Mestia, Géorgie : guide détaillé des randonnées, des choses à faire sur place et des bons plans

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous envisagez de vous rendre à Mestia lors de votre voyage en Géorgie ? Excellente idée : cette bourgade du nord du pays est au cœur d’une région magnifique : la Svanétie. Dès mon arrivée sur place, j’ai eu le coup de cœur pour ses majestueuses montagnes aux sommets enneigés, offrant de nombreuses possibilités pour randonner dans des paysages grandioses.

Dans cet article, je vous propose donc un guide détaillé sur Mestia et ses environs, la plus belle région de Géorgie à mes yeux. Je vous donne tous mes bons plans sur les endroits où loger, où manger, et surtout je vous partage toutes les choses à faire sur place : quelles randonnées suivre, quoi visiter, etc.

Prêt pour le guide ? C’est parti !

Infos en bref :

> Il n’y a pas de vols directs pour Mestia depuis la France, il faut faire une escale à Tbilissi. Sur ce site, j’ai trouvé des trajets à des prix vraiment intéressants. Allez y jeter un coup d’œil !

> Concernant l’hébergement, je vous conseille chaudement cette maison d’hôte : bien située, pas chère, et une cuisinière qui connait son affaire ! Top !

> Si vous cherchez un guide de voyage sur Mestia et sa région, vous allez être déçu : rien de ce qui existe parmi les guides classiques n’est complet sur la Géorgie. Vous pouvez toujours partir avec ça si ça vous rassure, mais c’est loin d’être suffisant sur Mestia.

Mestia, Géorgie : tour d’horizon rapide de la ville

Mestia est une bourgade nichée au creux des montagnes, le long d’une rivière au débit impressionnant. Je m’attendais à découvrir un tout petit village hors du temps, en fait Mestia est une petite ville assez étendue : des habitations se construisent le long des routes jusqu’à plusieurs kilomètres en dehors du bourg.

Le cœur historique de Mestia est en revanche tout petit : une place principale piétonne, où se trouve d’ailleurs l’office de tourisme, une seconde place assez grande où arrivent les marshrutkas en provenance des grandes villes, et autour de ça quelques ruelles remplies de guesthouses, de restaurants, et de supérettes.

Le petit quartier qui monte vers la montagne, au niveau du sentier au-dessus de la banque (il y a des panneaux indiquant les départs de randos sur le trottoir côté rivière), se compose de très jolies petites ruelles en pierres, où l’on peut observer des habitations typiques de la Svanétie, avec ses arches et ses innombrables tours de garde dressées vers le ciel.

En cas de mauvais temps, vous pouvez visiter le musée ethnographique de Mestia, qui se trouve de l’autre côté de la rivière, dans la partie non goudronnée (quoi que le temps que j’écrive ces lignes, il n’est pas impossible que toute la ville soit déjà goudronnée, tellement ça se modernise vite en Géorgie…). Je n’y suis pas allé personnellement mais j’ai rencontré par hasard la responsable du musée qui m’en a dit beaucoup de bien (bon, le contraire aurait été étonnant). On apprend apparemment beaucoup de choses sur l’histoire de Mestia et de la Svanétie, ainsi que sur la façon de vivre des peuples qui habitent cette région depuis des centaines d’années.

A part ça, Mestia elle-même n’a pas beaucoup d’intérêt. Ce qui vaut le coup, vous vous en doutez, ce sont les paysages magnifiques (et je pèse mes mots) qui l’entourent. Dans la partie suivante, je vous parle des randonnées à faire dans les environs immédiats de Mestia.

Les meilleures randonnées de Mestia et ses environs

Voici ci-dessous les randonnées que vous pouvez suivre au départ de Mestia même (donc pas besoin d’avoir de voiture ou de prendre les transports en commun pour pouvoir marcher dans les paysages de fou de la Svanétie).

> La randonnée du glacier Chaaldi

C’est la première rando que j’ai faite à Mestia et en Svanétie. On me l’a recommandé comme étant la plus facile, je me suis dit que ça ferait une bonne mise en jambe avant d’attaquer les gros dénivelés. Honnêtement, c’est la plus dispensable de la liste que je vous propose.

>> Le profil de la randonnée :

Environ 500m de dénivelé pour 6 heures de marche, à peu de chose près, pour l’aller-retour depuis Mestia jusqu’au pied du Chaaldi Glacier. La distance est longue : pas loin de 20 km l’aller-retour.

>> Les indications pour suivre cette randonnée à Mestia :

Il faut partir du “pont blanc” de Mestia, sur la route principale, en direction de l’aéroport. Après une première partie goudronnée où on passe notamment devant l’aéroport de Mestia, on arrive sur une route en construction où on est constamment dérangé par des engins de chantier et des voitures pick-up qui soulèvent la poussière sur leur passage.

C’est relativement plat et l’ensemble est assez barbant quand même (ça semble interminable et les travaux gâchent le plaisir de marcher), je vous conseille de venir en voiture (taxi ou stop) car franchement cette partie n’a aucun intérêt à part vous fatiguer inutilement. On finit par arriver sur un petit parking avec un bar. Passez-le et enjambez la rivière en empruntant l’un des deux ponts (évitez le second en bois si vous ne voulez pas finir la tête dans la rivière, il ne m’a vraiment pas paru très solide).

Le sentier de randonnée commence un tout petit peu plus haut, sur la gauche juste après un autre mini parking. Il s’engouffre dans la forêt par une montée assez raide au début puis plus tranquille ensuite. On remonte la rivière en serpentant dans la forêt pour finir par arriver face au glacier (plus marron que blanc, celui-là, d’ailleurs).

Le balisage est très aléatoire, parfois il faut enjamber des gros cailloux avant de retrouver quoi que ce soit qui ressemble à un chemin, pratiquement sans marquage (ou alors très effacé). Le sentier à proprement parler dure environ 45 minutes à parcourir d’un point à l’autre, sans difficulté technique. Les paysages sont chouettes mais ce n’est pas non plus la rando du siècle. Au mieux, on va dire que c’est un petit échauffement avant de parcourir les autres chemins des environs de Mestia.

Sur le retour, j’ai été surpris par une pluie diluvienne. Un géorgien m’a pris en stop. Dans la remorque de son pick-up qui m’a ramené à Mestia, j’ai rencontré deux tchèques très sympas. C’était le meilleur moment de la rando !

> La randonnée de la Croix qui domine Mestia

La vue depuis le sentier de rando, quelques centaines de mètres avant d’arriver à la Croix…

Depuis la ville de Mestia, vous ne pourrez pas manquer de voir cette Croix qui culmine sur la plus “basse” montagne des environs et domine toute la vallée. Cela paraît raide depuis la ville (et ça l’est vraiment), mais il y a bien une rando possible pour y accéder : elle est assez courte, mais je l’ai trouvé franchement difficile.

Bon à savoir :

Pour cette rando ainsi que pour la suivante (Koruldi Lakes), il est possible de se faire emmener directement au point d’arrivée par des jeeps. Si ça vous intéresse, vous trouverez les chauffeurs près de l’office de tourisme et du café Laila, où ils sont nombreux à interpeller les touristes pour leur proposer leurs services.

Les prix sont vraiment élevés, en revanche : comptez environ 200 laris pour vous faire emmener aux Koruldi Lakes, par exemple (à ce prix là, le chauffeur vous emmène, attend que vous fassiez votre promenade, et vous ramène au point de départ).

C’est donc une alternative intéressante si vous avez envie de voir les beaux paysages mais que vous ne voulez/pouvez pas marcher sur des randos aussi longues.

>> Le profil de cette rando

Le départ de Mestia est à 1400, l’arrivée à la Croix est à 2150m, ce qui fait un peu plus de 700m de dénivelé. Vous pouvez faire ça en un peu plus de 3 heures aller retour, si vous ne vous égarez pas en chemin (ce qui m’est arrivé).

>> Les indications pour suivre cette randonnée

La randonnée commence au niveau de la banque, sur la route principale, dans le bourg de Mestia. Bifurquez sur la gauche quand vous croisez des panneaux pour piéton depuis la route principale (il faudra prendre la rue qui monte, donc, côté opposé à la rivière). Remontez la petite rue pavée toujours à la “verticale” en direction de la Croix. Vous passerez sous des maisons avec des arches/voûtes. Continuez tout droit en sortant du village. Ça monte très raide à partir de là, et ce n’est que le début.

Un peu plus haut, après être sorti de Mestia, vous allez rencontrer un premier panneau indicateur, que j’ai trouvé mal fichu (la croix n’est même pas indiquée, il faut suivre l’indication “Koruldi Lakes”). Il faut prendre le sentier légèrement sur la droite, qui grimpe à la verticale en direction des montagnes. C’est le passage le plus difficile de toute la randonnée : c’est vraiment hyper raide, et surtout on marche dans des espèces de gros cailloux qui glissent sans cesse sous nos pieds… Accrochez-vous !

Grimpez tout le temps tout droit vers la montagne jusqu’à ce que ça devienne littéralement un mur devant vous. Là le sentier tourne à droite, dans une zone plus végétalisée, et où ça devient un peu moins raide.

Le marquage est là aussi très mauvais, voire catastrophique (le marquage des randonnées en Géorgie est de loin le pire que j’ai vu, sur tous les sentiers du monde que j’ai pu parcourir). J’ai perdu un temps fou à m’orienter (en plus ils n’avaient pas de carte de la zone lorsque je suis passé à l’Office de tourisme…).

A un embranchement sans indication, j’ai pris la mauvaise route : j’ai grimpé pendant une bonne vingtaine de minutes sur un sentier hyper raide avant de me rendre compte que j’étais pas du tout dans la bonne direction. J’ai dû rebrousser chemin après avoir dépensé énormément d’énergie pour rien. Pour vous éviter de faire la même erreur, quand vous arriverez à une sorte de bifurcation en V, prenez le chemin de droite, même si cela vous paraît bizarre qu’il parte franchement à droite un peu plus loin, et qu’il semble redescendre vers la ville. C’est le bon, croyez-moi !

Bref, continuez sur ce chemin jusqu’à rejoindre un nouveau panneau indicateur, indiquant Koruldi Lakes devant vous. Ça rejoint la piste des jeeps qui emmènent les fainéants jusque là-haut :).

Le sentier, quelques dizaines de mètres avant de rejoindre la piste des jeeps…

Suivez la piste tranquillement pendant quelques centaines de mètres jusqu’à apercevoir la croix sur votre gauche. Quittez le chemin des jeeps pour prendre un petit sentier qui part sur votre gauche de façon assez abrupte. Il vous mènera bientôt à la croix et à son point de vue extraordinaire.

Si vous ne vous trompez pas de chemin, l’ensemble ne devrait pas vous prendre plus de 2 heures. Si vous avez encore les jambes, vous pouvez poursuivre jusqu’aux Koruldi Lakes (cf plus bas pour les détails).

Pour le retour si vous ne voulez pas redescendre le sentier hyper abrupte du départ, vous pouvez continuer de marcher sur la piste des jeeps jusque dans la vallée (donc ne suivez pas le petit panneau indiquant Mestia, à l’intersection entre la piste des jeeps et le sentier, restez sur la piste et vous arriverez dans la zone proche de l’aéroport de Mestia). Cet itinéraire vous fait d’ailleurs passer par des chouettes paysages, notamment une vue spectaculaire sur un monastère avec les montagnes de l’autre côté : magique. Une fois de retour sur le goudron, en bas, comptez une petite demi-heure pour revenir dans le centre de Mestia (vous pouvez faire du stop, ça ira plus vite).

Vous pourriez être tenté de faire la boucle dans l’autre sens, c’est-à-dire de grimper par la piste des jeeps et de redescendre par le chemin abrupte qui mène à la banque de Mestia. Honnêtement, c’est une mauvaise idée : c’est trop raide, et s’il pleut ça va être gadoueux, vous allez glisser et finir la randonnée en roulant jusqu’aux pieds des montagnes. Soit vous faites le trajet que je vous ai indiqué, soit vous faites l’aller-retour intégralement via le sentier des jeeps. Mais ne descendez pas le chemin ultra-raide du début de la rando, c’est suicidaire.

> La randonnée de Koruldi Lakes, la plus belle rando de Mestia

S’il n’y avait qu’une seule randonnée à faire dans les alentours de Mestia ou même dans la région de Svanétie, c’est celle-là, sans le moindre doute. Une superbe rando qui nous emmène au pied des neiges éternelles dans un décor de rêve avec des montagnes tout de blanc vêtu à 360°, dont l’élégant Mont Ushba (qui culmine à 4710m quand même !)… C’était difficile, mais j’ai adoré !

>> Les indications pour suivre cette randonnée

Du centre de Mestia, suivez le chemin indiqué dans la rando précédente jusqu’à la Croix. Là, au niveau du point de vue de la Croix, un panneau indicateur vous montre la direction de Koruldi Lakes. Suivez le chemin qui monte (assez raide) jusqu’à croiser à nouveau la large voie dédiée au passage des jeeps. Là prenez à gauche, passez devant un panneau indiquant du “paragliding”, et suivez la route tout le temps. Il n’y a qu’un autre panneau indicateur sur le chemin, et en plus il est complètement hors du sentier principal (faudra m’expliquer son intérêt, franchement…). Tant que vous restez sur la voie des jeeps, vous ne vous égarerez pas : elle mène jusqu’aux lacs.

La grimpette est d’abord assez soft avant de devenir franchement raide à mi-parcours. Atteindre les petits lacs, au pied des neiges éternelles, ça se mérite ! Heureusement, le paysage est constamment magnifique, avec les montagnes blanches autour de vous continuellement, des pâturages verdoyants à perte de vue, et si vous venez au printemps une végétation colorée admirable.

Comptez 1h30 pour faire la marche entre la Croix et les Koruldi Lakes, avec des bonnes grosses suées par moment ! Un départ à 2150 (la Croix) et une arrivée à 2400, avec une élévation max à 2700. Sachant que vous partez de Mestia à 1400, ça commence à faire une belle marche ! Comptez bien 6 heures de marche au total depuis Mestia pour faire l’aller-retour jusqu’à Koruldi Lakes.

Les plus courageux d’entre vous pourront continuer jusqu’au sommet de la montagne qui se trouve face à vous, mais ça rajoute encore 1h30 de grimpette, et franchement je n’avais pas les jambes pour continuer. Et là il faut être équipé et expérimenté, car ça devient limite de l’alpinisme à ce niveau là.

Pour le retour, suivez la même route jusqu’à la Croix, puis redescendez par la voie des jeeps jusqu’à Mestia.

> La randonnée de Zuruldi au départ de Mestia

La vue (et l’orage) juste avant d’arriver à l’antenne, point final de cette rando…

Une autre randonnée vraiment chouette à faire au départ de Mestia, c’est celle de Zuruldi.

Selon votre niveau de randonneur et votre envie de finir exténué ou non, vous pouvez la faire soit en intégralité depuis Mestia, soit utiliser les télécabines pour grimper jusqu’au sommet et faire la promenade sur l’arrête de la montagne (cette seconde option est la plus populaire).

Dans le cas où vous choisirez le télécabine, le prix est de 15 laris par personne. Les billets s’achètent au niveau du premier télécabine (la montée au sommet se fait en deux temps, il y a un changement de télécabine à faire à mi-parcours, quand on arrive en bas des pistes de ski). Attention au niveau du timing : les télécabines fonctionnent jusqu’à 17h en haute saison.

>> Le profil de cette rando au départ de Mestia

Si vous faites l’intégralité à pied, le dénivelé est de +1030m pour 14 km de marche. Si vous faites la montée en télécabine et la promenade sur la crête de la montagne, seulement +150m de dénivelé pour 4 km de marche environ. A vous de voir si vous voulez faire une ballade tranquille ou une rando bien hardos !

>> Les indications pour suivre cette randonnée

Le point de départ est au niveau du musée éthnographique de Mestia. Prenez à gauche sur la route goudronnée. Quelques centaines de mètres plus loin, une route non goudronnée (à mon passage en tout cas) part sur la droite en faisant un angle très serré (il y a des panneaux publicitaires pour des logements de vacances). Si vous voulez prendre le télécabine, c’est ici qu’il faut tourner. Si vous voulez faire la montée à pied en intégralité, continuez tout droit sur la route goudronnée.

Pour ceux qui veulent marcher, on continue les explications : il faut suivre la route goudronnée pendant un long moment. Quand une fourchette se présente (il y a un panneau indiquant Ushguli quelque part si je me souviens bien), prenez la route qui part à droite, en montant (elle va faire un virage en lacet). Continuez de grimper la route, après le virage sur votre droite vous avez un chouette point de vue sur la vallée, Mestia et les montagnes de l’autre côté (dont le Mont Ushba, celle de la rando des Koruldi Lakes). A un moment, dans un virage en lacet sur la gauche, vous avez un petit chemin qui quitte la route goudronnée et part sur la droite (il y a un panneau indicateur). Suivez ce chemin là et continuez la grimpette jusqu’à atteindre Heshkili Huts via une voie assez large (des voitures peuvent circuler).

Pour ma part, j’ai fait différemment : une voiture s’est arrêtée avant que j’atteigne la bifurcation et le conducteur m’a proposé de me déposer au niveau du premier télécabine. De là j’ai cherché à rejoindre le sentier de rando (je pensais qu’il passait par ici, mais en fait non…), je ne l’ai pas trouvé, et j’ai donc fini mon ascension en escaladant les pistes de ski (c’est sacrément raide, mine de rien).

Vue depuis la route goudronnée, quelques centaines de mètres après avoir passé la zone des télécabines…

Bref, dans un cas comme dans l’autre, vous allez finir par vous retrouver tout en haut, au niveau du restaurant panoramique. De là, les choses deviennent facile : c’est pratiquement plat tout le temps jusqu’à l’antenne de télévision, point final de cette randonnée au départ de Mestia. Quand vous avez l’arrivée de la télécabine derrière vous, engouffrez-vous dans le petit chemin au milieu de la végétation, face à vous. Vous allez arriver sur une petite prairie avec déjà un superbe point de vue sur les montagnes. Traversez la clairière, jusqu’à croiser à nouveau un chemin que vous prendrez sur la droite. Ensuite, c’est tout le temps tout droit. Il y a un croisement en V à un moment, prenez sur la droite (en réalité ça n’a pas d’importance car les deux se rejoignent un peu plus loin, mais le chemin de droite offre de meilleures vues). Vers la fin, les pentes deviennent bien raides pour arriver enfin jusqu’au point final, les antennes (que vous avez en ligne de mire pratiquement tout le temps, en fait).

Pour le retour, les cartes de l’office de tourisme indique qu’il est possible de faire une boucle en continuant au-delà de l’antenne. J’ai tenté mais franchement c’est hyper dangereux, très raide, et surtout ils nous emmènent en hors piste complet (pas de sentier, rien). En plus de ça, j’ai commencé à me prendre un orage sur le coin de la figure : j’ai rebroussé chemin et je suis rentré à Mestia par le chemin de randonnée normal (celui passant devant Heshkili Huts, donc, et que j’avais raté à l’aller). Je voulais faire la descente en télécabine pour avoir la vue de fou sur les montagnes, mais avec l’orage ils ont tout coupé, donc pas d’autre choix que de faire ça à pied.

Je suis rentré exténué : honnêtement, j’ai fait les pires choix à chaque moment, en me lançant systématiquement dans ce qui était le plus difficile. La plupart du temps, les gens font l’aller et le retour en télécabine, ce qui leur permet une promenade facile sur l’arrête de la montagne (3 heures aller-retour grand max en flânant, avec peu de dénivelé). Le sentier de rando normal est en pente relativement douce (mais long), mais je l’ai raté en grimpant en voiture, et je me suis retrouvé à faire le même dénivelé mais sur une portion beaucoup plus courte (donc ultra-raide). Pour le retour, j’ai pas eu de bol avec l’orage, qui m’a empêché de redescendre en télécabine.

Quoi qu’il en soit, maintenant vous savez à quoi vous attendre. La vue sur l’arrête de la montagne est epoustouflante !

> Le trek de Mestia à Ushguli

Le trek le plus populaire de Géorgie, c’est celui qui rallie Mestia au petit village de Ushguli. Le trek dure 4 jours, il n’est pas nécessaire d’emmener une tente car on traverse régulièrement des hameaux où les locaux hébergent les trekkeurs.

Pour la nourriture, c’est pareil : vous pouvez prendre les petits-déjeuners et les diners dans les guesthouses où vous logerez. Les petits-déj’ sont extrêmement copieux et servent aussi de pique-nique : il vous suffit de mettre les restes dans une boîte que vous emmenez avec vous (tout le monde le fait, on ne vous regardera pas comme un extraterrestre si vous demandez ça, pas d’inquiétude).

Concernant les hébergements, il n’est pas nécessaire de réserver hors saison, mais c’est indispensable si vous voulez faire le trek à la haute saison (à partir de mi-juin jusqu’à début septembre).

Au niveau technique, la principale difficulté du trek concerne la traversée d’une petite rivière au niveau du village d’Adishi. Généralement, elle se fait à cheval avec l’aide d’un guide (qui coûte autour de 20 laris). Il est préférable de faire la traversée le matin car les courants sont moins forts.

Quant à Ushguli, il s’agit d’un petit village médiéval encore préservé. Toutes les habitations sont en pierre, et il y a une concentration de tours de guet encore plus importante qu’à Mestia. L’ambiance est très cosy, on se sent vraiment coupé du monde. Au moment où j’écris ces lignes, l’électricité se coupe encore à 18h tous les jours, mais la plupart des maisons ont des générateurs d’électricité. Ceci dit, la Géorgie se modernise à grande vitesse, il est fort probable qu’Ushguli soit déjà rallié à l’électricité générale au moment où vous lisez cet article.

Ceux d’entre vous qui veulent découvrir Ushguli sans faire le trek complet peuvent prendre un minibus sur la place centrale de Mestia. Les départs se font entre 9h et 9h30, là où il y a toutes les marshrutkas (arrivez tôt pour réserver votre place parmi les premiers). Comptez environ 2h / 2h30 pour y aller : la distance est relativement courte mais le trajet est chaotique. Pour le retour, pas beaucoup d’options : il faut prendre la marshrutka à 16h à Ushguli.

Sur place, vous pouvez louer un cheval avec un guide pour faire une rando dans les environs d’Ushguli pour 50 laris (environ 4 heures de ballade). Top !

Que faire à Mestia à part de la randonnée

Avec tout ça, vous devriez déjà avoir de quoi occuper quelques jours à Mestia et en Svanétie. Si vous cherchez d’autres activités à faire à part de la randonnée, voici quelques idées de ce qui est faisable à Mestia ou dans les environs.

> Des excursions à cheval dans les environs de Mestia

C’est une occupation assez populaire à Mestia car de nombreux habitants possèdent encore des chevaux (bon, les voitures sont là aussi, et en large majorité). Le plus simple consiste à demander à votre guesthouse une fois sur place, et on vous redirigera vers quelqu’un qui pourra vous proposer une excursion adaptée à vos envies et à votre niveau.

> Skier sur les pistes de Mestia

Si vous venez en hiver à Mestia, vous aurez du mal à faire de la randonnée car les sentiers seront couverts de neige. En revanche, vous pourrez dévaler les pistes de la station de Mestia, Hatsvali, juste au-dessus du bourg, côté opposé à la Croix (dont je parlais plus haut). Les télécabines (mentionnées plus haut également) se trouvent tout près du musée ethnographique et vous emmènent facilement en haut des pistes.

En parlant de pistes, elles sont assez peu nombreuses : deux noires, une rouge, une bleue et une verte. C’est suffisant tant qu’on n’est pas très exigeant sur les variances (n’allez pas faire deux semaines complètes de ski à Mestia, vous allez vous ennuyer).

La vue depuis une des pistes noires du domaine skiable de Mestia… En hiver, ça doit être magique !

> Du VTT dans les chemins autour de Mestia

Si vous aimez faire du vélo, vous allez vous régaler en Svanétie, et autour de Mestia en particulier, car il y a plein de pistes permettant de se faire plaisir à VTT. Bon, il vous faudra partager la route avec les randonneurs et parfois avec les jeeps, mais ça reste très sympa quand même (et vous serez assez tranquille quand même).

Si vous avez des bonnes jambes, la rando pour aller à Koruldi Lakes est tout à fait faisable à vélo en suivant la piste des jeeps, par exemple. Pour la location, allez chez Velocation Mestia (toutes les infos sont sur leur page Facebook). Ils ont toujours des bons conseils sur les itinéraires à suivre !

> S’initier au parapente

J’ai vu plusieurs personnes faire du parapente lors de mon séjour à Mestia. Perso, c’est vraiment pas mon truc : j’ai le vertige, et vous ne me ferez jamais monter dans un truc pareil, même pour un million d’euros (je suis sérieux). Par contre, si vous avez envie de tenter l’expérience, vous pouvez contacter l’équipe de Paragliding Mestia via leur page Facebook. Tous les détails s’y trouvent.

D’après ceux qui se sont envolés, l’expérience est vraiment magique, avec les montagnes majestueuses partout autour de soi.

Où loger à Mestia, Géorgie

Mestia est une petite bourgade, mais elle est très étendue. Je vous conseille de loger quand même à une distance respectable de son centre ville, afin d’avoir à portée de jambes les supérettes, les restaurants et la gare de marshrutka.

Il y a énormément d’options de logement à Mestia : chaque habitant souhaite tirer profit du tourisme (on ne peut guère les en blâmer, franchement). Du coup, la ville regorge de guesthouses et d’hôtels en tout genre.

Je vous conseille de dormir au Mushkudiani Manor. Une grande maison d’hôte avec une vue imprenable sur les montagnes. L’accueil familiale est vraiment au top. Ne vous arrêtez pas sur les photos des chambres qui font un peu vieillottes, l’intérieur est vraiment chaleureux et cosy, c’est à la géorgienne. Excellente adresse !

Seconde option intéressante, cette guesthouse bien située, qui propose des chambres propres et confortables, ainsi que des petits-déjeuners hyper copieux. Si la première que je vous conseille est prise, alors choisissez celle-là !

Où manger à Mestia

Le délicieux ajapsandali que j’ai mangé à Lushnu Qor…

Je vous ai déniché trois restaurants qui valent le coup d’être testé lors de votre séjour à Mestia. Les voici.

> Shiola

C’est le premier restaurant que j’ai testé à Mestia, et c’est aussi le moins bon de cette liste.

Il y a deux choses qui me font vous recommander ce restaurant : d’abord sa vue superbe sur la rivière et sur les montagnes au sud de Mestia. Si vous mangez en terrasse (ce que je vous conseille), vous allez en prendre plein les yeux.

La deuxième raison qui me fait le mettre dans cette liste de suggestions, c’est leurs desserts délicieux. Autant les plats de résistance (j’ai choisi des plats géorgiens) étaient assez quelconques, autant au niveau du sucré, c’était une tuerie absolue. J’ai même repris deux fois de leur muffin au caramel (et pourtant je suis plus salé que sucré, d’habitude).

Rajoutez à cela un patron gentil comme tout (qui ne parlait pas l’anglais, ceci dit), et une addition assez douce (attention tout de même au 10% de service qui sont rajoutés sur la note finale), et vous avez là une adresse très correcte pour manger à Mestia.

> La Trattoria

J’ai découvert ce restaurant en rentrant de ma randonnée au Chaaldi Glacier, après avoir pris un gros déluge sur le coin de la figure. Le cadre est douillet aussi bien à l’extérieur (où ils ont installé des grands canapés) qu’à l’intérieur (ambiance chalet de haute-montagne, très chouette). J’ai pu me sécher et me réchauffer sur leur belle terrasse en attendant de manger un bon plat de pâtes bolognaises faites avec des produits frais. De la très bonne cuisine, un service souriant et efficace, vraiment une excellente adresse pour bien manger à Mestia !

Seule ombre au tableau : ils ne prennent pas la carte bleue, il faut donc prévoir un peu de cash. Au niveau des prix, comme partout dans les restaurants de Mestia, il faut rajouter un pourcentage pour le service (10%), sur l’addition finale.

> Lushnu Qor

C’est la propriétaire de ma guesthouse qui m’a recommandé ce restaurant très sympa, proche du coeur de Mestia, sur la route principale. Il y a une grande terrasse ombragée où on peut aussi bien boire un verre (pas mal de choix en boissons locales, bières et alcools forts) que manger (carte très fournie en plats géorgiens).

J’y ai goûté un délicieux ajapsandali (entre le ragoût d’aubergines et la ratatouille) et un shkmeruli (du poulet cuisiné avec une sauce à l’ail). J’ai aussi pris une soupe de yahourt froide servie avec des herbes aromatiques (une sorte de raïta pour ceux qui voient de quoi il s’agit), une tuerie ! J’ai terminé mon repas avec une chacha à la pêche (fabrication maison), ça aide à la digestion 🙂

Voilà, avec tout ça vous avez déjà de quoi tester plusieurs restaurants intéressants. La meilleure cuisine est à Lushnu Qor, le meilleur service et la meilleure ambiance sont à la Trattoria, et la meilleure vue est à Shiola. A vous de voir !

> Pensez à manger dans votre guesthouse

La plupart des guesthouses de Mestia proposent aussi, moyennant finance, de vous préparer à manger pour le diner et/ou pour le petit-déjeuner. C’est du fait maison, avec les produits du jardin (ou de celui d’un voisin), ça ne coûte pas beaucoup plus cher que le restaurant, et surtout c’est servi en quantité pharamineuse.

Si vous prenez le petit déj, vous n’aurez pas besoin de remanger avant le diner tellement les portions sont copieuses (si vous ne finissez pas tout – c’est impossible – demandez à embarquer les restes dans une boîte pour vous servir de pique-nique au cours de la rando du jour).

Une guesthouse qui fait de la très bonne cuisine, c’est celle-ci.

Comment se rendre à Mestia

L’arrivée des marshrutkas sur la place principale du bourg…

Mestia est relativement bien desservie par les transports en commun géorgien, en tout cas compte tenu de son isolement et de la distance avec les grandes villes du pays (Tbilissi, Kutaisi, Batoumi).

> Aller à Mestia de Tbilissi

Voici les différentes façons d’aller à Mestia après avoir visité Tbilissi.

>> En marshrutka

Il est possible d’aller à Mestia depuis Tbilissi par marshrutka, mais c’est hyper long (il faut traverser tout le pays d’est en ouest, puis grimper plein nord dans les montagnes). Comptez 11 heures de trajet minimum, dans des conditions très inconfortables, pour un billet à 30 laris. Les départs se font de la gare de Vagzali à Tbilissi. Un seul départ par jour, à 5 heures du matin (arrivez tôt car vous ne serez pas les seuls à vouloir une place). Le ticket s’achète au chauffeur, sur place.

>> En train

Autre option : prendre le train de nuit qui va de Tbilissi à Zugdidi (départ à 21H45 de la gare de Tbilissi – 8h30 de trajet pour un coût allant de 8 à 35 laris selon la classe choisie). De Zugdidi, il faut attraper la marshrutka qui va à Mestia au petit matin (les chauffeurs interpellent les touristes dès la descente du train, pas de problème pour les repérer). La marshrutkta Zugdidi – Mestia coûte 20 laris.

>> En avion

La solution la plus rapide pour aller de Tbilissi à Mestia consiste tout simplement à prendre l’avion, Mestia s’étant doté d’un aéroport flambant neuf au début des années 2010. C’est la compagnie géorgienne Vanilla Sky qui fait les liaisons. L’inconvénient c’est qu’il n’y a pas des vols tous les jours, et que quand bien même ils sont annoncés, ils peuvent subir des annulations en raison de la météo aléatoire sur les montagnes de Mestia. Pour trouver les dates et les prix des vols (très abordables, rarement plus de 30€ l’aller-simple), passez par ce site.

Ma recommandation personnel, si vous devez aller à Mestia depuis Tbilissi, c’est de faire le trajet en deux fois en marshrutka, en faisant étape à Kutaisi. Cela vous permet de visiter Kutaisi, une jolie petite ville dont on fait le tour en quelques heures, et de ne pas flinguer complètement une journée dans les transports en commun.

> Aller à Mestia de Kutaisi

A Kutaisi, les marshrutkas partent de la gare routière principale, en retrait du McDonalds (ici exactement). Il n’y a qu’un seul départ par jour, à 9 heures.

Le trajet coûte 25 laris par personne et dure entre 5 et 6 heures, selon si votre chauffeur est suicidaire ou juste fou.

Les tickets s’achètent à droite du casino qui se trouve là, à un petit guichet tout discret avec un petit panneau bleu. On ne peut pas réserver les billets à l’avance : il faut les acheter le jour J.

Mestia étant une destination très demandée et les places dans la marshrutka n’étant pas illimitée, ce sont les premiers arrivés qui sont les premiers servis. Si vous n’avez pas envie de rester coincé à Kutaisi, je vous invite fortement à arriver tôt sur place pour acheter votre billet parmi les premiers, et être certain d’avoir une place.

> Aller à Mestia de Batoumi

Je n’ai pas fait le trajet Mestia – Batoumi, et pour tout vous dire j’ai oublié de me renseigner sur place sur la durée du trajet et son coût. Ce que je sais, c’est que la liaison existe : le matin où je repartais de Mestia pour Kutaisi, j’ai vu une marshrutka partir de Mestia à destination de Batoumi avec des touristes dedans.

Compte tenu de la distance à parcourir, comptez au moins 6 heures de route. Le départ auquel j’ai assisté a eu lieu à 9h. Je ne sais pas si c’était la première marshrutka du jour, et je sais encore moins s’il y en a d’autres après. Dans le sens Batoumi-Mestia, les marshsrutka partent de la gare routière principale de Batoumi. Le prix ne devrait pas excéder les 25 laris par personne pour faire ce trajet.

Autres infos pratiques à savoir sur Mestia

Derrière les vaches, en arrière plan avec la devanture rouge, la banque de Mestia et son distributeur…

Vous cherchez d’autres infos sur la ville de Mestia pour préparer votre séjour sur place ? Je réponds aux principales questions ci-dessous.

> Où faire ses courses à Mestia

Il n’y a pas de supermarché à Mestia, mais plein de petites supérettes un peu partout dans le bourg. Elles ont toutes la même enseigne “minimarket”, et on y trouve sensiblement la même chose aux mêmes tarifs.

Près du pont blanc, on trouve une petite épicerie d’une dame très gentille qui vend, entre autres, des fruits secs (plutôt utile quand on part en rando). Pour l’anecdote, la jeune femme étant surprise que je m’adresse à elle en géorgien, elle m’a demandé d’où je venais et, comprenant que j’étais français, m’a sorti un “bonjour mademoiselle” complètement inattendu et qui m’a bien fait marrer.

Autrement, si vous voulez goûter au pain géorgien, il y a une petite boulangerie juste à l’angle de la place des marshrutkas, côté opposé aux véhicules (donc côté rivière).

> Où trouver un distributeur / une banque / un bureau de change

Si vous avez lu la légende de la photo qui illustre cette partie, vous le savez désormais : il y a une banque à Mestia, donc un distributeur de billets. Elle se trouve sur la route principale du bourg, entre la place où arrivent les marshrutkas et le pont blanc (beaucoup plus près du pont blanc, d’ailleurs).

> Où se trouve l’office de tourisme de Mestia

L’office de tourisme de Mestia se trouve à côté du Café Laila, sur la place pavée qui se trouve derrière la place d’arrivée des marshrutkas (de là, passez dans le passage en arche sous la grosse tour de garde). Son adresse officielle est 7 Seti Square, mais ça ne vous donnera pas grand chose car la plupart des rues n’ont pas de panneaux à leur nom.

On y trouve des cartes de toutes les randonnées à faire sur place (donc celles que j’ai évoquées dans cet article). Mais j’ai l’impression qu’ils sont débordés et qu’ils manquent systématiquement de cartes en latin (pas de problème pour les cartes en russe et en géorgien, par contre). Malgré un accueil un peu mollasson, c’est un passage quasi-obligatoire quand même ne serait-ce que pour récupérer les cartes.

> Quelle est la durée idéale d’un séjour à Mestia ?

Personnellement, j’ai passé 4 nuits à Mestia, donc 3 jours entiers. C’était parfait : j’ai commencé mon séjour par la rando du Chaaldi Glacier. Le deuxième jour, j’ai grimpé jusqu’aux Koruldi Lakes, et enfin le troisième jour j’ai randonné jusqu’aux antennes de télévision de Zuruldi.

Il n’y a pas vraiment d’autres options pour randonner au départ de Mestia sans véhicule, donc à moins de vouloir passer une journée de repos complet à ne rien faire de particulier, je trouve que 3 jours entiers sur place est la durée idéale. A vous de voir selon vos envies, la durée que vous avez pour visiter la Géorgie et le temps que vous voulez accorder à Mestia au cours de ce voyage (il y a beaucoup à faire dans ce pays).

> Quand venir à Mestia…

… pour trouver les meilleures conditions (météo et affluence touristique) ?

Avant de venir à Mestia, j’avais les yeux collés aux prévisions météorologiques. Ils annonçaient de la pluie non-stop pendant les deux semaines précédent ma venue, et idem pour les deux semaines qui suivaient. Pour info, je suis venu en Géorgie sur deux semaines de mi-juin à fin-juin. Malgré l’annonce d’un temps maussade, je suis globalement passé entre les goutes (j’ai été un peu mouillé par moment et j’ai assisté à un bel orage, mais rien de bien méchant comparé à ce qui m’attendait à Stepantsminda, Kazbegi).

Bref, la meilleure période pour venir à Mestia et profiter des randos qu’offrent ses montagnes, c’est entre juin et septembre. Juillet et août sont les deux meilleurs mois niveau météo mais ce sont aussi les plus chargés touristiquement parlant. L’automne est intéressant aussi car il fait doux et il ne pleut pas forcément autant qu’on pourrait le croire. C’est surtout au printemps, quand la neige fond, que les précipitations se font fréquentes. Autrement, l’hiver, il fait froid mais souvent assez beau, ce qui permet de skier dans des conditions optimales.

En clair, évitez surtout la période mars-mai qui est vraiment désagréable et qui n’est absolument pas conseillée pour randonner en toutes sécurité. A part ça, choisissez votre dosage entre un peu plus de pluie et un peu moins de touriste, ou inversement.

Vous savez tout pour passer un excellent séjour à Mestia

Voilà, désormais vous avez toutes les infos pour réussir votre séjour à Mestia, au cœur de la jolie région de Svanétie.

Pour ma part, Mestia a vraiment été l’apogée de mon voyage en Géorgie : des paysages superbes, une météo correcte malgré quelques gouttes de pluie (rien en comparaison de ce que j’aurais plus tard à Stepantsminda), des belles rencontres et de la cuisine délicieuse. Que demander de plus ?!

Si cet article vous a été utile, cliquez sur ‘J’aime’ ci-dessous, ça m’encourage à continuer de publier des guides détaillés sur les endroits où je me rends.

Et pour soutenir mon travail, un truc simple à faire pour vous : passez par les liens présents dans mes articles quand vous réservez un billet d’avion, un hébergement ou une activité. Certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change rien au tarif que vous payez.

Voilà, quoi qu’il en soit je vous souhaite un excellent séjour à Mestia et en Géorgie !

Jérémy.