Roadtrip en Andalousie : Malaga, son climat, ses touristes et le coût de la vie !

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

malaga

Malaga fût la première étape de ma semaine en mode routard, qui m’a emmené de Grenade à Gibraltar.

J’avais prévu de pousser jusqu’à Cadix, mais vous le savez aussi bien que moi, un roadtrip ne serait pas un roadtrip s’il n’y avait pas des imprévus.

Et là, des imprévus, il y en a eu. Et plutôt pas mal. Je vous raconterais ça un peu plus tard. Pour le moment, je vais vous parler de Malaga, son climat, ses touristes, et son coût de la vie. Ready ?

J’y suis arrivé en plein mois de novembre, et première agréable surprise : il faisait beau ET chaud.

Le climat à Malaga à l’automne :

Moi qui venait de passer un mois sous la pluie à Grenade, vous imaginez le plaisir de voir un coin de ciel bleu !

D’ailleurs par rapport à Grenade, qui se trouve à seulement 150 km plus dans les terres, on gagne facilement 10 degrès. J’avais pas l’air malin en sortant du bus avec ma veste et mon écharpe, alors que tout le monde autour de moi était en t-shirt et short.

Bref, pour ceux qui doutaient du climat de la Costa del Sol en novembre, je vous rassure tout de suite, ça vaut sans problème l’été sur la moitié nord de la France. Pensez simplement à emmener un gros pyjama bien chaud pour la nuit, car elles sont très fraîches ! Mais en journée, le combo ultime du touriste (short, tee shirt, tongues) convient parfaitement !

Deuxième agréable surprise : les touristes ont déserté la ville.

Quand visiter Malaga ?

J’avais une image précise de Malaga avant de venir. Celle d’une ville remplie de touristes allemands en tongues-chaussettes. Il y en avait, certes. Mais très peu.

Du coup les rues n’étaient pas infestées d’appareils photos ambulants, et j’ai pu apprécier la ville à sa juste valeur. Sincèrement, se promener au petit matin ou en fin de journée dans le centre historique de la ville, au milieu des espagnols, c’est un kiff que je me referais !

De même, les plages étaient désertes ou presque. En même temps, tu m’étonnes : 25 degrés dans l’air, 17 dans l’eau, c’est un climat polaire pour les locaux ! A part quelques touristes anglais et deux français égarés (ouai, nous !), personne n’a osé tomber la chemise. Et encore moins piquer une tête. D’ailleurs je ne suis pas peu fier de vous annoncer officiellement que je me suis baigné en Méditerranée pour la première fois de ma vie en ce mardi 13 novembre, à Malaga (et que je n’ai même pas attrapé de rhume !).

A n’en pas douter, Malaga se visite à l’automne. Ou au début du printemps ! Le climat est idéal et les touristes sont rares. What else, comme dirait Georges ?

Troisième surprise : le coût de la vie.

Coût de la vie à Malaga :

Alors franchement là, vous me passerez l’expression mais je suis resté sur le cul. J’avais en tête : Costa del Sol = Côte d’Azur espagnole… et donc les prix qui vont avec (genre le coca à 8€ en terrasse).

Et bien ma bonne dame, pas du tout !

Malaga, c’est TRÈS bon marché.

Ça ne vaut pas Grenade, qui est d’après mon coloc la ville la moins chère d’Espagne, mais franchement, j’ai halluciné.

Par exemple, on a payé notre lit en auberge de jeunesse seulement 12€, alors qu’on était en plein coeur du centre historique. Si y’en a parmi vous qui habitent Limoges ou Maubeuge, je serais curieux de savoir combien coûte une nuit en dortoir là-bas, juste pour comparer, et remettre en perspective avec l’environnement général.

Et encore, on aurait très probablement pu trouver à se loger pour moins cher. On a improvisé notre hébergement le jour même car aucun Couchsurfeur n’avait répondu à nos demandes de canapé. Bref, sincèrement, si vous comparez le prix des hôtels ou des auberges de jeunesse un peu à l’avance, vous pouvez vraiment vous en sortir pour pas cher.

De même, les tapas, les bières, tout ça coûte généralement moins de 2€. Certains bars (du côté de Plaza de Teatro) font même bière + tapas au choix pour 2€. Dans le quartier de notre auberge, dans les minuscules ruelles du centre, on a même trouvé un petit bar tenue par une charmante espagnole qui faisait la pinte à 1€, et un sandwich « couleur locale » (comprendre rempli de jambon fumé et de chorizo) à 1€ également.

Bref, pour moi Malaga n’était qu’une étape vers Gibraltar. On n’y est resté que 48 heures mais ce fut suffisant pour faire le tour de la ville, repérer les bons spots, et profiter de la dolce vita. (Au passage : je vous reparlerais prochainement de ce qu’il faut absolument voir à Malaga).

Le mercredi matin, on mettait le cap sur Gibraltar. Enfin, croyait-on…

Je vous raconte ça très vite !