Méthode Assimil : avis, bilan et conseils pour ceux qui se lancent

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous cherchez un avis sur la méthode Assimil ? Vous êtes au bon endroit !

Ces dernières années, je me suis lancé dans l’apprentissage de plusieurs langues étrangères avec la méthode Assimil. J’ai commencé avec le suédois, puis je suis passé à l’italien et enfin, depuis que j’habite à Zagreb, j’apprends le croate.

Dans cet article, je vous donne mon avis complet sur la méthode Assimil : vous découvrirez le bilan de mes apprentissages avec cette méthode, et je donne également mes meilleurs conseils à ceux d’entre vous qui se lancent pour réussir votre apprentissage d’une langue via Assimil !

Ready ? Go ! (ça, vous l’apprendrez dans la méthode Assimil anglais, ahah).

Infos pratiques :

> Vous cherchez la méthode Assimil anglais : regardez là.

> Pour la méthode Assimil espagnole, c’est ici. Pour l’allemand c’est là. Et enfin l’italien, c’est sur cette page.

Bonne découverte !

Comment fonctionne la méthode Assimil : explications détaillées

D’une manière générale, la méthode Assimil est basée sur l’apprentissage passif de la langue. C’est-à-dire que la langue vous rentre dans la tête sans que vous n’ayez l’impression de travailler dur ou de faire un effort particulier.

Au niveau de la structure de la méthode Assimil, chaque jour vous suivez une nouvelle leçon d’environ 5 minutes. Il y a 100 leçons en tout (donc un peu plus de 3 mois d’apprentissage).

Chaque leçon se compose :
– d’un dialogue d’une petite dizaine de phrases
– d’explications grammaticales tirées des difficultés du dialogue
– d’un exercice de traduction (+ son corrigé)
– d’un exercice de texte à trous (+ son corrigé).

Le tout étant accompagné d’un support audio (sous forme de CD-mp3 ou de clé USB sur les packs récents).

Et à la fin de chaque semaine (toutes les 7 leçons exactement), vous avez un bilan-récapitulatif avec des exercices sur les points abordés lors des leçons précédentes, afin de sceller leur apprentissage.

Si vous suivez le rythme de la méthode Assimil au sens strict, cela vous prendra entre 5 et 10 minutes par jour au début de votre apprentissage. Mais, comme vous le verrez plus bas dans cet article, je vous recommande de faire quelques efforts en complément de la méthode proposée, afin de consolider vos acquis.

Assimil : bonne ou mauvaise méthode pour apprendre une langue ?

Si vous êtes tombé sur cet article, c’est que vous vous demandez si Assimil est une bonne méthode et si vous allez réussir à apprendre la langue de votre choix en l’appliquant. Cette question est légitime, mais pourtant je pense que ce n’est pas celle que vous devriez vous poser. Je m’explique.

> La méthode Assimil est-elle adaptée à votre objectif dans la langue ?

Pour réussir à apprendre une langue étrangère, la vraie question ce n’est pas de savoir si la méthode Assimil est bonne ou mauvaise. C’est une méthode d’apprentissage (à mon avis elle est plutôt bonne malgré quelques lacunes), mais il y en a d’autres. La vraie question, c’est surtout de savoir quel est votre objectif dans la langue étrangère que vous souhaitez apprendre. En fonction de ça, la méthode Assimil sera, ou non, indiquée pour y parvenir.

La première étape consiste à définir la raison de votre apprentissage de la langue. Quelques exemples :

– Vous souhaitez acquérir les bases de la langue avant une expatriation ou un stage à l’étranger…
– Vous souhaitez apprendre la langue pour communiquer avec votre petit(e) ami(e) étranger…
– Vous souhaitez pouvoir communiquer avec les locaux lors d’un voyage à l’étranger…
– Vous souhaitez écrire un roman dans la langue…

Si vous voulez acquérir les bases de la langue parce que vous allez passer 3 mois dans le pays, ce n’est pas la même histoire que si vous deviez écrire une thèse sur la physique thérmo-nucléaire dans la langue. Vos objectifs ne sont pas les mêmes, et du coup la méthode pour y parvenir ne sera pas la même.

Il y a aussi la notion de timing qui rentre en compte : certains vont souhaiter “bachoter” quelques phrases dans la langue pour un voyage imminent (et dont l’apprentissage sera parti au oubliettes dans 3 mois), d’autres voudront apprendre une langue pour qu’elle leur serve toute la vie.

Donc plutôt que de chercher à savoir si la méthode Assimil est une bonne méthode ou non, il est primordial pour vous de définir votre objectif dans la langue visée. C’est ça, et seulement ça, qui va définir si l’apprentissage via la méthode Assimil est approprié pour votre situation.

> La pertinence d’Assimil selon votre situation :

Si vous voulez simplement apprendre quelques mots pour préparer un court voyage à l’étranger, alors vous n’avez pas besoin d’Assimil : quelques recherches rapides sur internet vous fourniront le nécessaire.

Si vous voulez acquérir de (très) bonnes bases pour vous débrouiller à l’étranger (ou avec des étrangers), la méthode Assimil fonctionne bien, à condition de la suivre assidument.

Si vous voulez devenir bilingue, écrire une thèse, ou jouer au scrabble dans la langue, alors à mon avis la méthode Assimil ne sera pas suffisante.

> Une méthode seule n’est pas suffisante :

Ce qu’il est important de comprendre, c’est que, quelle que soit la méthode choisie, les résultats ne vont pas tomber miraculeusement : vous n’allez pas vous réveiller bilingue une fois que vous aurez fini de lire le livre d’Assimil (ou de n’importe quelle autre méthode de langue, en réalité).

Apprendre une langue exige de l’investissement (pas seulement financier). Pour que ça marche, il est indispensable de mélanger les sources d’apprentissage.

La méthode Assimil est une bonne base de travail, mais, quel que soit votre objectif dans la langue, il est fort probable qu’elle ne soit pas suffisante (je vous propose plus bas dans cet article deux outils complémentaires absolument indispensables).

Au quotidien, pour vous aider à progresser plus vite, prenez des bonnes habitudes en complément de la méthode :

regardez des films/séries en VOST,
– paramétrez la langue de vos appareils électroniques,
écoutez des chansons dans la langue,
– trouvez des événements linguistiques près de chez vous (MeetUp, Couchsurfing, …).

Lisez cet article où je donne 20 astuces pour apprendre vraiment une langue étrangère, peu importe la méthode choisie.

Comment savoir si la méthode Assimil va fonctionner sur vous :

Avant de vous lancer dans l’achat de la méthode Assimil (qui coûte tout de même un certain prix, voir ici), il est intéressant, à mon avis, de savoir si elle va fonctionner pour vous. En effet, sa méthode d’apprentissage étant assez particulière, elle ne conviendra pas à tout le monde.

> La méthode Assimil va fonctionner sur vous si… :

A mon avis, la méthode Assimil va fonctionner sur vous principalement si vous êtes capable de vous cadrer et de vous forcer à bosser par vous-même tous les jours, sans quelqu’un pour vous dire de le faire ou pour vérifier votre travail.

Ça vous paraît peut-être bizarre et vous avez probablement envie de répondre “oui” sans hésiter, mais je peux vous garantir, pour en avoir fait l’expérience moi-même plusieurs fois, que c’est HYPER difficile d’être assidu de façon quotidienne sur une longue période.

Si ça peut vous aider à comparer, regardez la dernière fois que vous avez pris des résolutions de nouvel an (j’écris cet article un 29 décembre et c’est d’actualité). Combien de jours avez-vous tenu vos résolutions ? Pour ma part, à chaque fois que je me suis dit “allez je me remets au sport, je vais courir 2 fois par semaine“, j’ai lamentablement échoué dans les 30 jours. Et 30 jours, croyez-moi, c’est bien insuffisant pour apprendre à parler une langue étrangère (même si certaines multinationales de l’apprentissage des langues vous bombardent de publicité prônant qu’on peut “devenir bilingue en 10 jours chrono“). Mais je m’éloigne du sujet.

Si vous êtes un pro de l’auto-discipline, par exemple que vous arrivez à aller courir tous les jours (ou tous les dimanches, ou n’importe quand tant que vous avez un rythme régulier), ou que vous avez l’habitude d’être très autonome dans votre profession, alors suivre la méthode Assimil ne devrait pas vous poser de difficulté.

La clé de la réussite de la méthode Assimil, c’est de vous définir un créneau, tous les jours à la même heure (ou selon le même processus déclencheur, par exemple dès votre réveil, ou juste après vous être brossé les dents, etc), où vous faites la leçon du jour. Et vous ne manquez ce rendez-vous avec vous-même sous aucun prétexte.

> La méthode Assimil n’est pas indiquée pour vous si…

Si en revanche vous êtes quelqu’un qui, comme moi, a besoin d’un coup de pied au derrière pour avancer, si vous avez tendance à remettre les choses au lendemain, alors la méthode Assimil n’est, à mon avis, pas la meilleure façon d’apprendre une langue (bien que, encore une fois, cela dépende aussi beaucoup de votre objectif dans la langue). Ou alors, il vous faudra vous aider de petites astuces pour vous mettre au travail. Et coupler votre apprentissage avec d’autres outils, que je vais vous détailler un peu plus bas.

Autre point : si vous êtes assez scolaire dans votre façon d’apprendre (par exemple vous aimez qu’on vous donne des listes de vocabulaire, ou si vous aimez connaître les points de grammaire précis et détaillés avant de commencer à formuler des phrases), alors Assimil ne vous plaira pas : cette méthode met l’accent sur l’oral, sur le fait de parler vite, et la grammaire passe en second plan (il y en a tout de même, hein, mais ce n’est pas le centre de la méthode).

D’un sens, je trouve que l’apprentissage via la méthode Assimil se rapproche assez de la façon d’apprendre d’un jeune enfant, qui va entendre des sons, les répéter, formuler des phrases un peu bancales, et au fur et à mesure agrandir son vocabulaire et avoir une locution de plus en plus fluide et correcte. C’est une façon de faire qui me plait et me correspond, mais ce n’est pas le cas de tout le monde (ma copine, par exemple, a besoin d’une méthode complètement différente pour apprendre le croate).

Bref, si vous préférez apprendre les langues comme on le faisait à l’école, ne vous tournez pas vers Assimil. Ou, en tout cas, n’en faites pas la colonne vertébrale de votre apprentissage.

Quel niveau obtient-on avec la méthode Assimil :

C’est la question la plus importante, puisque ce qui compte, au final, c’est d‘être capable de s’exprimer dans la langue choisie.

Théoriquement, avec la méthode Assimil, vous obtenez un niveau B2 à la fin de votre apprentissage. Pour ceux à qui ça ne parle pas, le B2 c’est un niveau de conversation très correct, qui vous permet de suivre des discussions simples mais complètes, de parler de vous, de vos passions, des autres, etc. A peu près le niveau qu’on devrait tous avoir en anglais à la sortie du lycée, selon le ministère de l’Education Nationale.

Sauf que dans la pratique, je ne connais personne qui soit arrivé au bout d’une méthode Assimil, même avec la meilleure volonté du monde (perso, le mieux que j’ai fait c’est lorsque j’ai appris l’italien, en m’arrêtant à la 40e leçon). Ce qui ne donne, évidemment, pas les résultats escomptés. Ceci dit, si vous êtes capable d’aller au bout des 100 leçons de la méthode Assimil, vous ne serez pas loin du niveau B2 qui est promis en théorie.

Je dis “en théorie”, parce que, je le disais plus haut, l’un des gros défauts de la méthode Assimil c’est que vous n’appliquez pas ce que vous apprenez dans un contexte réel et réaliste. Vous vous contentez d’écouter des voix (qui sont toujours les 2 mêmes) pendant trois mois, et faire quelques exercices (assez simples). Vous ne vous habituez pas aux différents accents des gens du pays, vous ne balayez pas l’intégralité des sujets de conversations qui pourraient se présenter à vous dans la langue, etc.

La seule façon de combler ce déficit, c’est de parler en vrai avec les locuteurs du pays. C’est pour ça que je vous invite, au minimum, à complémenter votre apprentissage en prenant quelques cours en ligne (idéalement sur italki – cf plus bas dans cet article pour les détails), avec un prof natif du pays. Vous pouvez même sélectionner 4 ou 5 profs différents afin d’entendre plusieurs accents / façons de parler (et de vous y habituer), et d’avoir un spectre plus large de vocabulaire sur les thématiques qui vous intéressent.

Bref, pour répondre à la question “quel niveau obtient-on avec la méthode Assimil“, je dirais que ça dépend de votre capacité d’apprentissage, de votre auto-discipline, et des efforts complémentaires que vous êtes prêt à consentir.

Si vous jouez le jeu à fond en mettant toutes les chances de votre côté, en couplant la méthode Assimil avec d’autres outils (cf plus bas), vous pouvez finir avec un excellent niveau (B2 à l’aise), surtout si vous vous lancez dans l’apprentissage d’une langue dite “facile” (espagnol ou italien par exemple).

Si vous vous contentez du strict minimum, sans aller plus loin que ce qui est proposé par la méthode Assimil (comme je l’ai fait en suédois ou en italien), vous atteindrez à peine le niveau A2, ce qui ne sera probablement pas suffisant pour votre objectif fixé, quel qu’il soit.

Bref, désolé de vous décevoir mais là encore il n’y a pas de règle : vous pouvez sortir de la méthode Assimil avec un excellent niveau B2 (voire proche du C1), ou bien avec un triste niveau A2 si vous ne vous donnez pas les moyens de réussir votre apprentissage.

Pour résumer le niveau que l’on peut obtenir avec Assimil, c’est un peu comme à l’école : le prof donne le même cours à tout le monde, mais certains, en fonction de leur capacité de travail et de leur facilité à intégrer les données, vont obtenir de meilleurs résultats que les autres.

Combien de temps pour parler la langue avec la méthode Assimil

A la question du temps nécessaire pour parler la langue avec la méthode Assimil, je réponds ceci : tout dépend de la difficulté de la langue.

Vous atteindrez vite un niveau correct en espagnol ou en italien, par exemple, car ce sont de langues proches de la notre (que ce soit au niveau des sonorités, de la grammaire ou du vocabulaire). En un mois d’italien avec la méthode Assimil, j’avais atteint sur le moment un niveau qui me permettait de suivre des conversations simples avec des locaux (papoter avec un restaurateur, demander des informations touristiques précises, etc).

En un mois en croate avec la méthode Assimil (donc basée sur exactement les mêmes principes d’apprentissage), j’étais loin d’avoir le même niveau qu’en un mois en italien. C’est normal, c’est lié à la langue (il faut saisir la façon de construire les phrases, leur “jeu” de déclinaison, etc). Et si vous voulez apprendre une langue encore plus difficile (le mandarin par exemple), il vous faudra sûrement encore plus de temps.

Quoi qu’il arrive, même avec un apprentissage intensif, ne comptez pas sur moins d’un mois pour pouvoir vous débrouiller dans la langue. Et probablement entre 3 et 6 mois pour atteindre un niveau conversationnel correct. Tout dépend de la difficulté de la langue et de votre capacité d’apprentissage. C’est logique : si vous y passez une heure par jour, vous aurez plus vite des résultats que si vous y passez seulement 10 minutes (et croyez-moi, tenir ce rythme serait déjà excellent !).

Petit conseil : l’apprentissage des langues n’est pas un sprint, c’est un marathon. Ne vous lancez pas dans une nouvelle langue avec des objectifs trop élevés : contentez-vous de peu (10-15 minutes par jour maxi), mais soyez régulier, c’est la clé de la réussite dans les langues !

Je vous le répète depuis le début de l’article, mais selon moi il est indispensable de compléter la méthode Assimil avec deux autres outils. On y est enfin, c’est dans la partie suivante !

Les outils complémentaires indispensables à la méthode Assimil pour progresser dans une langue

A mon avis, Assimil est une très bonne méthode d’apprentissage des langues. Mais elle n’est pas suffisante. Voici deux outils que je vous recommande d’utiliser en complément de la méthode Assimil. Ce ne sont pas les seuls qui existent, mais quand j’apprends une langue je n’aime pas m’éparpiller avec trop d’applis et d’options possibles : je vise l’essentiel. Et l’essentiel, vous l’avez avec ces deux là :

> Anki, pour apprendre le vocabulaire d’Assimil

Anki est une appli gratuite (qui existe aussi en logiciel pour ceux qui préfèrent bosser sur ordinateur – c’est mon cas). Son objectif c’est de vous faire travailler l’apprentissage du vocabulaire grâce à la répétition espacée. A mon avis, c’est le meilleur complément de la méthode Assimil pour un apprentissage efficace de la langue. Je vous explique pourquoi juste après vous avoir parlé du fonctionnement général d’Anki.

>> Fonctionnement général de Anki

En gros, Anki vous présente des mots de vocabulaire, et vous devez trouver leur traduction. En haut, c’est le mot dans votre langue (j’apprends le croate depuis l’anglais pour des raisons pratiques, ça sera en français si vous décidez de rentrer votre vocabulaire en français). En dessous, la réponse.

Le gros, gros point fort d’Anki, c’est qu’à chaque fois, vous indiquez à l’appli si c’est “non-acquis, acquis mais difficile, facile ou très facile”. En fonction de votre réponse, Anki vous reproposera le mot de vocabulaire soit quelques minutes, soit quelques jours plus tard (quand vous êtes à une phase avancée de votre apprentissage, ça peut être quelques mois plus tard : c’est mon cas actuellement en croate où les mots reviennent en moyenne tous les 4 mois).

Le principe, c’est de vous reproposer le mot juste au moment où vous alliez l’oublier, pour ne pas vous surcharger de travail inutile et rentabiliser au mieux les efforts consentis.

Contrairement aux applis comme Babel ou Duolinguo, c’est à vous de rentrer votre vocabulaire dans l’appli. C’est contraignant certes, mais ça vous permet de choisir ce que vous souhaitez apprendre et d’être 100% efficace dans votre vocabulaire. Ainsi, vous n’encombrez pas votre mémoire inutilement, avec les noms des instruments de musique ou des couleurs par exemple, si vous n’en avez pas l’utilité.

L’idéal c’est donc de coupler Anki avec la méthode Assimil : à la fin de chaque leçon Assimil, prenez un moment pour rentrer le vocabulaire dans Anki et vous faire une petite session de révision. Vous allez progresser à toute vitesse !

Pour ceux qui ont une mémoire auditive (c’est mon cas), sachez que vous pouvez mettre de l’audio dans Anki (très utile pour la prononciation exacte), en important les audios de Google (c’est une manip technique que je vous expliquerai si un jour je fais un article détaillé sur Anki, là ce n’est pas le sujet : l’article est sur la méthode Assimil).

Pour résumer Anki : c’est simple à utiliser, pratique, et ça ne vous encombre pas mentalement avec du vocabulaire inutile. C’est 100% efficace ! Pour télécharger l’appli gratuitement, c’est ici.

> Italki, pour pratiquer à l’oral

A mon avis, la grosse faiblesse de la méthode Assimil (comme pour toutes les méthodes de langue, en fait), c’est que vous ne pratiquez pas ce que vous apprenez. Vous écoutez votre audio, vous faites vos exercices, vous apprenez votre vocabulaire, mais ça s’arrête là.

Or, une langue c’est avant-tout des gens qui la parlent. Et si vous avez choisi de l’apprendre, c’est forcément pour pouvoir communiquer avec des humains à un moment donné.

C’est là que Italki intervient dans votre apprentissage comme le complément idéal à la méthode Assimil.

Italki c’est une plateforme qui met en relation des locuteurs de toutes les langues du monde avec ceux désireux de les apprendre. Certains de ces locuteurs sont des professeurs “officiels”, et d’autres sont juste des “tuteurs”, c’est-à-dire des amateurs éclairés, qui sont là pour dialoguer avec vous dans leur langue et vous faire progresser à votre rythme en vous donnant des cours adaptés à votre niveau, ce que ne permet évidemment pas Assimil.

Pour ma part, j’utilise italki pour améliorer mon croate avec ma tutrice. Elle corrige mes fautes, m’explique des points de grammaire quand j’en ai besoin, et surtout, le must : elle me fait pratiquer des situations auxquelles je suis confronté dans la vie de tous les jours (du genre acheter mon pain en croate, commander au restaurant, acheter un ticket de bus, …).

Bref, c’est un apprentissage 100% utile… Et 100% sur demande : si demain j’ai besoin, par exemple, d’aller faire des démarches administratives en croate, je lui demande le vocabulaire et de faire des “jeux de rôle” pour me faire pratiquer la situation avant qu’elle n’aie lieue.

Italki est payant (vous rémunérez votre enseignant), mais si vous prenez un “tuteur” et non un “prof”, vous pouvez vous en tirer pour vraiment pas cher (je paie ma tutrice 6€ de l’heure). Et vous pouvez utiliser ce bon de 10 dollars pour faire une première leçon gratuitement et voir si ça vous plait.

Bref, Italki est vraiment indispensable pour mettre en pratique votre apprentissage de la langue avec des locuteurs natifs, ce qui n’est évidemment pas possible avec la méthode Assimil qui se suit forcément seul dans son coin.

Mon avis sur les méthodes Assimil que j’ai testées :

J’écrirai un jour prochain mon avis en détails sur les méthodes Assimil que j’ai suivies, mais ci-dessous vous le trouverez déjà en bref :

> Mon avis sur la méthode Assimil Suédois

C’est en apprenant le suédois que j’ai eu mon premier contact avec la méthode Assimil (un cadeau d’anniversaire de mon père 🙂 ). Je m’apprêtais à partir vivre en Suède et je voulais arriver avec le plus de connaissance possible sur la langue. J’avais déjà appris quelques trucs par moi-même, et via une jeune suédoise rencontrée quelques mois plus tôt à Paris, donc je ne partais pas complètement de zéro, mais presque.

Dans l’ensemble j’ai bien accroché sur la méthode Assimil “suédoise”. J’ai vite appris à dire les choses importantes auxquelles j’étais confronté au quotidien (faire les courses et commander des bières principalement). Mais quand je sortais et que je rencontrais du monde, mon suédois était trop limité et je me tournais systématiquement vers l’anglais pour que la conversation soit fluide.

Dans le sens inverse, quand je faisais l’effort de m’exprimer en suédois, les locaux, croyant bien faire, me répondaient systématiquement en anglais. Au début je restais sur le suédois, mais je voyais bien que ça en agaçait par moment certains (coucou la caissière de ma supérette), et c’est l’anglais qui finissait par revenir, pour faciliter et abréger l’échange.

Bref, pour en revenir à la méthode Assimil, en me rendant compte à quel point une connaissance bancale du suédois ne m’était pas utile, et comprenant qu’il me faudrait au moins 6 mois pour parler parfaitement la langue (j’avais choisi de passer 3 mois dans le pays), j’ai fini par me résigner, laisser tomber Assimil et utiliser l’anglais au quotidien.

Ce que j’ai noté, néanmoins, de l’Assimil suédois, c’est qu’il y avait assez souvent du vocabulaire inutile, notamment dans les premières leçons (je savais dire “bossu” en suédois au bout d’une semaine… super, merci !). A part ça, j’ai accroché avec le format, avec le côté léger et fun de la méthode, même si j’ai eu du mal à me discipliner pour tenir mes 5/10 minutes tous les jours.

La méthode Assimil suédois se trouve ici.

> Mon avis sur la méthode Assimil Italien

Après le suédois, c’est l’italien que j’ai voulu apprendre. Parce que j’adore les sonorités de cette langue, et, plus pragmatiquement, parce que j’ai voyagé quelques temps avec une italienne (rencontrée en Suède, tiens, justement).

J’ai donc commencé l’Assimil italien et j’ai vu des gros progrès très rapidement.

J’ai adoré le côté intuitif de l’apprentissage, d’autant plus que la langue italienne est proche de la notre et que les constructions des phrases me sont venues assez vite. Lors de mon road trip en Italie du nord, il m’arrivait de transposer complètement au pif des mots français “complexes” dans leur langue, et je tombais régulièrement assez juste.

Encore plus que pour le suédois, j’ai trouvé la méthode Assimil dédiée à l’italien très concrète, très pratique, et donnant immédiatement les bases pour l’essentiel quand on se trouve dans le pays (les situations au restaurant, par exemple). La langue étant relativement simple, au bout de 40 leçons j’avais vraiment l’impression d’avoir un bon niveau (je comprenais globalement ce qu’on me disait, parfois en m’aidant de mes connaissances des autres langues latines).

Le gros défaut, ça aura été l’expression orale. Car même si j’avais quelqu’un avec qui pratiquer (ce qui n’est pas toujours le cas quand on apprend une langue), ce n’était pas une prof, et elle n’était pas toujours capable de m’expliquer tel ou tel point de grammaire.

La méthode Assimil “italien” est celle que j’ai préférée des trois testées, et je vous la recommande vivement pour acquérir vite un très bon niveau. Vous pouvez la récupérer ici.

> Mon avis sur la méthode Assimil Croate

J’ai commencé par apprendre le croate en allant dans une école de langues à Zagreb. Je venais vivre en Croatie pour une durée indéterminée et j’avais vraiment à cœur de m’intégrer en maîtrisant la langue locale. D’autant plus que c’est un vrai sésame dans le pays pour se différencier des touristes (je me rappellerai toute ma vie la tronche d’un restaurateur qui me prenait de haut lors de mon séjour en Istrie, tellement blasé du tourisme, à qui j’ai commandé l’intégralité de mon repas dans un croate parfait : c’était jouissif).

Bref, revenons à nos moutons. J’ai commencé par l’apprentissage du croate dans une école de langues, mais j’ai vite trouvé que ça n’allait pas assez vite (on a passé 3 semaines sur les présentations…). Ensuite, on apprenait du vocabulaire que je trouvais inutile (je savais dire “drapeau”, “chapeau”, et “château” au bout d’une semaine, ce ne sont pas franchement les mots que j’utilise le plus au quotidien…).

Un français expat en Croatie m’a gentiment proposé sa méthode Assimil croate, et je l’ai suivi, je l’avoue en dilettante. Je zappais parfois plusieurs leçons de suite car c’était déjà acquis, pour revenir ensuite sur un point de grammaire qui me posait problème, etc. Je couplais ça avec mes cours à l’école et mon tutorat sur italki, pour pratiquer calmement et posément (car oui : vivre à l’étranger n’est pas forcément synonyme d’apprentissage automatique de la langue, je reviendrai sûrement sur les “fausses bonnes idées” de l’apprentissage des langues dans un article ultérieur).

La méthode Assimil croate est bien faite. Par rapport à la grammaire complexe de la langue, j’ai trouvé que la méthode proposait une approche simple et intuitive, en essayant de nous faire acquérir des réflexes de construction de phrase plutôt que d’apprendre par cœur les tableaux de déclinaisons que mon prof à l’école me filait (bons à connaître, mais pas très concrets car pas fluide dans la conversation). Elle me sert aussi pour l’apprentissage du vocabulaire, que je rajoute dans Anki au fur et à mesure, avec celui de mes profs.

Vous pouvez acquérir la méthode Assimil croate derrière ce lien.

> Et pour apprendre l’anglais ?

Je n’ai pas testé la méthode Assimil anglais, car j’ai appris la langue complètement sur le tas, à force de voyager (l’anglais est la langue “officielle” du voyageur). Mais ma copine a testé sa méthode concurrente, celle-ci, il y a quelques années, avec un succès mitigé on va dire (elle me lit alors je ne vais pas être trop dur 🙂 ).

Si l’un d’entre vous a testé la méthode Assimil pour l’anglais et souhaite me faire un retour que j’ajouterai à cet article, n’hésitez pas à m’écrire !

Méthode Assimil : mon avis général pour conclure

En guise de résumé, voici les pour et les contre de suivre la méthode Assimil pour apprendre une langue :

> Les points positifs de la méthode Assimil

Voici ce que je trouve de positif dans la méthode Assimil :

le format court : entre 5 et 10 minutes par jour et par leçon, c’est un timing qui est largement accessible à tout le monde, même aux plus occupés d’entre nous.

la forme agréable : des discussions de la vie de tous les jours entre deux personnes, suivi d’exercices courts. C’est sympa, ludique, parfois teinté d’une pointe d’humour. J’aime beaucoup.

le récapitulatif des acquis et les principaux points grammaticaux expliqués lors des leçons de révision, tous les 7 jours.

– le fait que l’apprentissage soit relativement passif car possible basé sur la répétition (je connais encore par cœur les répliques de certaines leçons, même des années après). Ce qui peut être aussi une des lacunes de la méthode (cf ci-dessous).

Dans l’ensemble, j’aime bien la méthode Assimil et je la trouve assez efficace, pour peu qu’on fasse l’effort de la suivre avec assiduité.

> Les lacunes de la méthode Assimil

La première lacune de la méthode Assimil est commune à toutes les méthodes de langues : il n’y a pas d’application concrète de notre apprentissage.

Autant j’aime le côté “passif” de la langue qui nous rentre dans le crâne pratiquement sans qu’on s’en aperçoive, autant parfois je trouve que ce côté passif est pervers car on n’applique jamais ce qu’on apprend ailleurs que dans les petits exercices proposés.

Il est impératif, donc, selon moi, de chercher à prendre des cours avec un prof afin d’appliquer réellement ce que l’on apprend, et donc progresser plus rapidement.

L’autre point faible n’est pas vraiment lié à la méthode Assimil en elle-même : c’est le fait qu’il soit extrêmement difficile d’être assidu de A à Z pour suivre la méthode dans son intégralité. Pour certaines personnes dont je fais partie, il est plus facile d’apprendre lorsque l’on est encadré et “forcé” à bosser, comme à l’école. Il est en effet beaucoup plus difficile d’annuler un cours avec un prof privé plutôt que de zapper sa leçon audio de 5 minutes sur Assimil. Si vous avez des difficultés à travailler par vous-même, tournez-vous vers une solution de cours avec une personne réelle, c’est plus coûteux mais vous aurez de meilleurs résultats.

Voilà pour les lacunes : elles ne sont pas propres à Assimil, mais s’appliquent pour toutes les méthodes équivalentes.

> Mon avis général sur Assimil

Mon avis sur la méthode Assimil est globalement bon (sinon je ne l’aurais pas suivi dans l’apprentissage de trois langues différentes, je ne suis pas maso 🙂 ).

A mon sens, il s’agit surtout d’une méthode de support, mais sur laquelle il ne faut pas baser 100% de son apprentissage. C’est une méthode qui nécessite un investissement personnel complémentaire de la part des “élèves”. Pour apprendre le vocabulaire et pour la mise en pratique.

Vous savez tout sur la méthode Assimil !

J’ai essayé d’être le plus complet possible pour vous donner mon avis sur la méthode Assimil, son fonctionnement, ses avantages et ses inconvénients.

Dans l’ensemble, je trouve que la méthode Assimil est beaucoup plus performante que Duolingo ou Babel, que je considère davantage comme des “jeux” que comme des méthodes d’apprentissage de langues étrangères.

Si vous voulez apprendre une langue et que vous avez besoin d’une méthode, Assimil est un bon choix, mais ce n’est pas pour autant la garantie de résultats (mais cette garantie, vous ne l’aurez jamais quelle que soit la méthode, puisque ça repose sur votre travail personnel).

Quoi qu’il en soit, je vous souhaite de persévérer dans votre apprentissage de la langue étrangère choisie ! Ça en vaut vraiment la peine 🙂

A bientôt !

Jérémy