Conduire en Irlande : 24 choses à savoir absolument avant de vous lancer

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous allez devoir conduire en Irlande lors de votre visite de ce beau pays ? Vous avez des appréhensions, vous cherchez des conseils de ceux qui l’ont déjà fait ? Vous êtes au bon endroit ! Dans cet article, vous allez trouver les 24 choses à savoir absolument avant de prendre la route en Irlande, que ce soit avec votre propre voiture ou avec une location. Bonne lecture !

Au sommaire de cet article

Quelle voiture pour conduire en Irlande ?

L’Irlande étant une île, la première question qui se pose quand on décide de se faire un road-trip là-bas, c’est : faut-il emmener sa voiture via le ferry, ou en louer une sur place ? Voici mon avis sur la question.

Infos pratiques :
> Pour louer une voiture en Irlande, regardez les offres sur cette page, il y a d’excellents deals !
> Si vous venez en avion, il y a moyen de dénicher des aller-retours à 50€ sur ce site.
> Achetez une bonne carte routière de l’Irlande, ça vous sera utile !
> Emmenez aussi ce guide pratique pour ne rien manquer sur place !

> Venir avec sa propre voiture ou en louer une sur place ?

Il y a deux gros avantages au fait de conduire en Irlande avec votre véhicule français.

>> Les avantages de conduire en Irlande avec une voiture française

Le premier avantage, c’est qu’avec la plaque d’immatriculation, on vous identifie tout de suite comme “potentiellement dangereux / lent / susceptible de faire des trucs bizarres”. Ce qui veut dire que l’irlandais va vous laisser un peu de marge de manœuvre, éviter de trop vous coller, et être plus patient si vous cherchez votre chemin. Sachez en plus que de nombreux irlandais ont déjà conduit sur le continent et sont donc capables de comprendre la difficulté que vous rencontrez avec la conduite à gauche. Ils seront donc plus tolérants.

Le second point, c’est que vous connaissez bien votre voiture, vous avez une excellente maîtrise de votre véhicule, ce qui peut s’avérer précieux en cas de réaction d’urgence ou de passage délicat (ça arrivera si vous prenez des toutes petites routes paumées : un mouton déboulera sur la route devant vous, ou vous devrez jongler avec les nids de poule, etc…). Sans compter que si vous l’abîmez un peu, vous n’aurez pas le risque de vous taper une somme faramineuse à rembourser à l’agence de location.

>> Les inconvénients de conduire en Irlande avec une voiture française

Il y a quelques inconvénients au fait de conduire en Irlande avec une voiture française.

Les deux principaux sont liés à la position du conducteur et du manque de visibilité que cela entraîne dans certaines situations : les dépassements et les voies d’insertion. Dans les deux cas, vous êtes du mauvais côté. Si vous avez un copilote, pour les dépassements vous devrez compter sur lui pour vous indiquer le moment où vous pouvez vous engager. Pour les voies d’insertions, redoublez de prudence en regardant attentivement dans votre angle mort (qui sera dans le coin opposé de votre voiture).

>> Comment venir en Irlande depuis la France avec sa propre voiture

A ma connaissance il n’y a que deux compagnies qui proposent des liaisons en ferry entre la France et l’Irlande.

Celle que j’ai prise, c’est Irish Ferries : le départ est à Cherbourg et l’arrivée soit à Dublin, soit à Rosslare (petit port au sud-est de l’Irlande), en fonction de la ligne choisie. L’autre option, c’est de partir de Bretagne avec la compagnie Brittany Ferries : embarquer à Roscoff et arriver à Cork, dans le sud de l’Irlande.

Pour ma part, avec Irish Ferries, en m’y prenant 3 mois à l’avance, je m’en suis sorti pour 290€ aller-retour, avec deux personnes et un véhicule, ce qui est un tarif correct à mon sens.

Si ça vous intéresse, je pourrais écrire un article détaillé sur comment prendre le ferry pour l’Irlande (faites m’en part via le formulaire de contact). Si vous avez déjà opté pour l’option ferry et que vous partez de Cherbourg, je vous recommande de résider dans cet hôtel qui se trouve juste à côté du port. Cela vous évitera de perdre du temps dans les bouchons et de devoir traverser la ville avant d’embarquer.

Louer une voiture en Irlande : ce qu’il faut savoir

L’autre option pour conduire en Irlande, c’est évidemment de louer une voiture sur place.

> Comment louer votre voiture moins cher :

Le prix d’une voiture de location en Irlande est variable en fonction de la marque et du modèle que vous choisirez, de votre expérience comme conducteur, et de la compagnie chez qui vous allez louer.

Hors saison, il est possible de trouver des voitures à 20€/jour, avec assurance et kilométrage illimité. En pleine saison, comptez au moins 30€. Pour trouver le meilleur tarif, le site que j’utilise (et que je vous recommande) est celui-ci.

Pour avoir le meilleur prix, je vous encourage vraiment à :
réserver votre véhicule à l’avance (plus vous louez en dernière minute, plus les prix montent)
passer par un comparateur de prix (genre celui-ci que je trouve très bien fait) pour éviter de payer le prix fort.

Pour la caution de la voiture, le loueur vous demandera souvent une carte de crédit internationale (la plupart de nos cartes bancaires en France sont des cartes de débit ; la différence est parfaitement expliquée dans cet article). Rapprochez-vous de votre banque pour être certain de partir avec ce qu’il faut et éviter une mauvaise surprise à votre arrivée.

D’ailleurs, sachez que le prix de la caution peut être très élevé en Irlande (ce n’est pas rare que l’on vous demande plus de 1000€). Pensez-donc à avoir la somme correspondante sur votre compte-courant au moment où vous allez récupérer le véhicule, sinon vous allez vous retrouver bloqué.

> Quelle voiture de location choisir pour conduire en Irlande

En terme de véhicule, je vous recommande de louer en fonction de vos besoins. Si votre itinéraire vous emmène de grande ville à grande ville, une petite voiture peut suffire. Mais si vous projetez d’aller un peu dans la nature, du type explorer les recoins du Connemara, alors je vous recommande vraiment de louer un 4×4 pour ne pas être emmerdé, c’est vraiment l’idéal ! D’ailleurs tous les irlandais qui habitent à la campagne roulent dans des énormes SUV. Au début je les prenais un peu pour des branleurs, mais quand j’ai vu l’état des routes, j’ai vite compris…

Pour ma part j’ai roulé en Irlande avec ma vieille Citroën C3, et sur certains chemins plein de nids de poule, je peux vous dire qu’elle faisait la gueule (et moi aussi).

Bien sûr cela dépend aussi de votre budget : vous pouvez explorer l’Irlande avec un petit véhicule, mais franchement vous serez plus à l’aise et vous risquerez moins de l’abimer si vous louez un gros truc tout terrain.

> Où louer et où ramener votre voiture de location

Je vous recommande de louer la voiture dès votre arrivée à l’aéroport (probablement celui de Dublin) et de la ramener au même endroit le jour de votre départ. Cela vous coûtera moins cher, et l’Irlande étant un petit pays cela ne sera pas très contraignant même si vous allez loin.

Comme pour chaque location de voiture, pensez à faire le tour avec le loueur avant de la prendre, et de faire noter la moindre petite rayure, afin d’éviter qu’on vous l’attribue à votre retour (et qu’on vous fasse payer le prix fort au passage). Peu d’arnaques sont répertoriées auprès des loueurs de voiture en Irlande, mais autant être prudent.

> Être jeune conducteur en Irlande

Si vous avez moins de 22 ans, ou si vous avez votre permis depuis moins de 5 ans (ou les deux), il peut être difficile de louer une voiture : les loueurs exigent de plus en plus des conducteurs expérimentés. A part vous renseigner en amont auprès des loueurs, je n’ai pas de conseils à vous donner. Si, en fait : partez avec votre propre voiture si vous en avez une, c’est la meilleure solution pour ne pas être emmerdé !

Code de la route en Irlande : les nouveaux réflexes à prendre

Dès que l’on conduit dans un nouveau pays (et encore plus quand dans ce pays on conduit à gauche), il faut adapter sa conduite et prendre de nouveaux réflexes pour respecter les nuances du code de la route. Les voici.

> S’adapter aux difficultés de la conduite à gauche

Les irlandais conduisent à gauche : c’est la base de leur code de la route. On a beau le savoir, ça fait quand même bizarre. Plusieurs fois, je me suis fait des coups de stress en croyant, un quart de seconde, qu’une voiture me fonçait droit dessus (je la voyais dans MA file… réflexe du conducteur continental). Bref, pour éviter les coups de volant intempestifs il faut acquérir rapidement de nouveaux (bons) réflexes afin de ne pas devenir un danger public (ni se mettre soi-même en danger). Voici lesquels.

>> Rester dans la bonne file après un changement de direction

C’est le premier réflexe important à acquérir quand on commence à conduire en Irlande. C’est aussi le plus difficile : réussir à se mettre dans la bonne file quand on change de direction. C’est difficile au début car une situation toute bête peut être perturbante : par exemple sur une 2×2 voies, il faut rester dans la file de gauche (et doubler par celle de droite).

La plupart du temps, en se concentrant un minimum, ce n’est pas très compliqué de rester à gauche. Le plus délicat à mon sens, c’est quand on est concentré sur autre chose : par exemple chercher son chemin, une adresse ou une rue précise. Notre focus n’est plus sur la voiture elle-même mais sur l’extérieur. On se met en mode pilote-automatique, et c’est là qu’on peut être dangereux : nos réflexes de conducteurs français peuvent revenir très vite.

Pour vous aider à rester à gauche, vous pouvez par exemple vous mettre un post-it sur le volant (ça sera utile à chaque redémarrage pour éviter de partir sur la mauvaise voie). Pour ma part, les premiers jours j’ai demandé à ma copilote de me rappeler de rester à gauche à chaque embranchement ou changement de direction. D’ailleurs le copilote a une grande importance dans la conduite en Irlande : laissez-le s’occuper de l’itinéraire, de la lecture des panneaux, du GPS, etc. Concentrez-vous uniquement sur la conduite au sens propre. Au moins jusqu’à être vraiment à l’aise avec le fait de conduire en Irlande, de leur côté de la route 🙂

>> Prendre les rond-points dans le bon sens

Je le mets parce que, d’avis général avec tous les gens à qui j’ai parlé qui ont conduit en Irlande, ce sont les ronds-points qui ont posé le plus de difficulté. Pourtant, je trouve qu’il est difficile de se tromper car la voie par laquelle on arrive sur le rond-point épouse déjà la forme dans laquelle il faut le prendre (vous avez déjà commencé à tourner sans être réellement déjà sur le rond-point). Il faut juste avoir le réflexe de regarder à droite plutôt qu’à gauche avant de s’engager (et ça j’en reparle en dessous).

>> Regarder du bon côté avant de s’engager (y compris dans les bons rétros)

En France, quand vous tournez à droite, il n’y a pas besoin de regarder si un véhicule arrive en face puisqu’on ne croise aucune voie de circulation. En Irlande, tourner à droite signifie couper la route des voitures arrivant en face. Pareil dans les ronds-points, où les voitures arrivent par le côté opposé à celui auquel on est habitué. Attention à ne pas s’engager trop vite en croyant le chemin dégagé.

Dans le même ordre d’idée, s’insérer sur l’autoroute : les voitures arrivent sur notre droite, il faut donc inverser ses réflexes, et vérifier dans notre rétro de droite qu’on peut s’engager, doubler, etc. Cela demande une petite gymnastique au début, puis on s’habitue vite.

Je vous invite vraiment à redoubler de prudence et à regarder partout avant de vous engager : tant pis si vous êtes un peu lent par moment, mieux vaut ça que provoquer un accident.

> S’adapter aux nouveaux panneaux de signalisation

A chaque fois que l’on change de pays, il faut s’adapter aux nouveaux panneaux. En Irlande, au niveau du code de la route, il y a assez peu de différence avec la France, donc vous vous y retrouverez vite.

>> A savoir sur les différents panneaux de signalisation

Les directions des grandes villes sont annoncées sur des panneaux verts quand il s’agit de route nationale, en bleu pour les autoroutes. Les petites routes régionales et leurs destinations sont sur des panneaux blancs. Les lieux touristiques sont indiqués sur des panneaux marrons. Comme chez nous, donc.

En revanche, certains panneaux sont nouveaux ou légèrement différents des nôtres, mais leur interprétation ne laisse jamais place au doute (vous trouverez quelques exemples en photo dans cet article).

Une des grosses différences entre la France et l’Irlande au niveau de la signalisation, c’est qu’il n’y a pas des panneaux de limitation de vitesse à longueur de route. Chez nous, sur une route départementale, il y a des passages à 70km/h à longueur de temps, parfois même à 50, etc. En Irlande, sur une route à deux voies simples, la limite est fixée à 100km/h. Même dans les hameaux, même quand il y a une succession de gros virages, même quand on passe devant une école. Par contre, ils vous bombardent de panneau “attention, école“, “ralentissez maintenant !“, “danger : virage dangereux“, etc. Je trouve ça intelligent : cela responsabilise le conducteur, et c’est là la vraie différence entre le code de la route irlandais et français.

Il y a certains passages, si on les prend à 100 à l’heure comme le permet la limitation de vitesse, on part dans le décor direct. Cela force les gens à faire preuve de bon sens au volant, j’aime bien cette façon de faire. A titre personnel, je préfèrerai qu’on aille dans cette direction en France, plutôt que de passer nos routes à 80km/h, mais bon, ce n’est pas le sujet de cet article.

>> Penser à lire les inscriptions au sol

Voici une autre petite différence sur la signalisation routière entre l’Irlande et la France : chez eux, il y a beaucoup d’inscriptions au sol. Soit pour inciter les gens à ralentir à l’approche d’un virage ou d’un bourg, soit pour indiquer une direction. Soyez donc attentif à ce qui est écrit par terre : ce ne sont pas des messages pour le fun :).

>> Faire abstraction des inscriptions en gaélique

Pratiquement partout où je me suis rendu en Irlande, il y avait des panneaux en gaélique, la langue celte parlée dans le pays avant que l’anglais ne prenne le dessus. Si vous êtes déjà allés en Bretagne (et peut-être dans d’autres régions de notre territoire), vous reconnaitrez le truc : la destination est écrite en capitale en anglais, puis en dessous, en italique en gaélique. Cela donne des panneaux à rallonge, que je trouve plus difficiles à déchiffrer d’un seul coup d’oeil. Encore une fois, c’est une habitude à prendre.

Là où ça devient plus embêtant, c’est dans les zones 100% gaéliques, où là l’anglais n’existe plus (ces régions s’appellent les gaeltacht). Je vous conseille donc d’avoir en tête le nom de votre destination dans les deux langues, sinon vous risquez de vraiment galérer…

> S’adapter à leurs limitations de vitesse

Là aussi, le code de la route irlandais diffère légèrement du nôtre. Pour conduire en Irlande, il faut bien sûr s’adapter à leurs limitations de vitesse. Les voici :
– en ville, c’est limité à 50km/h.
– sur les routes régionales et locales, à 80km/h.
– sur les routes nationales, c’est 100km/h.
– sur les autoroutes, c’est 120km/h.

Vous trouverez parfois des zones à 60km/h en périphérie de ville, ou à 30km/h dans des zones très spécifiques (l’hyper centre-ville, devant des écoles, …).

Sachez que tous les panneaux de signalisation affichent la vitesse en kilomètres par heure en Irlande. Par contre, si vous franchissez la frontière et que vous allez conduire en Irlande du Nord, là c’est en miles par heure que les vitesses sont affichées (pour info, 30mph équivaut environ à 50km/h, 50mph à 80km/h, et 60mph à 100km/h).

> Utiliser correctement les “passing places” et ne pas hésiter à se ranger

Voilà une vraie spécificité du code de la route irlandais, et qu’on n’a pas du tout chez nous : les passing places.

Si vous sortez des sentiers battus (et en Irlande ça serait franchement dommage de ne pas le faire), vous allez finir par rouler sur des toutes petites routes où il est impossible de se croiser. Impossible ? Pas tout à fait : tous les 100 mètres (environ hein, ça dépend des zones), il y a un espace aménagé sur l’accotement pour pouvoir se ranger et se croiser. Les irlandais appellent ça des ‘passing places‘. Parfois, c’est un vrai bout de route qui a été agrandit et goudronné, parfois c’est juste de l’herbe à peu près stable, comme sur la photo ci-dessous.

Quand vous croiserez un conducteur sur ces routes, il faudra que l’un de vous utilise cette passing place pour se ranger et vous permettre de vous croiser.

Si vous avez de la visibilité et que vous voyez au loin une voiture arriver vers vous, rangez-vous à la prochaine passing place que vous trouvez (car vous ne savez pas quand sera la suivante, et si vous vous engagez vous risquez de vous retrouver bloqués, face à face, avec l’obligation de repartir en marche-arrière pour l’un d’entre vous) et attendez que la voiture passe. Il est possible que l’autre conducteur fasse pareil : dans ce cas, il vous fera sûrement un appel de phare pour vous indiquer de passer. A ce petit jeu, les irlandais sont bien rodés, vous verrez.

Au moment du croisement, pensez à saluer le conducteur : c’est une sorte de règle, ici, qui pourrait s’apparenter à un “je compatis à ta galère de conduire sur des routes pareilles…“.

Ah oui, et aussi : ne vous garez pas sur les passing places. A la rigueur arrêtez-vous une petite minute le temps de prendre une photo ou admirer un paysage, mais pas plus : cela pourrait fâcher nos copains irlandais 🙂

> Utiliser correctement les voies jaunes sur les routes principales

Sur les grands axes hors autoroutes, vous verrez fréquemment des lignes jaunes en pointillé, avec un large espace de route avant l’herbe/l’accotement, comme vous pouvez le voir sur la photo ci-dessous.

Crédit photo : Wikipedia

C’est une zone utilisée pour que les véhicules lents puissent se ranger légèrement et permettre aux plus rapides de les doubler sans devoir passer dans la voie des voitures arrivant à contre-sens. Vous verrez souvent des tracteurs rouler là-dedans, ou des poids-lourds. Si vous n’avancez pas très vite (par prudence, parce que vous êtes chargé ou parce que vous conduisez un véhicule du type camping-car, ou pour n’importe quelle raison …), n’hésitez pas à vous rabattre le temps de laisser ceux qui vous suivent vous dépasser.

L’autre moment où vous devez utiliser cette voie jaune (ça doit avoir un nom mais je ne le connais pas), c’est quand il y a un dépassement par un véhicule venant face à vous. Du genre, un poids-lourd se range dans ‘sa voie jaune’, la voiture le double mais empiète tout de même sur votre voie : décalez-vous dans votre voie jaune pour lui permettre de doubler sans danger. Soyez vigilant car, même si souvent les véhicules face à vous attendent que vous soyez rangés pour pouvoir doubler, certains déboulent en imaginant que vous allez vous ranger aussitôt. Ça peut faire flipper !

Honnêtement, je ne suis pas sûr à 100% de ce que dit le code de la route irlandais par rapport à ces lignes jaunes, je vous rapporte simplement ce que j’ai vu sur les routes et de la façon dont les locaux les utilisent.

> S’adapter à la mécanique de la voiture irlandaise

Bon, c’est vrai seulement si vous avez décidé de louer une voiture pour conduire en Irlande. Leurs véhicules sont évidemment adaptés au sens de leur conduite, ce qui signifie que le levier de vitesses se trouve à votre gauche, par exemple.

Rassurez-vous : les pédales ne sont pas inversées, ni la position des différentes commandes (clignotants, essuies-glace, phares, …). Je prends les paris que vous irez chercher le frein à main côté portière au moins une fois dans votre séjour 🙂

Bref, voilà les principaux changement qu’implique le fait de conduire en Irlande. Dans la partie suivante, je vous présente les dangers spécifiques à l’Irlande que vous allez rencontrer sur la route.

Les principaux dangers sur les routes d’Irlande

Sur une route étroite comme ça, il va me falloir esquiver le troupeau de moutons puis le 4×4 qui arrive derrière…

Conduire en Irlande implique certains dangers bien spécifiques que je vous présente ci-dessous.

> Les routes elles-mêmes

Si le réseau principal est en excellent état, le réseau secondaire et campagnard est franchement en état catastrophique par moment.

Partout où je suis passé, j’ai trouvé des routes en état de délabrement avancé. Les bords sont défoncés, affaissés, plein de nids de poule. C’est un calvaire quand on n’a pas une voiture adéquate.

Au moins, ils préviennent…

Aussi, dès qu’il pleut un peu, les routes sont inondées. Par moment on a l’impression de rouler dans des rivières et d’envoyer des gerbes d’eau hallucinantes à notre passage. Faites gaffe à l’aquaplaning surtout si vous devez donner un coup de frein ou un coup de volant un peu brusque dans ce genre d’endroit.

Un autre truc que je trouve dangereux en Irlande, ce sont les ‘blind summit‘, littéralement les ‘sommets aveugles’. En gros, des routes (souvent à une voie) où l’on ne voit rien de ce qui arrive après le haut de la montée. Donc c’est parfois un peu la loterie : suffit qu’un type arrive un peu vite et hop, collision assurée.

La conséquence principale de ces routes en mauvais état général, c’est que malgré des distances parfois courtes, cela peut prendre du temps pour arriver à destination car on est obligé de rouler lentement pour ne pas finir dans le fossé (ou déglinguer complètement sa voiture).

> Les marcheurs sur le bord des routes

Comme il y a relativement peu de vrais chemins de promenade en Irlande, nombreux sont les gens qui marchent à même la route (les chemins de randonnée font même parfois marcher sur des routes très passantes… franchement dangereux !).

Vous croiserez aussi un bon paquet d’irlandais qui promènent leur chien en bord de route. La plupart d’entre eux portent un gilet jaune pour être bien visibles, mais ça n’enlève rien au fait que ce soit dangereux. Que ce soit pour les dépasser sans grande visibilité, ou parce que vous tombez nez à nez avec eux à la sortie d’un virage. Vous êtes obligés de freiner sec sans aucune garantie de réussir à les esquiver. D’ailleurs sur les 159 personnes qui ont trouvé la mort sur les routes d’Irlande l’an dernier, 30 sont des piétons (source). Je trouve ça absolument énorme comme chiffre !

> Les moutons et autres animaux…

Il n’y a pas que les marcheurs qui peuvent vous surprendre au détour d’un virage sur les routes d’Irlande, il y a aussi les moutons et d’autres animaux.

La plupart du temps, en vous voyant arriver, les moutons s’enfuient dans les champs autour. Mais parfois ils sont têtus et restent sur la route. Bref, conduire en Irlande demande une vigilance de tous les instants. Soyez prudents !

> La conduite des autres conducteurs : irlandais et touristes

Je parle un peu plus bas de la conduite des irlandais, que je trouve globalement bonne (en tout cas à la campagne et par rapport à la France). Cependant, vous n’êtes pas à l’abri de tomber sur un type qui croit que la route lui appartient et qui fait n’importe quoi. Entre ceux qui collent, ceux qui coupent leurs virages, ceux qui roulent au milieu de la route, ou ceux qui sont complètement imprévisibles et qui changent de direction en dernière seconde, il vaut mieux rester vigilant sur les routes irlandaises…

D’ailleurs ce sont souvent les étrangers qui peuvent être dangereux lorsqu’ils conduisent en Irlande : plusieurs fois j’ai vu des touristes couper littéralement la route des voitures arrivant en face lorsque eux voulaient tourner sur leur droite (oui, comme je le disais plus haut, ils n’ont pas l’habitude en le faisant d’avoir une voie à traverser…).

> Le retour d’un mauvais réflexe :

Comme on a l’habitude de conduire à droite, il suffit parfois de se retrouver dans une situation qui exige une réaction rapide pour qu’un mauvais réflexe ressurgisse : contourner un obstacle par le mauvais côté, s’engager dans le mauvais sens, oublier de vérifier un rétro/une direction, …

Bref, si j’ai tendance à penser que, sur la route, le plus gros danger vient des autres conducteurs, il ne faut pas oublier qu’on est soi-même “l’autre des autres“, et donc qu’on doit évidemment faire attention constamment.

Conduire en Irlande : les choses à savoir :

Ci-dessous vous trouverez les infos pratiques sur la conduite en Irlande : stations essence, radars, autoroute, alcoolémie, … C’est là :

> A savoir sur les stations essence en Irlande

En Irlande, je n’ai vu que deux types de carburant dans les stations essence : le diesel et le sans plomb (‘unleaded‘ en anglais). Ils ne distinguent pas le SP95, le SP98 ou le SP95-E10. Si vous avez l’habitude de vous servir de l’un de ces trois carburants en France, alors choisissez ‘Unleaded‘ en Irlande, ça fonctionnera.

Si vous avez un véhicule GPL, sachez qu’en Irlande ils appellent ça ‘LPG‘, et que la plupart des stations essence n’en disposent pas. Soyez donc hyper vigilants pour ne pas tomber en panne. Pour vous aider, je vous ai trouvé cette carte des stations essence d’Irlande qui disposent d’une pompe GPL.

>> Le prix de l’essence en Irlande

Au niveau du prix, pas de grosse différence à noter avec la France, les tarifs sont sensiblement similaires. Quand je suis parti de France, j’ai fait le plein en SP95-E10 à 1,34€/L. En Irlande, il était affiché à 1,36€ à mon arrivée (trois semaines plus tard il était monté à 1,41€, je ne sais pas si cela a monté en France aussi).

>> Où trouver les stations essence en Irlande

Contrairement à la France où la majorité des stations services dépendent des grandes surfaces et sont disponibles 24h/24, en Irlande campagnarde elles dépendent de petits commerces de proximité et ferment aux mêmes heures (souvent vers 20h). Soyez donc super vigilant si vous prévoyez de faire de la route de nuit : il y a d’énormes chances pour que vous ne trouviez pas de stations service ouvertes avant le lendemain matin.

>> Petit conseil pour vous éviter de tomber en panne d’essence

D’ailleurs j’en profite pour vous glisser ce petit conseil pour éviter de tomber en panne d’essence si vous partez vraiment au milieu de nulle part : refaites le plein dès que vous voyez une station service, surtout s’il vous reste moins que la moitié de votre réservoir (c’est la règle que je me suis fixé en tout cas).

D’une manière plus générale, n’attendez pas d’être sur la réserve avant de vous préoccuper de l’essence : dans certains coins isolés d’Irlande, les stations les plus proches peuvent être à 30-40km, parfois même plus (ce qui peut parfois représenter jusqu’à une heure de route quand vous êtes vraiment sur des chemins de campagne). C’est quand même hautement improbable, mais ça serait dommage de tomber en panne d’essence au milieu de nulle part, avec toutes les galères que cela impliquerait.

Si vous avez besoin de demander, sachez que ‘station essence‘ se dit ‘filling station‘ en Irlande (ils comprendront aussi ‘gas station‘, pas d’inquiétude).

> Permis et assurance : à savoir avant de conduire en Irlande

Le permis français classique suffit pour conduire en Irlande, ainsi qu’un certificat d’assurance en règle, et la possession de tous les papiers du véhicule (carte grise, certificat de contrôle technique, …). Si vous êtes jeune conducteur, votre A n’a aucune signification ici (mais vous n’avez pas besoin de l’enlever pour autant). En revanche, pour louer une voiture en tant que jeune conducteur, reportez-vous au début de cet article où j’explique les détails importants.

Si vous le souhaitez, vous pouvez faire la demande d’un permis de conduire international, mais ce n’est pas obligatoire pour conduire en Irlande. Les démarches à suivre pour le faire sont expliquées ici.

Autre chose à faire avant de partir niveau paperasse : pensez à prévenir votre assureur que vous partez en voyage en Irlande, afin qu’il puisse vous faire part des différentes actions à réaliser en cas de soucis sur place (accident, litige, …).

> Autoroute, radars, et autres joyeusetés…

Le réseau autoroutier en Irlande fonctionne principalement en étoile depuis Dublin. Il y a, quand même, d’autres autoroutes entre les différentes grandes villes du pays.

Il y a 13 portions de routes payantes en Irlande. Voici la page Wikipédia qui les recense, si ça vous intéresse. Si vous voulez les éviter, le plus simple rester d’activer l’option ‘éviter les péages’ de votre GPS.

Notez que le M50 (le périph’ de Dublin) est payant. En revanche, pour celui-ci, pas de gare de péage : votre plaque d’immatriculation est photographiée, et vous devez aller ensuite en ligne (sur ce site) pour régler votre dû. Perso, je n’aime pas ce système du tout…

Important : certaines gares de péage n’acceptent pas les cartes bancaires : prévoyez du liquide, et de préférence des petites pièces car ils ne rendent pas la monnaie non plus ! Franchement galère ! Y’a intérêt d’être au courant parce que tu peux vite te faire piéger et rester bloquer comme un idiot.

Sinon, évidemment, comme partout en Europe, les radars pullulent. Ils sont annoncés par ce petit panneau :

Parfois, vous trouverez une voiture de la Garda sur le bas-côté avec un radar embarqué, et celui-ci n’est évidemment pas indiqué à l’avance (sinon comment piéger les automobilistes… ?). Je ne peux que vous recommander d’être prudent (et pas seulement pour éviter les amendes).

> L’alcool au volant en Irlande

Les jeunes conducteurs ne doivent pas dépasser 20 mg d’alcool par 100 ml de sang. Pour les autres conducteurs, vous ne devez pas dépasser les 50mg. Voilà. Je ne vais pas vous faire la morale ici, ce n’est pas le lieu : j’estime que chacun sait ce qu’il a à faire.

Comment conduisent les irlandais ?

Si ce que vous appréhendez sur la conduite en Irlande, c’est la façon de conduire des irlandais, je vous rassure tout de suite : globalement ils conduisent bien. C’est vraiment rare de se faire coller au derrière par un irlandais. En trois semaines sur place au moment où j’écris ces lignes, cela n’a dû m’arriver qu’une fois ou deux (alors qu’en France c’est systématique dès que je prends la voiture).

Ceci étant dit, ils ont quelques habitudes que je n’aime pas trop :

> Ils coupent leurs virages

Le nombre de fois où j’ai failli me faire percuter sur les petites routes de campagne parce qu’un irish a coupé son virage en aveugle alors que j’arrivais en face, je vous raconte pas… Pour éviter de vous faire ce genre de frayeur (et surtout éviter d’avoir un accident), je vous recommande vraiment de prendre vos virages très serrés dans votre voie, surtout quand vous avez peu ou pas de visibilité.

> Ils roulent vite (sur les routes qu’ils connaissent)

Cette manie de couper les virages est liée à une chose simple : ils connaissent la route, ils savent quand ils peuvent accélérer.

L’autre facteur, c’est qu’il y a rarement du monde sur leurs petites routes de campagne isolées, donc ils savent qu’ils ont très peu de chance de croiser quelqu’un (et encore plus de croiser quelqu’un au moment précis où ils coupent le virage en question). En plus de cela, souvent, ils possèdent des gros 4×4 qui leur permet d’être à l’aise même sur des routes défoncées. Les trois facteurs combinés font qu’ils roulent vite, avec tous les dangers que cela peut comporter.

Mais conduire en Irlande est quand même plutôt agréable je trouve, et beaucoup moins dangereux qu’en France : la densité de véhicule sur la route est moindre (sauf aux abords des grandes villes), les distances de sécurité sont respectées, il y a peu de fous du volant. A part les touristes qui peuvent avoir un comportement étrange parfois, la plupart des véhicules que vous croiserez auront un comportement sécurisant.

J’en profite pour saluer deux choses positives dans la conduite des irlandais :

> Les conducteurs se saluent

Ça m’a marqué : dès que vous sortez des grands axes et que vous vous lancez dans les petites routes de campagne, les conducteurs se saluent quand ils se croisent : un geste de la main, ou un signe plus discret de l’index sur le volant. C’est très sympa et ça montre un respect mutuel entre conducteurs. J’ai pris l’habitude de les saluer à mon tour, et je vous encourage à le faire aussi : je trouve que c’est une ‘tradition’ agréable.

> Ils sont sympas et n’hésitent pas à s’arrêter pour conseiller

Plusieurs fois, sur des chemins de campagne un peu paumés, des conducteurs se sont arrêtés à mon niveau pour me demander si j’avais besoin d’aide ou de recommandation sur la région. J’ai trouvé ça d’une gentillesse et d’une prévenance vraiment extraordinaire. J’ai toujours tendance à me méfier des réputations, mais celle des irlandais n’est pas volée : ils sont vraiment adorables, accueillants et chaleureux, aucun doute là-dessus !

Conduire en Irlande : mon bilan perso

Après plus de trois semaines sur place et plus de 2500 km au compteur, je n’ai plus de soucis avec la conduite à gauche, sauf quand je cherche mon chemin dans une agglomération (j’ai failli prendre un sens interdit à Clifden, récemment, et je me suis fait une petite frayeur près des falaises de Moher au moment de croiser un bus de touristes). Mes réflexes sont bons, et je n’ai pas de difficulté particulière tant qu’on ne rentre pas dans une ville.

Si vous venez en Irlande pour la nature, alors n’ayez crainte, vous vous ferez vite à la conduite en Irlande. Si vous venez pour visiter des villes, j’aurais plus tendance à vous conseiller de prendre les transports en commun (qui sont bien foutus ici), d’autant plus que le stationnement en ville est franchement galère (mais où ça ne l’est pas ?).

N’hésitez pas à me faire part de vos expériences de conduite en Irlande en tout cas. Et quoi qu’il en soit, je vous souhaite un excellent voyage dans ce beau pays !

Ah, et pensez à cliquer sur J’aime si cet article vous a été utile : c’est la meilleure façon de me remercier pour mon travail.

Bonne route !

Jérémy.