Acre, Israël : le guide de voyage complet pour réussir votre visite

Nouveau : comment TOUT QUITTER et partir voyager (très) longtemps ? J'explique tout ici !

Vous envisagez de visiter Acre lors de votre voyage en Israël ? Excellente idée : j’en reviens tout juste et j’en ai pris plein les yeux.

Dans cet article, je vous partage tous mes bons plans sur Acre : vous saurez tout ce qu’il y a à visiter sur place, quels sont les meilleurs quartiers où loger, et les meilleurs endroits pour bien manger. Vous n’avez qu’à suivre le guide ! Prêt ? C’est parti !

Infos pratiques en bref :

> Il y a souvent des vols pas chers pour Israël sur ce site, je vous conseille de jeter un œil !

> Pour l’hébergement à Acre, ma préférence va pour cet établissement de charme, au cœur de la ville historique.

> Pour louer une voiture en Israël, regardez sur cette page, c’est le meilleur comparateur de prix !

> Enfin ne partez pas en voyage en Israël sans ce guide, le compagnon de route idéal !

A savoir avant de visiter Acre, Israël :

Avant de me lancer dans la liste des immanquables d’Acre, voici tout d’abord quelques éléments à prendre en compte dans la préparation de votre visite sur place. Ça devrait répondre à la plupart de vos questions.

> Une ambiance orientale plus prononcée à Acre qu’ailleurs en Israël

Acre, anciennement Saint-Jean d’Acre, est une petite ville située sur la côte israélienne, à une vingtaine de kilomètres de la ville portuaire d’Haïfa. Bien que l’on soit en territoire israélien, la ville est à majorité musulmane, et ça se ressent dans l’ambiance générale que j’ai trouvée bien plus orientale que dans les autres endroits où je suis passé en Israël.

On y trouve plusieurs mosquées, des bains turcs, un grand bazaar ottoman, et tous les panneaux dans la vieille ville sont inscrits en arabe, et non pas en hébreu. Pour la plupart d’entre nous, ça ne changera rien : ces deux alphabets restent totalement indéchiffrables. Ceci dit, pas d’inquiétude, les lieux touristiques sont fléchés en alphabet latin sur des petits panneaux touristiques pour les piétons.

> Combien de temps pour visiter Acre ?

Vous pouvez visiter Acre en une seule journée mais ça serait, à mon sens, quelque peu bâcler votre séjour. Tout dépend, bien sûr, du temps que vous avez à passer en Israël (car cela serait dommage, également, de privilégier Acre au détriment d’autres villes israélienne qui valent aussi le détour).

Pour moi, la durée idéale d’un séjour à Acre, c’est une journée et demi : il faut au moins passer une nuit sur place (ce que peu de touristes font), afin de réellement sentir l’atmosphère de la ville. Sans compter que le spectacle du soleil qui se couche sur la mer, que l’on admire depuis les murailles ou depuis le vieux port pisan, fait partie des immanquables de la ville.

> Évitez les confusions avec le nom de la ville

En France, on appelle encore régulièrement cette ville israélienne “Saint-Jean d’Acre”. En anglais, ils ont évincé le “Saint-Jean” pour ne garder que le “Acre”, mais c’est assez peu utilisé. Finalement, c’est le nom en hébreu qui est repris le plus souvent : “Akko” (et en arabe c’est “Akka”). Voilà pour le petit point linguistique.

Avec ça, vous saurez le lire dans les 3 langues : ça pourra vous être utile !

Si vous voulez éviter de vous tromper une fois sur place, que ce soit pour vous repérer dans les transports ou acheter des tickets à un guichet, je vous recommande d’utiliser dès maintenant le nom de “Akko”. Par commodité, dans cet article je continuerai d’utiliser Acre, le nom officiel de la ville dans notre langue.

> Seule la vieille ville d’Acre a de l’intérêt

Par acquis de conscience et dans le but de préparer au mieux cet article, j’ai été explorer les quartiers excentrés d’Acre. Mon verdict est simple : seule la vieille ville a de l’intérêt. Dès que vous sortez, vous vous retrouvez dans des grandes artères quelconques, assez mal entretenues, et où j’ai trouvé l’atmosphère assez tendue. On sent clairement que les différentes religions ne se mélangent pas, à Acre. D’ailleurs je vous reparlerai de la sécurité à Acre plus bas dans cet article.

> Acre : un immanquable d’un voyage en Israël ?

Oui, clairement. Alors, je pondère ma réponse en précisant que cela dépend évidemment de vos goûts et du but de votre voyage en Israël. Mais si vous aimez l’histoire, les vieilles pierres, déambuler dans des ruelles médiévales au charme fou, et que vous êtes prêt à découvrir une ambiance orientale, le tout dans une ville où la dimension historique a été particulièrement bien conservée tout en restant authentique, alors Acre est à rajouter obligatoirement sur votre itinéraire : vous allez vous régaler. C’est, avec Jérusalem, de très loin la plus belle ville que j’ai visitée en Israël.

Que visiter à Acre, Israël :

Voici mes 11 suggestions de visite à Acre, si vous décidez de mettre cette jolie ville au programme de votre séjour en Israël.

> Les immanquables d’une visite d’Acre

Voici tout d’abord les endroits que je considère comme immanquables lors d’une visite d’Acre, sur la côte israélienne.

>> Se perdre dans les ruelles de la vieille ville

C’est un vrai plaisir de se perdre dans les étroites ruelles d’Acre. Au détour d’un passage, on tombe ici sur une petite place pavée, là sur un escalier biscornu. Il est totalement impossible de s’y retrouver, alors autant lâcher prise, oublier la carte de la ville (ou son GPS), et se laisser porter par l’ambiance étonnante de l’endroit, cocktail d’architecture médiévale européenne et d’ambiance orientale.

Pour tout vous dire, Acre m’a fait penser à Dubrovnik par certains aspects, c’est-à-dire une petite ville médiévale fortifiée en bord de mer, mais sans le côté surfait et tout lisse de la ville croate, propre au tourisme de masse. A Acre, vous croiserez relativement peu de touristes, ce qui renforce le sentiment d’immersion totale dans l’ambiance de la ville.

Comptez deux heures pour faire un tour assez complet de la vieille ville (sans compter la visite des différents monuments) même si la découverte systématique de nouveaux passages dérobés donne envie de prolonger l’exploration pendant beaucoup plus de temps.

>> Visiter la Forteresse des Hospitaliers

Visiter la Forteresse des Hospitaliers était la raison numéro 1 de ma visite d’Acre. Depuis quelques temps, je me passionne pour l’histoire des Templiers, et dans une moindre mesure, des autres ordres qui ont gravité autour, dont celui des Hospitaliers. Leur rôle était de protéger les malades et de sécuriser les pèlerinages en Terre Sainte.

A Saint-Jean d’Acre, comme la ville s’appelait alors, ils ont construit une véritable citadelle dans laquelle on peut désormais circuler, et s’imaginer la vie à leur époque. On se ballade donc en semi sous-sol, dans des pièces sombres aux larges voûtes. Parmi les pièces à voir, le Réfectoire et la Salle des Chevaliers sont les deux qui m’ont le plus impressionné. Comptez deux bonnes heures pour faire le tour de la forteresse.

Trois choses à savoir pour réussir votre visite :

– les tickets d’entrée s’achètent de manière combinée avec d’autres activités. Il y a un panneau à l’entrée, à côté du guichet, qui vous indique les différentes options possibles. Je vous conseille l’option 1, “tout inclus”, qui vous permettra également de voir pour 64 shekels (environ 15€) le tunnel des Templiers, les Bains Turcs, le musée Okashi et le musée ethnographique “Treasures in the walls”. Je vous reparle de ces endroits individuellement un peu plus bas dans cet article.

– il y a un audioguide en français disponible à l’entrée de la forteresse. On vous le prête contre votre carte d’identité en caution, à récupérer à la fin de la visite. Prenez-le, vous apprendrez beaucoup plus de choses qu’avec les simples panneaux explicatifs.

– si vous voulez visiter plusieurs monuments ou lieux d’intérêt à Acre, commencez par la Forteresse des Hospitaliers, ça vous permet d’avoir tous les tickets d’entrée pour tous les sites suivants.

>> Explorer le tunnel des Templiers

Lorsque les Templiers vivaient à Saint-Jean d’Acre, ils ont fait construire un tunnel de 150 mètres reliant leur citadelle au port de la ville, passant sous le quartier occupé par Pise. Saint-Jean d’Acre était à l’époque divisée en plusieurs quartiers, chacun dominé par une puissante république italienne : Gênes, Venise, Amalfi et Pise. Après la prise d’Acre par les Mamelouks, le tunnel des Templiers est tombé dans l’oubli, et n’a été redécouvert qu’en 1994 suite à des travaux dans le système d’égout de la ville.

Aujourd’hui, le tunnel des Templiers se visite sur un peu moins de la moitié de son parcours d’origine. Le prix d’entrée est inclus dans le ticket groupé acheté lors de la visite de la Forteresse des Hospitaliers.

Le début du tunnel (ou la fin, selon le sens dans lequel on s’engage) est très, très bas de plafond. Avec mes 1m90, j’ai dû marcher complètement accroupi. Si vous avez des problèmes de mobilité, cette partie de la visite pourra être difficile.

Honnêtement, l’endroit n’a rien de spécial : c’est un tunnel en pierre, voûté et incroyablement bien conservé, mais il n’y a rien de particulier à voir ou à apprendre sur place (il y a juste une télé au milieu du tunnel qui passe un film d’animation sur les Templiers). Tout l’intérêt du lieu réside dans le travail d’imagination que le visiteur est capable de faire pour se projeter. Ceci dit, l’éclairage tamisé, les sons d’ambiance et la “déco” générale aident à se plonger dans l’univers des Templiers. Même si la visite est courte et n’offre rien de spécial, je ne regrette absolument pas d’y être passé, au contraire : j’ai adoré cette petite promenade.

Un immanquable pour les amoureux de vieilles pierres, et car il est indissociable de l’histoire d’Acre et d’Israël !

>> Visiter les Bains Turcs

Changeons d’époque : après les Templiers, ce sont les Ottomans qui ont occupé Acre. C’est seulement au 18e siècle que les premiers bains turcs de la ville ont été construits. Les pièces où les gens venaient socialiser (car c’était avant tout ça la vocation des bains) sont faites de jolies voûtes, aérées et espacées. La comparaison va vous sembler étrange mais ça m’a rappelé le film La Grande Vadrouille, quand De Funès et Bourvil doivent retrouver les aviateurs anglais dans les bains turcs de Paris (cette scène, vous vous souvenez ?).

>> Visiter le musée Treasures in the Walls

C’est la bonne surprise de ma visite d’Acre : je ne m’attendais pas à grand chose de ce musée, et pourtant j’ai adoré déambuler au milieu de ses anciennes boutiques reconstituées.

On y trouve, pêle-mêle, l’atelier d’un photographe, un apothicaire, un potier, un fabricant de chaussures, un menuisier, et la liste est loin d’être exhaustive. Pour chaque boutique, on découvre les outils que les artisans utilisaient à l’époque. Il y a aussi un coin avec des objets plus récents, et j’ai pris une sacrée baffe : j’ai retrouvé certains jouets de mon enfance dans un musée (je rappelle aux lecteurs qui découvrent mon blog par cet article que j’ai tout juste 31 ans).

L’ensemble du musée est à découvrir dans la muraille, d’où le nom “Treasures in the Walls”, “les trésors dans les remparts”, sous des voûtes élégantes, dans une atmosphère qui m’a tout de suite charmé.

Pour trouver le musée, ce n’est pas simple : il faut d’abord dénicher l’endroit où on peut grimper sur les remparts via une large rampe d’accès (qui ressemble presque à une cale pour les bateaux). Une fois en haut, laissez les canons sur votre droite, longez les remparts sur 150 mètres et vous arriverez à l’entrée du musée. Je n’ai pas vu de fléchage, contrairement aux autres lieux touristiques de Acre (et de tous les endroits où je suis passé en Israël).

Je ne suis pas toujours fan des musées, mais celui-là m’a vraiment plu. A sa visite, j’ai même été pris d’une certaine nostalgie d’une époque définitivement révolue, remplacée par l’industrialisation à outrance. Je n’imagine vraiment pas que dans 200 ans on fera des musées avec le mobilier d’Ikéa, par exemple…

Bref, je vous recommande très chaudement cette visite lors de votre passage à Acre !

>> Flâner dans le Bazaar ottoman

Vous allez très probablement tomber dessus lorsque vous flânerez dans les ruelles d’Acre, mais si ce n’est pas le cas, alors mettez-vous à sa recherche : ses stands colorés et ses odeurs d’épices valent vraiment le détour.

En marge du bazaar proprement dit, dans une rue perpendiculaire à la rue principale du marché, vous trouverez plein de petites boutiques de souvenirs, des restaurateurs où manger sur le pouce, et des vendeurs de boissons fraîches (j’ai pris un délicieux jus de grenade chez un vendeur portugais francophone très sympa par ici – je me demande encore comment il a pu atterrir ici, dans cette petite ville au fin fond d’Israël). Bref, un coin vivant et animé d’Acre qui m’a bien plu également !

> A visiter à Acre s’il vous reste du temps :

Je viens de vous citer les endroits que je considère comme immanquables lors de votre visite d’Acre (et même du nord d’Israël). Mais il reste encore pas mal de chouettes choses à voir dans cette jolie ville. Si vous avez du temps, voici mes suggestions pour continuer votre découverte d’Acre.

>> Voir la Mosquée Al-Jazzar

Entre la Forteresse des Hospitaliers et les bains turcs, dans une rue assez large où se trouvent plusieurs restaurants servant leur fameux duo hummus-falafels, vous tomberez sur la majestueuse mosquée Al-Jazzar. Son entrée est payante (10 shekels il me semble – environ 2,50€).

L’endroit est un vrai petit havre de paix, apaisant et reposant. Il va sans dire que pour rentrer, vous devrez être habillé décemment, donc épaules et genoux couverts (je le précise car si vous venez visiter Acre et Israël en pleine saison chaude, on a plutôt tendance à vouloir se découvrir pour trouver un peu de fraîcheur).

>> Voir le musée Okashi

Honnêtement, je ne serais pas rentré dans le musée Okashi s’il n’avait pas été inclus dans le ticket groupé acheté lors de ma visite de la Forteresse des Hospitaliers. J’en ai fait le tour assez rapidement, n’étant absolument pas réceptif à l’œuvre du personnage. Okashi est pourtant un peintre qui fait la fierté des locaux pour son ses travaux décalés et originaux. Il peint par exemple des animaux dans un style assez enfantin, fait des collages photos un peu bizarre, toujours dans un esprit un peu de “conte”. Il a du talent, c’est sûr, mais j’ai pas accroché à ses travaux. Peut-être que vous y serez plus réceptif que moi !

>> Le coin du vieux port et ses murailles

Quand vous sortirez du tunnel des Templiers, vous avez une chance sur deux d’être à proximité du vieux port pisan (c’est comme ça qu’on dit pour “de Pise” ?). Marchez les 100 mètres qui séparent le tunnel de la mer (suivez les panneaux indiquant “Pisan Port”), et quand vous tombez devant le restaurant The Pisani Restaurant, rentrez, traversez sa première terrasse, grimpez les escaliers et vous vous retrouverez en hauteur, sur une sorte de muraille qui permet une chouette ballade avec vue sur une partie des toits de la ville d’Acre. De là vous pourrez même marcher jusqu’au phare d’Acre, tout au bout.

Une ballade simple, courte et très agréable le long de la mer, avec régulièrement des restes des murailles originelles du port pisan !

>> Admirer la vue depuis la petite plage de la vieille ville

Un des endroits les plus agréables à Acre pour admirer la mer et les murailles, c’est depuis la toute petite plage collée à la vieille ville. Elle est assez difficile à localiser. Pour y accéder, trouvez la rue Yehonatan ha-Khashmonai à l’extrémité sud-est de la vieille ville : l’entrée de la plage est sur la droite juste après être passé sous l’immense porte Khan Ashawarda, dans un virage.

Il y a des bancs pour se poser à l’ombre, des tables pour pique-niquer, et évidemment du sable fin et une vue très sympa sur les murailles de la vieille ville d’Acre. Perso, je m’étais acheté une barquette de fraises délicieuses dans une boutique de la rue précédente, et je suis venu les déguster ici, pratiquement tout seul face à la mer : un moment tout simple, mais extra !

>> Déambuler sur la promenade HaHagana

A partir du phare d’Acre, vous pouvez remonter toute la rue Ha-Hagana : il y a une large promenade en bord de mer très sympa, en particulier en fin d’après-midi quand le soleil se couche.

La promenade offre une vue plein-ouest sur la mer : si le ciel est clair (et il l’est très souvent en Israël), alors vous pourrez admirer de magnifiques couchers de soleil.

Par là, vous trouverez également un monument aux morts qui rappelle un peu celui érigé à Lisbonne, sur les rives du Tage, près de la tour de Belem, en hommage aux grands explorateurs. Bref, longez la mer sur cette large et agréable promenade aussi longtemps que vous en avez envie : elle fait des kilomètres ! Mais à partir de Barcelona Square, les alentours sont vraiment moins jolis (et ça commence à faire une trotte pour revenir dans la vieille ville.

Voilà, avec tout ça vous savez comment vous occuper lors de votre visite d’Acre, lors de votre séjour en Israël. Dans la suite de cet article, on va parler des choses pratiques et logistiques.

Où loger lors de votre visite d’Acre, Israël :

Même si la ville se visite assez rapidement, je vous recommande chaudement de passer au moins une nuit à Acre, ne serait-ce que pour voir le coucher du soleil et déambuler dans ses ruelles millénaires une fois la nuit tombée. Si vous suivez ce conseil, alors choisissez un logement dans le cœur de la ville historique, afin de rester dans l’ambiance extraordinaire de l’endroit.

La ville neuve n’a aucun intérêt et est beaucoup plus bruyante, notamment en raison de la circulation. D’autant plus que les prix pratiqués par les hôteliers sont sensiblement les mêmes, que vous dormiez dans la ville historique ou dans la ville neuve (ou alors il faut vraiment aller dormir très loin, au-delà de la gare ferroviaire, mais là c’est juste pas possible, vous perdriez un temps fou en transport par la suite).

Bref, voici ci-dessous mes suggestions pour loger à Acre et profiter à fond de l’une des plus belles villes d’Israël.

> Si vous avez un tout petit budget (inférieur à 60€)

Acre, comme tout Israël, nécessite un certain budget pour voyager : le coût de la vie y est particulièrement élevé. Il est pratiquement impossible de trouver un hébergement à moins de 70€ la nuit à Acre (idem en Israël).

Il n’y a qu’un seul endroit où vous pouvez dormir pour moins de 50€ par nuit, c’est dans le dortoir de cette auberge de jeunesse. Pour ma part, j’ai le sommeil tellement léger que je ne peux plus dormir en dortoir depuis plusieurs années (sinon le lendemain je suis un vrai zombie et je ne profite pas).

> Si vous avez un budget moyen (entre 60 et 80€)

Si vous avez la possibilité de mettre un tout petit peu plus, je vous conseille cet établissement dont les chambres sont à des tarifs encore abordables. On apprécie en particulier sa localisation dans la vieille ville, avec une chouette terrasse au bord de la mer, et la gentillesse du propriétaire. Pour le reste, c’est simple et sans fioriture : parfait pour un court séjour.

> Si vous pouvez vous faire plaisir

Il y a plusieurs établissements de charme à Acre. Regardez cette maison d’hôte, par exemple, qui propose de dormir dans un cadre vraiment fantastique, très respectueux de l’histoire des lieux sans pour autant lésiner sur le confort moderne. Le prix est élevé, certes, mais ça reste très acceptable pour Israël.

Comment se rendre à Acre, Israël :

A droite la vieille ville d’Acre, et à gauche dans la brume on distingue la baie d’Haïfa…

La ville d’Acre est très facile d’accès depuis les grandes villes israéliennes, en particulier Tel-Aviv et Haïfa. Je vous détaille tout ça ci-dessous.

> Aller à Acre depuis Tel-Aviv

Pour aller à Acre depuis Tel-Aviv, le plus simple est de prendre le train depuis la gare de Ha-Hagana. Il y a des départs toutes les demi-heures en journée, en semaine. Vous n’avez pas besoin de réserver à l’avance : présentez-vous au guichet au moment approximatif où vous souhaitez partir, achetez votre billet en vous faisant préciser l’heure de départ et la voie où passera le train, et descendez les escaliers roulants en direction des quais. Je l’ai déjà dit mais je le remets au cas où, afin de vous éviter des confusions sur place, Acre se dit “Akko” en hébreu.

Pour grimper dans le train, soyez attentif car il y a peu de voies à la gare d’HaHagana (seulement 4), et de nombreux trains s’arrêtent aux mêmes quais de départ, parfois avec simplement quelques minutes d’intervalle. Assurez-vous de ne pas grimper dans un train qui va à l’autre bout d’Israël. Les trains pour Acre sont généralement à destination de Nahariyya.

Le trajet coûte 31,50 shekels, dure environ 2 heures et longe la mer avec des vues assez sympas par moment. Le train s’arrête dans pas mal de petites villes sans intérêt touristique, puis à Haïfa (plusieurs stations également), et enfin à Acre, votre destination.

>> La solution la plus simple si vous ne voulez pas vous prendre la tête :

Si vous n’avez pas envie de vous embêter avec les transports en commun ou en louant une voiture, vous pouvez aussi passer par cet organisme qui propose des excursions à la journée pour Acre (entre autres) depuis Tel-Aviv.

> Aller à Acre depuis Jérusalem

Le plus simple pour faire le trajet entre Acre et Jérusalem, c’est de prendre le train à la gare de Jérusalem et revenir à Tel-Aviv. Il y a deux changements : d’abord à l’arrêt de l’aéroport Ben-Gourion, puis à HaHagana. De là vous prendrez la même ligne que celle que j’expliquais plus haut, dans la partie sur Tel-Aviv. Je sais que faire 2 changements peut sembler embêtant, mais les trajets sont courts et il n’y a pas beaucoup d’attente à chaque gare car il s’agit de lignes très fréquentées. C’est un peu comme prendre le métro, finalement.

Il est possible également de faire le trajet entre Jérusalem et Acre en bus : il faut le prendre depuis la gare centrale de Jérusalem, en direction de Haïfa. De Haïfa, changez pour Acre (ou bien finissez en train car ils sont plus fréquents que les bus). Regardez sur le site de la compagnie Egged pour organiser votre itinéraire. Mais sincèrement, le train de A à Z est la meilleure option.

>> En tour organisé depuis Jérusalem

Enfin, il existe une dernière option, vraiment simple, pour aller à Acre depuis Jérusalem, c’est de passer par ce tour : vous n’avez à vous occuper de rien, vous voyez l’essentiel, et vous n’avez pas à changer d’hébergement si vous logez déjà à Jérusalem ! Impec !

> Aller à Acre depuis Haïfa

Il est vraiment très simple d’aller à Acre depuis Haïfa tant les deux villes sont proches. Vous pouvez faire une excursion à la journée depuis l’une vers l’autre sans aucun problème : il n’y a que 20/30 minutes de transport, grand maximum. Vous n’aurez que l’embarras du choix, d’ailleurs, sur le mode de transport à utiliser : les trains sont fréquents et peu chers, les bus assez fréquents également mais le tarif est un poil plus élevé.

Tout dépend de ce que vous préférez. Perso j’ai une vraie préférence pour le train (principalement pour le confort), mais à vous de voir !

> Aller de la gare d’Acre à son centre ville

Le gare d’Acre est à une vingtaine de minutes de marche de la ville historique, où se concentrent tous les points d’intérêt touristique ainsi que, probablement, votre hébergement.

Si vous êtes vraiment chargé, l’option la plus simple consiste à prendre un taxi officiel pour rallier la vieille ville, et d’insister pour que le compteur soit mis. Le trajet ne devrait pas vous coûter plus de 18 shekels (environ 4 euros). Notez tout de même que les taxis ne pourront pas forcément vous déposer pile devant votre hébergement : il n’est pas possible de circuler dans toutes les rues piétonnes hyper-étroites du centre d’Acre.

Si vous voyagez relativement léger, sachez que vous pouvez marcher sans trop de problème : selon où vous vous rendez dans le centre historique, il y en aura entre 20 et 35 minutes de marche.

La dernière option, c’est de faire comme les locaux et de prendre le bus. Les lignes 2 et 13, entre autres, vont de la gare jusqu’au centre.

Autres infos pratiques sur Acre et Israël

Ci-dessous, je réponds aux dernières questions que vous pourriez vous poser lors de la préparation d’un voyage en Israël et d’une visite d’Acre.

> Les transports en Israël

Dans le point précédent, je vous parlais des différentes façons de vous rendre à Acre. J’en profite pour vous préciser une chose importante concernant les transports en commun en Israël : il est pratiquement impossible de circuler pendant shabbat.

Pour info, le shabbat est une fête religieuse juive très suivie en Israël. Elle commence le vendredi vers 16h et se termine le samedi soir à la tombée de la nuit (mais l’activité des transports en commun ne reprend généralement que le dimanche matin). Si vous ne voulez pas être coincé dans la même ville plusieurs jours d’affilé, faites en sorte de ne pas avoir à bouger après 16H le vendredi, et ce jusqu’au dimanche.

Pour faire votre itinéraire en bus en Israël, regardez sur le site d’Egged, la compagnie qui fait les trajets longue-distance dans le pays. Mais le train est vraiment plus simple tant que vous êtes dans la moitié nord du pays.

> Faire ses courses à Acre

Le point précédent sur l’absence de transports en commun pendant shabbat me fait penser à autre chose d’important : en Israël, l’immense majorité des boutiques sont également fermées à cette période. Mais le centre ville d’Acre étant quasiment à 100% musulman, les boutiques locales ne sont pas affectées, vous n’aurez donc aucun mal à trouver des épiceries ou des restaurants ouverts pendant le shabbat au sein de la vieille ville. En dehors, là où vivent les juifs, c’est déjà plus aléatoire.

Quoi qu’il en soit, dans la vieille ville comme en dehors, vous trouverez sans problème des tas d’épiceries, de dépanneurs et de petites boutiques pour faire vos courses tout au long de la semaine.

Hors du centre, près de la gare, au croisement des rues Ben Ami et David Zemer, il y a même un gros supermarché où vous trouverez absolument tout ce dont vous pourriez avoir besoin. Il est fermé le vendredi à partir de 15h, et ne rouvre que le dimanche.

> Où manger à Acre

Il y a assez peu de restaurants à Acre, la plupart ressemblent plutôt à des bouis-bouis où on se pose sur des sièges en plastique estampillées Coca Cola et où on avale sur le pouce une portion de hummus et ses falafels. Dans ce style, c’est le restaurant Hummus Saïd qui remporte la palme de la qualité : un vrai régal. Ce petit établissement a la réputation, à travers tout le pays, de proposer le meilleur hummus d’Israël. On m’en a même parlé à 400 kilomètres de là, lorsque je faisais du stop dans le désert du Néguev pour aller me baigner dans la mer morte !

Si vous n’avez qu’un repas à faire à Acre, alors allez goûter le hummus de Saïd. Si vous avez plusieurs repas à passer sur place, je vous laisse faire votre choix : les autres endroits se valent tous à peu près, proposent sensiblement la même chose pour le même tarif, et dans le même type de décoration. Jamais de la grande restauration, mais jamais de vraie déception non plus.

> La sécurité à Acre et en Israël

La sécurité est la question numéro 1 de tous les voyageurs en Israël. J’ai moi-même longtemps hésité avant d’effectuer ce voyage. Cependant, une fois sur place, il n’y a pas de problème particulier à noter : dans la majorité du pays la délinquance est faible voire inexistante, et le conflit dont on entend si souvent parler dans les médias ne se matérialise jamais concrètement sous nos yeux de simples touristes.

Note : il est fortement recommandé de suivre l’actualité et l’évolution de la situation en Israël sur le site du gouvernement avant d’entreprendre votre voyage.

Pour ce qui est d’Acre, il faut quand même que je vous le dise : c’est la ville où je me suis senti le moins à l’aise lors de mon voyage en Israël. Je me suis même fait attaquer par un groupe d’enfants (ils avaient maximum 6 ou 7 ans) : dans une ruelle étroite de la vieille ville. Ils se sont jetés sur moi, m’ont mis des coups de pieds et ont essayé de me faire tomber. Il va sans dire qu’il n’y a eu aucune provocation de ma part. Ça nous a vraiment choqué, ma copine et moi, et ça nous a même très fortement découragé de retourner visiter Acre le lendemain.

Bref, à part ce malheureux incident (je m’en suis tiré sans mal, heureusement), rien de particulier à déplorer, malgré une atmosphère que j’ai senti plus tendue ici qu’ailleurs dans le pays. En ce sens, Acre m’a rappelé quelque peu ma visite de Mostar, en Bosnie, lors de mon long périple en ex-Yougoslavie.

Quoi qu’il en soit, soyez rassuré : à l’heure où j’écris ces lignes vous pouvez vous rendre à Acre sans problème. Faites preuve de la même vigilance qu’ailleurs, et il y a fort à parier qu’il ne vous arrivera rien de mal dans cette très jolie ville, dont je recommande chaudement la visite.

> Météo et climat : quand visiter Acre et la côte ouest israélienne

La météo en Israël est favorable toute l’année. Peu importe quand vous déciderez de visiter Acre, vous aurez très probablement du soleil. Le fait d’être sur la côte lui offre un peu d’air frais lors des plus fortes chaleurs de l’été.

Le meilleur moment pour venir, c’est entre mars et mai, pour éviter justement les pics de chaleur. L’automne peut être une bonne option également. L’été, il peut faire très chaud, mais rien de comparable avec l’intérieur des terres. Le mois de janvier est souvent le plus frais/froid, mais rien qui ne vous empêchera de flâner dans les ruelles de la vieille ville. En clair : venez à peu près quand vous voulez si vous supportez bien la chaleur, sinon évitez l’été !

Bon voyage à Acre et en Israël

On arrive à la fin de ce guide de voyage à Acre, l’une des perles d’Israël. Si vous hésitez encore à rajouter cette ville sur votre itinéraire de voyage, je vous encourage franchement à trouver un moment pour vous y rendre, même si ce n’est que pour une excursion à la journée depuis Tel-Aviv ou Jérusalem (cf les points “se rendre à Acre” : il y a plusieurs possibilités pour se faire un daytrip à Acre depuis ces deux grandes villes).

Pour ma part, j’ai adoré l’ambiance médiévale qui se dégageait de ces ruelles : la ville respire l’histoire à plein poumon. Et le mélange avec l’atmosphère orientale actuelle est un vrai régal. Me perdre dans ses étroits passages, explorer la forteresse des Hospitaliers et arpenter le tunnel des Templiers ont vraiment été les meilleurs moments de mon séjour.

Quoi qu’il en soit, j’espère que ce guide vous aura aidé à préparer votre visite d’Acre. N’hésitez pas à cliquer sur “J’aime” ci-dessous si c’est le cas : ça m’encourager à continuer de publier des guides de voyage ultra-complet comme celui-ci. Et si vous souhaitez m’aider plus concrètement, passez par les liens présents dans cet article pour réserver vos hôtels/vols/activités : certaines compagnies me reversent une petite commission (sans que cela ne change rien au prix que vous payez). Cela me permet de continuer de faire vivre ce blog et vous aider à préparer vos voyages.

Je vous souhaite un excellent séjour à Acre ainsi qu’en Israël !

Jérémy.