Ces plages des pays baltes sont parmi les plus belles d’Europe ! Regardez :

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

plage-liepaja

Dans cet article, je vais vous parler de 4 destinations ensoleillées des pays baltes. Je les ai découvert lors de mon roadtrip de Tallinn à Vilnius en passant par la côte de la Baltique.

Pour tout vous dire, je n’allais pas dans ces pays là pour y trouver 30 degrés, des plages de sable fin et de l’eau transparente. Mon optique, c’était plutôt de découvrir des vieilles villes médiévales, des petits villages hors du temps et en apprendre un peu plus sur le mode de vie et la mentalité des habitants (dont plus de la moitié sont, statistiquement, nés sous le régime communiste).

Si au niveau humain et culturel, ce trip fût à la hauteur de mes attentes (j’en reparlerai probablement dans un prochain article, bien que je ne devrais pas l’écrire car j’ai remarqué qu’à chaque fois que je promets un article, je mets dix plombes à le publier ensuite), en revanche j’ai découvert une particularité des pays baltes que je n’imaginais pas du tout : leur amour de la mer.

Bref, résumons tout ça en quelques mots : les côtes estoniennes, lettones et lituaniennes sont MAGNIFIQUES.

Et c’est moi-même en amoureux de la mer, et particulièrement exigeant sur la beauté des rivages, que je vous dis ça.

Alors si vous en doutiez encore : oui vous pouvez partir en Lettonie pour faire bronzette. Oui le farniente est une occupation naturelle en Lituanie. Oui l’Estonie a des plages à couper le souffle.

Même si ce n’est probablement pas la raison principale de la venue de 99% des touristes dans ces pays là, ça vaut vraiment le coup d’aménager un peu son séjour pour jeter un oeil à ces 4 destinations.

Remontons du sud au nord :

1/ Palanga, Lituanie :

Palanga, je n’ai pas fait exprès d’y aller.

J’avais une correspondance entre Liepaja (voir ci-dessous) et Klaipeda (voir dans un hypothétique futur article), et quelques heures à tuer. Arrivé à 14h, départ à 18h. En dix minutes, j’avais fait le tour du centre de la petite ville. Alors j’ai pris la direction de la mer. Un long chemin qui longe une rivière, sous les arbres. Une sorte de piste cyclable si j’ai bien compris. Qui nous conduit jusqu’à l’entrée des dunes de sables fins et chauds. On se croirait en Corse.

Quelques minutes à escalader les dunes, et j’aperçois la mer. Une plage immense, qui s’étend à perte de vue, à gauche comme à droite. Bordée de dunes et de conifères. Un délice pour les yeux.

2/ Liepaja, Lettonie :

Mon passage à Liepaja est complexe. J’en reparlerai dans un prochain article, car je pense y avoir vécu l’une des histoires les plus folles depuis que je voyage.

Sans rien spoiler, je vais juste vous dire que la plage de Liepaja est considérée par les lettons comme l’une des plus belles d’Europe. Et quand on y voit le soleil se coucher, on comprend pourquoi. Même si perso, je pense y avoir préféré la plage de…

3/ Ventspils, Lettonie :

Là, ok, j’avoue : je suis resté 3 jours à Ventspils, et j’ai passé mon temps à faire bronzette.

Sable fin, dunes immenses, et forêt de pins : le cocktail fait mouche ! Contrairement à Liepaja, il n’y a rien à voir ni à faire à Ventspils (ah, si, y’a un parc d’attractions tout pourri). Mais la plage est un régal. J’ai essayé de m’y baigner, mais l’eau était assez froide (15 degrés d’après le thermomètre normand intégré entre mes orteils), faut dire que j’y étais au début du mois de mai : n’en demandons pas trop !

4/ Pärnu, Estonie :

Quand j’y suis arrivé, je dois vous avouer un truc : j’ai trouvé Pärnu moche et molle. En fait, c’est une ville à deux facettes : l’été, c’est la « Capitale de l’Estonie ». En clair, tout le pays s’y retrouve pour faire bronzette et danser dans ses nombreux nightclubs.

Pärnu, c’est le Deauville pauvre du nord de l’Europe. La plage n’est pas particulièrement belle, mais je la mentionne quand même pour ses infrastructures que ne possèdent pas -encore- celles mentionnées plus haut (et tant mieux, en fait !).

Bref, à mon sens Pärnu c’est plus une expérience à vivre qu’une plage où se rendre. Mais comme station balnéaire phare de la côte balte, je ne pouvais pas ne pas en parler. Alors si vous voulez être tranquille, passez votre chemin. En revanche, si l’ambiance « tous en vacances », tongs et shorts à fleurs vous branche, Pärnu est fait pour vous !

Je suis passé par ces 4 destinations parce que dès que j’ai mis les pieds à l’intérieur du pays (notamment à Tartu, en Estonie), je me suis retrouvé avec une chaleur à dessécher le gosier d’un chameau. Je me suis dit que la misère serait moins pénible au soleil et que la chaleur serait moins pénible en bord de mer. Et je ne regrette pas d’avoir bousculé un tout petit peu mon itinéraire initial (en fait j’en avais pas vraiment, pour être honnête : je suivais les conseils et les recommandations des gens rencontrés sur place).

Bref, si vous avez du temps devant vous, ne restez pas dans les capitales ou les villes principales. Certes, elles sont magnifiques : en arrivant, je suis tombé amoureux de Tallinn, avant de la tromper sans vergogne avec Riga, qui est certainement devenue ma capitale préférée d’Europe. J’ai eu moins de temps pour voir Vilnius (ça m’apprendra à réserver mes billets d’avion en avance), mais elle m’a l’air tout aussi charmante – bien que j’en ai vue surtout sa face sombre.

Si ça vous tente de découvrir les côtes baltes, cliquez sur « J’aime » (y’a forcément un bouton caché quelque part autour de cet article) !