Voyager en van aménagé : les conseils de Pierre après 3 mois sur les routes canadiennes

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Voyager en van aménagé, ça vous fait rêver ? Pierre, un breton de 27 ans, s’est lancé dans l’aventure : il rentre d’un road trip de trois mois sur les routes du Canada. Dans cette interview, il partage ses aventures et vous donne ses meilleurs conseils pour vous lancer à votre tour dans le road trip d’une vie ! Prêt ? En route !

Au sommaire de cet article

Rencontre avec Pierre, passionné par le voyage en van :

> Est-ce que tu peux te présenter, ainsi que ton site internet ?

Salut, moi c’est Pierre. Je suis originaire de Bretagne et j’ai 27 ans, mais surtout : je suis passionné de voyages et de découvertes culturelles. Avec ma copine Camille, nous tenons le site internet The Roadtrippers. Entre carnet de route, webzine d’inspiration vanlife et interview de roadtrippers venant des quatre coins du globe, c’est avant tout une sorte d’hymne à la liberté et la vie minimaliste. Nous sommes également tous les deux digital nomads.

> Quel a été ton dernier voyage en van ?

Nous revenons tout juste d’un road trip au Canada. Pendant 3 mois, nous nous sommes lancés dans la découverte de ses grands espaces à bord de Bob, notre van aménagé vieux de 35 ans. C’est un rêve que nous avons toujours eu : habiter dans un van, travailler sur la route et explorer ce pays.

On a tout d’abord acheté notre van à Montréal, longé le fleuve Saint-Laurent pour remonter jusqu’en Gaspésie. De là nous sommes ensuite partis vers le sud en direction du Nouveau-Brunswick, jusqu’à la Nouvelle-Ecosse pour prendre un traversier qui nous a emmenés à Terre-Neuve, une des régions les plus reculées du Canada, où de magnifiques paysage déchirés côtoient d’imposants fjords.

Finalement, après être repassés par le Québec, nous avons fait la fameuse traversée d’Est en Ouest. Après quelques galères mécaniques, 4 000 km de route et 2 semaines de voyage en van, nous avons alors explorés les Rocheuses Canadiennes, pour finir notre périple à Vancouver.

> Qu’est-ce que tu adores dans la vie en van ?

Il n’y a pas photo, se réveiller au bord de l’océan, avec le chant des mouettes, le ronronnement des vagues et la brise fraiche et pure du matin qui nous caresse le visage : c’est le paradis.

D’un point de vue plus général, le fait de pouvoir se dire qu’on peut dormir n’importe où (ou presque), c’est un vrai luxe. Tu roules et quand tu en as marre tu t’arrêtes et tu dors dedans ! Bob, notre van aménagé, c’était bien plus que notre véhicule, c’était notre maison !

> Et qu’est ce qui est chiant ou que tu n’aimes pas dans ce mode de voyage ?

Alors pour être honnête, il y a bien un truc qui peut vite déranger certains dans le voyage en van. Enfin plusieurs trucs. L’hygiène tout d’abord. Quand tu arrives à prendre une douche par semaine, tu es content. Et puis il y a le fait que finalement, ta maison se trouve sur l’espace public. Autrement dit, tu n’es jamais vraiment tranquille quand tu dois stationner dans une ville.

> Que représente pour toi le voyage en van aménagé (et l’objet ‘van’ en tant que tel) ?

Le van fini par devenir une vraie maison. L’endroit où tu peux te retrouver. Te recentrer. Te reposer. Je dirais même que le sentiment est encore plus fort : sans lui, non seulement tu n’irais nulle part mais en plus tu n’aurais pas de toit. Un vrai sentiment d’affection se créé. Alors tu commences par lui donner un petit surnom, et puis quand dans une côte tu entends que son moteur n’est pas content : tu l’encourages. Allez hop, un petit plein d’huile pour le récompenser ! Haha ! Mais autrement, le voyage en van c’est la liberté à l’état pur ! Être en mouvement de cette manière a un vrai effet grisant et vitalisant.

Acheter un van aménagé : les conseils

> A ton avis, il faut plutôt acheter un van ou le louer ?

Tout dépend des besoins et des envies du futur roadtripper. Il n’y a pas de réponse absolue. Par exemple, là-bas au Canada nous avons acheté notre van, mais je pense que nous aurions très bien pu le louer. La location offre une certaine sécurité. Le sentiment d’attache n’est pas aussi fort puisqu’on sait qu’on finira par le rendre. Finalement la question à se poser c’est : est-ce que c’est pour du court terme ou long terme ? Une simple semaine en Islande ou bien un vrai projet de vie ?

> A quoi reconnait-on un ‘bon’ van et comment éviter de se faire arnaquer lorsqu’on cherche à en acheter un ?

Haha, impossible de le savoir vraiment ! Nous n’avions pas un très gros budget pour l’achat de notre van, alors tout ce qu’on peut faire, c’est essayer de savoir si les anciens propriétaires vont nous rouler au non.

Notre Dodge Van Ram datait de 1985. Certains roulent très bien, d’autre un peu moins. Sur le nôtre, il nous est arrivé tout un tas de problèmes techniques, alors que rien ne le laissait présager. Par comparaison, tu peux très bien trouver un camion de la même époque bien mieux conservé et avec lequel tu n’auras aucun problème.

Mais dans tous les cas : toujours se méfier des prix trop bas. Pareil, si le propriétaire paraît cacher quelque chose. D’un point de vue mécanique, les diesels sont souvent plus robustes que les essences. Il est important de regarder l’état de la rouille (surtout sous le châssis du véhicule) et demander quelles pièces ont été refaites récemment. Il y a souvent des indices si le véhicule a toujours bien été entretenu (propreté, peu de propriétaires différents, peu de kilométrage, etc…)

> Acheter son van à l’étranger : tes conseils ?

Ce qui complique tout quand tu es à l’étranger, c’est la langue. En France, pour peu que tu t’y connaisses un peu, il suffit de demander dans quel état est son carburateur. Formuler la question en anglais devient tout de suite plus complexe !

Le conseil le plus important que je donnerais c’est celui-ci : se rapprocher de quelqu’un qui parle français. Soit un local bilingue à qui on demande de nous accompagner pour la visite. Soit un ami ou soit le proprio est français, bref ce genre de situation est tout de suite plus facile à gérer.

Si cela est impossible : trouver les plateformes locales du style Le Bon Coin et comparer les prix. Un prix trop bas, peut mettre la puce à l’oreille. Ne jamais acheter sans avoir vu/conduis le van avant. Et aussi : privilégier les visites pour les annonces qui comportent le plus de détails et de photos.

> Comment faire pour aménager son van techniquement parlant ? Il faut être bricoleur ?

Ça peut très bien s’acheter déjà tout fait. Si on souhaite le personnaliser entièrement selon nos goûts, alors oui, il faudra une bonne dose d’huile de coude ! Être un peu bricoleur oui, mais surtout être organisé et s’entourer de personnes qui peuvent nous aider. De l’isolation thermique, à la pose du plancher en passant par l’aménagement d’un toit surélevé : se donner suffisamment de temps est important.

> Quels sont les éléments indispensables à l’intérieur d’un van ?

Alors l’électricité c’est vraiment pratique. Pouvoir recharger son téléphone portable, c’est une sécurité. En cas de pépin, vous serez bien content d’avoir de la batterie pour pouvoir appeler la dépanneuse !

La douche, honnêtement non. De simples lingettes pour bébé suffisent – d’autant que tout votre réservoir en eau y passera si vous prenez une douche par jour ! Il y a toujours des rivières, des lacs ou des petits points d’eau pour un lavage plus en détail.

Je pense que cela dépend des besoins de chacun, mais le fait d’avoir un vrai lit est tellement agréable. Ne pas avoir à le plier/déplier tous les jours c’est vraiment agréable.

Autrement, notre van était équipé de deux plaques de cuisson au gaz. Super pratique quand il pleut dehors ! Et enfin, si vous souhaitez pouvoir y vivre à temps plein dedans alors il vous faudra prévoir un petit chauffage d’appoint (la nuit, ça caille!).

Les préparatifs avant un road trip en van :

> Comment tu prépares un road trip en van ?

Voici les étapes.

  • Définir son projet et une ébauche d’itinéraire.
  • Faire une estimation du budget nécessaire.
  • Acheter le van.
  • S’occuper des formalités administratives.
  • Le préparer (nettoyage, aménagement, décoration, niveaux).
  • Enfin : Hit the Road !

Nous avons écrit cet article sur le sujet pour bien préparer son roadtrip au Canada, si cela peut en intéresser certains !

> Qu’est-ce que tu vérifies ou fais à chaque fois avant de partir en road trip ?

Vérifier le bon fonctionnement du van est indispensable avant un départ. Vous pouvez par exemple l’emmener au garage pour un check-up. De votre coté, il faudra bien évidement faire les niveaux (huile, liquide de frein, liquide de transmission, liquide de refroidissement) et la pression des pneus (et vérifier que leur usure supportera bien ce que vous avez en tête.

> En quoi un road trip en van est différent d’un voyage ‘classique’ ?

Je pense que cela se résume au sentiment de liberté. Lors d’un voyage classique, pour se rendre dans un petit village hors des sentiers battus, c’est toute une galère s’il n’est pas bien desservis en transport en commun. Il y a le covoiturage et le stop c’est vrai, mais dans ce cas le sentiment de dépendance est tellement fort qu’il peut vite en déranger certains. Le van, lui vous emmènera partout pourvu qu’il y a une route (et encore…) ! Deuxième grande différence : le budget ! L’hébergement est ce qui coûte le plus cher dans un voyage ordinaire. Là, vous n’aurez rien à payer (sauf les campings obligatoires).

> Est-ce qu’il faut des connaissances mécaniques pour se lancer dans un road trip ?

Je ne connaissais rien avant de partir. Maintenant je ne connais toujours pas grand chose, mais suffisamment pour être capable de comprendre ce que le garagiste me répondra si je lui pose une question.

Finalement avec internet, c’est devenu vraiment facile d’apprendre les bases de la mécanique (et de l’électricité si vous avez des panneaux solaires!). Donc oui, je pense que c’est nécessaire.

Un truc bête : ça arrive que les charbons du démarreur se collent et provoquent une panne. Arriver à reconnaître ce symptôme, localiser le démarreur et donner un petit coup dessus suffit pour faire redémarrer le van ! Des petites astuces comme ça, il y en a plein. Et à 100€ l’heure de main d’oeuvre, ça fait des économies. Mais autrement, le strict nécessaire est au moins de savoir où mettre son huile et son liquide de refroidissement.

> Qu’est ce que tu emmènes lors d’un voyage en van que tu n’emmènes pas dans un voyage ‘classique’ ?

Un lit ! Un bon gros lit deux places avec une couette super moelleuse ! Autrement : ordinateur (pratique pour travailler en voyageant), une guitare, toute une collection de livre pas encore lu et plus de matos photo !

Le quotidien de la vie en van :

> Comment tu fais pour te laver une fois en route ? Et pour manger/cuisiner ?

Pour se laver : les lingettes c’est ce qu’il y a de mieux ! Pour cuisiner : dans le van même avec nos petits bruleurs !

> Peux-tu garer ton van et dormir réellement où tu veux, ou y’a t-il des restrictions ?

Il faut savoir qu’au Canada, il est interdit de dormir dans sa voiture dans les parcs nationaux. Sur 90 nuitées, nous avons peut-être été obligé de dormir dans un camping une dizaine de nuits en tout. A part ça : un vrai régal.

Si votre matelas est confortable, que vous trouvez un spot sans lumière ni réverbère et suffisamment éloigné des rues passantes : c’est top. Il existe de nombreux sites pour trouver des endroits où il est possible de garer son véhicule pour passer la nuit. Nous avons même dédié un article avec les idées propres pour le Canada, mais globalement valables pour tous les autres pays.

> Comment se passe la cohabitation lors d’un voyage en couple en van ?

C’est important d’arriver à se donner de l’espace, même dans 6 mètres carré. Ça peut passer par des activités différentes à un moment donné par exemple. Après, ça permet également de découvrir l’autre sous un jour nouveau, mais ouais : il vaut mieux bien connaître son compagnon de voyage. Ça rapproche ! Haha.

Note de Jérémy : lisez cet article sur le voyage en couple avant de vous lancer dans un road trip à deux !

> Quel est le budget réel d’un voyage en van ?

Pour les trois mois que nous avons passés au Canada, un article bien détaillé sortira sur le sujet prochainement. Mais pour vous donner une idée (à deux) :

  • L’achat du van : 4 000 € (qu’on regagne en partie lors de la revente)
  • L’essence : cela dépend énormément de la taille de votre moteur et du coût de l’essence. Avec notre gros V8 et notre consommation de 20L /100, on avoisine les 2 000 € pour plus de 10 000 km.
  • Les réparations diverses : 1 000 €
  • La bouffe : 1 000 €
  • Les visites & restos : 1 000 €
  • L’assurance du véhicule : 100 € (valable une année)
  • Internet : 100 €
  • Camping obligatoire : 200 €

Mais en gros, pour 3 mois nous avons chacun dépensé autour de 3 500 €, billets d’avion inclus et traversier pour Terre-Neuve. Mais il est largement possible de réduire ces coûts : à commencer par un véhicule qui consomme moins et un pays où l’essence n’est pas chère !

> Est-ce que tu t’es déjà fait emmerder pendant la nuit ?

Il faut faire attention oui. Dans notre cas, nous avons été réveillé au petit matin par un garde du parc. Nous avons eu un avertissement pour avoir « illégalement campé dans un parc national ». Ça ne rigole pas. Dans d’autres villes touristiques comme Banff ou Jasper, la police locale fait la chasse aux campers et distribue des amendes à tout-va. Mais autrement, non, rien à signaler !

> Quelles sont les choses à savoir absolument selon toi avant de partir voyager avec son van ?

Je pense que le plus important c’est la préparation. Bien connaître les règlementations du pays en question, comment ça se passe pour l’immatriculation et les assurances, bien connaître son véhicule, bien avoir défini son budget et préparé un supplément pour les frais exceptionnels.

L’itinéraire n’est pas si important, bien souvent nous ne savions même où nous allions aller d’ici 2 jours ! Finalement, le plus important : c’est de se rapprocher de quelqu’un qui a eu le même projet que vous pour éviter les déconvenues.

> Est-ce qu’il arrive un moment au cours du voyage où la vie en van te gave et tu as envie de retrouver un vrai lit, un vrai logement, … ?

Nous avions un vrai lit, donc cela ne nous changeait pas. Je pense que ouais, tu peux vite en avoir marre si tu n’écoutes pas tes envies. Si tu n’es pas assez flexible dans ton itinéraire. Après 3 mois, nous avions hâte de prendre une vraie douche, de retrouver une alimentation saine et de pouvoir nous reposer aussi. Nous avions la chance de pouvoir tenir debout dans notre camion, donc ce fut un véritable point positif.

Encore quelques conseils sur le voyage en van

> Qu’est ce que tu donnerais comme conseils à ceux qui nous lisent et qui rêvent de faire pareil ?

Je leur dirais que la préparation est importante, mais que celle-ci ne doit pas être un frein à la créativité ni à la spontanéité. Peu importe le van et peu importe le pays : le plus important est de garder un état d’esprit léger et curieux.

Pour vivre un roadtrip à fond et de façon durable, il est important de faire des pauses de quelques jours éloignés de toute civilisation et de toutes routes goudronnées. Le mouvement appelle le mouvement, mais celui-ci peut vite nous fatiguer nous si on oublie d’écouter notre corps et nos besoins.

Et enfin, beaucoup plus généraliste : osez prendre des risques pour sortir de votre quotidien ! Osez remettre en question votre vie.

Le voyage en van fait grandir, comme il fait nous fait en même temps retomber en enfance !

> Je te laisse le mot de la fin

Un grand merci à toi Jérémy pour cette interview 🙂
Home is where you park it.

Un grand merci à Pierre pour son partage d’expérience ! Si vous avez d’autres questions sur le sujet, n’hésitez pas à le retrouver sur son blog ou sur sa page Facebook !

En attendant, n’oubliez pas de cliquer sur ‘J’aime’ si cet article vous a plu. C’est la meilleure façon de m’encourager à continuer ce blog !

Bon voyage à tous !

Jérémy.

Je voyage non-stop depuis 2011. Je ne suis ni milliardaire, ni sponsorisé par Pôle Emploi (ni par personne, d’ailleurs). Lisez mon parcours ici pour vous inspirer et faire de même.