L’espagnol : seconde langue la plus utile des voyageurs ?

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

parler-espagnol-voyages

Apprendre une nouvelle langue, ce n’est jamais facile. Passées les premières journées d’excitation liées à la découverte des sonorités, on se retrouve confronté à un problème un peu plus grand : réussir à comprendre, à faire des phrases simples, à exprimer ses pensées correctement, à réagir spontanément, et même à faire des blagues dans la langue en question.

Aujourd’hui, je ne suis vraiment capable de ne m’exprimer qu’en anglais. J’en parlais dans un précédent article, je suis en train d‘apprendre le suédois, mais je rame (et n’habitant plus en Suède, j’ai un peu perdu de ma motivation, du coup ça rentre moins bien dans mon crâne). Et mon espagnol commence à rouiller un petit peu, bien que je sois encore capable de le lire et d’en comprendre une bonne partie à l’oral.

Pourtant, apprendre l’espagnol quand on veut voyager à travers le monde, c’est loin d’être une idée idiote.

En fait, je suis même persuadé que l’espagnol est la deuxième langue la plus utile aux voyageurs, bien que ce ne soit « que » la 4e plus parlée dans le monde.

Ca semble clair :

  • les espagnols ne parlent pas d’autres langues, donc pour communiquer avec eux, soit on apprend la leur, soit… euh, bah soit on ne communique pas !
  • l’espagnol n’est pas parlé qu’en Espagne, mais aussi partout en Amérique Latine, soit en tout plus de 350 millions de locuteurs ! C’est quand même pas rien ! Surtout si vous comptez voyager dans ce coin de la planète !
  • l’espagnol peut vous aider à comprendre les autres langues latines. Si vous partez pour 2 semaines au Brésil, vous n’allez probablement pas tenter d’apprendre le portugais. En revanche, vous allez pouvoir vous débrouiller en espagnol, ne serait-ce que pour comprendre à l’écrit. Alors je sais, je vais me faire tomber dessus par les amoureux du portugais : les 2 langues sont sensées ne rien avoir en commun. Ceci dit, pendant mon voyage à travers le Portugal, j’étais bien content de comprendre l’espagnol, parce que je ne sais vraiment pas comment j’aurais fait pour comprendre quoi que ce soit. Clairement, les 2 langues sont proches.

De même, l’espagnol et l’italien sont assez similaires. Mathias, un argentin que j’ai rencontré à Venise, s’exprimait constamment en espagnol aux italiens qu’il rencontrait. Les italiens, très souvent, le comprenait bien et lui répondaient en italien. Les conversations n’étaient pas très fluides, mais c’était suffisant la plupart du temps, pour demander une direction par exemple.

Bref, l’espagnol est une porte d’entrée vers les autres langues latines, si un jour vous décidez de vous y intéresser (ou de visiter les pays où on parle ces langues).

Comment progresser facilement en espagnol :

Si j’avais su ce que voulait dire « huelga », mon séjour à Marbella aurait probablement été différent 😉

Si vous n’avez pas de bases, le plus simple c’est de commencer votre apprentissage par des séjours linguistiques en Espagne. Histoire de vous mettre directement dans le bain, d’être entouré d’enseignants professionnels, et d’élèves motivés qui vont vous tirer vers le haut.

Objectif : comprendre la structure de la langue, vous familiariser avec ses sonorités, acquérir les bases de grammaire, et un peu de vocabulaire.

Si vous avez déjà quelques bases, du genre les années collège/lycée, vous pouvez faire comme je l’ai fait : partir par vous même en Espagne, pour quelques mois. Sans transformer radicalement votre niveau, vous devriez déjà retrouver une certaine fluidité et progresser rapidement au contact des locaux.

Là, l’objectif sera plutôt de : « dérouiller » votre espagnol, retrouver les réflexes linguistiques, gagner en fluidité et en spontanéité, acquérir un maximum de vocabulaire, et enfin tenir une discussion à peu près normale avec des locaux.

Comment travailler son espagnol par soi-même :

Pour être complètement honnête, je ne m’installais pas en Espagne dans l’optique d’en faire un voyage linguistique. En réalité, je cherchais surtout le soleil, et voulais profiter du coût de la vie très abordable de l’Andalousie. Travailler mon espagnol n’était pas la priorité. Mais comme j’étais sur place, et que je me suis très vite rendu compte que la barrière de la langue allait gâcher mon séjour, j’ai décidé de m’y remettre.

Ce que j’ai fait :

-> j’ai regardé un maximum de films en espagnol sous-titrés français (« el dia de la bestia », « el crimen ferpecto », les Almodovar, etc…).

-> j’ai regardé des émissions de télé sur des thématiques simples (le sport notamment : c’est facile à comprendre)

-> je me suis fait des fiches de vocabulaire à réviser régulièrement grâce au logiciel « Anki » (c’est une petite merveille, et c’est complètement gratuit : vous rentrez des mots dans une langue, vous indiquez sa traduction, et le logiciel vous fait réviser tout seul, en espaçant les tests en fonction de votre rapidité à répondre !)

Et enfin, pour parler, j’ai rencontré une polonaise qui me donnait des cours d’espagnol pendant que je lui enseignais le français. En fait, on parlait normalement, parfois en français, parfois en espagnol. Sans jamais avoir l’impression de « travailler » ou de « réviser ».

Si vous suivez tout ça, vous allez rapidement acquérir un niveau correct en espagnol.

Ne faites pas la même erreur que moi…

Ceci dit, attention au piège. Si vous « oubliez » de pratiquer la langue, votre niveau va chuter.

J’en sais quelque chose : j’avais atteint un niveau potable en espagnol pendant mon séjour en Andalousie. Aujourd’hui, une demi-année plus tard, je suis retombé très bas, même si ça pourrait probablement revenir rapidement.

Pourquoi ? Parce que je ne pratique plus. Je ne fais plus mes révisions de vocabulaire, je ne regarde plus de films en espagnol, et je n’ai pas l’occasion de discuter dans cette langue (sauf une fois il y a quelques semaines, en Lituanie, avec une fille qui avait vécu à Alicante et que ça faisait marrer de reparler en espagnol avec moi).

Bref, je suis totalement convaincu de l’importance de parler espagnol – au moins les bases – quand on veut voyager longtemps, en particulier sur le continent américain (même aux Etats-Unis l’espagnol vous sera utile !).

Qu’en pensez vous ? Vous parlez espagnol ? C’est une langue que vous trouvez utile pour les voyages, ou pas du tout ? Répondez dans les commentaires !

Jérémy.