Kazbegi – Stepantsminda, Géorgie : le guide de voyage détaillé pour réussir votre séjour

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous préparez votre voyage en Géorgie et vous envisagez de passer par la région de Kazbegi – Stepantsminda ? Excellente idée, j’en rentre tout juste et je vous le dis tout de suite : ce coin est l’un des plus beaux de Géorgie, vous allez en prendre plein les yeux.

Dans cet article, je vous partage toutes les infos importantes pour préparer et réussir votre séjour à Kazbegi – Stepantsminda : vous saurez quelles sont les choses à faire sur place, où loger, où manger, et je vous partage également les meilleures randos des environs.

Prêt pour le guide ? C’est parti !

Infos pratiques en bref :

> Si vous cherchez un endroit où loger à Stepantsminda – Kazbegi, je vous recommande Chez Nino : accueil au top, literie confortable, et surtout une nourriture copieuse et délicieuse. La meilleure guesthouse de la ville, haut la main !

> Si vous n’avez pas encore acheté votre billet d’avion pour la Géorgie, pensez à regarder sur ce comparateur : il y a souvent des billets à des prix vraiment intéressants (moins de 100€ aller-retour pour la Géorgie !).

> Il n’existe pas de guide de voyage complet sur la Géorgie, malheureusement. Le moins pire, c’est celui-là, mais ça reste très moyen à mon sens.

Kazbegi ou Stepantsminda : petite mise au point historico-sémantique

Si vous avez déjà fait quelques recherches sur la Géorgie, vous avez probablement dû entendre parler de Kazbegi et de Stepantsminda. Au début, je ne comprenais pas à quoi correspondait chacun de ces noms, et j’ai fini par réaliser qu’il s’agissait, en fait, exactement du même endroit.

Kazbegi est simplement l’ancien nom de la ville appelée actuellement Stepantsminda. Mais les choses ont mis du temps à changer en Géorgie, et l’ancienne appellation est restée fréquemment utilisée. A la gare routière “Didube” de Tbilissi, par exemple, on retrouve encore les panneaux indiquant Kazbegi, ce qui peut être assez déstabilisant quand on ne connait pas l’histoire et qu’on cherche à se rendre à Stepantsminda. Surtout que, pour compliquer encore les choses, Kazbegi est aussi un petit district, dont lequel Stepantsminda est la ville principale. Bref, vous voyez l’embrouille venir.

Pour être clair, dans cet article je vais utiliser systématiquement les deux noms : Kazbegi – Stepantsminda pour designer uniquement la petite ville. Mais une fois sur place, ne soyez pas surpris si on vous parle de l’un ou de l’autre : en réalité, pour les touristes, il s’agit exactement du même endroit.

Que faire à Stepantsminda – Kazbegi

Voici quelques suggestions de choses à faire directement sur place, dans la bourgade de Stepantsminda – Kazbegi. Il y a peu d’options, mais ça devrait quand même vous occuper une journée complète. Pour une seconde journée sur place (je vous recommande au moins ça), il vous faudra sortir de la ville (cf mes suggestions des meilleures choses à faire aux alentours dans la partie suivante). Bref, commençons par ce que vous pouvez faire sur place, sans avoir besoin d’autre chose que vos jambes pour y accéder.

> Grimper au monastère de Gergeti

Le monastère de Gergeti est l’une des cartes postales les plus célèbres de Géorgie. Vous l’avez probablement déjà vu sur des brochures ou d’autres blogs de voyage. C’est une jolie église perchée sur un plateau dominant la ville de Kazbegi – Stepantsminda. En arrière-plan, dans tous les sens, vous verrez -si vous avez de la chance niveau météo- des montagnes enneigées et des vallées verdoyantes.

C’est l’immanquable absolu de tout séjour à Kazbegi – Stepantsminda. L’inconvénient, c’est qu’en tant qu’icône, presque, de la Géorgie, ce monastère attire du monde : vous y croiserez de nombreux touristes venus faire l’aller-retour sur la journée lorsqu’ils visitent Tbilissi (c’est long mais c’est faisable) et même des géorgiens en pèlerinage. Et je ne mentionne pas tous ceux qui, probablement comme vous, feront le trajet par eux-mêmes, par le sentier qui monte depuis la ville.

Bref, il y a du monde sur ce monastère. Mais le vrai bon plan, pour l’admirer, c’est de prendre du recul sur le sentier qui continue de grimper, sur la “colline” côté opposé à la ville.

>> Pour se rendre au monastère de Gergeti depuis la bourgade de Stepantsminda

Pour s’y rendre depuis Kazbegi – Stepantsminda : depuis la place principale il faut prendre le pont (le seul et unique, vous verrez forcément duquel je parle une fois sur place), tourner à gauche aussitôt vers le village (Gergeti est fléché). Monter la rue en lacet jusqu’à être au cœur du village de Gergeti, à un carrefour en T (quand j’y étais c’était aussi là que finissait la rue goudronnée). Pendant votre montée, repérez sur votre gauche une grande tour en pierre, à l’entrée de la vallée, elle sert de repère comme début de la rando vers le monastère.

Au carrefour en T, donc, prendre à gauche, jusqu’à une barrière de parking (du genre qui se lève). Continuez tout droit jusqu’à ce que le sentier se divise : l’un contourne la tour en pierre par la droite dans une ascension hyper raide dans de la caillasse/boue ; l’autre contourne la tour par la gauche dans un trajet un chouïa plus long mais moins raide (il suit le ruisseau). Je vous conseille celui de gauche (j’ai pris celui de droite à l’aller, celui de gauche au retour, et y a pas photo !).

Grimpez 30-40 min jusqu’à apercevoir une construction sur la colline a droite. Suivez toujours le sentier et tournez à droite vers l’église quand un sentier se présente (il faut presque couper à travers champs). Notez que vous ne pourrez rentrer dans l’église qu’en étant habillé de manière décente (genoux et épaules couverts pour les hommes, idem pour les femmes mais avec une sorte de robe-tablier qui sont fournis à l’entrée – gratuite d’ailleurs).

De l’église vous admirerez la vue sur Stepanstminda et les montagnes environnantes : magnifique. Pour avoir l’église elle-même dans votre champs de vision, grimpez la “colline” qui se trouve juste au dessus du parking moderne (200m au dessus de l’église). Vue époustouflante, même si pour ma part j’ai vraiment joué de malchance avec une météo exécrable.

Notez qu’il est aussi possible de grimper en voiture / taxi jusqu’à l’église, mais franchement c’est dommage de ne pas s’offrir une belle rando (on a davantage la sensation de mériter le paysage qui s’offre sous nos yeux). Si vous choisissez l’option d’un taxi, négociez votre tarif car ils essaient d’en prendre un max (on m’a dit qu’ils demandaient jusqu’à 100 laris pour faire ce tout petit trajet…). Les chauffeurs de taxi se trouvent facilement sur la place principale de Stepantsminda – Kazbegi.

> Randonner vers le glacier Gergeti

La grosse randonnée la plus populaire à partir de Kazbegi – Stepantsminda, c’est celle du glacier de Gergeti.

Une fois à l’église dont je parlais ci-dessus, il suffit de continuer le chemin de randonnée qui grimpe direction opposée à la ville pour accéder au Gergeti Glacier. C’est une rando qui demande un certain effort : il faut s’attendre à avoir les mollets qui chauffent sur une dizaine de kilomètres depuis la bourgade de Stepantsminda avant d’arriver au glacier (comptez donc 20 km aller-retour, avec un dénivelé de 1500 mètres et une élévation max à 3260). Il faut généralement 8 heures pour faire l’aller-retour.

Apparemment c’est une très belle rando, avec notamment une vue régulière sur le Mont Kazbek, l’un des plus hauts sommets du Caucase. Mais le jour où j’ai voulu faire l’ascension, je me suis rapidement trouvé dans un brouillard épais et sous un déluge de pluie constant. N’y voyant littéralement pas à 2 mètres, je n’ai pas voulu prendre de risque et j’ai renoncé.

Si vous tentez le coup, n’hésitez pas à me dire ce que ça rend, et à me transmettre vos recommandations / conseils sur cette rando que j’aurais vraiment aimé faire ! Ceci dit, vue l’altitude, il peut y avoir de la neige et des conditions particulièrement difficiles : ne vous lancez dans cette rando en solo que si vous avez de l’expérience dans la rando en montagne et que savez ce que vous faites. Sinon, vous pouvez vous faire accompagner d’un guide, je reparle des meilleures agences plus bas dans cet article.

> Explorer le village de Gergeti

Ça, vous pouvez le faire par tous les temps. Et c’est, je trouve, déjà une belle expérience en tant que tel. Il s’agit de déambuler dans les ruelles du village de Gergeti, qui se trouve pratiquement collé à Stepantsminda, mais de l’autre côté du pont. On y passe pour grimper vers le monastère de Gergeti, mais ça vaut le coup, je trouve, de prendre quelques minutes pour explorer ce village encore hors du temps, aux routes de terre et aux petites maisons basses, en pierre.

C’est un véritable voyage dans le temps dans une Géorgie rurale dont les jours sont comptés. A faire !

> Voir le musée d’histoire de la ville

Soyons clair : on ne vient pas à Kazbegi – Stepantsminda pour s’enfermer dans des musées. La nature est si impressionnante, si grandiose, que cela serait un véritable crime de ne pas y consacrer tout son temps. Ceci étant dit, si comme moi vous avez une journée avec une météo vraiment exécrable, vous pouvez toujours vous rabattre sur cette option.

Le musée d’histoire de Stepantsminda se trouve dans l’ancienne maison de l’écrivain géorgien Alexander Kazbegi (tiens, un nom familier). Vous y retrouvez sa collection personnelle d’objets d’art et de l’artisanat des peuples du Caucase. Pas un immanquable, vraiment, mais, encore une fois, s’il pleut… Why not !

Pratique :

Adresse : 2, Al, Kazbegi street.
Prix : 3 laris par adulte.
Ouvert tous les jours de 10h à 18h. Fermé le lundi.

Que faire autour de Stepantsminda – Kazbegi : suggestions de randonnées

Si vous voulez vraiment tirer parti des paysages magnifiques de Géorgie, il faut sortir de la ville de Stepantsminda et aller explorer le reste du district de Kazbegi. Pas forcément besoin d’aller bien loin, d’ailleurs : à seulement quelques kilomètres de là se trouvent déjà plusieurs vraies merveilles. Voici mes suggestions et mes conseils pour s’y rendre.

> Marcher dans la vallée de Truso

La vallée de Truso, qui commence au niveau des restes du village de Kvemo Okrokana, est réputée comme la plus belle vallée de Géorgie. Elle se trouve à une demi-heure de route de Kazbegi – Stepantsminda. C’est un endroit agréable pour faire une rando facile, où vous marcherez au milieu de ses cours d’eau et ses “piscines” naturelles d’eau ferrugineuse.

Si vous voulez suivre la randonnée complète, comptez environ 6 heures pour faire l’aller-retour sur le chemin qui part de Kvemo Okrokana et qui va jusqu’aux ruines de la forteresse de Zakagori (à l’heure où j’écris ces lignes, il n’est pas possible d’aller plus loin, c’est là où se trouve le poste frontière géorgien, la zone au-delà est militarisée). Globalement, c’est de la marche assez facile, avec un dénivelé positif de seulement 220 m. Par contre ça peut être long si vous voulez faire tout le trajet (22km aller-retour, même si c’est relativement plat ça commence à faire une bonne trotte !). Mais rien ne vous oblige à faire l’intégralité, bien sûr.

>> Comment se rendre à la vallée de Truso depuis Stepantsminda – Kazbegi

Il n’est pas possible d’aller à la vallée de Truso en transport en commun depuis Stepantsminda – Kazbegi (ni depuis n’importe où ailleurs, en réalité).

Les deux solutions qui s’offrent à vous sont :
le taxi : il vous en coûtera autour de 80 laris, c’est cher mais à ce prix là le chauffeur vous attendra une bonne partie de la journée et vous ramènera à Stepantsminda le soir
le minivan privé de l’agence Mountain Freaks.

Pour cette seconde solution, celle que j’ai choisie pour mes explorations des environs, le prix est de 30 laris par personne pour l’aller-retour (environ 9-10€). Ils proposent deux créneaux horaires :
– un départ à 9h15 et un retour à 16h
– ou pour les moins matinaux un départ à 11:15 et un retour à 18h.

Je conseille de partir sur le premier créneau horaire car souvent la météo dans la vallée de Truso a tendance à se gâter à partir de l’heure de midi.

De juin à septembre, il est fortement recommandé de réserver à l’avance votre place dans le minivan, car elles partent très vite (il n’y a que 7 places disponibles). Vous devez réserver vos tickets en personne directement à l’agence. Elle se trouve sur la route principale de Stepantsminda, juste avant d’arriver à l’arrêt des marshrutkas quand on vient de Tbilissi. Cliquez-ici pour voir l’emplacement exact, ça sera plus simple.

> Explorer la vallée de Juta

Ce coin du distric de Kazbegi est surnommé “les Dolomites Géorgiennes”, et on comprend pourquoi quand on s’y rend : c’est grandiose.

Juta, c’est une vallée glaciaire, où la main de l’homme ne semble avoir aucune prise dès que l’on s’éloigne des quelques petites habitations du hameau (Juta est le village le plus en altitude de la region). Une des “surprises”, si je puis dire, c’est qu’à mon passage il n’était pas encore relié à l’électricité (mais ça va arriver vite car le village précédent, dont j’ai oublié le nom, vient d’être raccordé, donc probablement le temps que vous arriviez sur place et ça sera électrifié).

La randonnée de la vallée de Juta longe une rivière au débit assez impressionnant (en tout cas en juin). On marche avec des immenses montagnes vertes et blanches autour de soi, le décor est grandiose (je sais, j’ai déjà employé l’adjectif quelques lignes plus haut, tant pis pour la redite, c’est vraiment ce que j’ai ressenti !).

Il n’y a pas, là non plus, de difficulté particulière, en dehors d’une première petite montée assez pentue pour s’extraire du village et arriver sur le sentier de randonnée à proprement parler. Tout le reste est assez facile, même pour des marcheurs non entraînés. Repérez le panneau indiquant “Chaukhi Lake” et faites-en votre objectif : c’est une montée de 3 kilomètres, le long de la petite rivière. La seule difficulté technique que j’ai rencontrée c’est un passage dans la neige pour enjamber la rivière, justement. J’avais un peu peur que ça s’écroule sous mes pas, mais finalement tout s’est bien passé.

Si vous êtes vraiment aguerri ou que vous venez pour faire des gros treks, une fois que vous êtes à Chaukhi Lake vous pouvez continuer vers Chaukhi Pass (7km) ou Abudelauri Lake (10km). Chaukhi Pass est réputé pour être l’une des montées “touristiques” les plus difficiles de ce coin de Kazbegi – Stepantsminda. Pour ma part, j’ai fait demi-tour environ 500 mètres après avoir passé Chaukhi Lake : je me suis pris un énorme déluge sur le coin de la figure qui m’a glacé de la tête aux pieds.

Si vous cherchez un endroit pour vous réchauffer ou boire un coup / manger un morceau, il y a le lodge des 5 Seasons en bas de la vallée, juste après le hameau de Juta, où vous pouvez vous arrêter à votre retour de rando : une halte bienvenue !

>> Comment se rendre à Juta Valley depuis Kazbegi – Stepantsminda

Je vous renvoie à ce que j’ai écrit un peu plus haut concernant la vallée de Truso, c’est exactement pareil.

Le coût en taxi est de 80 laris, avec un chauffeur qui vous dépose, vous attend pendant que vous vous promenez, et vous ramène ensuite à Kazbegi – Stepantsminda.

Le meilleur plan à tous les niveaux, à mon sens, c’est toujours de passer par Mountain Freaks. Ça coûte 30 laris par personne, on est emmené dans une jeep avec 5 autres randonneurs (7 places disponibles dans la voiture, donc). Les horaires pour s’y rendre sont les deux mêmes options que pour la vallée de Truso :
– un départ de Stepantsminda à 9h15 et un retour à 16h
– ou pour les moins matinaux un départ à 11:15 et un retour à 18h.

Et comme précédemment, je vous conseille deux choses :
réserver la veille si vous êtes là entre juin et septembre, car les places sont limitées,
préférer les sorties matinales car la météo tourne au déluge à partir de midi (j’en témoigne !).

Au niveau pratique, vous trouverez l’agence Mountain Freaks au 44 de la rue Al.Kazbegi, juste avant la place centrale de Stepanstminda quand on arrive de Tbilisi.

Je rajoute juste un petit point pour préciser qu’avec Mountain Freaks vous ne faites pas la rando en groupe, et que les sorties ne sont pas guidées. C’est juste un chauffeur qui vous emmène et vous ramène à un point d’où partent plusieurs sentiers de randonnées.

Si votre truc, c’est d’être seul dans la nature, c’est tout à fait possible : laissez les autres randonneurs emmenés par la voiture prendre un peu d’avance sur vous, et le tour est joué. De toute façon, vous ne serez pas nombreux, et dès que ça va commencer à monter, le groupe va se disloquer. Aucun problème pour être tranquille !

> Admirer les gorges de Dariali

Troisième suggestion de sortie à partir de Kazbegi – Stepantsminda : les gorges de Dariali, qui sont considérées comme les portes du Caucase menant à la Russie (elles se trouvent à deux pas de la frontière). Malheureusement il n’y a pas de randonnée possible sur place en raison de la proximité avec la frontière. Si vous voulez venir là, ça sera juste pour admirer la vue, et notamment le superbe monastère de Dariali.

Si vous n’avez pas de véhicule, je vous conseille de passer encore une fois par le tour qu’organise Mountain Freaks (je vous assure qu’ils ne m’ont pas filé une seul centime pour que je parle d’eux à ce point là, c’est juste la seule option pour pouvoir sortir de Kazbegi – Stepantsminda si on n’a pas de voiture de location et qu’on n’a pas la possibilité de s’offrir un taxi à la journée). Au programme de l’expédition qu’ils proposent : la découverte du village de Tsdo, les deux cascades de Cveleti, et donc le monastère des gorges de Dariali, à la frontière russe.

Là encore, le tarif est le même : 30 laris par personne. Le départ est fixé à 12:30, il n’y en a qu’un dans la journée. Ils ne vous fixent pas d’heure de rendez-vous pour le retour, car le chauffeur ne vous lâche pas, il vous emmène simplement d’un point à un autre. Vous serez rentré à Kazbegi – Stepantsminda en fin d’après-midi.

Je n’avais plus assez de temps pour me lancer dans cette expédition, et des trois c’est de loin celle qui me tentait le moins (j’avais vraiment envie d’aller marcher seul dans la nature grandiose de la Géorgie). Si vous testez cette sortie, faites-le moi savoir !

> Deux autres suggestions si vous avez plus de temps

Voici deux autres endroits où je ne me suis pas rendu par manque de temps et parce qu’il faut louer une voiture (ou s’attribuer les services d’un chauffeur) :

le village d’Akhaltiskhe (à 10km de Stepantsminda), point de départ des gorges d’Artkhmo, où se trouvent plusieurs villages abandonnés (Miguda et Artkhmo), et où on peut admirer plusieurs belles cascades.

la forteresse de Sno, sur les rives de la rivière du même nom. Elle est construite au sommet d’une colline et domine tous les environs.

Où loger à Kazbegi – Stepantsminda

Il y a l’embarras du choix en ce qui concerne le logement à Kazbegi – Stepantsminda : la petite ville géorgienne regorge d’hôtels et de guesthouses en tous genres. Même à la haute-saison, malgré des prix qui grimpent sérieusement (enfin ça reste dans des proportions raisonnables pour nos portefeuilles de français, rassurez-vous), vous n’aurez pas de mal à trouver un endroit où loger.

> La meilleure guesthouse de Kazbegi – Stepantsminda

Si vous vous demandez où dormir, je vous conseille la meilleure guesthouse de Kazbegi – Stepantsminda : chez Nino. Alors ok, je ne suis pas objectif car je n’ai pas dormi ailleurs que chez elle, lors de mon séjour sur place. Mais je vous la recommande les yeux fermés car tout était parfait de A à Z.

Outre un accueil chaleureux avec un encas et une boisson, la chambre était spacieuse, les lits hyper confortables et la localisation idéale, à 150 mètres du coeur de la ville mais en retrait de la route principale (où passent bruyamment les marshrutkas, j’étais donc content d’être loin de ça). J’ai donc parfaitement dormi, au calme, au pied des montagnes, dans un environnement vert et propice au “cocooning”. La gentillesse et la serviabilité de Nino fait que j’avais l’impression d’aller passer des vacances chez une tante éloignée (si vous vous posez la question, oui, Nino est un prénom féminin).

La cerise sur le gâteau, chez Nino, concerne la nourriture. Elle propose, moyennant une somme modique, de servir aussi les petits déjeuners et les dîners. Vue la piètre qualité des restaurants à Kazbegi – Stepantsminda (cf partie suivante), je n’ai pas hésité une seconde à faire appel à ses services (enfin à ceux de sa maman, excellente cuisinière et vieille dame adorable). J’ai mangé de la cuisine géorgienne absolument délicieuse, et pour le coup 100% authentique, dans des proportions gargantuesques. Elle m’a servi des pkhalis, des khachapuris, et pas mal d’autres trucs simples et savoureux. C’est absolument impossible de tout finir tellement il y en a. Tous les ingrédients viennent du jardin ou de ceux du voisinage, et ça se sent !

Bref, si vous avez quelques jours à passer à Kazbegi – Stepantsminda et que vous vous demandez où loger, franchement ne cherchez plus et allez chez Nino : on mange délicieusement et on dort parfaitement bien. Nickel !

Ah, et dites-lui que vous venez de ma part, ça lui fera plaisir !

> D’autres options pour loger à Kazbegi – Stepantsminda

Si Nino n’a plus de disponibilité, je vous conseille cette autre guesthouse. Je ne l’ai pas testé moi-même mais c’est là que logeait une jeune suisse rencontrée quelques jours plus tôt à Mestia et recroisé par hasard ici. Elle m’en a dit beaucoup de bien également (bonne cuisine, literie confortable, etc). C’est un peu à l’écart du centre, mais ce n’est pas gênant, au contraire (plus de calme, meilleure vue, etc).

Si vous n’avez pas envie de vivre l’expérience guesthouse en immersion dans une maison géorgienne, alors vous pouvez vous tourner vers cet hôtel sur les hauteurs de la ville, avec une prestation vraiment impeccable et une vue magnifique.

Où sortir à Kazbegi – Stepantsminda

Dans cette partie, on va parler des endroits où vous pouvez reprendre des forces après vos explorations dans les alentours de Kazbegi – Stepantsminda.

> Les restaurants de Kazbegi – Stepantsminda

Souvent, les guesthouses proposent aussi de vous cuisiner des bons petits plats maison, avec des ingrédients du jardin et un savoir-faire authentique. C’est le must pour se nourrir à Kazbegi – Stepantsminda, et de loin, vue la piètre qualité des restaurants sur place.

J’ai été déçu de la qualité des restaurants à Kazbegi – Stepantsminda. Ce n’est pas très étonnant : la ville étant touristique, ils n’ont aucunement besoin de fidéliser la clientèle et peuvent se contenter du minimum absolu, puisque de toute façon chaque nouvelle journée amène son lot de nouveaux clients potentiels. Le plus important, pour eux, c’est la localisation de leur établissement. La qualité de la nourriture passe clairement après.

>> Khevi

Bref, pour vous faire un petit topo rapide, le premier restaurant de Stepantsminda où je me suis rendu, c’est Khevi. Il se trouve légèrement en retrait de la place principale, sur la partie haute. Je me suis installé en terrasse, personne n’est venu prendre ma commande (alors qu’un serveur est venu fumer dehors à 3 mètres de moi). Ensuite je me suis mis à l’intérieur, sur une table avec vue sur les montagnes : ça ne leur a pas plu car nous étions 2 et la table était prévue pour 6 (le restaurant était totalement vide, pourtant…).

Ensuite, la serveuse est venue littéralement nous jeter le menu sur la table, et quand moi ou ma copine avions des questions sur un des plats proposés, elle soupirait à chaque fois, levait les yeux au ciel, et se contenter de deux syllabes en guise de réponse. Finalement, on est parti avant de manger tellement le service était honteux. Une mésaventure similaire est arrivée à un taiwanais rencontré dans la marshrutka de retour vers Tbilissi. Bref, à éviter.

>> Cozy Corner

Ce soir là, on s’est rabattu sur le restaurant Cozy Corner, qui se trouve juste après le pont de Kazbegi – Stepantsminda, quand on prend la direction de Vladikavkaz. L’environnement est sympa à l’extérieur : des tables en palettes posées dans l’herbe, le long d’un ruisseau. Les serveurs, là, font leur boulot correctement, c’est déjà ça. A l’intérieur, il y a du karaoké. C’est pas mon délire, mais si vous aimez vous pourrez passer un bon moment.

Au niveau de la qualité de la nourriture, c’est clairement très en-dessous de ce que j’ai pu goûter en Géorgie : c’est vraiment quelconque et les portions sont assez petites. Le prix est correct, ceci dit, la raison étant probablement qu’ils n’ajoutent pas les 15% de service de la plupart des autres restaurants du pays (le montant du service est donc à la discrétion du client).

Ce qui est triste, c’est que c’est le meilleur restaurant que j’ai fait à Kazbegi – Stepantsminda, mais que c’est aussi, de loin, le plus mauvais de tout mon voyage en Géorgie (où j’ai délicieusement mangé, cela doit être dit).

>> Panorama

Enfin dernier endroit : le restaurant Panorama, que vous ne manquerez pas de croiser en prenant le chemin du monastère de Gergeti. Son nom est assez trompeur : la vue n’est pas extraordinaire (enfin, on voit les montagnes, mais de la même manière que depuis tout le reste de la ville). Ils ont juste eu la bonne idée de construire un bâtiment circulaire et mettre des baies vitrées sur l’ensemble, ce qui est plutôt appréciable. Au niveau de la nourriture elle-même, la propriétaire de ma guesthouse m’a dit que c’était l’un des meilleurs endroits de la ville. Mais elle m’avait aussi conseillé Khevi, dont je vous parlais plus haut, donc j’ai préféré m’abstenir. A vous de voir si vous tentez le coup !

>> Ma meilleure recommandation pour manger à Stepantsminda – Kazbegi

Bref, ma recommandation, c’est de vous nourrir directement dans votre guesthouse : vous aurez mieux pour moins cher. Si vous logez chez Nino, comme je l’ai fait, vous allez vous régaler des plats cuisinés par elle et sa maman : de l’authentique cuisine géorgienne aux portions copieuses, délicieuses, et en prime c’est préparé et servi avec le sourire (en photo, la portion qui nous a été servie pour le dîner… Impossible de finir ça à deux !). A faire absolument, même si vous résidez dans une autre guesthouse que celle où j’étais.

> Les cafés et bars :

Je ne vais pas vous mentir : ce n’est pas à Stepantsminda que vous trouverez une vie nocturne délirante. Il y a très peu de cafés et encore moins de bars dans cette petite ville d’à peine 1000 habitants (même si à la haute saison, la population se multiplie au moins par 3 – c’est à vue de pif, je n’ai pas de stats officielles sur le sujet).

Un endroit sympa et original, c’est l’Awtobus Café, qui se trouve sur la route principale du village (celle qui prolonge la rue principale après la place centrale, légèrement sur la droite). Comme son nom l’indique, c’est un café qui a été aménagé dans un autobus, exactement comme dans ceux de la RATP. On peut y manger de bonnes pâtisseries également. Par contre c’est assez cher (on paie l’originalité du lieu). C’est plus un lieu pour sortir en journée plutôt qu’un endroit où boire une bière le soir.

Finalement, devant l’offre vraiment maigre, la seule façon que j’ai trouvé de boire un coup tranquillement c’était d’acheter une bière locale (il y a du choix) dans l’un des minimarkets de la ville (il y a du choix également), et de me poser sur un banc face à la montagne. Un peu dommage de ne pas avoir pu trouver un pub ou un endroit chaleureux où rencontrer du monde, il y aurait pourtant de quoi faire un truc sympa vu le volume de touristes. D’autant qu’en faisant mes recherches pour dénicher des endroits où sortir pendant mon séjour, j’ai systématiquement été refroidi par les commentaires peu élogieux sur TripAdvisor. A mon humble avis, le premier géorgien qui ouvre autre chose qu’un attrape-touriste va rafler la mise.

Je conclus cette partie en faisant une petite parenthèse : je pense que c’est la première fois, au cours de mes voyages, que j’ai aussi peu d’endroits à vous recommander pour une ville pourtant assez touristique. D’habitude, c’est plutôt l’inverse : je dois me restreindre sinon je vous parlerai d’une dizaine de lieux à chaque fois, ce qui nous vous aiderait pas à faire votre choix. Pour cet article consacré à Kazbegi – Stepantsminda, malheureusement je n’ai pas mieux à vous proposer. Si vous dénichez des perles, faites-le moi savoir et j’éditerai volontiers cette partie !

Comment se rendre à Kazbegi – Stepantsminda

Si vous ne comptez pas dormir sur place mais simplement faire une excursion à la journée à Stepantsminda depuis Tbilissi, je vous conseille de passer par cet organisme qui s’occupe de tout ! Vous n’avez qu’à vous laisser guider et admirer les paysages qui s’offrent à vous !

Comme toutes les petites bourgades paumées au fin fond de la montagne géorgienne, Kazbegi – Stepantsminda est assez difficile d’accès, bien que cela soit toujours plus aisé que de se rendre à Mestia ou à Ushguli, par exemple, pour citer ses deux principales concurrentes.

Pour aller à Kazbegi – Stepantsminda avec les transports en commun, c’est possible depuis Tbilissi uniquement.

> Aller de Tbilissi à Stepantsminda – Kazbegi

Le trajet se fait en marshsrutka (sorte de minibus assez typique de l’ex Union Soviétique, pas très confortable mais très bon marché, fréquent et assez fiable dans l’ensemble). Le départ se fait à la gare routiere de Didube, dans les faubourgs du nord de Tbilissi.

Pour s’y rendre, prenez le métro dans Tbilissi (cf explications ici). Quand vous sortez du métro prenez la sortie de gauche puis le tunnel de droite. Vous arrivez sur une petite place bordélique. Traversez-la en diagonale, tournez à droite vers les minivans, avancez de 15-20 mètres et engouffrez-vous à gauche dans un petit passage de 20 mètres de long. Vous arriverez sur la place d’où partent les mashruktas pour Kazbegi – Stepantsminda.

Vous pouvez acheter votre ticket directement au chauffeur. Le tarif est de 10 laris par personne et est non négociable.

Il faut compter trois bonnes heures de trajet (pour ma part on a mis 6 heures, mais on est resté coincé un durée interminable au milieu d’une fête de village, quelque part à mi-parcours).

Au niveau des horaires, il y a des départs de marshsrutkas toutes les heures de 8h à 13h. Après 13h, seuls les minivans circulent et annoncent un tarif à 20 lari par personne, qui peut être négociable à 15 si vous êtes plusieurs.

> Repartir vers Tbilissi de Stepantsminda – Kazbegi

Pour le retour de Kazbegi – Stepantsminda vers Tbilissi, il y a des départs de mashruktas toutes les heures ou presque de 7 à 18h. Le tarif est de 10 laris aussi, à acheter au chauffeur directement, le jour venu. La gare routière (enfin, façon de parler, c’est juste un bout de parking où se garent les marshrutkas) est sur la place principale de la bourgade, vous ne pourrez pas la rater.

Dans les deux cas, à l’aller comme au retour, je vous conseille d’arriver avec un peu d’avance sur l’heure de départ annoncé. D’abord parce que ces horaires sont purement indicatifs, en réalité les marhsrutkas partent dès qu’elles sont pleines. Et surtout parce qu’il y a systématiquement plus de monde voulant partir que de places disponibles. Si vous arrivez en dernière minute, la marshrutka sera donc souvent déjà pleine et vous serez obligé d’attendre le départ de la suivante, ce qui peut être contrariant si vous avez des horaires précis à respecter (pour aller prendre un avion, par exemple). Donc si vous ne voulez pas rester à quai, essayez d’arriver tôt (je vous conseille une bonne demi-heure en avance) et achetez votre ticket directement, histoire d’assurer le coup.

Autres infos pratiques sur Kazbegi – Stepantsminda

Si vous vous posez d’autres questions sur votre séjour à Kazbegi – Stepantsminda, j’y réponds probablement ci-dessous.

> Où faire ses courses à Kazbegi – Stepantsminda

Vous avez plusieurs options pour faire vos courses à Kazbegi-Stepantsminda. La plus simple, c’est de vous rendre au petit supermarché qui se trouve au bout du bourg, sur la route principale, dans la continuité du chemin par lequel vous serez arrivé (la route qui tend légèrement à droite au niveau de la fourchette – il ne faut pas suivre la direction de Vladikavkaz). Vous verrez d’assez loin son panneau jaune “Market Ska” (adresse : 8 rue Al Kazbegi). Vous trouverez un peu de tout et à des prix très raisonnables : fruits, légumes, biscuits, eau, etc. De quoi faire le plein avant de commencer les choses sérieuses dans les montagnes.

Concernant les autres options pour faire vos courses, vous n’aurez que l’embarras du choix : comme partout en Géorgie, le village de Kazbegi-Stepantsminda regorge de “minimarkets”. Il y en a pratiquement un dans chaque rue. Alors, parfois, ils ne vendent vraiment pas grand chose : quelques biscuits, fruits secs et de l’eau. Mais la plupart du temps vous trouverez quand même la majorité des choses dont vous aurez besoin, y compris des produits frais.

Enfin, un endroit que j’ai bien aimé, c’est le petit monsieur qui vend ses fruits juste avant la place centrale de la ville, quand on arrive par la route principale depuis Tbilissi. Ses produits sont délicieux (je lui ai acheté des kilos de cerises et d’abricots), ses prix vraiment rikikis, et en plus il est gentil comme tout avec les touristes. Parfait !

A gauche de l’écran, devanture rouge, la banque. A droite, enseigne jaune, le supermarché.

> Où trouver un distributeur / une banque / un bureau de change

Sur la route principale du bourg, quand vous continuez d’avancer dans le même sens que lorsque vous êtes arrivé, juste en face du “supermarché” cité plus haut, se trouve un distributeur de billets. Il fonctionne 24 heures sur 24, donc vous pourrez retirer des laris géorgiens sans difficulté. Il est adossé à une banque (“Liberty Bank, 7 rue Al Kazbegi.) qui, elle, a des horaires d’ouverture assez classiques. Mais logiquement vous n’aurez pas besoin de rentrer dans la banque. Pour le bureau de change, je n’en ai pas eu besoin mais il y en a d’annoncé sur la place principale, juste en face de la gare des marshrutkas.

> Où se trouve l’office de tourisme de Kazbegi – Stepantsminda

Quand je suis arrivé à Kazbegi – Stepantsminda, la première chose que je me suis mis en tête de trouver, c’est l’office de tourisme, afin d’obtenir des cartes détaillées des randonnées possibles à faire dans les environs. Problème : il n’y a pas de réel office de tourisme à Kazbegi – Stepantsminda, mais des bureaux “d’agences de voyage”.

La première boutique où je me suis rendu, c’est juste au-dessus de la gare routière des marshrutkas, dans un grand bâtiment tout moderne qui dénote complètement avec le reste de la bourgade. Mais là, la dame à l’accueil me dit que ce n’est pas l’office de tourisme de Kazbegi – Stepantsminda, mais de la région toute entière, qu’elle n’a pas de cartes locales à me donner, et elle m’envoie vers l’agence Mountain Freaks qui se trouve ailleurs dans la bourgade.

Pour l’anecdote, pendant mon séjour à Kazbegi – Stepantsminda, je passais plusieurs fois par jour devant cet “office de tourisme” et à chaque fois je voyais des touristes ressortir déçus de ne rien pouvoir y obtenir comme info. A titre personnel, je trouve ça complètement illogique de faire construire un bâtiment pareil, d’y embaucher du personnel, et de ne pas être en mesure de donner des infos sur la localité même où ils se trouvent.

>> L’agence Mountrain Travel Agency : peu accueillant

Bref, je finis par aller dans un endroit qui s’appelle Mountain Travel Agency, un peu plus loin sur la droite de la route, dans un bâtiment déglingué. Déjà, quand je rentre là-dedans je ne suis pas rassuré, j’avais plus l’impression de partir en Urbex dans l’ex Union Soviétique que de me rendre dans un office de tourisme ou une agence de voyage.

J’arrive dans une pièce sombre et à l’odeur de renfermé, à l’étage de la maison glauque. Il y a 5 ou 6 jeunes assis en cercle, probablement en train de fumer, et que je semble clairement déranger. Vu l’attitude générale et les regards qu’on me lance, je me demande même si je ne vais pas me faire agresser. Je demande quand même, à tout hasard, si je peux avoir des infos touristiques, et l’un des mecs me répond “c’est 20 laris”. Wow, super, merci au revoir.

>> Mountain Freaks : professionnel de A à Z

Enfin, je finis par trouver un petit bureau : Mountain Freaks – Travel & Adventure Agency. La jeune femme qui m’accueille est compétente et parfaitement capable de me donner les infos dont j’ai besoin. Elle vend des cartes mais me laisse prendre en photos la zone qui m’intéresse, et m’explique en détails tout ce qu’il y a à voir et à faire dans les environs. Ca fait plaisir de tomber enfin sur quelqu’un d’utile ! C’est, du coup, avec cette agence que j’ai réservé mes excursions autour de Stepantsminda – Kazbegi, et tout s’est parfaitement déroulé.

Bref, si vous cherchez un vrai office de tourisme, vous serez déçu à Kazbegi – Stepantsminda, car il n’y a rien de tel. En revanche, l’agence Mountain Freaks est tout à fait capable de vous renseigner, et ne pousse pas spécialement à la vente de ses activités (c’est appréciable).

Ils ont deux bureaux dans Kazbegi-Stepantsminda : le premier est sur la route principale quand on arrive de Tbilissi, une cinquantaine de mètres avant la gare de marshrutkas, sur la droite. Et l’autre, c’est plus une petite officine que je soupçonne de n’être ouverte qu’à la haute-saison. Elle se trouve juste après la place principale, sur la route de droite qui mène vers le supermarché et la banque dont je parlais plus haut. C’est un petit “cube” tout en verre, sur la gauche de la route. Vous pourrez tout à fait passer devant sans vous en apercevoir car c’est vraiment rikiki. C’est là où j’ai eu la jeune femme particulièrement gentille et compétente.

> La sécurité à Kazbegi – Stepantsminda

Comme partout en Géorgie, je me suis senti parfaitement en sécurité à Kazbegi – Stepantsminda, à deux exceptions près : le jour où je suis rentré dans “l’agence” MTA (cf plus haut pour l’anecdote), et lors de ma rencontre avec un chien errant, sur le chemin de monastère de Gergeti. Pourtant, Kazbegi-Stepantsminda était la dernière étape de mon voyage en Géorgie, donc je commençais à être habitué aux chiens errants, j’en ai même “adopté” un pendant ma randonnée à Mestia vers les Koruldi Lakes. Mais celui-là m’a fait flipper notamment parce qu’il m’a aboyé dessus en montrant les dents, me forçant à hâter le pas pour m’éloigner de “son” territoire.

Mais le vrai moment de stress, c’est plus tard, pendant le retour de cette rando. A un moment je me suis retrouvé dans le brouillard complet et, ne pouvant plus avancer (je ne voyais littéralement plus à 2 mètres), je me suis assis sur une pierre et j’ai sorti mon casse-croûte. Quand le brouillard s’est dissipé, le chien était là, assis, juste à côté de moi, à me regarder fixement. J’ai cru faire une attaque cardiaque en voyant apparaître sa silhouette juste sous mon nez, dans la brume, sans avoir entendu quoi que ce soit. J’en ai des frissons rien qu’en écrivant cette scène !

Bref, à part les chiens errants avec qui je vous conseille toujours d’être prudents, même s’ils ne sont pas spécialement agressifs, il n’y a pas de danger particulier à Kazbegi-Stepantsminda. Faites attention aux voitures car les conducteurs géorgiens n’ont pas de pitié envers les piétons et ils conduisent vraiment vite. Le seul autre truc un peu chiant, c’est les chauffeurs de taxi qui vous abordent dès qu’ils vous croisent pour vous proposer de vous emmener ici ou là. Il suffit de décliner poliment et ils n’insistent pas.

> Quelle est la durée idéale d’un séjour à Kazbegi – Stepantsminda ?

Je pense que la durée minimum pour visiter Kazbegi – Stepantsminda et ses environs, c’est 2 nuits et une journée entière sur place. A condition d’arriver tôt le premier jour, de déposer les sacs dans votre guesthouse et de partir immédiatement au monastère de Gergeti (qui est quand même l’immanquable de toute visite de Kazbegi Stepantsminda).

Pour vraiment apprécier l’endroit, l’idéal à mon avis c’est 3 nuits et 2 jours entiers sur place, ce que j’ai fait. Ca vous laisse la possibilité de faire deux excursions hors de la ville (Juta et Truso), et sur la demi-journée de votre arrivée/départ de grimper au monastère de Gergeti.

Enfin, vous pouvez aussi rajouter une troisième journée : cela vous permet de pousser plus loin la rando de Gergeti et aller jusqu’au glacier. C’est ce que je voulais faire lorsque je me suis embarqué dans cette rando, mais la pluie, le vent et le brouillard en ont décidé autrement : impossible d’atteindre le glacier, j’ai dû faire demi-tour. Cette troisième journée peut aussi servir à aller voir les Dariali Gorge et le village Tsdo.

A voir selon la durée que vous consacrez à votre visite de la Géorgie (car mine de rien il y a beaucoup à voir, et ce n’est pas la même histoire selon si votre voyage dure une, deux ou trois semaines).

> Quand venir à Kazbegi – Stepantsminda

Alors, ça c’est la grande question. Perso, j’y suis allé en juin et j’ai eu constamment de la pluie, du brouillard et du vent. Même en Irlande en avril, j’avais eu meilleur temps. J’ai peut-être juste pas eu de chance, j’en conviens, mais pour avoir pas mal discuté avec la dame qui tenait ma guesthouse, elle m’a dit qu’il pleuvait souvent dans cette région de Géorgie (c’est ce qui rend les paysages si verts).

Par curiosité, j’ai regardé la météo pendant assez longtemps après mon passage, et j’y ai effectivement pratiquement tout le temps vu de la pluie annoncée. A l’heure où j’écris ces lignes, on est en septembre, presque trois mois après mon voyage, et la météo est encore à la pluie non stop sur l’ensemble des prévisions visibles sur Google.

Du coup, au départ j’étais parti pour vous recommander de venir plutôt en septembre, histoire de limiter les risques d’averse liés à la fonte des neiges du printemps, mais je ne suis pas certain que vous évitiez les gouttes pour autant. La saison la plus sèche est, visiblement, juillet-août (sans surprise finalement). Par contre, c’est aussi la période où il y a le plus de touristes sur place et dans les environs (beaucoup de russes notamment). Les prix grimpent allègrement à cette période, et ça grouille de monde.

Bref, ce que je vous conseille, au final, c’est de venir plutôt au printemps ou en septembre-octobre, mais surtout d’emmener des vêtements chauds et adaptés pour des pluies dilluviennes. C’est clairement indispensable !

Bon séjour à Stepantsminda et en Kazbegi !

On arrive à la fin de ce guide de voyage consacré à Kazbegi – Stepantsminda, un des endroits immanquables de tout voyage en Géorgie. Si vous aimez la montagne, les paysages grandioses, alors vous devez absolument rajouter cette petite bourgade sur votre itinéraire. D’autant plus qu‘elle est facilement accessible depuis Tbilissi, pas d’excuse donc 🙂 (et je suis sûr que ça vous plaira).

J’espère que les infos de cet article vous seront utiles pour préparer votre séjour. Si c’est le cas, pensez à cliquer sur J’aime ci-dessous, ça m’encourage à continuer la publication gratuite de guides détaillés comme celui-ci.

Et si vous voulez soutenir concrètement mon travail, un geste simple : passez par les liens présents dans mes articles quand vous réservez vos vols / hébergements / activités. Certains organismes me reversent une petite commission sans que cela ne change quoi que ce soit au montant que vous réglez.

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite un excellent séjour en Géorgie ! J’espère que ce pays vous séduira autant qu’il m’a séduit !

Jérémy.