dessus lorsque vous allez visiter Trévise, elle se trouve au cœur de la ville et tous les chemins semblent y mener. On peut y admirer le palais du Podesta avec sa grande tour caractéristique (Torre Civica, en photo ci-dessus), qui abrite aujourd’hui les bâtiments municipaux, ou encore les palais de Trecento et de Pretorio, dont la magnifique façade date du 17e siècle.

Tout autour de la place, vous trouverez des terrasses ombragées et leurs cafés cachés sous les arcades, n’hésitez pas à vous poser (je reparle des bonnes adresses pour boire un verre un peu plus bas), c’est un super spot pour regarder les habitants aller et venir, et « sentir » vraiment la ville.

> Visiter Trévise en se perdant dans ses ruelles

Une des choses les plus sympas à faire à Trévise, c’est tout simplement de flâner dans les ruelles du centre historique et de s’y perdre, au gré de ses envies. Quand une petite rue pavée vous fait de l’œil, engouffrez-vous-y, allez y découvrir ce qui s’y cache. C’est à mon sens la meilleure façon de visiter la ville, car il n’y a pas vraiment de « bâtiment immanquable » comme dans la majorité des grandes villes italiennes, mais plutôt une atmosphère tranquille à saisir et à savourer. Laissez-vous porter par vos pas dans les ruelles pavées du centre de Trévise, vous ne le regretterez pas.

> Se promener sur les remparts de Trévise

La ville de Trévise est cernée par des remparts médiévaux franchement bien conservés par endroits, et encore bordés de « douves ». Une suggestion de visite si vous avez le temps et envie de sortir des ruelles du centre, c’est de faire un tour sur les murailles, généralement aménagées en une sorte d’espace vert, parfait pour une promenade tranquille, avec des bancs à intervalle régulier si vous avez envie de vous poser.

On peut faire un tour quasi complet de la ville via ses remparts, et donc découvrir une facette de Trévise qu’on n’aurait pas eu en visitant simplement le cœur historique (mais faire le tour complet n’est pas nécessaire, ça devient assez vite redondant je trouve). Ce n’est pas l’immanquable absolu de la ville, hein, soyons clair, mais si vous passez à proximité, n’hésitez pas à faire un bout de chemin le long des remparts, c’est sympa.

Notez qu’il y a aussi, par endroits, des portes médiévales bien conservées, mais peu mises en valeur. Notamment la porte Santi Quaranta, près de laquelle les jeunes trévisans aiment se réunir en journée comme en soirée, dès que le temps le permet.

> Faire vos courses sur le marché San Parisio

Un endroit que j’ai trouvé très sympa et qui sent bon l’Italie, c’est la place San Parisio, où se trouve un marché quotidien de fruits, légumes, et autres produits frais. Il n’y a pas énormément de stands, mais j’adore l’ambiance qui y règne, avec les locaux qui s’y retrouvent et passent au moins autant de temps à se raconter les dernières nouvelles qu’à faire leurs emplettes. Je vous conseille de venir le matin, idéalement assez tôt, car à partir de 12h30 / 13h il n’y a plus grand chose, et les stands sont fermés l’après-midi.

> Voir la place San Vito

Voilà une jolie petite place animée avec notamment un très beau bâtiment aux arches m’ayant rappelées celles de Bologne. On y trouve aussi plusieurs terrasses de café pour se poser un moment et savourer l’ambiance détendue de Trévise. Rien d’exceptionnel, pas de quoi s’extasier devant une architecture dingue, mais un coin vraiment sympa pour se détendre un moment et faire une pause agréable pendant sa visite de Trévise.

> Voir (ou pas) les églises de Trévise

Dans toutes les villes que j’ai visité en Italie du nord, j’ai eu l’impression que les églises et les cathédrales étaient au centre de l’architecture urbaine. Là à Trévise j’ai été surpris de constater qu’elles se faisaient plus discrètes et que la ville semblait s’articuler autrement. La cathédrale de Trévise est hyper sobre, presque modeste malgré sa taille imposante. A première vue, on croirait même se trouver devant un palais de justice ou un quelconque bâtiment administratif, et elle n’appelle pas spécialement à la visite. D’ailleurs l’intérieur est assez quelconque, seule la crypte mérite véritablement un coup d’œil. Essayez tout de même d’en faire le tour par l’extérieur, vous passerez par des toutes petites ruelles pavées franchement superbes.

Les autres édifices religieux de Trévise sont dans la même veine, peu d’intérêt touristique globalement. J’ai bien aimé l’église Santa Maria Maggiore, notamment sa façade gothique vénitien (ça c’est sa page Wikipédia qui me l’apprend car je ne le savais pas, je l’ai juste trouvé jolie). Mais clairement on ne vient pas à Trévise pour visiter les églises.

> Visiter le Quartier Latin de Trévise

Le centre historique de Trévise est constitué de petites ruelles piétonnes (ou semi-piétonnes), traversé de part en part par des canaux le long desquels il est agréable de flâner. Dans l’expansion sud du centre ville, là où le canal Cagnan et la rivière Sile se rejoignent, se trouve un tout nouveau quartier (créé en 2006) : le Quartier Latin. Alors on est bien loin du Quartier Latin parisien avec ses restaurants et ses bars branchés, là c’est plutôt un coin calme, un peu trop même à mon goût. Les maisons sont propres et belles mais j’ai trouvé ça un peu triste, manquant totalement de vie et d’authenticité. Pourtant la ville de Trévise semble essayer d’en faire une zone touristique, mais j’ai trouvé ça très lisse, très aseptisé, et franchement sans grand intérêt. Le cœur historique de la ville est tellement plus passionnant à parcourir. Allez-y pour vous faire une idée, je suis curieux de savoir si vous partagerez mon avis.

> Voir les fontaines et les sculptures de Trévise

Il y a plusieurs fontaines qui méritent d’être vues lors de votre visite de Trévise. La plus curieuse date du 16e siècle. C’est la Fontana del Tette, qu’on pourrait traduire par « fontaine des seins », et dont l’eau jaillit, vous l’aurez deviné, de la poitrine de la jeune femme représentée. Il faut vraiment savoir qu’elle existe car il est quasi impossible de tomber dessus en flânant au hasard, comme j’aime le faire habituellement. Vous la trouverez dans une cour intérieur de la très étroite Calle del Podesta, au milieu de boutiques de vêtements (ici précisément).

Autrement, si vous aimez les sculptures, vous pouvez faire un saut par la via Luigi Bailo où se trouve la « fontana dei Tre Visi », qui fait référence au nom de la ville (Treviso en italien), et où on peut admirer un buste surmonté de trois visages identiques, l’ensemble étant assez malaisant je trouve (c’est peut-être le but recherché par l’artiste). Dommage juste qu’elle ne soit pas davantage mise en valeur, on dirait qu’elle a été posée là à l’arrache, dans son coin, faute de mieux. Elle se trouve là.

> Visiter le musée Bailo

Si vous aimez les musées, vous pouvez profiter de votre visite de Trévise pour faire un tour au musée Bailo, qui a été rénové récemment. Vous y trouverez des expositions d’art moderne ainsi qu’une section archéologique composée principalement d’objets de l’époque vénitienne. L’entrée coûte 9€ à plein tarif. Adresse : Borgo Cavour 24.

> Visiter Trévise de nuit

Si vous avez fait le choix de rester dormir sur place, alors je vous conseille vivement de retourner visiter Trévise une fois la nuit tombée, ça vaut vraiment le coup d’œil.

L’éclairage tamisé met parfaitement la ville et ses atouts en valeur. Les italiens remplissent les bars et les restaurants, et la ville s’empare d’une douce animation générale. Les canaux et les murmures de l’eau créent une ambiance particulièrement romantique qui plaira aux amoureux. Bref, j’ai adoré refaire un tour dans Trévise à la nuit tombée, j’en garde d’excellents souvenirs.

Où loger à Trévise

Maintenant que vous savez ce qu’il a à faire et à voir à Trévise, passons aux endroits où loger. Dans cette partie, je vous partage ma sélection d’hébergements.

> Où loger à Trévise avec un petit budget

Voici deux hôtels qui proposent des chambres de qualité à partir de 60-65 euros par nuit. D’abord celui-là dont certaines possèdent, plaisir non négligeable, une jolie petite terrasse individuelle. La déco est soignée, l’emplacement est idéal (moins de 10 minutes de marche de la gare, à peine 5 de la place centrale). Bref, nickel pour les petits budgets.

L’autre option c’est celui-là, à deux pas du fleuve Sile, à l’entrée du quartier latin. Environnement très calme, avec la gare à tout juste 800 mètres, mais je trouve que les chambres font un peu plus vieillotte. Ça serait mon second choix, personnellement, mais à garder sous le coude car les prix sont vraiment attractifs.

> Où loger à Trévise pour se faire plaisir

Si vous avez le budget pour vous faire plaisir lors de votre séjour à Trévise, alors voici mes suggestions. D’abord regardez du côté de cette maison d’hôte qui a su allier à la perfection le charme de l’ancien et le confort du moderne, le tout avec un accueil aux petits oignons de la part de Luca, le maître des lieux. Emplacement hyper central, dans une ruelle calme en retrait de la Piazza dei Signori, au calme, à deux pas des canaux. Top !

Vous pouvez aussi regarder les prestations de cet établissement, aux chambres spacieuses et élégamment décorées. Là aussi, situation idéale en plein centre de la ville de Trévise, parfait pour découvrir la ville tranquillement. Enfin, une valeur sûre à Trévise, le My Place Vittoria, qui propose des appartements récemment rénovés dans un style très moderne. A vous de voir parmi ces suggestions ce que vous préférez (lisez bien les commentaires, ils sont souvent plus précise que le descriptif « officiel ») !

> Où loger quand on veut principalement visiter Venise

Si vous n ‘avez pas envie de vous ruiner avec un logement à Venise, alors prendre un hébergement à Trévise et se rendre à Venise en train tranquillement pour y passer la journée est une excellente option. Dans ce cas, l’idéal c’est d’être près de la gare afin d’éviter de perdre trop de temps à traverser Trévise. Et bonne nouvelle : l’un des hébergements qui propose le meilleur ratio qualité-prix de Trévise se trouve justement à côté de la gare. C’est celui-ci. Chambre au top, pas trop chère (autour des 60€ la nuit, à pondérer selon la saison), salle de bain spacieuse, et accueil au top. Difficile de faire mieux !

Où sortir à Trévise : mes bons plans

Maintenant que vous savez que visiter à Trévise et où vous loger pour en profiter pleinement, parlons de ce qui compte le plus lors d’un voyage en Italie : la bouffe. Dans cette partie, je vous partage mes bonnes adresses pour bien manger et pour boire un verre à Trévise.

> Où bien manger à Trévise : les meilleurs restaurants

J’ai eu l’occasion de tester pas mal de restaurants lors de mon séjour à Trévise. Globalement, sachez qu’on mange très bien dans cette ville, pour des prix qui sont quasiment divisés par deux par rapport à Venise. Je n’ai jamais eu le sentiment de rentrer dans un piège à touristes, les restos sont fait d’abord pour plaire aux locaux (qu’il faut bien fidéliser pour avoir une chance de durer). Voici ci-dessous les endroits que j’ai testés pendant mon séjour.

Commençons par le meilleur à mon goût : le restaurant Michi (adresse : Via Campana 45), où je me suis régalé (et c’est rien de le dire !). Une ambiance cosy et chaleureuse, une serveuse attentive prenant le temps de traduire en anglais les subtilités du menu que je ne comprenais pas, et surtout une cuisine absolument délicieuse, raffinée sans être prétentieuse, bien présentée, en quantité plus que suffisante pour un prix franchement très abordable. Mon vrai coup de cœur culinaire à Trévise, allez-y les yeux fermés.

Autre suggestion pour bien manger à Trévise : l’Osteria Arman (Via Manzoni 27). C’est mon hôte qui me l’a recommandé, et je peux vous dire que j’ai galéré pour le tester : c’était systématiquement plein à craquer et on m’a refusé deux soirs de suite, j’ai dû finir par réserver pour avoir une table le lendemain. Lieu très populaire parmi les locaux, on y mange bien, en grosse quantité, dans une atmosphère très « bistro ». Seul petit bémol : c’était un poil plus cher que la moyenne des restaurants que j’ai fait à Trévise.

Autre adresse très sympa : la Caffetaria La Torre (Via Paris Bordone 11). C’est le premier endroit que j’ai testé à Trévise, complètement par hasard. Je venais d’arriver de l’aéroport, ça faisait une bonne demi-heure que je marchais dans la ville et je commençais à avoir les crocs. Discrètement installée dans une petite ruelle, sa terrasse m’a fait envie. Je me suis posé et j’ai commandé le plat du jour (un risotto aux champignons) que j’ai dévoré. Bon et pas cher, servi rapidement avec le sourire, que demander de plus ?

Passons maintenant aux deux adresses sur lesquelles je suis un peu moins enthousiaste : le resto Antica Osteria Ai Carraresi (via Palestro, 42), qui se trouve dans le cœur historique de la ville, entre les canaux, et dont la déco soignée m’a fait de l’œil en passant devant. Beaucoup de fruits de mer sur la carte, avis aux amateurs (dont je ne suis pas). Globalement je l’ai trouvé un peu cher mais plutôt bon pour le salé. En revanche grosse déception sur les desserts, notamment le tiramisu, qui est sensé être une invention de Trévise : il était énorme mais alors vraiment pas terrible. Et surprise sur la note, ils facturent 1,50€ le couvert (c’est souvent le cas en Italie) mais ce n’était pas précisé sur le menu (alors qu’en général c’est le cas). Le personnel était souriant et anglophone, ce qui est pratique si vous ne parlez pas l’italien.

Et le dernier, sur la Piazza dei Signori, le resto La Proseccheria ai Soffioni. Mon hôte m’avait recommandé de goûter le « musetto con polenta e radicchio di Treviso » (sorte de saucisse accompagnée de polenta et d’une salade locale), j’ai donc répété un peu bêtement ma demande au serveur qui a eu l’air de savoir de quoi il s’agissait puisqu’il m’a ramené ma commande sans sourciller (mais sans jamais lâcher un sourire non plus). Bonne bouffe mais pas l’endroit le plus accueillant de Trévise.

Voilà pour ce qui concerne la nourriture, j’espère que vous trouverez votre bonheur là-dedans !

> Où boire un verre à Trévise

J’ai passé plus de temps dans les restaurants que dans les cafés ou les bars, mais voici quand même quelques suggestions. Notez qu‘on peut aussi généralement manger un morceau dans ces établissements.

D’abord, si vous voulez boire un verre dans une ambiance cosy, vous pouvez aller au Malvasia (adresse : Vicolo Trevisi 29), dont les tables et les sièges sont fait à partir de troncs d’arbre. La déco est très « forestière » et en même temps très colorée, c’est assez original. Sa terrasse verdoyante surplombe le canal Buranelli, ce qui lui donne un côté romantique.

Dans un style différent, j’ai bien aimé la Cantinetta Venegazzu (adresse Piazza Ancilotto 2), qui fait presque penser à un bar à tapas dans l’esprit, car on peut accompagner notre verre de vin par des tartines (des cicchetti, spécialité vénitienne), le tout dans une ambiance chaleureuse. Dans le même esprit, vous pouvez tester l’Hosteria Dai Naneti (Vicolo Broli 2), qui propose des plateaux de charcuterie à déguster avec son vin rouge.

Deux endroits très sympas pour une pause sucrée en journée : Crich Corner, sur la rue Barberia, et Camelia Bakery, dont la petite terrasse est vraiment adorable. Ils font des gâteaux à tomber. Enfin je re-mentionne la Torre, dont je parlais dans la partie consacrée aux restos, car en journée ils font aussi des cafés, chocolats (excellents !), accompagnés de gâteaux.

J’ai été surpris de ne pas trouver plus de bars ou de pubs dans le centre de la ville, pourtant j’ai vu pas mal de jeunes (en journée en tout cas). Si jamais lors de votre visite de Trévise vous dénichez des bars sympas qui proposent des bières locales, n’hésitez pas à me faire signe, je les rajouterai.

Les transports à Trévise : s’y rendre et se déplacer

Parlons maintenant des transports à Trévise : comment s’y rendre, comment circuler une fois dans la ville, comment aller jusqu’à Venise, etc.

> Comment venir jusqu’à Trévise depuis la France

Trévise possède un (petit) aéroport international, principalement utilisé par des compagnies low-costs comme Ryanair. Il y a des vols réguliers depuis plusieurs villes françaises (Toulouse, Marseille et Paris-Beauvais à l’heure où j’écris ces lignes, mais soyez attentif car ça évolue souvent), et des prix autour de 30-40€ l’aller-retour actuellement.

Je vous conseille de regarder les horaires et les tarifs sur un comparateur comme celui-là, qui permet de faire des recherches à dates ouvertes (et donc de payer beaucoup moins cher son billet d’avion si on est un minimum flexible sur ses dates de voyage).

L’autre option pour se rendre à Trévise en avion, c’est de voler jusqu’à l’aéroport de Venise et de prendre le train ensuite (je reparle de comment aller de Venise à Trévise un peu plus bas).

Enfin, en train, sachez qu’il est possible de faire Paris – Trévise en train pour une somme pouvant aller de 50 à 140€, selon votre degré d’anticipation et les horaires choisis. Par contre il faut compter entre 10 et 12 heures pour faire le trajet, avec une correspondance à Milan puis une autre à Venise. C’est faisable, mais disons que pour un séjour de 2-3 jours sur place, passer 24 heures aller-retour dans un train, ça fait long, de mon point de vue.

> Comment aller de l’aéroport de Trévise au centre ville

Vous avez plusieurs options pour aller de l’aéroport de Trévise au centre de la ville.

>> Avec la navette

La première option, c’est de prendre la navette, un bus rouge de la compagnie Airlink (qu’on attrape juste en sortant du hall des arrivées, de l’autre côté de la rue). Elle vous dépose juste devant la gare centrale de Trévise en dix minutes.

Dans le sens du retour, c’est-à-dire de Trévise centre vers l’aéroport, elle se prend exactement au même endroit (devant la cahute rouge « Airlink » en face de la gare).

Au niveau du tarif, vous avez le choix entre payer 4€ ou 6€. C’est bizarre hein, mais voilà l’explication : il s’agit en fait d’un pass transport illimité sur tout le réseau de bus MOM (les transports en commun de Trévise) pendant, au choix, 48 ou 72 heures. 48 heures si vous prenez le billet à 4€, 72 heures si vous prenez celui à 6€. Les tickets peuvent s’acheter à l’office de tourisme qui se trouve dans l’aéroport (ça vous permet d’en profiter pour poser vos questions sur votre visite de Trévise) ou au chauffeur (qui sera probablement moins loquace sur ce sujet).

En terme de fréquence, il faut compter un bus toutes les 30 minutes entre 6h et 22h.

>> Avec le bus de ville

L’option la moins chère pour aller de l’aéroport au centre ville de Trévise, c’est de prendre le bus de ville classique (la compagnie MOM). C’est la ligne 6 qui fait le trajet aéroport – gare ferroviaire (l’arrêt s’appelle « Stazione FS »). Comptez environ 10 minutes de route. Vous trouverez l’arrêt de bus en sortant de l’aéroport vers la droite, à 150 mètres de là.

Le ticket coûte 1,50€. Il faut l’acheter dans l’aéroport pour l’avoir à ce tarif, car dans le bus il coûte 2,50€. Ils en vendent au point d’info touristique, ainsi qu’à certains stands qui vendent des tickets de bus pour Venise.

Pour le chemin du retour vers l’aéroport, le bus 6 se prend au niveau du H&M de Trévise, juste à l’angle de la route, ou bien face aux colonnes de la cathédrale (côté cathédrale). Vous ne serez probablement pas seul, de toute manière, et les italiens se feront un plaisir de vous renseigner si vous avez une hésitation.

>> En taxi

Dernière option pour rallier Trévise depuis son aéroport : le taxi. La course coûte théoriquement 15€ pour vous déposer où vous le souhaiter dans le cœur de la ville, donc dix fois plus cher que le bus. Sachez juste que selon l’adresse de votre hébergement, le taxi ne pourra pas forcément s’y rendre précisément car certaines rues sont entièrement piétonnes. C’est l’option à privilégier si vous avez beaucoup de bagages ou si vous avez des difficultés de mobilité, car sinon le bus suffit largement de mon point de vue.

> Comment se déplacer une fois dans la ville

Trévise est une petite ville et vous n’aurez pas besoin d’autre chose que vos jambes pour vous déplacer une fois dans la ville. Que ce soit pour faire le trajet entre la gare ferroviaire et votre hébergement lors de votre arrivée, ou bien pour aller d’un point d’intérêt touristique à un autre, vous n’aurez jamais beaucoup plus d’un kilomètre à parcourir (donc en gros 20-25 minutes de marche).

En plus, les ruelles de Trévise sont vraiment sympas, et le fait de marcher dans la ville vous permettra de découvrir ici ou là des petites places, des cours intérieures, des canaux bordant des maisons colorées. Bref, non seulement c’est simple de tout faire à pied, mais c’est même franchement recommandé pour savourer Trévise à sa juste valeur.

> Comment aller de Trévise à Venise (et inversement)

La manière la plus simple et la plus rapide pour aller de Trévise à Venise, c’est le train. Il se prend à la gare ferroviaire qui se trouve en centre ville de Trévise (ici précisément), et 40 minutes plus tard vous arrivez à la gare Santa Lucia de Venise, dont le parvis donne directement sur le grand canal. Le ticket coûte 3,80€ à l’heure où j’écris ces lignes. Il s’achète en gare, sur les bornes automatiques ou au guichet, jusqu’à quelques minutes avant le départ.

En moyenne, il y a au moins deux trains par heure en journée, ce qui donne énormément d’options pour aller et venir entre les deux villes. Allez voir sur le site de la compagnie ferroviaire italienne, Trenitalia, pour les horaires et les tarifs exacts au moment de votre séjour car ça peut évidemment évoluer.

Pour le retour vers Trévise depuis Venise, même topo : rendez-vous à la gare Santa Lucia, achetez vos billets sur les bornes automatiques, grimpez dans votre train, et au bout de 40 minutes de trajet vous arriverez en gare de Trévise.

Autres infos pratiques pour préparer votre visite de Trévise

S’il vous reste des questions concernant l’organisation de votre visite de Trévise, j’y réponds probablement ci-dessous.

> Combien de temps pour visiter Trévise

Trévise est une petite ville, vous en ferez le tour assez vite. Même en prenant votre temps, une journée complète sur place suffit pour parcourir les canaux, flâner sur l’île aux poissons, et admirer l’essentiel des bâtiments qui méritent de l’être (et même de tester un bon restaurant au passage !). Rajoutez une demi-journée pour faire le tour des remparts, et éventuellement voir un musée ou une galerie, et c’est largement suffisant. Au-delà de ça, vous allez vous ennuyer (et si vous avez plus de temps, allez voir Venise qui se trouve juste à côté, c’est tellement magique !).

Si vous voulez inclure une visite de Trévise dans un séjour à Venise, c’est simple : un aller le matin, un retour en fin d’après-midi, et l’affaire est réglée.

A l’inverse, si vous voulez inclure une visite de Venise dans un séjour à Trévise, vous pouvez consacrer deux journées pleines à Venise et deux demi journées à Trévise (le jour de votre arrivée et celui de votre départ), donc théoriquement un total de trois nuits sur place (à ajuster selon les horaires de vos vols, afin d’avoir quand même le temps de visiter Trévise correctement).

Voilà en gros, j’espère que je suis assez clair dans mon explication. En tout cas, pas plus de deux jours entiers pour Trévise, sinon vous allez tourner en rond.

> A propos de la sécurité à Trévise

Contrairement à sa voisine Venise où les attrape-touristes sont partout, Trévise est la ville parfaite pour passer un séjour reposant sans se demander systématiquement si on va se faire arnaquer au restaurant ou emmerder par des vendeurs de babioles à chaque coin de rue. Le centre de Trévise est vraiment sûr, à l’exception peut-être des environs immédiats de la gare (comme souvent dans les villes même de taille moyenne en Europe, malheureusement).

Même lors de nos promenades nocturnes, avec ma compagne on ne s’est jamais senti en insécurité lors de notre visite de Trévise. Alors ça ne dispense pas de faire preuve de la vigilance habituelle (vérifier que personne ne se tient trop près de vous quand vous retirez des sous, ou bien ne pas se promener avec des liasses de billets qui dépassent des poches, par exemple), et on n’est jamais à l’abri de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, mais franchement pas de crainte particulière à avoir à Trévise, c’est tranquille.

> Quel budget prévoir pour votre séjour

Là encore, j’ai été vraiment très surpris de constater à quel point le coût de la vie est abordable à Trévise par rapport à Venise : on n’est pas loin de diviser les prix par deux, voire même par trois dans certains domaines. Vous pouvez avoir une chambre tout à fait décente chez l’habitant pour 50€ la nuit, ou bien un hôtel de qualité pour une somme à peine plus élevée. A ce prix là à Venise, vous avez un lit en dortoir, et encore. Au restaurant, vous pouvez facilement diviser les prix par deux par rapport à ce de Venise (à prestation équivalente bien sûr).

Pour être un peu plus précis, d’une manière générale, je dirais que vous pouvez compter sur des prix globalement de 20% inférieur à ce que l’on pourrait trouver en France, pour une ville et des prestations comparables. Bref, Trévise offre à ses visiteurs de quoi se faire plaisir sans se ruiner, c’est bien agréable !

> Quand venir visiter Trévise

La météo de Trévise permet de visiter la ville à peu près toute l’année. Comme souvent en Europe, vous aurez plus de chance d’avoir du froid et de la pluie en hiver, et du beau temps l’été (waouh, merci pour l’info Jérémy !). Évitez quand même juillet-août si vous n’aimez pas les grosses chaleurs car le thermomètre peut monter haut, en cette période. L’arrière-saison et le printemps sont généralement deux bonnes périodes pour visiter Trévise.

En terme d’affluence touristique, la ville accueille peu de touristes quelle que soit la saison, bien qu’aux beaux jours il y ait, forcément, un peu plus de monde qu’en plein mois de janvier. Si vous n’aimez pas la foule, vous n’aurez pas à vous creuser trop les méninges pour trouver la période idéale pour visiter Trévise : peu importe quand vous vous y rendrez, vous n’aurez jamais à jouer des coudes pour vous déplacer dans ses ruelles.

> Où trouver l’office de tourisme de Trévise

Si jamais vous en avez besoin, voici l’adresse de l’office de tourisme de Trévise : Piazza Borsa 4 (ici exactement). Le bâtiment est énorme, presque démesuré pour une ville si peu touristique comme l’est Trévise. J’y ai trouvé le personnel très sympathique et parlant un peu le français (mais c’était pas suffisant pour obtenir des réponses claires à mes questions, heureusement pas de problème avec l’anglais).

Notez qu’il y a un point d’info touristique dans le hall des arrivées de l’aéroport de Trévise, avec un personnel d’une gentillesse incroyable et d’une patience à toute épreuve (j’ai posé une quantité délirante de questions car j’avais besoin de tout un tas d’infos pour préparer mes différents guides de voyage sur la région).

Mon avis sur Trévise

Voilà, on arrive au terme de cet article qui, je l’espère vous aura donné envie de visiter Trévise (et accessoirement donné des idées de choses à faire et à voir sur place).

Perso, j’ai vraiment beaucoup aimé cette petite ville. Alors, pas seulement d’un point de vue purement touristique, car c’est clair que ce n’est pas la plus belle ville d’Italie, loin de là. Il n’y a même pas tant de choses à faire que ça en dehors de flâner le long des canaux (ce qui se fait assez vite). Ce qui m’a séduit, c’est surtout son atmosphère, sa tranquillité, son authenticité absolue tant la ville est préservée du tourisme de masse (tout le monde est à quelques kilomètres de là, dans la magnifique ville de Venise). Les italiens qui vivent à Trévise sont détendus, gentils, serviables. On peut s’y faire plaisir sans se ruiner car la ville possède d’excellents restaurants qui visent une clientèle locale (et c’est peu dire que la bouffe italienne est bonne !).

Bref, tout ça pour vous dire que Trévise est vraiment une destination qui a su me séduire. Alors soyons clair, s’il n’y avait pas Venise juste à côté, je ne sais pas si j’aurais eu l’idée de m’y rendre en premier lieu, mais du coup j’ai fait d’une pierre deux coups : un séjour à Trévise et des trajets à Venise pour la faire découvrir à ma compagne. Top !

> Comment soutenir mon travail :

Si ce guide de Trévise vous a été utile, et si vous avez envie de me remercier pour mon travail, vous pouvez faire un truc tout simple : passer par les liens qui se trouvent dans mes articles quand vous réservez vos voyages (hébergement, billets d’avion, activités, …). Certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change quoi que ce soit au montant que vous réglez, et les gains obtenus me permettent de payer les frais de fonctionnement du blog, et continuer de publier régulièrement des guides détaillés sur les destinations où je me rends.

Et si vous avez envie d’être encore plus concret dans votre soutien, vous pouvez tout simplement me faire un don sur cette page. Merci d’avance !

Voilà, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une excellente visite de Trévise, j’espère que ça vous plaira !

Bon voyage et à bientôt sur mon blog !

Jérémy